Grenoble - Morzine-Avoriaz (Ligue Magnus, 26e journée)

Grenoble rate le coche 2013-02-19-Grenoble-Morzine2

En position inconfortable au classement suite à leur défaite à Briançon, les Brûleurs de Loups reçoivent les Pingouins de Morzine pour le compte de cette dernière journée de la saison régulière. Les Grenoblois ne peuvent plus prétendre à la quatrième place, objectif pourtant affiché depuis le début de saison. Ils devront donc se contenter d'un premier tour de barrage mais pour bénéficier de l'avantage de la glace, ils doivent impérativement l'emporter ce soir face à un concurrent direct pour une place dans les huit premiers. Une situation inconfortable pour Grenoble mais qui a le mérite de donner un enjeu à cette dernière rencontre avant les play-offs.

Du côté des Pingouins, la victoire est également impérative pour aller chercher une place dans les huit premiers sans tenir compte des autres équipes. Morzine a également longtemps espéré la quatrième place mais n'est plus en position favorable pour l'obtenir. Les hommes de Tom Hartogs essaieront de prendre leur revanche sur la défaite concédée lors de la première journée sur leur glace face aux Brûleurs de Loups. Pour cette rencontre, les Brûleurs de Loups retrouvent Luc Tardif, blessé de longue date, et seront ainsi au complet pour la première fois depuis très longtemps. À Morzine, seul le défenseur Johan Ohlsson manque à l'appel.

2013-02-19-Grenoble-Morzine1

Si les Grenoblois mettent la pression en début de match, Josselin Bessson profite d'un changement un peu léger de la défense grenobloise pour mettre en danger Raibon, contraint à un premier arrêt important. Un avertissement sans frais pour les Isérois mais sur un palet perdu en zone neutre par Desrosiers, Doucet lance Loïc Gaydon qui fusille Raibon d'un tir en pleine lucarne (0-1, 03'20"). Les Pingouins sont plus offensifs en ce début de rencontre et Konrad Reeder fait de nouveau passer des sueurs froides à Sébastien Raibon.

Luc Tardif effectue ses premiers coups de patin sur la glace mais c'est l'attaque morzinoise qui met la pression et Dusseau se retrouve logiquement pénalisé. Une pénalité très vite annulée par Cheverie qui se fait sanctionner pour avoir tapé dans la mitaine de Raibon alors que le palet était gelé. A quatre contre quatre, Grenoble en profite pour revenir au score sur une contre-attaque de François Ouimet qui déborde la défense grenobloise, revient au centre et glisse le palet du revers sous la jambière de Buysse, pas forcément très au point sur cette action (1-1, 06'42").

Morzine ne se laisse pas abattre par cette égalisation et repart à l'attaque. Bien lancé par Peter Szabo, Konrad Redeer s'échappe mais se fait arrêter irrégulièrement par Dufresne, pénalisé sur l'action. En supériorité numérique cette fois pour deux minutes, les Pingouins ont du mal à s'installer dans la zone grenobloise. Ils sont même tout près de se faire surprendre sur une contre-attaque de Le Blond mais l'attaquant grenoblois manque de réalisme devant la cage. Puis c'est au tour d'Arrossamena de déborder facilement la défense morzinoise et de buter à son tour sur Buysse.

Grenoble manque les occasions, Morzine les met au fond. Sur une contre-attaque, Kondrad Redeer met en retrait au dernier moment à Shane Lust qui n'a plus qu'à pousser le palet dans la cage grande ouverte (1-2, 11'28"). Les défenses jouent les courants d'air dans ce match et Redeer fait encore passer le frisson dans l'arrière-garde grenobloise. Nicolas Arrossamena se fait pénaliser, offrant une nouvelle supériorité numérique à Morzine. Mais comme lors de la précédente occasion, le jeu de puissance peine à s'installer du côté des Pingouins. Ces derniers rentrent au vestiaire avec un but d'avance après un accrochage entre Papa et Tardif qui conduit les deux joueurs en prison juste avant la sirène.

2013-02-19-Grenoble-Morzine3

La deuxième période débute à quatre contre quatre, une situation qui réussit décidément bien à Grenoble puisque Christophe Tartari égalise rapidement sur un palet chanceux remis devant la cage et dévié par un patin morzinois (2-2, 21'53").

