Rouen - Briançon (Ligue Magnus, demi finale, match 2)

Rouen n'est pas mort !

Dieu que Briançon, motivé par sa victoire d’hier (qui n'en avait guère besoin), au complet, avec un jeu de contre-attaque, a le chic pour brouiller les plans de Rouen qui s’en est sorti, cette fois, parce qu’il a joué dès le coup d’envoi et pendant soixante minutes. Dans le sillage d’un Bernier intenable, les Haut-Alpins n'ont jamais cessé de bondir à la cage rouennaise. Si le RHE76 est passé près de la correctionnelle en début du deuxième tiers, il empoche la victoire parce qu’il a su exploiter l’indiscipline briançonnaise. De quoi aborder avec un peu plus de confort les matches à René-Froger des plus compliqués. Mais pour cela, les Noirs et Jaunes peuvent compter sur leur offensive qui a tout de même pris le dessus sur la défensive des Diables Rouges.

Le RHE76 est dans le coup dès le début de la rencontre. Rech dévie le palet de Guénette et force Quemener à s’y reprendre en deux fois pour stopper la rondelle (0’59). Malheureusement, la bonne entame de match normande sera de courte durée. Le BAPHC profite de l’indiscipline de Stefanka qui cire le banc de la geôle pour une faute sur Linkomaa. Golicic glisse le puck sous les jambières de Lhenry (0-1 à 03’51). Moins d’une minute plus tard, Raphaël Faure, le long de la bande, à la bleue, égalise d’un tir masqué dans le haut des filets (1-1 à 04’35). Les Dragons surfent sur leur réussite et Rech reprend victorieusement un rebond de Tavzelj (2-1 à 06’21). Les Rouennais ont l’occasion de créer la cassure lorsque Bernier est prié de se rendre en cellule (6’30). Mais le jeu de puissance des coéquipiers de Thinel n’est pas à la hauteur.

Requinqués par cette infériorité maîtrisée, les Diables Rouges retrouvent des couleurs. Ils forcent Lhenry à ballotter sa cage et les arbitres le jugent coupable. Le gardien des Noirs et Jaunes brille en arrêtant un tir de Wysopal de prêt sur la gauche très bien trouvé par Bernier du cercle droit (11’10). Malgré tout, le portier devra s’incliner sur un lancer de Milovanovic monté dans le haut du slot, après une passe parfaite de Sivic tapi derrière le but (2-2 à 11’48). Le power-play des Briançonnais reste redoutable, avec 100% de réussite (2 sur 2) à ce moment de la partie.

On aperçoit Fredriksson faire un aller-retour douloureux sur la glace et quelques secondes plus tard, Bernier exécute un chef-d’œuvre d’opportunisme. Malgré le trafic, du cercle gauche, l’ailier trouve la lucarne de Lhenry (2-3 à 14’56). Ce derniert maintien son équipe dans le match lorsqu’il détourne un envoi de Sivic (16’15). Les joueurs des bords de Seine disposent d’une supériorité mais si Castonguay a bien une occasion (non cadrée), l’attaque des champions de France reste muette dans cet exercice. Surtout que Desrosiers y est pris par la patrouille. Mais à quatre contre quatre, en cette toute fin de tiers, les Seino-Marins, plus libres, sont plus à leur aise. Quemener devra s’employer remarquablement de la plaque sur un revers de Thinel pour préserver l’avantage des Hauts-Alpins à la première pause (19’20).

Si le power-play des coéquipiers de Bernier est souverain, leur box-play est tout aussi efficace. À la reprise, malgré une chance de Salmivirta déroutée par un brillant Quemener (23’22), ils annihilent sans dommage la pénalité de Frecon (23’53). Ensuite, les joueurs du bord de la Durance se montrent dangereux. Bernier n’est (pour une fois) pas précis (25’33). Labrecque est frustré par Lhenry (26’16). Après, les arbitres jugent un retard de jeu de Chakiachvili. Sur leur quatrième attaque à cinq de la soirée, les hommes de Rodolphe Garnier égalisent par l’intermédiaire de Salmivirta qui reprend dans le haut de la zone de vérité une passe de Thinel (3-3 à 28’20).

Puis, les deux gardiens flamboient. Gutierrez, en contre, force Quemener à un arrêt de la mitaine (31’10). Lors d’une attaque surnuméraire, Lhenry stoppe le lancer de Sivic pendant qu’Akerman couvrait la passe sur Bernier (31’31). Grâce à ce sauvetage, Le RHE76 peut prendre l’avantage pour la première fois dans ce match car Thinel reprend de volée une passe de Castonguay et fait mouche (4-3 à 34’00). Les Dragons mènent au tableau d’affichage pour la première fois depuis 94 minutes de jeu. Ils n’ont plus besoin de se ruer à l’attaque. Les Diables Rouges restent en embuscade. Alors la période médiane ne sera plus vraiment offensivement productive.

Dans le dernier tiers, le jeu semble cadenassé. Pourtant, Lhenry doit s’employer sur une déviation de Bernier (44’45). Le capitaine du BAPHC, véritable chef d’orchestre, trouve la solution deux minutes plus tard. Le Québécois a aperçu Szelig grimpé dans le slot. L’arrière ne gâche pas l’offrande du Canadien et le Hongrois n’a plus qu’à enfiler dans une cage ouverte (4-4 à 46’42).

