Épinal - Angers (Ligue Magnus, demi-finale, match 4)

albert julien1Clap de fin pour les Dauphins

Les Ducs ont peut-être fait le plus dur, la veille (5-3). Mais les portes de la finale, qu'ils ont entrouvertes, n'étaient pas encore totalement fermées pour les Dauphins, dans l'obligation de s'imposer pour garder le droit de rêver. Car cette quatrième manche risquait bien d'être sans lendemain pour les hockeyeurs spinaliens...

Si le retour de Fabien Leroy était fortement pressenti, celui de Michal Petrák l'était en revanche beaucoup moins. C'est même une surprise de voir le centre tchèque, souffrant toujours du genou, être aligné par un Alex Stein contrarié par l'indisponibilité d'un Jan Hagelberg certes équipé, mais pas en état de jouer (car commotionné, la veille, après qu'Éric Fortier lui était tombé dessus)...

Côté angevin, Jay Varady a lui choisi de faire confiance à Florian Hardy. Et bien lui en a pris, au technicien américain, car le MVP français du championnat régulier a bien failli blanchir des Spinaliens volontaires, mais arrivés tout au bout de leurs possibilités. Ils auront pourtant résisté un tiers-temps.... avant de totalement perdre pied durant l'acte médian !

Pressants d'emblée sous l'impulsion d'un Jonathan Bellemare très remuant, les Ducs d'Angers ont pris le match par le bon bout, faisant ainsi passer les premiers frissons dans les travées de Poissompré. Ils inquètent plus d'une fois Girard, le temps que la trappe spinalienne se mette en place... et que les défenses prennent le pas sur les attaques !

Ce round d'observation s'achève sur un faire trébucher de Slovák à l'encontre d'Henderson (05'50"). Une bonne opportunité pour le powerplay angevin, étonnamment gêné par le déploiement de Spinaliens très appliqués défensivement et se repliant rapidement sur chaque palet dégagé.

À ouimet maxime 4n'en pas douter, les consignes d'Alex Stein sont parfaitement respectées. Mais il suffit d'une passe en retrait contrée par le patin de Jimmy Bergamelli, derrière la cage de Girard, pour dévier la trajectoire d'un puck revenant à Fortier, qui trouve Gaborit bien placé, à bout portant (0-1 à 09'43"). Coup de froid sur Poissompré... et ça ne fait que commencer !

Sonné par un coup de crosse involontairement asséné par Gašpr Sušanj (aux prises avec Julien Albert), Gabriel Girard met quelques instants à récupérer (09'55"). Un incident sans conséquence pour des Dauphins bénéficiant ensuite d'une première supériorité (11'04"). Une bonne occasion d'évaluer les "progrès" d'un jeu de puissance toujours aussi laborieux dans son élaboration... mais tout près d'égaliser sur un centre de Bouchard destiné à Cacciotti. L'Italo-canadien, décalé au second poteau, voyant jaillir la mitaine d'Hardy (12'37")...

Plus présents physiquement que la veille, les Spinaliens ne manquent pas de répondant. Mais comme Angers garde le contrôle des opérations, Gabriel Girard croule sous les sollicitations. Il lui faut notamment frustrer Brian Henderson à bout portant (15'15") et sortir sa plus belle mitaine devant Jonathan Bellemare (15'32"). Harty, sur une accélération du frétillant Campbell, se signale également devant "Gaby" (16'37").

Éreintés par ces assauts répétés, les Vosgiens résistent sans pour autant profiter des rebonds souvent mal orientés d'Hardy. Il faut dire que le poids de l'attaque repose sur les épaules d'un Danick Bouchard surveillé comme le lait sur le feu par des Ducs bien organisés. Le duo Lévèque-Busto, chargé de son cas, le muselant même plutôt efficacement.

Michael Busto, justement, s'illustre rapidement au début bustode l'acte médian. D'abord dans un registre offensif, en se jetant pour ressortir une rondelle contrée dans sa zone. Puis en poursuivant son effort pour la récupérer et se hisser aux avant-postes, testant Gabriel Girard d'un tir bien repoussé.

