Rouen - Angers (Ligue Magnus, finale, match 6)

2013-04-06-Rouen-Angers4La dynastie de Rouen, qui reste sur trois titres consécutifs, ne tient plus qu'à un fil. Le RHE est mené dans une finale, ce qui ne lui était plus arrivé depuis... la finale contre Angers en 2010, dans ce qui avait marqué le début de la série actuelle de victoires normandes. À l'époque, Angers était aussi à un succès de la Coupe Magnus, mais n'avait jamais réussi à conclure. Un cauchemar que les Ducs veulent exorciser ce soir, eux qui ont perdu les deux finales de coupe cette saison.

Dos au mur, l'entraîneur rouennais Rodolphe Garnier tente le tout pour le tout en réunissant ses trois vedettes offensives sur une "ligne de choc" Desrosiers-Guénette-Thinel. La victime du remaniement est Anthony Rech qui reste sur le banc.

Mais si les vedettes rouennaises s'installent plusieurs fois en zone offensive dans les premières minutes, elles ne concrétisent pas. Angers applique un pressing énergique et se montre de plus en plus dangereux avec des attaques rapides. À mi-tiers, Julien Albert déborde Raphaël Faure sur l'aile droite et repique à la cage de Fabrice Lhenry. Brian Henderson exploite le rebond dans l'axe au nez et à la barbe d'Éric Castonguay (0-1).

La réaction rouennaise est mâtinée d'indiscipline. Juraj Stefanka se rend coupable d'une charge à retardement en zone offensive. La déviation devant la cage de Braden Walls en supériorité numérique fait passer un nouveau frisson dans l'île Lacroix. La pénalité est tuée mais Rouen n'arrive pas à réenclencher la marche avant face à une équipe angevine qui fait preuve de plus de maîtrise.

2013-04-06-Rouen-Angers3Rouen aborde le deuxième tiers-temps avec une volonté de changement. Rech fait son retour sur la deuxième ligne à la place de Salmivirta qui retourne, tandis que Loup Benoit repasse sur le banc. Les Dragons appuient un peu plus leurs actions, mais se font transpercer au moindre palet perdu. C'est vrai y compris lors de leur premier jeu de puissance du match, pour une crosse haute de Campbell au visage de Thinel. L'action la plus dangereuse est un 2 contre 1 que Brian Henderson, toujours déchaîné, ne parvient pas à conclure. Salmivirta, pour sa part, n'a pas réussi à prendre en cage ouverte un décalage de Stefanka.

Les Angevins devraient être encore plus confiants au retour à cinq contre cinq, mais le RHE ne leur en laisse pas le temps. Le super-trio se montre enfin : Julien Desrosiers conquiert le palet et Marc-André Thinel égalise par un tir du poignet du haut de l'enclave (1-1, 25'56"). Ce but change la physionomie de la rencontre. On retrouve alors des Dragons confiants et dominateurs. Ils s'installent dans le camp angevin, Faure décale Salmivirta pour un tir côté droit et Janil sert d'appui dans l'enclave pour décaler Stefanka qui signe un beau tir en angle (2-1, 32'35", photo ci-dessus à gauche).

L'élan a changé de camp. En plus, les Ducs perdent un défenseur-clé, Brad May, qui a pris un palet au niveau de la cuisse. Il reviendra au jeu avec un strap autour de la cuisse, avec dévouement à la cause mais pas forcément en pleine possession de ses moyens.

2013-04-06-Rouen-AngersLa troisième période reprend sur un rythme de folie. Les Angevins lancent les premières banderilles, puis Marc-André Thinel s'échappe seul vers la cage adverse. Florian Hardy réalise un arrêt-réflexe décisif de la plaque.

Après cette minute folle, les Dragons calment le jeu en soignant leur protection de palet. Cela a deux avantages : faire défiler le chronomètre sans danger, et provoquer la faute adverse. Gary Lévèque est ainsi envoyé en prison. Hardy pare un lancer de Fredriksson et Harty (!) détourne du gant un lancer de Guénette. En zone neutre, Julien Albert fauche le genou de Desrosiers et est sanctionné à son tour. À 5 contre 3, Thinel est servi deux fois dans l'enclave mais manque étonnamment ses tirs. À 5 contre 4, Akerman trouve une passe transversale vers Castonguay dans le cercle droit, mais Florian Hardy réussit une magnifique parade de la mitaine.

