Chambéry - Cergy (Division 2, quart de finale retour)

Finalement deux tiers font une demi !

Après leur prometteur match nul obtenu à Cergy au match aller, les Éléphants gardaient toutes leurs chances de qualification pour les demi-finales de leur championnat, du jamais vu encore à Buisson-Rond de mémoire d'Éléphant ! Aussi c'est devant des travées pratiquement pleines (912 spectateurs) et une ambiance colorée que Jean Catarino sifflait l'engagement.

Les Chambériens démarraient avec le quintet habituel (Bigot, Escolier, Rakanovic, Sadoine, Jindrich) tandis que les "Jokers" de Martin Lacroix, pour annoncer la couleur, alignaient leur trio majeur en attaque (Domian, Manfreda, Mjelleli) et le duo Lachat-Zich en défense. Du côté des gardiens, Romain Farrugia et le Néo-Zélandais Rick Parry débutaient la partie. Chambéry déplorait l'absence des deux "Grenoblois" Delemps (suspendu) et Bogdanoff (blessé) ; la défection de ce dernier était heureusement compensée par le grand retour de Lucas Orts, après de longues semaines d'absence pour blessure.

Rémy Enselme, dont les directives étaient d'assurer un gros pressing dès le départ, voyait ses attaquants tirer et marquer les premiers. À moins d'une minute de jeu, Lukas Bacul récupérait un palet conquis par Grabit et Lavrov pour un premier but chambérien qui cueillait à froid Parry. Ce dernier subissait ensuite avec plus de réussite plusieurs assauts, de près comme de loin, signés Lavrov, Bigot ou Rakanovic. Les banlieusards ne tardèrent pas à se rebiffer et à porter le danger sur la cage de Farrugia où ils récoltaient rapidement le bénéfice d'une pénalité sifflée contre la défense chambérienne. Dans leur premier power-play, Zich d'un tir tendu des six mètres trompait Farrugia gêné par le trafic (2'08).

L'intensité ne baissa pas après cette égalisation grâce à l'infatigable Petr Zich remontant des palets sur son aile ou des tentatives des locaux bien stoppées par un Parry souverain lors du premier power-play chambérien (7'30). À partir de la dixième minute, les Éléphants se créèrent plusieurs bonnes occasions, notamment par Lavrov, Bacul ou Rakanovic. À 15'19, le "portier kiwi" de Cergy, jusque là impeccable, se faisait remplacer par Lemaître; comme il fallait s'y attendre de la part d'une équipe portée sur l'offensive, ce dernier n'eut pas le temps de s'échauffer beaucoup et reçut un feu nourri avant de s'incliner sur un lancer de Bigot sur passe d'Escolier (16'14). Parry, de retour aux affaires, s'opposait ensuite à Bacul (18'30). On atteignait la fin du tiers quand, après un bon travail de d'Escolier et Bigot dans la récupération, Rakanovic signa un petit exploit sur son aile droite; après s'être débarrassé de son "garde du corps" et pratiquement de la bleue, il envoyait un missile sous la transversale de la cage francilienne qui souleva l'enthousiasme dans les travées.

À l'entame de la deuxième période, on retrouvait les mêmes pour l'engagement et pour un quatrième but chambérien signé à nouveau Rakanovic d'un tir imparable de la droite (20'18). Le pressing demandé par le coach continuait à payer pour les Éléphants puisque dans la minute suivante, Lucas Orts fêtait son retour. Clin d'oeil à des semaines difficiles de récupération après blessure, c'est le kiné (Nicolas Drewniak) qui le remettait en selle pour un lancer de la gauche et en pleine lucarne (21'34). Après un temps mort demandé par Cergy et un nouveau changement de gardien, continuant leur pressing, les "jaune et noir" assiégeaient la cage francilienne. Néanmoins, mettant à profit des replacements un peu approximatifs des attaquants locaux en zone défensive, les Jokers avaient un maximum de réussite en marquant deux fois en trois minutes (22'35 et 25'53).

Les Éléphants avaient ensuite une période difficile. Poussés par une équipe de Cergy ragaillardie, ils accumulaient les pénalités et subissaient pendant près de dix minutes, tantôt à 4 contre 5, tantôt à 3 contre 5, face au gros bloc de power-play constitué par le coach Martin Lacroix (Mjelleli, Kriajcik, Domian, Zich et Manfreda). Le jeune Pons, impressionnant de vivacité, Sadoine, Kevin Enselme, Jindrich, Rakanovic ou Grabit, solides au contact, défendaient avec abnégation l'avantage en cours dans une partie que les visiteurs, à l'instar de Domian, Manfreda ou Kriajcik, tentaient de durcir.

