Dynamo Moscou - SKA Saint-Pétersbourg (KHL, finale Ouest, match 6)

khl--st-petersburg 2008-09La saison 2012-2013 a accouché d'un choc de titans pour cette finale de la conférence Ouest. Une nouvelle fois, elle voit s'opposer le Dynamo Moscou au SKA Saint-Pétersbourg, comme l'an passé. Depuis, le Dynamo a remporté la Coupe Gagarine et le SKA, en quête de revanche, s'est rattrapé sur la dernière saison régulière. Ces retrouvailles s'annonçaient donc explosives entre deux énormes favoris du circuit KHL.

Pourtant, la série a pris une tournure très inattendue lorsque les Moscovites se sont imposés au bord de la Neva avant de faire la loi dans leur Loujniki Arena. Cela leur a donc permis, contre toute attente, de mener cette finale de conférence 3 manches à 0, à un succès donc d'une nouvelle finale de la Coupe Gagarine.

Au bord de l'élimination, l'armada pétersbourgeoise, auteur de 36 victoires en 52 joutes de saison régulière, a alors eu un sursaut d'orgueil que l'on n'attendait plus.

Ils se sont d'abord imposés largement (6-2) lors du match n°4 chez des Bleus un peu trop confiants. Ils ont ensuite remporté un match n°5 tout simplement épique, 2-1 en prolongation, Tony Mårtensson jouant les héros après 28 minutes de temps supplémentaire. Pour cette sixième rencontre, le SKA réussira-t-il l'impossible : forcer un septième et dernier match décisif ?

OHK Dynamo logoLe Dynamo Moscou compte bien l'en empêcher et sa domination dans les premières minutes est flagrante. Konstantin Kasyanchuk effectue d'abord un tir du revers, puis Denis Kokarev contourne habilement la défense adverse suite à un engagement gagné. Alors que Kevin Dallman offre un bon slap de loin qui sera l'unique opportunité du SKA Saint-Pétersbourg, les Bleus déroulent à la maison. Marek Kvapil opte pour un débordement côté droit, sa tentative passe à quelques centimètres.

À 5 contre 4, Konstantin Gorovikov frappe fort sur l'épaule d'Ilya Ezhov. Sergei Soin part lui comme une fusée couloir droit, son essai lui aussi passe près, à quelques centimètres de la lucarne. Kokarev, à quelques minutes de la pause, est contrarié par la mitaine d'Ezhov. Le SKA, surmené, peut s'estimer heureux d'être encore à 0-0.

La puissance du Dynamo ne fléchit pas en début de deuxième tiers, d'autant que Semenov charge irrégulièrement Konstantin Volkov. Cela permet à Filip Novak de placer une puissante reprise de volée. C'est logiquement que les Moscovites vont ouvrir le score mais finalement à forces égales.

Marek Kvapil part de sa zone défensive, remonte toute la glace, se place à droite face à Ezhov, lui fait croire à un tir direct mais il fait le tour de la cage. Ilya Ezhov n'y voit que du feu (1-0, 25'04"). Alors que Petruzalek est à deux doigts de réussir une déviation, Saint-Pétersbourg durcit son jeu, en bouchant avant tout les ailes, particulièrement perméables. Cependant, dans l'axe, Kvapil hérite d'une passe de Sergei Soin et ne se pose pas de question, son coup de balai bat Ezhov une deuxième fois en seulement trois minutes (2-0, 28'02").

Nous sommes à la mi-match et le SKA peine toujours à se créer des occasions franches. Suite à un contre favorable, Igor Makarov échoue tout de même de très peu. Ce n'est que partie remise. Fedor Fedorov effectue une fantastique incursion en attaque, passe entre plusieurs joueurs, frappe et est mis au tapis, le rebond est toutefois récupéré par Evgeni Artyukhin qui en profite (2-1, 34'13"). C'est le but de l'espoir mais les locaux vont de nouveau creuser l'écart. En avantage numérique, Denis Kokarev, excentré à droite, envoie à l'opposé vers Ilya Gorokhov qui mitraille de volée dans un angle quasiment impossible (3-1, 36'38").KVAPIL Marek-100509-236

Plutôt discret, le SKA Saint-Pétersbourg va passer la vitesse supérieure dès l'entame de la dernière période. Dmitri Vorobiov est clairement l'un des plus actifs, en touchant d'abord la jambière de Yeryomenko puis en tentant de conclure une sublime action en triangle initiée par Patrick Thoresen et Tony Mårtensson.

Vorobiov essaie même d'y aller seul par ses dribbles renversants mais Yeryomenko ne se laisse pas avoir. La survie du SKA est plus que jamais en danger et sa poussée laisse un boulevard dans son dos. Une passe flottante de Petruzalek est suffisante pour permettre à Kvapil de partir seul, sa petite feinte de corps déstabilise assez Ezhov qui lui accorde le coup du chapeau (4-1, 48'32").

