Ligue Magnus (finale) : que les meilleurs gagnent

Tiens, tiens, comme on se retrouve... Après la finale du championnat 2010 et la finale de la Coupe de la Ligue en décembre dernier, Angers et Rouen se retrouvent à partir de ce soir, de nouveau face à face, en finale de Ligue Magnus. Cette dernière grande bataille de la saison, jouée au meilleur des sept matchs, pourrait mener les Dragons vers une quatrième consécration d'affilée. Ou les Ducs vers un premier sacre tant attendu.

Les deux équipes se sont déjà croisées sept fois cette saison. Avantage, pour l'heure, à Angers, vainqueur deux fois en championnat (6-2 à domicile et 5-2 en Normandie), d'un match de poule en Coupe de la Ligue (4-3) et en demi-finale de Coupe de France (3-0). Rouen, de son côté, n'a dominé les Angevins qu'à deux reprises, à chaque fois en Coupe de la Ligue. D'abord lors de la première phase (1-0) puis en finale à Méribel (4-3 ap).

Et voilà, du coup, les Dragons simples outsiders et non plus immenses favoris, face à un adversaire vainqueur de la saison régulière avec huit points d'avance. Une position peu habituelle pour le camp normand qu'il va falloir apprendre à gérer. Tout comme il faudra hausser le niveau d'un box-play déficient ces derniers temps.

Rouen a tout de même de beaux arguments : son expérience, son jeu de puissance et la confiance de ses attaquants qui ont su, en demi-finale, tromper à 19 reprises la défense de Briançon. Sept Rouennais ont d'ailleurs déjà marqué plus de trois buts lors de ces play-offs (Marc-André Thinel, François-Pierre Guénette, Julien Desrosiers, Anthony Rech, Éric Castonguay, Johan Akerman et Juraj Stefanka), contre seulement quatre pour Angers (Jeff May, Braden Walls, Cody Campbell et Julien Albert).

Mais les Ducs, depuis septembre, s'appuient sur la meilleure défense de France (54 buts encaissés en saison régulière, 17 en neuf rencontres depuis le début des play-offs). Certes, le gardien Florian Hardy a montré quelques signes de faiblesse en demi-finale contre Épinal. Mais ses lignes arrières, menées par un Jeff May très propre dans son jeu et dégageant un sentiment de sérénité sans faille, ne concèdent que peu de tirs au cours d'une partie. En attaque, Jay Varady a institué des lignes homogènes dont émergent quand même quelques individualités, comme Cody Campell, Éric Fortier ou Jonathan Bellemare. Les Français Julien Albert et Brian Henderson s'occupent, eux, du travail de sape le long des bandes et en infériorité. Mais d'autres (Tomas Baluch, Marc Bélanger) sont aussi ces temps-ci moins tranchants.

Reste une question : les Ducs trouveront-ils enfin les ressources pour gagner une finale ? Les joueurs de Jay Varady, favoris attendus en Coupe de la Ligue et en Coupe de France, ont à chaque fois trébuché sur la dernière marche.

Le programme

Angers – Rouen, premier match ce soir à 20 h 30. Saison régulière : à Angers, Angers bat Rouen 6-2 (6 octobre) ; à Rouen, Angers bat Rouen 5-2 (2 janvier).

La première équipe à quatre victoires sera déclarée championne de France. Deuxième match mercredi 27 mars à Angers (20 h 30), troisième match le vendredi 29 mars à Rouen (20 h 30), quatrième match le samedi 30 mars à Rouen (19 h 30), cinquième match si nécessaire le mardi 2 avril à Angers (20 heures), sixième match si nécessaire le samedi 6 avril à Rouen (21 heures), septième match le mardi 9 avril à Angers (20 heures).

Présentation écrite avec le concours de Sylvain Mareil et Thierry Fréchon.