Angers - Briançon (Coupe de France 2013, finale)

2013-02-17-Angers-Briancon

L'attrait du Palais omnisports de Paris-Bercy est tel que les grandes équipes se font piéger de plus en plus rarement en Coupe de France. Pour la troisième fois en quatre ans, la finale oppose en effet les deux premiers du classement de la Ligue Magnus. Si Angers trône souverainement en tête, Briançon n'a pas sa place assurée et devra défendre cette deuxième place - menacée par Rouen - après-demain sur la glace... d'Angers.

La confrontation la plus importante est néanmoins celle-ci, dans un POPB à nouveau à guichets fermés. Les Ducs ont tous les arguments pour être favoris : ils ont pu axer toute leur préparation pour cette finale au vu de leur avance en championnat, ils ne comptent plus le moindre blessé, et ils ont déjà battu Briançon trois fois sur trois cette saison (et même quatre fois en comptant un match amical).

Angers a été désigné comme équipe à domicile et évoluera donc en rouge, couleur choisie pour les coupes cette année. Les Diables rouges de Briançon, privés d'une teinte qui leur est plus naturelle qu'à leurs adversaires, ont donc demandé aux 1800 supporters venus les soutenir de s'habiller en T-shirt blanc et un foulard rouge, des accessoires vestimentaires homogènes puisque remis en même temps que les places distribuées par le club.

2013-02-17-Angers-Briancon4Les supporters angevins sont moins bien assortis, et certains se sont glissés parmi eux avec d'autres accessoires, en l'occurrence des fumigènes et un pétard qu'ils allument pendant la présentation des équipes. La sécurité du POPB vide les deux rangées concernées et évacue une personne pendant que l'on parlemente parfois avec verve. Le président angevin Mickaël Juret monte même en tribune pour engueuler les perturbateurs [PS : il s'agirait de supporters du club de football du SCO Angers].

Indifférents à ces péripéties en tribunes, les joueurs d'Angers sont décidés à assumer leur statut de favori. Ils mettent vite la pression dans le camp adverse. Ronan Quemener est mis à contribution de manière répétée, et détourne surtout du gant, en extension, une reprise de Marcello Ranallo dans l'enclave. La principale occasion de Briançon attend la mi-période : une relance croisée de Wysopal trouve Lampérier à la ligne bleue côté gauche qui remet dans le mouvement pour Labrecque lancé dans l'axe. Le tir du Canadien, depuis le cercle gauche, est repoussé par la botte gauche de Florian Hardy.

Les deux équipes ne mettent pas forcément beaucoup de rythme car elles engagent surtout un bras de fer stratégique et cherchent la faille. En revanche, elles ne lésinent pas sur l'engagement physique, encouragées par des arbitres qui ont vite pris le parti de peu siffler. Lorsque Baluch atterrit sur le gardien, une première pénalité est cependant infligée à Lafrance pour une charge incorrecte. Quemener capte sans rebond le seul tir angevin, et un cinglage de Bellemare renverse l'avantage numérique.

2013-02-17-Angers-Briancon1Briançon semble d'abord trop placide dans son installation, Henderson donne une grosse charge dans la bande et perturbe cette constrution très lente, mais Michael Busto n'arrive pas à dégager le palet, intercepté à la bleue. Le jeu revient alors côté droit sur Marc-André Bernier qui trouve un trou de souris dans le haut du filet malgré un angle très fermé (0-1, 14'43", photo de droite). Dans la foulée, Golicic, entré en zone sur l'aile gauche grâce à un décalage de Labrecque, aurait même pu doubler la mise, mais la jambière gauche de Hardy sauve une nouvelle fois son camp. Angers doit tuer une autre pénalité d'Albert, puis subit la fin de période dans sa zone.

On imagine que Jay Varady a dû secouer les Ducs dans le vestiaire. Ils remontent sur la glace avec détermination et s'installent rapidement en zone offensive à cinq contre cinq. Mais cet élan est brisé par une pénalité de l'ex-Briançonnais Walls. Pendant leur supériorité numérique, les Dianbles rouges remontent le palet dans une contre-attaque rapide conclue par Marc-André Bernier (0-2, 23'13").

2013-02-17-Angers-Briancon2Les Angevins, qui avaient parus KO après le premier but, réagissent bien mieux cette fois. Ils assiègent de nouveau le camp adverse et placent deux joueurs devant la cage. Cette position au milieu de la défense convient bien à Brian Henderson qui réussit une déviation magistrale (1-2, 26'49", photo de gauche).

C'est le même duo angevin (Albert-Henderson), le plus actif, qui se charge de tout : les buts... mais aussi les mauvaises pénalités. Une charge contre la bande de Julien Albert reste sans conséquence, et quand le prisonnier revient sur la glace, il prend même un rebond intéressant dans l'angle droit, mais Quemener capte cette rondelle d'une belle mitaine. Pendant une prison de Brian Henderson, les actions se font extrêmement chaudes sur la cage angevine.

Briançon réussit de nouveau à bloquer son adversaire. À l'instar d'un Jonathan Bellemare bloqué dans ses constructions de jeu en zone neutre par le 1-3-1 de Luciano Basile, Angers n'a pas trouvé la solution.

2013-02-17-Angers-Briancon5Les Ducs vont devoir prouver à la fois leur endurance et leur persévérance, car les Briançonnais ne semblent toujours pas disposés à craquer en dernière période. Les hommes de Luciano Basile, qui avaient été très disciplinés jusqu'ici, doivent tuer deux pénalités de Bourgaut et Milovanovic. De plus en plus regroupés en défense, ils résistent face aux attaques de plus en plus répétées, et Quemener fait face aux nombreux boulets rouges avec un grand sang-froid.