Sur l'action, Maxime Ouimet est sanctionné d'une crosse haute sur Marc Bélanger (20'38"), ce qui permet au powerplay angevin de s'installer et de faire tourner. Le puck arrive sur Cody Campbell, excentré à la bleue, côté banc, qui prend un tir rasant finement dévié par Tomáš Balúch (0-2 à 21'11"). Busto, au second poteau, était de toute façon là. Au cas où...

Ça déroule...

Dans la foulée, Julien Albert y va d'un revers butant sur un ultime rempart (21'29") décidément très exposé... et sollicité de toutes parts !

Cette domination sans partage est amplifiée par un arbitrage parfois très permissif, qui laisse bien s'exprimer l'impact physique des Ducs. Comme cette charge dans le dos de Sušanj, qui ne retient pas l'attention de référés validant, dans la continuité de l'action, un troisième filet pour les protégés du président Juret. Jonathan Bellemare trouve Julien Albert, libre de tout marquage sur la gauche du gardien. L'Angevin parvient à expédier la rondelle par-dessus la mitaine, en pleine lucarne (0-3 à 29'15"). Dommage que ce joli but soit entaché d'une faute impunie par le duo Bourreau-Bergamelli...

Reposant sur de solides fondations, le jeu angevin, basé sur la récupération, laisse venir les attaquants spinaliens pour mieux contre-attaquer. Les Jeff May, Pavol Mihálik et autres Jonathan Harty ferment l'accès à la cage de Florian Hardy, bouclant un petit périmètre de sécurité que même Danick Bouchard peine à approcher. Et tandis que Girard laisse d'inquiétants rebonds, ses coéquipiers, dominés, subissent outrageusement. Plus de taille à lutter, ils ont totalement craqué physiquement. À bout de forces et à court de munitions. Comme la veille....

Inoffensifs, les Dauphins doivent se rendre à l'évidence. Il s'en était fallu de peu qu'ils reviennent doublement victorieux d'Angers, le week-end dernier. Mais ce soir, il n'y a pas eu photo. La tête veut... mais le corps ne suit plus !

Les hommes de Jay Varady ont partie gagnée. Plus forts dans tous les compartiments du jeu, ils maîtrisent leur sujet en donnant une belle impression d'invulnérabilité avec ces défenseurs intraitables devant leurs attaquants et ces ailiers se voulant incessamment pressants... et récupérant énormément de palets en ranallozone offensive.

L'emprise angevine ne se dément pas et les tirs pleuvent toujours sur Girard, qui les repousse inlassablement mais doit encore s'avouer vaincu, cette fois sur un missile décoché par Brian Henderson. L'international français, dans l'enclave, tire sur réception d'une bonne remise de Baluch (elle-même consécutive à une récupération d'Albert) pour décrocher les toiles d'araignées. Son slap, surpuissant, file sous la barre de Girard (0-4 à 35'34")...

Dépassés, les hommes d'Alex Stein se font à nouveau contrer. Cette fois en supériorité, avec un Brian Henderson filant côté gauche pour trouver Julien Albert, à l'opposé, dont le lancer frappé file entre les bottes d'un Gabriel Girard dépité (0-5 à 36'39").

D'une longue ouverture, Jeff May aperçoit ensuite Pavol Mihálik en train de sortir de prison. Le défenseur slovaque est ainsi lancé, dans le dos de la défense, vers un duel singulier paré du bouclier par l'homme masqué (38'38"). Une chance, pour Girard, qu'il ne s'agisse pas plutôt de Bélanger, Campbell ou Bellemare !

Bravo et merci !

Décidés à ne pas finir "fanny" devant leur public, qui les aura poussés tout au long de la soirée (malgré un gros coup de mou en deuxième période), les Dauphins jettent leurs dernières forces dans la bataille. Mais les Ducs, qui ne baissent pas leur garde (et cherchent à préserver l'invincibilité de Hardy), en ajoutent un sixième sur une accélération de Braden Walls côté gauche. L'ex-Briançonnais trouve Bélanger au centre, qui s'avance et feinte Girard pour le prendre à contre-pied et scorer du revers (0-6 à 44'14").