La pression du SKA semble désormais vaine mais elle est omniprésente. Tandis que les coups de billard se multiplient, Sergei Konkov marque dans les filets, assurant un large succès du Dynamo (5-1, 55'10"). Une avance confortable qui aurait pu tourner au ridicule pour le SKA, pénalisé à deux reprises dans les dernières minutes, Ilya Ezhov s'est employé pour limiter les dégâts.

Le Dynamo Moscou se qualifie une fois de plus pour la finale de la Coupe Gagarine, la troisième pour le tacticien Oleg Znarok. La banderole de Luke Skywalker peut flotter dans la Louzhniki Arena, la force était sacrément avec eux. Quant au SKA, c'est un nouvel échec cuisant en finale de conférence pour la multinationale pétersbourgeoise.

Commentaires d'après-match

Marek Kvapil (attaquant du Dynamo Moscou) : "Le SKA nous a encore rendu la vie dure. Sur le premier but, mes yeux ne quittaient pas Ezhov, j'ai vu qu'il s'avançait trop vite et j'ai décidé de feinter. Ils n'avait pas le temps de se déplacer vers le coin. Ce n'est qu'après avoir marqué deux fois que nous avons pris confiance et commencé à montrer un grand hockey. Mais il ne faut pas se tromper. Pour gagner, il a fallu tout donner."

Aleksandr Medvedev (président de la KHL et membre du directoire du SKA Saint-Pétersbourg) : "Le directoire décidera du sort de Jalonen. Personnellement, je pense que le coach devrait rester. Prenez l'exemple du Dynamo. Znarok a 15-16 joueurs passés par le MVD. Maintenant, ils se comprennent parfaitement. Souvenez-vous, la première année, le MVD n'était pas allé en play-offs. Et les dirigeants étaient assez malins pour le laisser travailler. C'est une leçon pour les propriétaires, managers et sponsors. Une équipe ne se bâtit pas en un jour."

 

Dynamo Moscou - SKA Saint-Pétersbourg 5-1 (0-0, 3-1, 2-0)
Lundi 1er avril 2013 à 19h30 à la Loujniki Arena de Moscou. 7596 spectateurs.
Arbitrage de Rafael Kadyrov et Aleksei Belov assistés de Viktor Birin et Aleksei Medvedev.
Pénalités : Dynamo Moscou 8' (2', 4', 2'), SKA Saint-Pétersbourg 10' (2', 4', 4').
Tirs : Dynamo Moscou 20 (6, 8, 6), SKA Saint-Pétersbourg 21 (8, 6, 7).

Évolution du score :
1-0 à 25'04" : Kvapil assisté de Petruzalek
2-0 à 28'02" : Kvapil assisté de Soin et Petruzalek
2-1 à 34'13" : Artyukhin assisté de Fedorov
3-1 à 36'38" : Gorokhov assisté de Kokarev et Tsvetkov (sup. num.)
4-1 à 48'32" : Kvapil assisté de Petruzalek et Soin
5-1 à 55'10" : Konkov


Dynamo Moscou

Gardien : Aleksandr Yeryomenko.

Défenseurs : Filip Novak - Dominik Granak (+1) ; Janne Jalasvaara - Maksim Soloviev (+1) ; Ilya Gorokhov (A, +2) - Dmitri Vishnevsky (+1) ; Andrei Mironov (+1, 2') - Denis Barantsev.

Attaquants : Yuri Babenko (C, +1) - Sergei Soin (+3, 2') - Sergei Konkov (+1) ; Konstantin Volkov - Aleksei Tsvetkov - Denis Kokarev ; Konstantin Kasyanchuk - Konstantin Gorovikov (A, 4') - Aleksei Sopin (-1) ; Nikita Lukin - Jakub Petruzalek (+3) - Marek Kvapil (+2).

Remplaçant : Aleksandr Sharychenkov (G).

SKA Saint-Pétersbourg

Gardien : Ilya Ezhov [sorti de 52'48" à 55'10"].

Défenseurs : Yuri Aleksandrov - Kevin Dallman (-1) ; Dmitri Kalinin (C, -1, 2') - Andrei Pervyshin (-1) ; Aleksei Semionov (A, -1, 2') - Dmitri Vorobiov (-1) ; Georgi Berdyukov (-1).

Attaquants : Patrick Thoresen (A, -1) - Tony Mårtensson (-1) - Viktor Tikhonov (-2, 4') ; Artemi Panarin - Teemu Ramstedt (-1) - Mikhail Varnakov ; Maksim Afinogenov (-1) - Aleksandr Kucheryavenko (-1) - Igor Makarov (-2) ; Andrei Sigarev - Fedor Fedorov (-1) - Anton Burdasov ; Evgeni Artyukhin (2').

Remplaçant : Ivan Kasutin (G).