Le chronomètre défile, et une pénalité de Bélanger à quatre minutes de la fin semble funeste pour les projets angevins. Jay Varady appelle son temps mort et sort son gardien pour les deux dernières minutes. Les maillots rouges sont concentrés autour de la cage de Quemener pour l'ultime assaut, mais ils ne percent pas la muraille. Brett Wysopal réalise l'ultime sacrifice en se jetant devant un lancer de Campbell qui l'atteint en plein visage.

Dans cette saison de toutes les ambitions, Angers perd donc sa deuxième finale et s'inflige une pression supplémentaire pour les play-offs de Ligue Magnus. Les Diables rouges, autrefois maudits des finales de coupe, sont sacrés à Bercy pour la seconde fois.

Élu meilleur joueur de la finale : Ronan Quemener (Briançon).

Commentaires d'après-match

2013-02-17-Angers-Briancon-QuemenerRonan Quemener (gardien de Briançon, photo de droite) : "Toute l'équipe a travaillé fort dans tous les sens du terme. On n'avait pas réussi à battre Angers cette saison, mais on a tout donné, à l'image de notre joueur [Brett Wysopal] qui a pris un shoot à la tête. On va fêter la victoire ce soir, puis on sera accueilli par le club de Tours demain avant notre match à Angers. On va leur présenter la coupe."

Luciano Basile (entraîneur de Briançon) : "Je suis vraiment très fier de mes joueurs. Ils ont joué à la fois avec énormément d'émotion et beaucoup de maîtrise. On a perdu quatre fois contre eux, mais à chaque fois j'ai senti que la distance entre eux et nous était plus courte. Le match qui m'a donné confiance, c'est la défaite 5-1, car on s'était créé des occasions. À trois lignes contre trois, on ne peut pas rivaliser, mais ce soir, j'ai utilisé mes quatre lignes. Di Dio Balsamo et Linkomaa ont fait des présences en infériorité, Jokinen sur la deuxième unité de powerplay. C'est ce qui nous a permis de résister au 3e tiers quand Angers a poussé. [...] On n'est pas accablé par la pression. Angers, avec son gros effort économique et sa grosse armada, se doit de gagner. Pas nous, et ça fait une différence. On concède du gabarit à Angers, mais on ne concède pas de courage."

Marc-André Bernier (capitaine de Briançon) : "Ça fait du bien. C'est ma troisième finale gagnée en quatre ans, à chaque fois je me dis que je ne peux pas avoir une meilleure, et à chaque fois ça arrive à me surprendre. Angers a une grosse attaque, mais on a réussi à rester disciplinés alors qu'ils ont pris des pénalités de frustration."

Jay Varady (entraîneur d'Angers) : "Ils marquent deux buts en supériorité numérique, nous aucun. On a pris beaucoup de pénalités, ce n'est pas bon, on n'avait plus beaucoup de gaz. Nous étions menés contre une équipe bien en place. Ce match n'aura aucun impact sur les play-offs, tout le monde y part de zéro. La plus grosse question pour les play-offs, ce seront les 14 jours de pause."

Mickaël Juret (président d'Angers) : "On a mal débuté. On ne gagne pas les duels et les combats dans les coins au premier tiers. C'est ce qui me fait un peu penser à la finale 2011. On va avoir du mal à trouver le sommeil."

2013-02-17-Angers-Briancon7

 

Angers - Briançon 1-2 (0-1, 1-1, 0-0)
Dimanche 17 février 2013 à 15h00 au Palais omnisports de Paris-Bercy. 13354 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau et Bruno Colleoni assistés de Pierre Dehaen et Guillaume Gielly.
Pénalités : Angers 14' (4', 8', 2'), Briançon 8' (2', 2', 4').
Tirs : Angers 31 (8, 10, 13), Briançon 21 (12, 6, 3).

Évolution du score :
0-1 à 14'43" : Bernier assisté de Sivic et Labrecque (sup. num.)
0-2 à 23'13" : Lafrance assisté de Golicic et Bernier (sup. num.)
1-2 à 26'49" : Henderson assisté d'Albert et Mihalik


Angers

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Pavol Mihálik - Jeff May ; Gary Lévèque (A) - Michael Busto ; Jonathan Harty - Michael Steiner.

Attaquants : Marcello Ranallo - Éric Fortier - Cody Campbell ; Julien Albert (A) - Brian Henderson - Robin Gaborit ; Braden Walls - Jonathan Bellemare (C) - Marc Bélanger ; Tomáš Baluch.

Remplaçants : Alexis Neau (G), Charlie Doyle, Paul Bahain, Étienne Chiappino, Valentin Michel, Gaspard Nalliod-Izacard. Absent : Juho Jokinen (étranger surnuméraire).

Briançon

Gardien : Ronan Quemener.

Défenseurs : Jakob Milovanovic - Teddy Trabichet (A) ; Michal Korenko - Florian Chakiachvili ; Viktor Szélig (A) - Brett Wysopal.

Attaquants : Mitja Šivic - Toby Lafrance - Marc-André Bernier (C) ; Loïc Lampérier - David Labrecque - Boštjan Golicic ; Peter Bourgaut - Sébastien Rohat - Matthieu Frecon ; Teemu Linkomaa - Cédric Di Dio Balsamo - Olli Jokinen.

Remplaçants : Aurélien Bertrand (G), Pierre Crinon, Thybaud Rouillard.

2013-02-17-Angers-Briancon8

Triomphe des Slovènes Jakob Milovanovic, Mitja Sivic et Bostjan Golicic (de gauche à droite) - photos Sébastien Merlet