Les arbitres, connaissant aussi leur partition, ne perdaient heureusement pas le contrôle. Peu à peu les Savoyards redressaient la tête, poussaient Manfreda à la faute et réussissaient à rééquilibrer les débats. Orts sonnait la révolte par une belle échappée sur son aile (34'55), c'était ensuite au tour d'Escolier de tenter sa chance de loin (36'53). Lukas Bacul, qui s'était fait un peu oublier pendant que son équipe était repliée en défense, faisait une nouvelle fois étalage de ses dons de buteur. Il échappait au dernier défenseur, contournait la cage et en se retournant ajustait de la droite un lancer qui faisait mouche (37'48). Les locaux gardaient la main sur le match : Davor Rakanovic s'offrait un "hat trick" après de beaux échanges avec ses compères Bigot et Jindrich, et Bacul échouait ensuite (38'48) de très très peu.

Au cours du troisième tiers, si les Franciliens firent le métier en essayant de prendre le jeu à leur compte, les Savoyards surent de leur côté gérer la situation, bien installés sur un matelas confortable de 4 buts d'avance. Ils s'offraient même quelques occasions comme ce contre d'Orts (41'47). Il y eut, certes des situations chaudes en infériorité numérique pour le SOC, avec notamment un tir sur le montant de Farrugia (48'22), mais le gardien chambérien faisait une fois encore une grande partie et décourageait peu à peu les velléités des visiteurs alors que le temps s'écoulait.

Dans les dix dernières minutes, Mjelleli, "le super Mario du Minnesota" y perdait son calme et les attaquants chambériens reprenaient la main. Marcon (52'20) voyait son tir dévié par l'épaule du gardien, Lavrov arrivait trop tard sur un centre de Bigot (55'02), Lavrov, encore, emporté par son élan, rentrait seul dans la cage (55'58) mais c'est finalement à Fabien Marcon que revint l'honneur de fermer le ban par un tir bien placé qui parachevait une belle action menée par Lavrov et Bacul qui soignaient ainsi leurs stats (58'07). Le temps mort demandé alors par Rémy Enselme fut un prélude à des réjouissances collectives alors que plus de 900 supporteurs sautaient en cadence dans les tribunes. Lavrov faillit conclure dans la dernière minute, mais cette cerise sur le gâteau de Savoie aurait été certes incongrue.

Ce prochain samedi, les Éléphants accueilleront le HC Cholet, grand favori à la montée qui viendra en Savoie affronter une veille connaissance. Les Éléphants (qui sont, rappelons-le, les seuls à avoir infligé une défaite en saison régulière au leader de la poule A) seront certainement une fois encore poussés par un public chaud-bouillant et avide d'exploit !

Commentaires d'après-match

Rémy Enselme (entraîneur de Chambéry) : "Au cours de ces play-offs, un vrai groupe s'est formé. Tout le monde, les plus jeunes comme les anciens veulent aller au bout. On a construit en début de saison une équipe de travailleurs renforcée par des talents offensifs. On a eu un passage des plus délicats au deuxième tiers et on a su s'en sortir. Quand on joue comme ce soir en défense comme en attaque, on peut battre n'importe quelle équipe de D2. Nous n'avions pas préparé de stratégie particulière pour ce match retour. La consigne était d'exercer un pressing dès le début pour marquer psychologiquement l'adversaire. Je ne voulais pas qu'on réitère le mauvais premier tiers du match aller. Ce soir le spectacle et les spectateurs étaient au rendez-vous. C'est bien pour le club et pour le hockey après ces dernières années où on a trimé. Nous ne serons pas favoris contre Cholet et c'est bien ainsi car le rôle d'outsider nous va bien."

 

Chambéry - Cergy 8-3 (3-1, 4-2, 1-0)
Samedi 23 mars 2013 à Buisson-Rond. 912 spectateurs.
Arbitrage de Jean Catarino assisté de Florian Robert et Laurent Roueche.
Pénalités : Chambéry 22', Cergy 22'.

Évolution du score:
1-0 à 00'53" : Bacul assisté de Grabit et Lavrov
1-1 à 02'08" : Zich assisté de Domian et Kriajcik (sup. num.)
2-1 à 16'14" : Bigot assisté d'Escolier et Grabit
3-1 à 19'55" : Rakanovic assisté de Bigot et Escolier
4-1 à 20'18" : Rakanovic assisté de Bigot et Farrugia
5-1 à 21'34" : Orts assisté de Drewniak et Pons
5-2 à 22'35" : Mjelleli assisté de Kriajcik et Manfreda
5-3 à 25'53" : Bogus assisté de N. Lachat et Manfreda (inf. num.)
6-3 à 37'48" : Bacul assisté de Grabit et Sadoine
7-3 à 38'48" : Rakanovic assisté de Bigot et Jindrich
8-3 à 58'07" : F. Marcon assisté de Lavrov et Bacul