Suisse – Slovaquie (tournoi de Stavanger)

LACO Jan-120515-250

À Stavanger, la Slovaquie débute 2013 de la même façon qu’elle avait clos 2012, à savoir en affrontant son traditionnel rival, la Suisse (c’est la 57e rencontre en à peine 20 ans entre les deux formations). Le dernier duel a toutefois laissé des traces assez douloureuses pour la Double-Croix, battue en finale de l’Arosa Challenge 0-5 par les hôtes de la compétition, soit la plus lourde défaite jamais enregistrée contre cet adversaire. C’est donc avec un léger goût de revanche que les protégés de Vladimír Vůjtek entrent sur la glace norvégienne pour lancer le troisième acte de leur saison internationale.

Pour ce faire, les Slaves disposent d’un effectif plus expérimenté que la dernière fois. Si certains cadres ont encore dû, pour des raisons de santé principalement, décliné l’invitation du sélectionneur (Graňák, Baranka, Starosta, Záborský, Surový et Bližňák), le groupe slovaque peut quand même s’appuyer sur de nombreux éléments de valeur. Parmi eux, on relève la présence du gardien Ján Laco, élevé au rang de héros national après les derniers Mondiaux dont il fut élu le meilleur de la compétition à son poste. Longtemps blessé à l’épaule, le portier de Donbass Donetsk n’est revenu aux affaires qu’à la mi-novembre et le tournoi de Stavanger est le théâtre de son grand retour sous le maillot de la sélection vice-championne du monde.

Autre réapparition, celle de Martin Bartek, qui n’avait plus goûté aux joies des joutes internationales depuis la Deutschland Cup 2010. L’entraîneur Vůjtek entend bien mettre à profit les qualités de l’ailier de Pardubice, excellent en power-play et maître dans la finition, et surfer sur le bon élan des joueurs de Slovan Bratislava, en passe de se qualifier pour les play-offs de KHL pour leur première tentative, et qui n’avaient pas reçu la permission de représenter la patrie à l’Arosa Challenge. Ils sont six cette fois-ci (Janus, Švarný, Libor Hudáček, Kukumberg, Mikúš, Ölvecký) soit la plus grosse délégation en équipe nationale. Enfin, l’Extraliga slovaque n’est pas en reste avec quatre éléments sélectionnés : Haščák, Marcinko, Vandas et Jakub Gašparovič, qui effectue ses premiers pas avec les seniors.

Laco en verve, la Suisse maladroite

La Confédération est de suite la plus en jambes mais sa pression est rapidement freinée par le tour en prison de Robin Grossmann, coupable d’avoir accroché à la 4e minute de jeu. Assez déficiente d’ordinaire en jeu de puissance, la Slovaquie se montre pourtant à l’aise sur ce coup, et la frappe flottante de Ján Brejčák entre la ligne bleue et le cercle gauche est adroitement déviée au fond de la cage suisse par Roman Kukumberg, à l’affût devant Lukas Flüeier en compagnie de Bartek (0-1, 04'52).

Les Bleus doublent la mise en fin de période sur un contre mené à trois. Servi par Ivan Švarný en zone neutre, Michael Vandas remontre sur la droite avant de repiquer dans le cercle droit ; l’attaquant de Poprad a la possibilité de passer à Peter Ölvecký au centre mais il préfère tenter seul. Bonne décision, son tir du poignet trompe habilement le gardien helvète (0-2, 16'54).

La partie est débridée dans le deuxième tiers-temps et les deux équipes s’adonnent à un festival offensif. Ni l’une ni l’autre ne parvient à changer le score, mais la Suisse peut commencer à se mordre les doigts. Elle se montre incapable de transformer des occasions franches, soit par l’entremise de Laco, en grande forme ce soir, soit par une flagrante maladresse de ses archers, dont on trouve en premier lieu Andres Ambühl, Benjamin Plüss et Luca Cunti.