Ce but relance les Grenoblois mais les espaces sont toujours aussi importants dans la défense iséroise et Guillaume Doucet en profite pour déborder sur l'aile gauche et tromper Raibon d'un tir croisé à ras de glace. Malheureusement pour l'attaquant morzinois, l'arbitre M. Colleoni n'a pas vu le palet rentrer et n'accorde pas le but. Un coup de chance pour les Grenoblois qui dans la foulée bénéficient d'une supériorité numérique lorsque Riku Takala part en prison. Mais les Brûleurs de Loups ne parviennent pas à trouver de décalage et ne prennent pas l'avantage au score. Les contre-attaques sont légion dans ce match qui semble pouvoir basculer d'un côté comme de l'autre. Et ce jeu débridé semble pouvoir sourir aux locaux sur un trois contre un d'école mais Matthieu Le Blond tire au-dessus de la cage au lieu de servir Tartari ou Antonoff à ses côtés. Vaskivuo puis McGrane, assez discrets jusque-là, viennent à leur tour porter le danger sur la cage de Buysse mais manquent tour à tour leur occasion.

C'est sur un coup du sort que le score se débloque en faveur de Morzine sur un centre-tir de Cyril Papa dévié par Raibon de la crosse sur… Josselin Besson qui est tout heureux de voir le palet rebondir sur lui pour finir sa course au fond des filets (2-3, 32'22").

2013-02-19-Grenoble-Morzine4

Alors que Le Blond se prend dix minutes de méconduite pour avoir contesté un hors-jeu, Grenoble a une belle occasion de revenir sur un contre de Joris Bedin qui préfère le tir alors qu'il pouvait jouer le deux contre un avec Vaskivuo. Sur une attaque de Mickaël Brodin, Amar intervient vigoureusement pour neutraliser le Morzinois, le palet repart rapidement de l'autre côté de la glace grâce à Dusseau qui lance Luc Tardif lequel se présente seul face à Buysse et glisse le palet entre les jambes du portier morzinois (3-3, 35'20"). Un but coup de poignard pour les Morzinois qui repartent tout de suite à l'attaque. Tartari se fait piquer le palet à la ligne bleue par Guillaume Doucet qui centre pour Konrad Redeer lequel transperce Raibon d'un puissant one timer en lucarne (3-4, 36'20").

Les choses se compliquent pour Grenoble lorsque Suzzarini part en prison pour deux minutes. Les Brûleurs de Loups parviennent à tuer la pénalité mais ils ne font pas attention à Mickael Brodin qui fait tranquillement le tour de la cage avant de lancer le palet sur la culotte de Raibon qui voit le palet rentrer malencontreusement dans sa cage (3-5, 38'48"). Dans les dernières secondes, Grenoble a l'occasion de revenir à un but mais le palet finit sa course sur le poteau alors que Buysse était complètement perdu dans son slot.

Evan Cheverie et Mike Vaskivuo se retrouvent en prison dès le début de la seconde période. De nouveau à quatre contre quatre, Grenoble trouve le chemin des filets sur un débordement côté droit de Tartari qui trouve la lucarne morzinoise (4-5, 41'40"). Les Brûleurs de Loups montrent plus d'envie dans ce début de troisième tiers et reprennent espoir avec cette rapide réduction du score. Les Grenoblois lancent toutes leurs forces dans la bataille mais laissent aussi des espaces avec des contres toujours dangereux de Reeder ou Cheverie. Desrosiers explose la crosse de Jestin et se retrouve sanctionné ce qui n'arrange pas les affaires grenobloises. Morzine met cette fois une grosse pression sur le power-play et manque de peu de reprendre ses distances au score. Grenoble s'en sort et peut compter sur un Vaskivuo en défense comme en attaque pour accélérer le jeu… en vain malgré un bon tir de Tardif. Grenoble continue de se découvrir et Morzine est tout près du KO.

2013-02-19-Grenoble-Morzine5

Une grosse charge de Vaskivuo sur Szabo vaut deux minutes de pénalité au Grenoblois au plus mauvais moment. Heureusement pour lui, Cheverie commet une faute quelques secondes plus tard en faisant trébucher McGrane. Nouveau quatre contre quatre, une situation qui a bien souri aux Grenoblois ce soir. Ils font le forcing sur la cage de Morzine et obtiennent une pénalité de Shane Lust. À un peu plus de deux minutes de la fin, Dufour demande un temps alors que Grenoble va jouer quelques secondes à cinq contre trois puis à cinq contre quatre. Mais le coach grenoblois tarde inexplicablement à sortir Raibon alors qu'il aurait pu jouer le surnombre à six contre quatre. Il se décide finalement mais trop tard alors qu'il ne restait que trente secondes à la pénalité de Lust. Morzine s'impose sur le fil !

