Bélarus - Allemagne (Euro Hockey Challenge, match 2)

Hockeyeurs sous escorte policière

KULAKOV Alexander-110429-329L'équipe nationale du Bélarus, qui se produisait essentiellement à Minsk, fait une petite tournée "en province" à la faveur de cet Euro Challenge. Avant d'aller à Zhlobin et Bobruisk la semaine prochaine, elle passe ce soir par Soligorsk. Les conditions sont moins luxueuses que dans la capitale, avec seulement deux mille places en tribune et l'absence des caméras de télévision qui retransmettent habituellement la sélection nationale.

Par contre, l'équipe d'Allemagne a passé les deux heures de route comme une délégation officielle : escorte policière, passage aux feux rouges et arrêt du trafic aux croisements. La Nationalmannschaft est à l'évidence mieux accueillie au Bélarus que les Femen... À un an de ses Mondiaux 2014, le futur pays organisateur a clairement décidé d'impressionner ses hôtes dans une répétition générale !

Dans l'équipe biélorusse, c'est au-dessus de la cage qu'il faudrait placer un gyrophare : il y a urgence à trouver un nouveau gardien. Vitali Koval vient de se faire opérer en Allemagne, et le retour d'Andrei Mezin est hautement improbable. Or, le Bélarus n'a pas vraiment préparé la relève. Stepan Goryachevskikh, vu hier, a été testé depuis longtemps mais n'a jamais concrétisé les espoirs placés en lui à une époque. Il est aujourd'hui le gardien de la réserve du Donbass Donetsk. Ce soir, c'est au tour de Vitali Belinsky d'obtenir sa chance, à 23 ans.

Le talent "caché", qui n'a jamais été mis à l'épreuve dans les grands rendez-vous, montre qu'on a peut-être eu tort de ne pas lui faire plus confiance en club. Il réussit une très bonne entrée en matière, et reste invaincu durant deux périodes. Il faut dire que le Bélarus applique particulièrement bien son système en infériorité numérique et ne laisse jamais les visiteurs s'installer. Il se détache donc 2-0 à la marque, par une contribution offensive d'un défenseur (Ilya Kaznadei) et par une contre-attaque solitaire de Mikhaïl Stefanovich.

Au début du troisième tiers-temps, le blanchissage potentiel de Belinsky est gâché par une erreur d'Ilya Shinkevich qui laisse deux Allemands partir seuls face au gardien. Marcel Müller ne manque pas l'occasion (2-1).

L'écart ré-augmente rapidement. Des une-deux répétés d'Evgeni Kovyrshin et Konstantin Koltsov se jouent de tout le bloc défensif adverse et du jeune gardien Niklas Treutle. Au poteau gauche, Aleksandr Kulakov concrétise ensuite une supériorité numérique (4-1). Les Biélorusses terminent le match avec deux joueurs en prison, et sans leur entraîneur-adjoint Aleksandr Andrievsky, qui a contesté une pénalité de manière jugée peu diplomatique par ses compatriotes arbitres. L'Allemagne sort son gardien et joue à 6 contre 3 pour réduire le score dans un ultime effort par le jeune défenseur Bernhard Ebner (4-2).

Si le premier match était équilibré et aurait pu tourner en faveur des Allemands, leur défaite est logique ce soir. Ils savent cependant qu'une dizaine de renforts les attendent la semaine prochaine, car de nombreux joueurs éliminés en quarts de finale de DEL (ceux de Mannheim, Ingolstadt et Hambourg) avaient été ménagés. Comme prévu, les moins expérimentés de la sélection (Jenike, Seifert, Lindlbauer, Hinterstocker, Keil, Röthke, Buzas, Fauser et Oblinger) rentreront donc chez eux.

Désignés joueurs du match : Evgeni Kovyrshin pour le Bélarus et Thomas Greilinger pour l'Allemagne.

Commentaires d'après-match

Andreï Skabelka (entraîneur du Bélarus) : "Les Allemands sont doués techniquement et patinent bien. Ils sont patients et jouent bien en infériorité. Nous avons progressé par rapport au premier match. Les joueurs s'imprègnent de nos exigences et essaient de suivre nos instructions."

 

Bélarus - Allemagne 4-2 (0-0, 2-0, 2-2)
Samedi 6 avril 2013 à 17h00 au complexe sportif de Soligorsk. 2000 spectateurs.
Arbitrage de Vladimir Nalivaiko et Vladimir Proskurov (BLR) assistés de Vassili Koleda et Dmitri Goliak (BLR).
Pénalités : Bélarus 46' (4', 4', 8'+10'+20'), Allemagne 12' (2', 6', 4').
Tirs : Bélarus 27 (9, 8, 10), Allemagne 29 (7, 10, 12).

Évolution du score :
1-0 à 25'22" : Kaznadei assisté de Kovyrshin
2-0 à 33'38" : Stefanovich assisté d'Efimenko et Goroshko
2-1 à 46'25" : Ma. Müller
3-1 à 48'48" : Kovyrshin assisté de Koltsov
4-1 à 51'17" : Kulakov assisté de Kitarov et Chernaok (sup. num.)
4-2 à 59'51" : Ebner assisté de S. Sturm (double sup. num.)


Bélarus

Gardien : Vitali Belinski.

Défenseurs : Ilya Kaznadei (+1, 2') - Pavel Chernaok ; Andrei Filichkin (+1) - Oleg Goroshko (+1, 2') ; Aleksandr Yeronov - Ilya Shinkevich ; Evgeni Lisovets (+1) - Pavel Kazakevich (2').

Attaquants : Dmitri Meleshko (-1) - Aleksandr Kitarov (-1) - Aleksandr Kulakov (-1, 2') ; Konstantin Koltsov (C, +2) - Evgeni Kovyrshin (+2) - Aleksei Ugarov (+1, 2') ; Aleksei Efimenko (+1) - Andrei Stas (+1) - Mikhaïl Stefanovich (+1) ; Evgeni Solomonov (2') - Sergei Drozd (2'+10') - Evgeni Dadonov (2').

Remplaçant : Dmitri Milchakov (G). En réserve : Stepan Goryachevskikh (G), Vladimir Denisov, Oleg Misyul, Artyom Kisly.

Allemagne

Gardien : Niklas Treutle.

Défenseurs : Florian Kettemer (-1) - Denis Reul (-1) ; Benedikt Brückner - Florian Ondruschka ; Sören Sturm (-1, 2') - Patrick Seifert ; Bernhard Ebner (-1, 2') - Peter Lindlbauer.

Attaquants : Thomas Greilinger - Gerrit Fauser - Michael Wolf (C, 4') ; Martin Buchwieser (-2) - Martin

Hinterstocker (-1) - Ulrich Maurer (-1) ; Marcel Müller - Patrick Buzas - Patrick Reimer ; Eduard Lewandowski (-1) - Alexander Oblinger (4') - René Röthke ; Bernhard Keil.

Remplaçant : Andreas Jenike (G). En réserve : Jochen Reimer (G).