Les Rouennais remettent la pression sur la cage adverse. Les esprits s’échauffent. Stefanka et Szelig danse une valse si élancée que les arbitres sont entrainés dans les tourbillons du couple de galants (48’33). À quatre contre quatre, Guénette a une occasion habilement avariée par Quemener (49’36). Tavzelj et Milovanovic se racontent des histoires de Slovènes… dans une prison bien garnie. S’il n’y a plus beaucoup de place dans les cachots, les espaces sur la glace jouent en faveur des techniciens de l’île Lacroix. Sivic surpris est condamné pour accrocher Desrosiers. Puis, Szelig en zone défensive commet un dégagement directement derrière le plexi. Les joueurs des bords de Seine jouent donc un double avantage numérique long d’une minute et douze secondes. On se dit que si Åkerman doit démontrer au public de l’île Lacroix qu’il a un slap c’est maintenant que le Suédois doit le sortir de sa crosse. L’arrière, à la pointe, ne manque pas le coche. Eh pan ! (5-4 à 52’28).

Il reste du temps aux locaux en avantage numérique. Guénette et Desrosiers ont des chances simultanées toutes deux repoussées par un Quemener plein de sang froid (53’47). Ensuite, Janil et Bernier sont jugé rugueux et sont invités à rejoindre le banc des punis. À quatre contre quatre, les joueurs du président Chaix sont toujours plus talentueux (surtout avec Bernier en prison). Durak se démarque dans le slot. Castonguay l’a aperçu et lui délivre une bonne passe que l’arrière envoi à ras la glace dans le filet (6-4 à 56’39).

Rodolphe Garnier prend son temps mort pour organiser la résistance aux dernières offensives désespérées des Briançonnais (57’58). Lors d’une remise en jeu offensive, Luciano Basile remplace son gardien par un attaquant supplémentaire. Incroyable, Golicic sort de nouveau de sa boîte pour enfiler un palet sorti du diable (rouge) vauvert après un lancer de Wysopal (6-5 à 58’02).

La fin du match est suspendue parce que le coach des visiteurs appelle un temps mort. De nouveau Quemener est remplacé par un joueur offensif. Mais les Rouennais résistent et remportent ce match spectaculaire au suspense et scénario prolifique. Pour eux, il s’agira de remporter un des deux matches à disputer à René-Froger, alors que la pression passera chez les Briançonnais qui, désormais chez eux, se doivent de finir la série et de battre Rouen deux fois de suite.

 

Rouen - Briançon 6-5 (2-3, 2-0, 2-2)
Samedi 16 mars 2013 à 20h30 au centre sportif Guy Boissière. 2680 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni et Alexandre Hauchart assistés de Yann Furet et Thomas Caillot.
Pénalités : Rouen 14' (8', 0', 10') ; Briançon 20' (6', 4', 10').
Tirs : Rouen 44 (18, 14, 12) ; Briançon 29 (15, 8, 6).
Occasions : Rouen 8 (3, 2, 3) ; Briançon 7 (3, 3, 1).

Évolution du score :
0-1 à 03'51" : Golicic assisté de Bernier et Labrecque (sup.num.)
1-1 à 04'35" : Faure assisté de Benoit
2-1 à 06'21" : Rech assisté de Tavzelj et Desrosiers
2-2 à 11'48" : Milovanovic assisté de Sivic et Jokinen (sup.num.)
2-3 à 14'56" : Bernier assisté de Sivic et Lafrance
3-3 à 28'20" : Salmivirta assisté de Thinel (sup.num.)
4-3 à 34'00" : Thinel assisté de Castonguay
4-4 à 46'42" : Szelig assisté de Bernier et Sivic
5-4 à 52'28" : Åkerman assisté de Castonguay et Thinel (double sup.num.)
6-4 à 56'39" : Durak assisté de Castonguay et Thinel
6-5 à 58'02" : Golicic assisté de Bernier et Wysopal


Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Lauri Lahesalu - Jonathan Janil ; Andrej Tavzelj (A) – Johan Åkerman ; Raphaël Faure – Miroslav Durak.

Attaquants : Julien Desrosiers – François-Pierre Guénette (A) – Anthony Rech ; Ilpo Salmivirta – Éric Castonguay – Marc-André Thinel (C) ; Romain Gutierrez – Loup Benoit – Juraj Stefanka ; David Fredriksson.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Léo Guillemain-Paillie, Florent Aubé, Dimitri Thillet, Yohann Saint-André.

Briançon

Gardien : Ronan Quemener (sorti de 57’58 à 58’02 et de 58’43 à 59’56).

Défenseurs : Viktor Szelig (A) – Brett Wysopal ; Michal Korenko – Jakob Milovanovic ; Teddy Trabichet (A) – Florian Chakiachvili.

Attaquants : Mijta Sivic – Toby Lafrance – Marc-André Bernier (C) ; Loïc Lampérier – Dave Labrecque – Bostjan Golicic ; Peter Bourgaut – Sébastien Rohat – Matthieu Frecon ; Cédric Di Dio Balsamo – Teemu Linkomaa – Olli Jokinen.

Remplaçants : Aurélien Bertrand (G), Thybaud Rouillard, Guillaume Michelon.