Grâce à son gardien, Angers est toujours vivant, et peut repasser à l'attaque. Tavzelj est sanctionné pour une charge incorrecte, une décision contestée par Fabrice Lhenry qui prend dix minutes de méconduite (purgées par Faure). La pénalité, sévère, est de toute manière tuée facilement, Janil se permettant même une contre-attaque.

2013-04-06-Rouen-Angers2Rouen s'applique désormais à préserver son avantage et ne laisse plus aucun espace à Angers pour accélérer. Les Ducs donnent tout, jusqu'à perdre un peu de lucidité. Le meilleur défenseur angevin Jonathan Harty rate ainsi le palet en zone neutre et Desrosiers a une opportunité de contre solitaire, non conclue. Jay Varady prend un dernier temps mort et emploie tous les jurons qu'il peut, mais son équipe n'a plus toutes ses jambes, ni toute sa tête. Une passe ratée de Fortier renvoie le palet dans son propre camp. Salmivirta signe un dernier but en cage vide avant le gong (3-1).

C'est un évènement dans le hockey français : pour la première fois, le championnat se jouera sur un septième match. Dans cette finale riche en rebondissements, Angers avait la maîtrise du jeu mais Rouen a repris la main à sa manière, en redevenant le patron sur la glace. Les Dragons n'ont jamais laissé aucune équipe être sacrée sur leur île Lacroix : si les Ducs veulent la coupe, ils devront l'obtenir chez eux.

Difficile de prédire l'issue du match décisif, la soirée la plus importante à tout jamais pour la vieille patinoire du Haras. Pour les Ducs, qui ont bâti une équipe pour ce titre 2013, ce sera la savoureuse apothéose ou le douloureux échec. Les vedettes angevines seront appelées à briller, elles qui sont restées dans l'ombre pendant que la troisième ligne de Henderson était la plus menaçante ce soir.

(photos de Christophe Delaville)

 

Rouen - Angers 3-1 (0-1, 2-0, 1-0)
Samedi 6 avril 2013 à 21h00 à l'île Lacroix.
Arbitrage de Bruno Colleoni et Matthieu Barbez assistés de Pierre Dehaen et Matthieu Loos.
Pénalités : Rouen 22' (2', 6', 4'+10'), Angers 12' (0', 6', 6').
Tirs : Rouen 34 (6, 16, 12), Angers 21 (7, 8, 6).

Évolution du score :
0-1 à 10'47" : Henderson assisté d'Albert
1-1 à 25'56" : Thinel assisté de Desrosiers
2-1 à 32'35" : Stefanka assisté de Janil et Fredriksson
3-1 à 59'53" : Salmivirta assisté de Stefanka (cage vide)


Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Johan Åkerman - Andrej Tavželj (A) ; Raphaël Faure - Jonathan Janil ; Lauri Lahesalu.

Attaquants : Julien Desrosiers - François-Pierre Guénette (A) - Marc-André Thinel (C) ; David Fredriksson - Éric Castonguay - Ilpo Salmivirta puis Anthony Rech à 20' ; Romain Gutierrez - Juraj Štefanka - Loup Benoit [puis Salmivirta à 20'].

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Miroslav Durák, Léo Guillemain, Florent Aubé, Mathieu Chevalier, Dimitri Thillet.

Angers

Gardien : Florian Hardy [sorti à 59'41"].

Défenseurs : Gary Lévèque - Michael Busto ; Jonathan Harty - Michael Steiner ; Jeff May - Pavol Mihálik.

Attaquants : Jonathan Bellemare (C) - Braden Walls - Marc Bélanger (A) ; Éric Fortier - Cody Campbell - Robin Gaborit ; Tomáš Balúch - Brian Henderson - Julien Albert (A) ; Marcello Ranallo.

Remplaçants : Alexis Neau (G), Étienne Chiappino, Nicolas Hébert, Léonard Nalliod-Icazard. Absents : Juho Jokinen (étranger surnuméraire), Charlie Doyle (choix de l'entraîneur).