Épinal - Chamonix (Ligue Magnus, quart de finale, match 3)

Sans Girard, pas d'espoir ?

Ravel Nicolas 1Il fallait s'y attendre. Sorti de ses gonds, mercredi, après avoir été percuté par Matthias Terrier (en marquant le troisième but chamoniard de la soirée), Gabriel Girard a vu son expulsion assortie d'un match de suspension.

Un coup dur (et même très dur) pour les Dauphins, déjà privés de Fabien Leroy, Peter Slovák... et ainsi forcés de confier leur filet à un Nicolas Ravel n'ayant fait que de rares apparitions chez les "grands" cette saison !

Sont-ils pour autant battus d'avance les Vosgiens ? Bien qu'éclipsé par l'absence du jeune gardien franco-canadien, le grand retour de Michal Petrák est loin d'être négligeable. Alex Stein récupérant un attaquant potentiellement susceptible de faire la différence individuellement. Comme l'excellent Danick Bouchard, auteur d'un fameux triplé mardi (4-2)... et seul buteur spinalien, le lendemain à Chamonix (1-4).

L'ICE a donc pu ramener une victoire de ce déplacement au pied du Mont-Blanc, chez l'une des quatre têtes de série. La plus abordable à priori, même si l'irrésistible ascension de ces Chamois si impressionnants depuis deux mois en faisaient de légers favoris.

aimonettoMais la vérité de la saison régulière n'est plus forcément celle des phases finales... où tous les compteurs sont remis à zéro. Même ceux des talentueux Carl Lauzon et Francis Charland, les fines gâchettes du CHC réunies sur un trio "à tout casser"... et bien soutenu par Omar Pacha, l'un des tout meilleurs défenseurs offensifs du championnat. Sans oublier Clément Masson, Matthias Terrier et Laurent Gras qui ont scoré quatre fois mercredi... et mis en émoi la "voix" emblématique des Chamois (connue pour s'en donner à cœur joie lors de chaque rencontre "internetisée") !

Présent à Poissompré pour assurer un direct audio, le commentateur "vedette" du CHC a pu juger de sa notoriété (et de sa popularité) auprès d'un public encore venu nombreux. Ses protégés, encore privés de Jay Latulippe (blessé à la cheville et toujours remplacé par Aimonetto aux côtés de Lauzon et Charland), ne vont pourtant guère lui donner la possibilité de s'enflammer. Audibert, bien lancé par Silvennoinen, touche pourtant du bois, d'entrée (01'29")...

Clé de voûte du dispositif défensif d'Alex Stein, Gabriel Girard rassurait ses coéquipiers par ses présence et ses arrêts. Bien moins chevronné, Nicolas Ravel n'apporte donc pas les mêmes gages de sûreté pour cette arrière-garde "rafistolée", où Chauvière doit encore jouer les utilités. L'ex-Montpelliérain patine sur les traces de son paternel (autrefois défenseur de métier au Vésinet) en disposant d'un gros de temps de glace aux côtés d'Ouimet. Et même en supériorité, dans un rôle contre nature pour l'habituel centre de la troisième ligne, normalement dévolue aux tâches plus obscuchauvièreres.

Yoann Chauvière doit donc couvrir les arrières d'un Danick Bouchard manquant d'exploiter un palet "baladeur" devant Clément Fouquerel (02'54"), tout heureux de voir ensuite Steven Cacciotti rater la cible à bout portant (03'03"). Deux occasions qui en appellent d'autres pour les Dauphins... surtout que les Chamoniards se montrent très indisciplinés, collectionnant les pénalités tout au long de ce premier tiers qu'ils passeront majoritairement en infériorité !

Un accrocher d'Arthur Cocar (03'18"), suivi d'un dégagement raté d'Omar Pacha (05'17"), ne font pourtant que confirmer les lacunes d'un powerplay hésitant, à l'image d'un Stéphane Gervais multipliant les mauvais choix. Réticent à tirer, il contribue grandement à l'inefficacité du jeu spinalien en supériorité. L'une de ces tergiversations lui vaut même de se faire contrer par Lauzon, parti dans une échappée avortée par le retour aussi désespéré qu'illicite du Franco-canadien (05'40").

Ne désemplissant décidément pas, les bancs d'infamie accueillent Gervais et Lauzon, conjointement sanctionnés sur cette action. Puis Laurent Gras, coupable d'une crosse haute à l'encontre de Ján Plch (07'00"). De quoi mettre à contribution un Fouquerel encore décisif devant Bouchard à bout portant, sur un bon service de Cacciotti (7e). L'Italo-canadien réceptionnant ensuite un centre tendu de Bouchard, passant lui aussi tout près d'ouvrir le score (07'22")...

Bien partis pour sortir renforcés de ce temps faible, les visiteurs finissent tout de même par s'avouer vaincus, sur un slap de Sušanj redirigé par Casavant dans le haut du filet. On croit au but mais les référés invalident cette réalisation, qu'ils estiment entachée d'une crosse haute (10'05").

