Amiens - Rouen (U22 élite, demi-finale, match 1)

2013-02-16-Amiens-Rouen-U22Dès les premières secondes de cette demi-finale, la nervosité est palpable. Les Amiénois sont les premiers à se procurer une occasion sur la cage de Sébastian Ylönen mais les Normands répliquent de suite sur Léo Bertein. Pas le temps de se jauger entre les deux formations qui se connaissent désormais assez bien.

Le gardien rouennais laisse beaucoup de rebonds en ce début de partie, et sur une nouvelle tentative, Romain Carpentier saisit un rebond gagnant pour l'ouverture du score locale (1-0, 3'36). On s'échange déjà des civilités devant la cage des visiteurs, preuve que la rencontre est tendue, mais les joueurs sont rapidement séparés.

Les Normands essaient de répondre au plus vite afin de revenir dans la partie, mais Léo Bertein s'ne baisse pas la garde. Rouen réalise un pressing extrêmement rapproché sur les Amiénois qui parviennent pourtant à s'extirper d'entre les crosses adverses à l'image de Marius Serer au centre qui hérite du puck, quasiment à bout portant, mais Sébastian Ylönen ne s'y laisse pas prendre et stoppe la rondelle du plastron.

Anthony Rech contre une relance amiénoise à l'entrée de la zone défensive locale mais Aziz Baazzi défend sérieusement. En fin de première période, on a bien du mal à voir les Dragons venir inquiéter Léo Bertein autant que leurs arrières ont à s'employer face aux locaux. Le premier buzz retentit et les U22 Gothiques aux visages concentrés regagnent les vestiaires avec une courte avance.

2013-02-16-Amiens-Rouen-U22cPresque d'entrée de jeu, les Amiénois sont pénalisés par deux fois et vont devoir tenir à trois pendant une minute trente. C'est bien ce qu'il fallait aux Dragons pour égaliser par l'intermédiaire d'Anthony Rech qui envoie un énorme slap dans la lucarne d'un Léo Bertein masqué (1-1, 23'16). Les Amiénois résistent de manière exemplaire pour tuer leur dernière pénalité, et se dégagent par l'intermédiaire d'Alexis Besson, fauché en plein élan à la sortie de sa zone et grimaçant pour rentrer sur le banc. Finalement touché au genou, il ne laissera pas pour autant tomber ses coéquipiers et fera son retour un peu plus tard sur le glaçon malgré les efforts que cela peut lui coûter.

Les rouges et noirs reveniennent en zone d'attaque pour se procurer une énorme occasion, presque poussée au fond par Rémi Thomas. Les pénalités s'enchaînent des deux côtés mais personne ne cède. Les formations se dévoilent le moins possible et restent très compactes en défense. Les Amiénois se donnent à fond, les visages crispés, et restent sur la glace jusqu'au dernier effort possible. En supériorité à quatre minutes de la fin, les locaux installent leur powerplay et Guillaume Leclerc dévie superbement le lancer de Fabien Kazarine face au portier normand qui ne pouvait strictement rien faire (2-1, 37'10).

Par la suite, Léo Bertein s'illustre en arrêtant un break emmené par un rapide Anthony Rech, décidément toujours dans les bons coups, et permet à Amiens de garder son adversaire à une longueur. On règle ses comptes devant les filets rouennais et les pénalités sont un peu distribuées au hasard par l'arbitre avant une pause bien méritée.

2013-02-16-Amiens-Rouen-U22bSe méfier du Dragon, c'est le mot d'ordre pour le dernier tiers-temps et c'est ce qu'Amiens s'applique à faire. Handicapés par les prisons, les Gothiques se fatiguent à travailler dur pendant les infériorités mais ne lâchent absolument aucune rondelle. Au physique et par la vitesse, les jaunes et blancs dépassent un peu les locaux, toutefois ces derniers se battent avec leurs armes et s'arrachent pour repousser chaque assaut normand. Rouen se procure sa plus belle occasion de recoller lorsqu'un palet troue Léo Bertein, et que tous, jaunes comme noirs, se ruent derrière lui pour tenter de pousser la rondelle derrière la ligne de but ou, au contraire, pour la stopper avant un malheur.

Fabien Métais récupère le puck en zone neutre et file droit en attaque face à son défenseur direct mais manque le cadre. Sébastian Ylönen écope finalement de deux minutes de pénalité pour retard de jeu alors que sa cage bouge pour la seconde fois. Les Normands sont tâtillons devant leurs filets et bougent littéralement les Amiénois à chaque fois, pourtant ce sont encore et toujours les rouges et noirs qui doivent aller cirer le banc des prisons. Les Dragons le savent, c'est le moment ou jamais d'arracher le match nul. Cependant, solides jusqu'au bout, les Amiénois ne leur feront pas ce plaisir, et Léo Bertein lève un bras victorieux vers les supporters picards. Premier défi relevé pour les Espoirs Gothiques.

Toutefois attention, rien n'est joué, et ce but d'avance est même loin de suffire aux Amiénois pour être certains de se qualifier pour la finale, car c'est le score cumulé des deux manches qui compte. Demain, les Dragons reviendront avec le couteau entre les dents, et nul doute que l'intensité de la rencontre sera encore haussée. Les Samariens devront une nouvelle fois faire preuve de résistance pour tenir en échec leurs adversaires.

Dans l'autre demi-finale, le Hockey Club 74 a pris le meilleur à domicile sur Grenoble en s'imposant 6 buts à 3.

(CR d'Émilie Énault - photos de Pascal Énault)

 

Amiens - Rouen 2-1 (1-0, 1-1, 0-0)
Samedi 16 février 2013 à 15h55 au Coliseum.
Arbitrage de Stéphane Rousselin assisté de Jérémy Metais et Guillaume Gardiol.
Pénalités : Amiens 30' (2', 10'+10', 8') ; Rouen 18' (4', 10', 4').

Évolution du score :
1-0 à 03'36" : Carpentier
1-1 à 23'16" : Rech assisté de Benoit (double sup. num.)
2-1 à 37'10" : Leclerc assisté de Kazarine et Fauchon (sup. num.)