Les Spinaliens, qui se sont battus jusqu'au bout, sauvent l'honneur sur une remontée de Bouchard suivie d'un centre coupé par Offret (1-6 à 56'32"). Et en terminent sur un ultime forcing devant la cage d'Hardy, méritant l'ovation de leurs supporters sitôt la traditionnelle poignée de main échangée.

Le temps des au-revoir (et des adieux) étant venu, c'est avec un petit pincement au cœur (et avec les yeux rougis, à l'image de Ján Plch ou d'un Benchabane submergé par l'émotion) qu'ils ont tous communié, une dernière fois, sous les vivas d'une foule qui n'oubliera pas de sitôt ces play-offs exceptionnellement réussis...

 

Réactions d'après-match (dans Vosges-Matin) :

Benjamin Casavant (attaquant d'Épinal) : "Personne ne peut se reprocher grand chose ce soir. On a tout donné. Je pense que la fatigue a beaucoup joué aujourd'hui. Tout ceux qui étaient derrière les Dauphins nous ont beaucoup aidé. On a formé une équipe et une famille. Peu importe comment se passe une saison, l'important ce sont les séries finales."

Sébastien Gauthier (attaquant d'Épinal) : "Le désir était là, mais pas les jambes. C'est difficile mais voir encore autant de monde dans la patinoire alors que c'est fini, cela fait beaucoup de bien. On voulait ramener un trophée. Ce n'est pas arrivé mais on s'est donné et on a donné beaucoup de joie. Le hockey, c'est aussi ça, de vivre des émotions avec tous ces gars. On est allé le plus loin que l'on pouvait et il n'y a pas de honte à dire que l'on a été battu par une équipe qui était meilleure. C'est la loi du hockey."

 

Épinal - Angers 1-6 (0-1, 0-4, 1-1).
Mercredi 21 mars à 20h15 à la patinoire de Poissompré. 1400 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau et Jimmy Bergamelli assisté de David Courgeon et Pierre Dehaen.
Pénalités : Épinal 6' (2', 2', 2') ; Angers 8' (2', 4', 2').
Tirs : Épinal 22 (8, 8, 6) ; Angers 40 (18, 15, 7).

Évolution du score :
0-1 à 09'43" : Gaborit assisté de Fortier
0-2 à 21'11" : Baluch assisté de Campbell et Harty (sup. num.)
0-3 à 29'15" : Albert assisté de Bellemare
0-4 à 35'57" : Henderson assisté de Baluch et Albert
0-5 à 56'39" : Albert assisté d'Henderson et Busto
0-6 à 44'14" : Bélanger assisté de Walls
1-6 à 56'32" : Offret assisté de Bouchard et Chauvière

Épinal

Gardien : Gabriel Girard.

Défenseurs : Maxime Ouimet - Yoann Chauvière ; Gašpr Sušanj - Stéphane Gervais ; Peter Slovák - Fabien Leroy ; Rémi Colotti et Romain Mauffrey [à partir de 50'].

Attaquants : Steven Cacciotti (C) - Sébastien Gauthier - Danick Bouchard (A) ; Benjamin Casavant - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Kevin Benchabane - Yannick Offret - Élie Raibon ; Anthony Rapenne, Kevin Pernot [à partir de 50'].

Remplaçants : Nicolas Ravel (G), Jan Hagelberg.

Angers

Gardien : Florian Hardy

Défenseurs : Gary Lévèque - Michael Busto ; Jonathan Harty - Michael Steiner ; Jeff May - Pavol Mihálik.

Attaquants : Jonathan Bellemare (C) - Braden Walls - Marc Bélanger (A) ; Éric Fortier - Cody Campbell - Marcello Ranallo [ou Robin Gaborit] ; Tomáš Balúch - Brian Henderson - Julien Albert (A) [ou Valentin Michel].

Remplaçants : Alexis Neau (G), Étienne Chiappino, Nicolas Hébert, Léonard Nalliod-Icazard. Absents : Juho Jokinen (étranger surnuméraire), Charlie Doyle (blessé).