On se dit alors qu'Épinal a laissé passer sa chance surtout qu'Anthony Rapenne, sanctionné d'un accrocher (12'19"), doit laisser ses coéquipiers affronter le powerplay alpin. Et après plusieurs tirs contrés, Arnaud Hascoët finit par prendre un lancer lointain mal maîtrisé par Nicolas Ravel, qui le relâche devant lui. D'où jaillit l'expérimenté Laurent Gras (0-1 à 12'56")...

massonCe rebond est lourd de conséquence pour les Dauphins, qui s'appuient essentiellement sur la dynamisme et la vivacité de Danick Bouchard pour créer le danger. Une unidimensionnalité les exposant tout particulièrement aux contres adverses, comme sur cette incursion de Masson freinée par Ravel (15'46").

Mais l'habituelle doublure de Gabriel Girard se troue, en beauté, serrant les bottes trop tardivement sur un tir d'Omar Pacha. Lauzon, posté côté droit, ayant renversé sur un Charland centrant presqu'aussitôt vers Pacha, pour une reprise gagnante du défenseur québécois (0-2 à 17'21"). Lequel remet ça dans la foulée, en récupérant la rondelle dans sa zone (sur une mauvaise passe d'Hagelberg) pour mettre sur orbite un Carl Lauzon s'en allant "facilement" glisser son revers entre les jambières (0-3 à 19'08").

Deux grosses bévues de Ravel ont donc permis à Chamonix de virer en tête à l'issue d'un premier tiers qui aura vu les Dauphins gaspiller pas moins de cinq supériorités. Le pire était donc redouté pour cet acte médian mais Nicolas Ravel, ragaillardi se reprend en sortant deux splendides mitaines sur des maîtres-tirs décochés par Carl Lauzon (20'48") et Jérémy Ares (21'00").

Bouchard... et les autres !

De quoi redonner confiance à ses coéquipiers, solides en infériorité, qui vont parvenir à dégager le palet loin devant. Derrière la cage d'un Clément Fouquerel refilant la rondelle à un Omar Pacha chargé de la remonter. Sauf que le Québécois en perd le contrôle... la laissant à disposition d'un Danick Bouchard qui n'en demandait pas tant (1-3 à  22'03").

Ce n'est décidément pas la soirée des powerplay dans ce qui s'apparente plus à une banale rencontre de Coupe de la Ligue qu'à un vrai match de play-offs, avec deux équipes rivalisant de maladresse en supériorité. Et très loin de livrer leur meilleur hockey. Reste l'engagement de Gašpr Sušanj et Maxime Ouimet (qui font parler leur physique le long des bandes) et l'explosivité d'un Danick Bouchard à surveiller comme le lait sur le feu. C'est lui qui, pour une fois, lance Gauthier face au gardien (25'56")... avant de prendre Hascoët de vitesse pour s'en aller buter sur Fouquerel (26'49").

S'il en est qui bouchard danick9éclabousse ce match de son talent, c'est bien Danick Bouchard, omniprésent et encore très au-dessus du lot techniquement. Et plus impressionnant qu'un Clément Masson ou un Carl Lauzon, pourtant les seuls Chamoniards capables de tirer leur trios vers le haut. Comme sur cette supériorité bien négociée par Lauzon, qui a tout loisir de contourner le box-play pour voir Terrier, inexplicablement démarqué près du gardien. Lequel ne se fait pas prier pour tromper Ravel, de près (1-4 à 28'17").

Livré à lui-même sur ce coup, Nicolas Ravel se venge sans tarder, d'une jolie mitaine devant ce même Matthias Terrier (29'35"). Riku Silvennoinen voit lui-aussi son slap bien capté (33'41") par un gardien repoussant également Alexandre Audibert, venu le défier du revers (35'04"). Autant d'arrêts importants permettant à l'ICE de rester dans la partie. Un semblant d'espoir renaît même sur ce palet récupéré côté gauche par Cacciotti, qui échappe à Silvennoinen pour repiquer vers la cage et placer son revers à mi-hauteur, par-dessus la mitaine de Fouquerel (2-4 à 38'19").

Ce match, qui avait perdu tout son intérêt, retrouve un peu d'attractivité. Surtout que Bouchard se joue très habilement de Cocar en un-contre-un pour s'ouvrir le chemin des filets, déposant au passage Fouquerel avec beaucoup de sang froid, pour conclure ce "slalom géant" (3-4 à 39'41"). Encore un but venu d'ailleurs  pour  "l'extraterrestre" spinalien, qui tient décidément l'attaque vosgienne à bout de bras dans cette série !

Trop suffisant durant ce deuxième tiers temps, les hommes de Stéphane Gros n'ont pas su tuer un match relancé par ces Dauphins dépendants, offensivement, des accélérations de Bouchard. Mais le CHC se met définitivement à l'abri sur un tir étrangement "volleyé" par Francis Charland (3-5 à 43'20"). Contestant une crosse haute du Canadien sur cette action, les Spinaliens sont déboutés par les référés. Le public gronde : ce n'est pas encore ce soir qu'Épinal se réconciliera avec les "zébrés"...

