Bélarus - Allemagne (Euro Hockey Challenge, match 1)

Pat Cortina parle biélorusse !

MULLER Marcel-110511-391Les deux "grands battus" des qualifications olympiques se retrouvent deux mois plus tard pour se relancer vers les Mondiaux. Ils n'en sont pas au même point. Au Bélarus, le championnat vient de se terminer, et il ne reste que quelques expatriés éparpillées à intégrer, mais ils ne s'annoncent pas très nombreux. Le sélectionneur a donc cinq lignes à disposition et tient à les garder toutes durant au moins deux semaines pour en garder quatre au bout du compte.

L'Allemagne est en revanche dans une version très provisoire car il manque les demi-finalistes du championnat. Pat Cortina aligne donc trois néophytes avec Patrick Seifert, Peter Lindlbauer et Bernhard Keil. La DEB, la fédération allemande (qui n'en manque décidément pas une !), en a même annoncé un quatrième, René Röthke, "oubliant" qu'il avait participé à une Deutschland Cup il y a plusieurs années ! Deux autres débutants prévus, Yasin Ehliz et Stephan Wilhelm, ont déclaré forfait.

Parmi les cadres, il y a Marcel Müller (qui évolue en Suède à Modo), qui ouvre le score sur une action à 4 contre 2 qui traduit une certaine négligence défensive locale. Les deux autres buts allemands seront inscrits par des "nouveaux venus". Contrairement au "faux débutant" René Röthke, auteur de l'égalisation en fin de match, on voit même Martin Hinterstocker récupérer le palet pour se garder un souvenir de son premier but en équipe nationale (un rebond côté gauche).

Le Bélarus, qui est souvent "mou du genou" en supériorité numérique, surprend en marquant ses trois buts dans cette situation de jeu. Aleksei Efimenko en marque deux sur des actions similaires, par des reprises dans le cercle gauche. Et c'est aux tirs au but que Meleshko se joue du gardien Jochen Reimer.

Mais ce qui étonnera plus la presse locale, c'est d'entendre Pat Cortina commencer la conférence de presse par un mot biélorusse (qui veut dire "félicitations"). Voici quelques jours, il demandait au premier journaliste du Bélarus à l'avoir interrogé si ce pays disposait d'une langue propre. Une question sans arrière-pensée, assez naturelle pour les étrangers, traduisant simplement sa curiosité avant de découvrir un nouveau pays qu'il ne connaissait pas encore. Cortina n'envisageait sans doute pas faire un acte politique par ce simple mot, mais la langue biélorusse - bien qu'officielle - est déconsidérée dans les faits. On la prend soit pour une langue de ploucs (tout le monde en ville n'emploie que le russe), soit pour une langue "de l'opposition", apprise et employée dans une démarche militante de démarcation nationaliste.

Désignés joueurs du match : Aleksei Efimenko pour le Bélarus et Jochen Reimer pour l'Allemagne.

Commentaires d'après-match

Pat Cortina (entraîneur de l'Allemagne) : "Vinshuyu à mon collègue pour cette victoire. Pour un match amical, c'est un très bon match. Les Biélorusses ont mieux patiné en première période, et ont mieux joué en général. Dans le deuxième tiers, nous avons accéléré et commencé à nous créer des occasions. Nous avons encaissé trois buts en infériorité, il faudra en tenir compte demain pour nous améliorer."

Andreï Skabelka (entraîneur du Bélarus) : "Tous nos joueurs ne sont pas dans la même condition : certains sont au camp d'entraînement depuis le premier jour, certains nous ont récemment rejoint après la finale du championnat national et doivent encore récupérer. Nos trois buts en supériorité, c'est vraiment bien. Mais qu'Efimenko soit un joueur de powerplay, ce n'est pas une nouveauté. C'est pour cette arme spéciale que Vassili Spiridinov l'avait invité juste avant la Coupe Continentale."

 

Bélarus - Allemagne 3-3 (1-1, 1-1, 1-1, 0-0) / 1-0 aux tirs au but
Vendredi 5 avril 2013 à 19h00 à la Minsk Arena. 8500 spectateurs.
Arbitrage de Peter Amosov et Maksim Sidorenko (BLR) assistés de Pavel Badyl et Ivan Dedyulya (BLR).
Pénalités : Bélarus 18' (2', 6', 10', 0'), Allemagne 16' (4', 4', 8', 0').
Tirs : Bélarus 37 (14, 11, 12, 0), Allemagne 21 (3, 12, 4, 2).

Évolution du score :
0-1 à 10'24" : M. Müller assisté de Buzas
1-1 à 18'40" : Efimenko assisté de Denisov et Stas (sup. num.)
1-2 à 30'33" : Hinterstocker assisté de Brückner et Maurer (sup. num.)
2-2 à 35'33" : Kitarov assisté de Meleshko et Denisov (sup. num.)
3-2 à 42'23" : Efimenko assisté de Kulakov et Chernaok (double sup. num.)
3-3 à 55'38" : Röthke assisté de Lewandowski et Oblinger

Tirs au but :
Allemagne : Lewandowski (manqué), Greilinger (manqué), Wolf (manqué).
Bélarus : Efimenko (manqué), Meleshko (réussi).


Bélarus

Gardien : Stepan Goryachevskikh.

Défenseurs : Vladimir Denisov (A, 6') - Pavel Chernaok ; Andrei Filichkin (2') - Oleg Goroshko (2') ; Aleksandr Yeronov (-2) - Oleg Misyul (-1) ; Evgeni Lisovets - Ilya Shinkevich (-1).

Attaquants : Dmitri Meleshko (-1, 2') - Aleksandr Kitarov (-1) - Aleksandr Kulakov (-1) ; Aleksei Ugarov - Evgeni Kovyrshin - Konstantin Koltsov (C) ; Aleksei Efimenko (-1) - Andrei Stas (-1) - Mikhaïl Stefanovich (-1) ; Evgeni Solomonov (4') - Sergei Drozd - Artyom Kisly (2').

Remplaçant : Vitali Belinski (G).

Allemagne

Gardien : Jochen Reimer.

Défenseurs : Florian Kettemer (+2, 2') - Denis Reul (+2, 2') ; Benedikt Brückner (2') - Florian Ondruschka (2') ; Sören Sturm (2') - Patrick Seifert (2') ; Bernhard Ebner - Peter Lindlbauer.

Attaquants : Thomas Greilinger - Gerrit Fauser - Michael Wolf (C) ; Martin Buchwieser - Martin Hinterstocker - Ulrich Maurer ; Marcel Müller (+1) - Patrick Buzas (+1) - Patrick Reimer (+1, 2') ; Eduard Lewandowski (+1) - Alexander Oblinger (+1) - René Röthke (+1) ; Bernhard Keil.

Remplaçant : Niklas Treutle (G). En réserve : Andreas Jenike (G).