Toulouse-Blagnac – Nice (Division 1, 26e journée)

Les Bélougas en D2

Et voilà la dernière journée du championnat de D1 version 2012-2013. Nice vient en Haute Garonne pour conforter sa place en play offs, alors que les locaux vont tenter de faire bonne figure pour cette dernière journée où ils n'ont plus leur destin entre leurs mains car une simple défaite d'Annecy suffirait à reléguer les Bélougas. La patinoire Jacques-Raynaud n'est pas remplie, l'ambiance est morose et dans les travées on parle déjà de D2.

Au coude à coude

Le match débute avec des Bélougas morts de faim. On sent que la consigne est claire, ne pas laisser Nice jouer. Les premières charges sont très appuyées. Akseli Mattila se jette et se charge de mettre la pression sur les attaquants niçois en stoppant toute tentative de remonter les palets contre la bande. Mais en dépit de cette stratégie, ce sont les visiteurs qui portent les premiers le danger. À la 5e minute, Stefan Rusnak déboule en plein axe, passe deux défenseurs et réussit à tirer en déséquilibre. Sami Koskela se couche bien. Le jeu du TBHC est bien moins technique et précis que celui des Niçois. Il s'appuie sur un jeu de contres. À la 6e minute, Jérémy Pradel seul en contre tente sa chance et voit le palet échouer sur la ligne, bien bloqué par Jimmy Lundberg.

Les Bélougas sont de plus en plus dominés, et les incursions niçoises en zone défensive sont de plus en plus fréquentes. Et ce qui devait arriver arriva. Sur une phase de supériorité numérique, Joni Raikkonen  place un tir puissant de la bleue qui termine au fond des filets. 0-1, Nice ouvre le score. Même si la possession du palet n'est pas en leur faveur, les joueurs du TBHC sont encore mordants en attaque et après un premier tir de Maxime Michaud repoussé,  Jimmy Lundberg doit s'incliner suite à une reprise de Christophe Ribanelli au ras des filets. 1-1, l'espoir demeure.

L'espoir demeure

Le deuxième tiers voit les Bélougas remonter sur la glace avec une rigueur défensive retrouvée. Les palets sont bien dégagés, mais la remontée des attaquants est très rapidement stoppée en zone neutre, car le jeu de passes est beaucoup trop hasardeux. Joni Raikkonen est intenable sur la glace. Il profite des erreurs de relance des Bélougas pour s'emparer d'un palet perdu à la 25e minute et tente un tir puissant de la bleue. Sami Koskela sort un arrêt miracle et préserve le score. C'est Nice qui fait le jeu. Et ce diable de Joni Raikkonen continue de faire des misères à la défense blagnaco-toulousaine. Il délivre une passe millimétrée à Karri Koivu qui trompe Sami Koskela déjà au sol. 1-2, Nice confirme sa domination.

Le TBHC peine à garder un rythme lui permettant de faire face au puissant jeu collectif des visiteurs. Alors que le tiers va s'achever et que le public regarde le tableau d'affichage pour pouvoir souffler, Olivier Gamache réussit à tromper le gardien niçois à une seconde de la sirène. 2-2, espoir quand tu nous tiens...

Une flamme bien vite éteinte

Ce dernier tiers, ce sont les 20 dernières minutes dont disposent les Bélougas pour tenter de se maintenir en D2. Mais dès les premières minutes on voit bien qu'ils n'ont plus de jus. Nice continue de jouer d'une façon fluide, alors que les joueurs du TBHC sont rincés. Stefan Majernik plante la première banderille, puis Nicolas Motreff vient creuser définitivement l'écart. 2-4.

Les Bélougas sont sur la glace sans y être. Tout le monde a compris que l'équipe n'a plus les moyens de tenir le match et de revenir. Dans un dernier sursaut d’orgueil, Sami Koskela laisse sa place à un 6e joueur sur la glace pour tenter d'inverser le score. Mais cette stratégie ne se révèle pas payante et Stefan Majernik envoie définitivement les Bélougas en D2 à 13 secondes de la fin. 2-5, la messe est dite.

Conclusion

Les Bélougas sont en D2. Ce match n'aura rien changé à la longue descente aux enfers de la fin de saison et qu'ils n'auront jamais réussi à enrayer. Le match sur lequel tout a basculé c'est celui de la première journée en retard face à Mont Blanc, le match de ce soir était presque joué d'avance. Les Bélougas ne peuvent que difficilement réaliser avec une équipe du niveau de Nice, et c'est en D2 qu'ils poursuivront leur parcours sportif. Pour les Niçois, la place en play offs est acquise et contrairement aux Bélougas ils vont pouvoir regarder vers le haut.

 

Toulouse-Blagnac - Nice 2-5 (1-1, 1-1, 0-3)
Samedi 23 mars 2013 à la patinoire Jacques Raynaud. 1123 spectateurs.
Arbitrage de Marie Tjana Picavet  assisté de Olivier Salicio et Mikaël Rommevaux
Pénalités: TBHC 40' (18', 2', 20'), Mont-Blanc 8' (0', 2', 6').

 

Évolution du score :
0-1 à 09'08" : Raikkonen assisté de Peränen (sup. num.)
1-1 à 15'01" : Ribanelli assisté de Michaud et A. Codevelle
1-2 à 30'50" : Koivu assisté de Raikkonen et Peränen
2-2 à 39'59" : Gamache assisté de Fournier et Palanto (sup. num.)
2-3 à 44'51" : Majernik assisté de Krotak
2-4 à 56'05" : Motreff assisté de Kumpulainen
2-5 à 59'47" : Majernik

 


Nice

Gardien : Jimmy Lundberg.

Défenseurs : Joni Raikkonen, Sylvain Roy, Jan Tomaska, Cédric Cheylan, Martin Dubaj,  Pierre Balbiano, Maxim Belov, Andrej Brejka.

Attaquants : Nathan Bernier, Karri Koivu, Arne Krotak, Stefan Majernik, Stefan Rusnak, Janne Kumpulainen, Aurélien Macon, Benjamin De Gubernatis, Jozef Slaninak, César Fleury, Joona Peranen, Nicolas Motreff.

Toulouse-Blagnac

Gardien : Sami Koskela.

Défenseurs : Kévin Codevelle, Valtteri Autio, Clément Blaser, Benoît Pourtanel, Akseli Mattila, Irwin Curtet, Terry Prunier, Maxime Michaud.

Attaquants : Jérémy Pradel, Olivier Gamache, Rémi Doroginsky, Clément Blaser, Sébastien Savajol, Bryan Ten Braak, Alexis Codevelle, Christophe Ribanelli, Tommy Flinck, Jimi Palanto, Karl Fournier.