Bercy 2013 : réactions d'après-match

2013-02-17-Angers-Briancon-QuemenerRonan Quemener (gardien de Briançon, photo de droite) : "Toute l'équipe a travaillé fort dans tous les sens du terme. On n'avait pas réussi à battre Angers cette saison, mais on a tout donné, à l'image de notre joueur [Brett Wysopal] qui a pris un shoot à la tête. On va fêter la victoire ce soir, puis on sera accueilli par le club de Tours demain avant notre match à Angers. On va leur présenter la coupe."

Luciano Basile (entraîneur de Briançon) : "Je suis vraiment très fier de mes joueurs. Ils ont joué à la fois avec énormément d'émotion et beaucoup de maîtrise. On a perdu quatre fois contre eux, mais à chaque fois j'ai senti que la distance entre eux et nous était plus courte. Le match qui m'a donné confiance, c'est la défaite 5-1, car on s'était créé des occasions. À trois lignes contre trois, on ne peut pas rivaliser, mais ce soir, j'ai utilisé mes quatre lignes. Di Dio Balsamo et Linkomaa ont fait des présences en infériorité, Jokinen sur la deuxième unité de powerplay. C'est ce qui nous a permis de résister au 3e tiers quand Angers a poussé. [...] On n'est pas accablé par la pression. Angers, avec son gros effort économique et sa grosse armada, se doit de gagner. Pas nous, et ça fait une différence. On concède du gabarit à Angers, mais on ne concède pas de courage."

Marc-André Bernier (capitaine de Briançon) : "Ça fait du bien. C'est ma troisième finale gagnée en quatre ans, à chaque fois je me dis que je ne peux pas avoir une meilleure, et à chaque fois ça arrive à me surprendre. Angers a une grosse attaque, mais on a réussi à rester disciplinés alors qu'ils ont pris des pénalités de frustration."

Jay Varady (entraîneur d'Angers) : "Ils marquent deux buts en supériorité numérique, nous aucun. On a pris beaucoup de pénalités, ce n'est pas bon, on n'avait plus beaucoup de gaz. Nous étions menés contre une équipe bien en place. Ce match n'aura aucun impact sur les play-offs, tout le monde y part de zéro. La plus grosse question pour les play-offs, ce seront les 14 jours de pause."

Mickaël Juret (président d'Angers) : "On a mal débuté. On ne gagne pas les duels et les combats dans les coins au premier tiers. C'est ce qui me fait un peu penser à la finale 2011. On va avoir du mal à trouver le sommeil."