Les Pingouins de Morzine sont vraiment allés chercher l'avantage de la glace dans les play-offs avec cette victoire à Pôle sud ce soir. Plus présents, plus offensifs, ils ont pris à la gorge une équipe grenobloise bien terne et ont su profiter de certaines offrandes de la défense grenobloise pour faire la course en tête au tableau d'affichage. Avec un Konrad Reeder en fer de lance, l'attaque morzinoise a du répondant avec les Lust, Szabo et autre Cheverie. La troisième ligne n'est pas en reste et un sixième but valable a même été refusé aux attaquants morzinois, très en réussite ce soir. Si l'attaque des Pingouins est séduisante, la défense est en revanche bien friable à l'image des boulevards parfois laissés devant la cage de Henri-Correntin Buysse qui a fait preuve d'une grande fébrilité ce soir avec beaucoup de rebonds laissés dont les attaquants grenoblois n'ont pas profité. Il faudra donc resserrer les rangs avant de recevoir Villard vendredi pour le début des play-offs.

Les Brûleurs de Loups sont pour leur part passés à côté de leur sujet, encaissant une cinquième défaite à domicile en Ligue Magnus, une huitième toutes compétitions confondues. Une rechute après cinq succès d'affilée acquis à Pôle Sud face à Mulhouse, Epinal, Caen, Strasbourg et surtout Rouen. Cette contre-performance tombe au plus mauvais moment et fait perdre l'avantage de la glace à Grenoble qui termine la saison régulière à une piètre neuvième place, le plus mauvais résultat depuis la remontée dans l'élite du hockey en 2000. Après deux septièmes places, pas de quoi sauter au plafond avec le bilan de Jean-François Dufour derrière le banc des Brûleurs de Loups. Car le quasi miracle de la saison dernière en play-off ne se reproduira sans doute pas tous les ans…

En tout cas, les Brûleurs de Loups devront montrer bien plus en play-offs que ce soir où ils ont manqué singulièrement d'intensité pendant deux tiers-temps avant de montrer enfin un peu plus d'engagement au début du troisième tiers. Mais il était trop tard, les nombreuses erreurs défensives avaient déjà coûté cinq buts et le manque de réalisme offensif symbolisé par Desrosiers, auteur de zéro but en 25 matchs de Ligue Magnus, a fait le reste alors que l'égalisation était à portée. Et comme Sébastien Raibon a livré une prestation quelconque pour ne pas dire moins, Grenoble est passé à côté d'une belle opportunité de débuter les play-offs à domicile.

Seule satisfaction ce soir, le retour de Luc Tardif qui a apporté un vrai plus à l'attaque grenobloise. Une solution offensive supplémentaire pour Dufour qui n'en a pas tant que ça même s'il pourrait plus utiliser Joris Bedin. Les Grenoblois sauront-ils se transcender comme l'année dernière en play-offs ? Première réponse ce vendredi à Gap pour le début de la série du premier tour !

Désignés meilleurs joueurs du match : Christophe Tartari (Grenoble) et Konrad Reeder (Morzine-Avoriaz)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré et TéléGrenoble) :

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : « On a eu nos chances à la fin. On aurait pu la mettre au fond sur des rebonds mais c'est un de nos gros problèmes, il faut être prêt à payer le prix autour de la cage… J'ai besoin de 20 joueurs, ce soir dès le début du match j'ai 3 ou 4 joueurs qui ne sont pas là du tout. Ils font des erreurs, du mal à notre équipe. Ils sont arrivés forts, on n'a pas été prêt à jouer à leur intensité, ensuite on fait des erreurs presque stupides, à chaque fois on revient au score et on leur donne des grosses chances de marquer derrière. Il va falloir jouer beaucoup mieux que ça dans les play-offs. Notre problème, c'est que les cinq gars sur la glace ne jouent pas ensemble. Ils le font seulement quand ils n'ont plus le choix. En play-offs, les erreurs de ce soir nous condamneront. On va devoir montrer notre caractère, ce qu'on a dans le ventre. » 2013-02-19-Grenoble-Morzine6

Julien Baylacq (capitaine de Grenoble) : « On est déçu forcément du résultat. On fait pas du tout un bon match. En tout cas les deux premiers tiers sont vraiment pas bons et on avait à cœur de direct se mettre en vue des play-offs dans une bonne dynamique et ce n'est pas chose faite ce soir. Il faut un déclic, on ne peut pas se permettre de faire des matchs comme ça en play-off. On répète depuis un moment qu'il faut que les cinq joueurs qui sont sur la glace jouent tous ensemble et pas chacun de son côté, se supporter beaucoup plus et c'est ça qu'on ne fait vraiment pas bien. Il va vite falloir se remettre au boulot sinon la route ne va pas être longue en play-off. »