Le troisième opus est le plus rageant pour les Simpson’s, outrageusement dominateurs en attaque (dix-huit tirs à... un !) mais qui doivent cependant faire avec la gringa du gardien slovaque. Les Blancs parviennent toutefois à trouver la faille sur une mauvaise relance en fond de zone d’un défenseur slovaque, qui remet par inadvertance à Grossman, lequel s’empresse de centrer. Andrei Bykov s’attèle à la tâche au poteau droit mais le palet est repoussé. Plüss insiste et réduit – enfin – la marque pour la Suisse, qui ne parvient toutefois pas à éviter la cuillère de bois en Norvège, malgré la sortie de Flüeler en fin de match.

Commentaires d’après-match

Sean Simpson (entraîneur de la Suisse) : « Nous avons été meilleurs en tirant plus de fois au but que nos adversaires. Je suis très fier de cette équipe. Elle a eu la réaction que j’attendais après le match contre la Norvège. »

Vladimír Vůjtek (entraȋneur de la Slovaquie) : « Le score est serré, certes, mais notre victoire est amplement méritée. Elle s’est construite surtout grâce à notre bonne prestation dans les trente premières minutes, qui ont été pour nous les meilleures de la saison. Aux vues de l’évolution du match et du score, on s’est repliés dans le dernier tiers-temps, même trop, et on a laissé de l’espace aux Suisses. Dans cette phase, on s’est contenté de défendre et nos adversaires ont augmenté de façon conséquente le nombre de leurs tirs. Pour dire vrai, ce n’étaient pas des occasions sérieuses mais la plupart était des frappes adressées depuis la ligne bleue. À côté de ça, on s’est souvent retrouvés en surnombre et aurait pu mettre encore deux-trois buts sur des actions de contres au cours de nos meilleurs moments dont j’ai déjà parlés. Et puis, on a encaissé un seul but après que le palet ait rebondi sur la bande de façon très heureuse pour la Suisse. Il faut saluer la prestation de notre gardien Laco, il a fait d’excellents arrêts. Je ne veux pas faire d’éloge en particulier, mais tous les joueurs ont fait l’effort de donner le maximum. »

 

Suisse – Slovaquie 1-2 (0-2, 0-0, 0-1)
Vendredi 8 février 2013 à 19h00 à la DNB Aréna de Stavanger. 765 spectateurs.
Arbitrage de Tommy Søstumoen et Thomas Tysland assistés de Alexander Waldejer et Jon Kilian (tous NOR).
Pénalités : Suisse 6' (4', 2', 0') ; Slovaquie 10' (2', 4', 4').
Tirs : Suisse 43 (10, 15, 18) ; Slovaquie 20 (7, 12, 1).

&Evolution du score :
0-1 à 04'52" : Kukumberg assisté de Brejčák et Kudroč (sup. num.)
0-2 à 16'54" : Vandas assisté de Švarný
1-2 à 51'54" : Plüss assisté de Bykov et Grossmann

 

Suisse [2' pour surnombre]

Gardien : Lukas Flüeier [sorti à 58'34"].

Défenseurs : Severin Blindenbacher (-1) – Steve Hirschi (-1) ; Tim Ramholt (+1) – Robin Grossmann (2', +1) ; Eric Blum – Dean Kukan ; Alessandro Chiesa – Thomas Wellinger.

Attaquants : Joël Vermin (-1) – Morris Trachsler – Tristan Scherwey ; Gregory Sciaroni – Andres Ambühl – Gregory Hofmann ; Juraj Simek (+1) – Luca Cunti (-1) – Simon Moser (-1) ; Inti Pestoni – Andrei Bykov (+1) – Benjamin Plüss (2', +1).

Remplaçant : Benjamin Conz (G).

Slovaquie

Gardien : Ján Laco.

Défenseurs : Branislav Mezei (2') – Tomáš Slovák (2') ; Ján Brejčák – Kristián Kudroč ; René Vydarený (+1) – Ivan Švarný (2', +1) ; Marek Ďaloga (-1) – Juraj Mikuš (-1).

Attaquants : Branko Radivojevič (2') – Rastislav Špirko – Marcel Hossa ; Martin Bartek – Roman Kukumberg – Libor Hudáček ; Michael Vandas (2', +1) – Juraj Mikúš (+1) – Peter Ölvecký ; Jakub Gašparovič – Tomáš Marcinko (-1) – Marcel Haščák (-1).

Remplaçant : Jaroslav Janus (G). Non-utilisé : Juraj Majdan (A).