Excessivement nerveux (et très inefficaces en supériorité par-dessus le marché), les hommes d'Alex Stein ont donc laissé filer ce match importantissime, contre un adversaire à leur portée.

Ils ont pourtant répondu présent physiquement, en dépit d'un Michal Petrák fantomatique (comme s'il était insuffisamment rétabli de son hématome à la cuisse). Le centre tchèque a d'ailleurs fini par céder sa place à Yannick Offret, voyant du banc le déroulement d'un troisième tiers temps tellement accroché qu'il en sera réduit, dans sa deuxième moitié, à un enchaînement de pénalités.

Jamais résigné, Danick Bouchard s'est lui démené comme un beau diable tout au long de la soirée. Servi dans l'intervalle par Élie Raibon, le Canadien a bien tenté d'aller dribbler Fouquerel. Mais en vain (47e). Nicolas Ravel, de son côté, parvient à freiner une incursion de Clément Masson en supériorité (49'43"). Le jeune gardien spinalien ne s'en sera finalement pas si mal tiré, malgré ces deux premiers buts chamoniards où sa responsabilité est engagée.

Sans ce zéro pointé en supériorité (0/8) et cette entame ratée, nul doute qu'Épinal aurait pu terrasser les Chamois... et ainsi faire un grand pas vers d'historiques demi-finales. Mais au lieu de ça, les Dauphins se sont affublés d'une obligation de l'emporter samedi, à Poissompré. Avec Girard devant le filet... et dans une ambiance évidemment surchauffée !

Réactions d'après-match (dans Vosges Matin) :

Nicolas Ravel (gardien d'Épinal) : "C'était mon premier départ de match en Ligue Magnus. Ce n'était pas facile car je ne pensais qu'à ça depuis deux jours. La première période a été très dure avec trois buts encaissés dont le deuxième qui est complétement de ma faute. Après, je suis bien revenu dans le match et tous les joueurs m'ont bien aidé."

Alex Stein (entraîneur d'Épinal) : "Le match aurait été différent si on ne l'avait pas perdu dans la première période. L'équipe était très nerveuse. On a très bien joué dans les dix dernières minutes de la troisième période et aussi la deuxième. On a changé notre style en étant plus agressif. Je suis content et fier de Nico Ravel. Il a joué pour l'équipe en donnant son meilleur."

 

Épinal - Chamonix 3-5 (0-3, 3-1, 0-1)
Vendredi 8 mars 2013 à 20h15 à la patinoire de Poissompré. 1 500 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart et Damien Bliek, assistés de Matthieu Loos et Pierre Dehaen.
Pénalités : Épinal 20' (4', 10', 6') ; Chamonix 18' (12', 2', 4').
Tirs : Épinal 30 (11, 8, 11) ; Chamonix 32 (10, 12, 10).

Évolution du score :
0-1 à 12'56" : Gras assisté d'Hascoët et Lauzon (sup. num.)
0-2 à 17'21" : Pacha assisté de Charland et Lauzon
0-3 à 19'08" : Lauzon assisté de Pacha (inf. num.)
1-3 à 22'03" : Bouchard (inf. num.)
1-4 à 28'17" : Terrier assisté de Lauzon et Aimonetto (sup. num.)
2-4 à 38'19" : Cacciotti assisté de Ouimet et Bouchard
3-4 à 39'41" : Bouchard assisté de Chauvière et Gervais
3-5 à 43'20" : Charland

Épinal

Gardien : Nicolas Ravel.

Défenseurs : Maxime Ouimet - Yoann Chauvière ; Gašpr Sušanj - Stéphane Gervais ; Rémi Colotti - Jan Hagelberg.

Attaquants : Steven Cacciotti (C) - Sébastien Gauthier - Danick Bouchard (A) ; Benjamin Casavant - Michal Petrák [puis Offret à 40'] - Ján Plch (A) ; Anthony Rapenne - Yannick Offret [puis Maxime Martin à 40'] - Kevin Benchabane ; Élie Raibon.

Remplaçants : Guillaume Zaegel (G), Romain Mauffrey, Justin Chouleur, Kevin Pernot. Absents : Gabriel Girard (suspendu), Fabien Leroy et Peter Slovák (genou).

Chamonix

Gardien : Clément Fouquerel.

Défenseurs : Omar Pacha - Arthur Cocar ; Riku Silvennoinen - Damien Torfou ; Fabien Veydarier - Kai Öhberg.

Attaquants : Francis Charland - Richard Aimonetto (A) - Carl Lauzon ; Laurent Gras (A) - Clément Masson - Arnaud Hascoët ; Jérémy Ares - Alexandre Audibert (C) - Matthias Terrier ; Patxi Biscard.

Remplaçants : Tom Charton (G), Clément Colombin, Andreas Nilsson. Absent : Jay Latulippe (entorse à la cheville).