Tom Hartogs (entraîneur de Morzine-Avoriaz) : « On sait que le classement est vraiment serré et si nous on voulait commencer avec l'avantage de la glace, on devait prendre minimum un point aujourd'hui. On a fait un bon match, on a dominé le premier tiers-temps. Le deuxième tiers-temps était pour eux mais on mène 5-3 et au troisième tiers-temps ils ont mis la pression, c'était dur mais notre équipe s'est vraiment battue jusqu'à la fin. Et je pense qu'on a mérité de gagner ce match. Les play-offs commencent vendredi, ce sera tout le temps des matchs comme celui-là, très serré. On travaille pour ça toute l'année. Je trouve que les buts qu'on a donnés étaient des cadeaux, c'était deux mauvais changements plus une faute de défenseur, d'un autre côté notre gardien a été super et il a arrêté plusieurs bonnes occasions de Grenoble. On est content de commencer à la maison. Après deux défaites en Ligue Magnus contre Villard, à nous de montrer qu'on a une meilleure équipe que Villard. »

Matthieu Le Blond (attaquant de Grenoble) : « C'est une soirée sombre. On entame les phases finales de la plus mauvaise des manières avec une confiance réduite. C'est dommage, on restait sur deux bons matchs face à Rouen et Briançon et là on redescend d'un cran dans l'intensité. »

François Ouimet (attaquant de Grenoble) : « C'est décevant. On va mettre ce match de côté. Maintenant, tout le monde peut battre tout le monde. C'est dommage de ne pas avoir l'avantage de la glace, mais il faut tourner la page. »

Christophe Tartari (attaquant de Grenoble) : « On n'a pas réussi à jouer soixante minutes. Ce n'est que dans le troisième tiers qu'on s'est tous battus dans le même sens. »

 

Grenoble – Morzine-Avoriaz 4-5 (1-2, 2-3, 1-0)
Mardi 19 février 2013 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni assisté de Gwilherm Margry et Adrian Popa
Pénalités : Grenoble 26' (8', 2'+10', 6'), Morzine-Avoriaz 12' (4', 2', 6')
Tirs cadrés : Grenoble 41 (12, 12, 17), Morzine-Avoriaz 24 (9, 11, 4)

Évolution du score :

0-1 à 03'20" : Gaydon assisté de Doucet et Cheverie
1-1 à 06'42" : Ouimet assisté de Amar et Tardif
1-2 à 11'28" : Lust assisté de Redeer et Szabo
2-2 à 21'53" : Tartari assisté de Arrossamena
2-3 à 32'22" : J. Besson assisté de C. Papa et Brodin
3-3 à 35'20" : Tardif assisté de Dusseau et Amar
3-4 à 36'20" : Redeer assisté de Szabo et Weihager
3-5 à 38'48" : Brodin assisté de Lust et Doucet
4-5 à 41'40" : Tartari assisté de Ouimet et Bedin
 

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon (sorti de 58'53" à 60'00")

Défenseurs : Jason Crossman (A) - Sylvain Dufresne (2') ; Baptiste Amar (A) - Kévin Dusseau (2') ; Nicolas Antonoff - Maxime Suzzarini (2').

Attaquants : Francis Desrosiers (2') - Ed McGrane - Mike Vaskivuo (4') ; François Ouimet – Christophe Tartari – Mathieu Le Blond (10') ; Julien Baylacq (C) - Mathieu Briand - Nicolas Arrossamena (2') ; Luc Tardif Jr (2') - Joris Bedin – César Joffre.

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absent : Jordan Perret (fracture du pied).

Morzine-Avoriaz

Gardien : Henri-Correntin Buysse

Défenseurs : Numa Besson - Mathieu Jestin ; Riku Takala (2') - Robin Weihager ; Nicolas Lehericey - Thomas Evans.

Attaquants : Guillaume Doucet - Evan Cheverie (6') - Loïc Gaydon ; Shane Lust (2') - Peter Szabo - Konrad Reeder (A) ; Mickaël Brodin (C) - Cyril Papa (A) (2') - Josselin Besson.

Remplaçants : Frédéric Dorthe (G), Raphaël Papa, Théophile Mourin, Sacha Schmitt, Toni Kluuskeri. Absent : Johan Ohlsson (blessé).