Division 3 (carré final) : les Renards remportent la Division 3

La patinoire des Casseaux située à Limoges accueillait ce week-end le carré final de cette saison 2012-2013. Un carré final qui à l’image des saisons précédentes, et par habitude à cet échelon, se retrouve constitué par quatre équipes à la situation bien hétérogène :

La première rencontre du vendredi voyait s’affronter les Griffes de l’Ours d’Orcières à la réserve des Remparts de Tours. Les joueurs de Laurent Cal accèdent au dernier carré pour la première saison de l’histoire de ce club nouvellement né. Les Hauts-Alpins ne se lancent toutefois pas dans une parfaite inconnue car on attribue à cette équipe d’Orcières une filiation avec la génération précédente des Gaulois de Briançon, à savoir dans les deux cas un groupe constitué essentiellement par des jeunes joueurs issus de la formation haute-alpine, et d’anciens Diables Rouges. Un savant mélange qui les a conduits jusqu’à cette étape finale, mais toujours avec un doute sur les ambitions de développement. La saison passée, les Gaulois obtenaient à l’issue de la saison une montée en Division 2, montée qu’ils ont refusée sans vraiment chercher à pousser le projet. Dès lors il est bien difficile de connaître les intentions d’Orcières, le club attendant aussi certainement la décision sportive pour se positionner le cas échéant.

Pour les Remparts tourangeaux, l’équation est franchement plus simple. L’équipe a lancé sa saison sereinement, et a obtenu la deuxième place du groupe A derrière Limoges. Le jour même où les joueurs attaquaient leurs play-offs, ils apprenaient l’élimination de l’équipe fanion en Division 2. Ce résultat avait pour incidence immédiate le fait que, quoi qu’il advienne, ils ne pourraient monter à la fin de la saison. C’est donc uniquement poussé par le challenge sportif que Tours 2 élimina la réserve des  Coqs de Courbevoie, puis les Jets de Viry-Châtillon. La preuve évidente que les Remparts cherchent la gagne, et que malgré l’impossibilité de monter, cette équipe se verrait bien s’octroyer le titre de champion de Division 3.

Dans cette rencontre, ce sont les montagnards qui prirent les choses en main très rapidement, puisqu’après 6 petites secondes de jeu, l’intenable Yohan Lacheny ouvre la marque. Un avantage de courte durée puisque Judicaël Xavier égalisa, puis Gaël Cler et Alexis Puren offraient à Tours un avantage de 2 buts à l’issue du premier tiers. Le tiers médian ne fit que confirmer la tendance, et à mi match Bastien Quinsac trompe Julien Lancman pour le 4-1.

On pense alors le sort de la rencontre scellé, mais en quelques minutes Orcières renverse complètement la vapeur. Bertrand Fribault montra la voie à ses coéquipiers à 9 minutes du terme, puis Farina l’imita 2 minutes plus tard. Un vent de panique souffle alors sur les Remparts, et c’est alors que Lacheny y va de son doublé et égalise pour les Griffes de l’Ours. Psychologiquement aussi, la tendance s’est inversée, et cela se confirme quand Tours se retrouve en infériorité numérique juste après le but. Mais le hockey sur glace réserve tant de surprises… Et c’est peut être au moment où Tours se trouvait au plus mal dans ce match que Quentin Rousseau trouva les ressources pour aller marquer le but vainqueur, en infériorité numérique, et offrir  les deux premiers points aux tourangeaux (5-4).


L’équipe locale entrait dans la compétition en soirée comme de coutume. Du côté des Taureaux de Feu de Limoges, il n’existe aucun doute sur les ambitions futures. Les limousins veulent accéder à l’échelon supérieur après la descente administrative de Division 1 en 2006-2007, et 6 saisons passées en Division 3. Habitués aux play-offs, ils jouent pourtant là leur premier tournoi final, et bénéficient du fait de jouer à domicile, bien que ce fut loin d’être écrit à l’avance. Le Bureau Directeur avait fait du projet des Casseaux leur troisième choix, derrière Marseille et l’entente Deuil-Garges. Profitant de l’élimination de ces deux équipes, c’est devant leurs supporters que les Taureaux de Feu entrent dans la compétition face à l’équipe surprise des Renards de Roanne.

Car s’il était une équipe sur les quatre qui n’était pas vraiment attendue, c’est bien la formation de la Loire. Pensionnaires du relevé groupe D « sud-est », les Renards terminent la phase régulière à la troisième place derrière Marseille et Orcières. Bénéficiant d’une situation de désavantage de la glace à l’entrée des play-offs, Roanne parvient malgré tout à éliminer la réserve des Ducs de Dijon, puis crée la sensation en sortant Marseille en quarts de finale, notamment en s’imposant sur la glace azuréenne (2-5). À l’entrée de ce carré final, Roanne n’a en apparence rien à perdre. Pour autant, la trajectoire de l’équipe s’inscrit dans un projet qui n’est pas forcément du goût de tous les amateurs. La raison tient en la présence de 5 joueurs russes dans l’effectif, alors que le club de Roanne ne compte que très peu d’équipes en hockey mineur, ce qui fait remettre en cause chez les détracteurs la légitimité de la structure. Un argument qui à l’évidence ne serait pas soulevé si l’impact de la présence de cette « russian army » avait été moindre, mais c’est bien le contraire : sur les 105 buts marqués en saison régulière, ces joueurs comptent au moins une présence (but ou assistance) sur 87 réalisations, soit près de 83%. Une statistique accentuée en play-offs, et qui donc ne demandait qu’à être vérifiée sur ce tournoi.

Si la première rencontre de l’après-midi avait été lancée au bout de 6 secondes, on ne peut pas en dire autant de celle du soir : Limougeauds et Roannais se sont neutralisés pendant deux tiers avant d’offrir une fin de match de feu… Comme les Taureaux qui ouvrent la marque par l’intermédiaire de Marc Pihan, avant que Tomas Smolka ne double la mise. À 2-0 à 10 minutes du terme, les supporters ont du penser qu’ils rentreraient dans la compétition avec une victoire. Mais Roanne avait de la ressource. En supériorité numérique, Vlad Sorokin réduit la marque, et c’est à moins d’une minute du buzzer qu’Andrey Seryy libère les Renards et arrache au culot une prolongation. Prolongation qui restera stérile et offrira la sentence dans les tirs au but. C’est Nikita Smirnov qui inscrit le tir au but victorieux et condamne par la même Limoges a une inattendue défaite sur ses terres (2-2, Roanne s’impose aux tirs au but).


Le deuxième jour de la compétition voit tout d’abord s’affronter les deux pensionnaires de l’ancien groupe D : Orcières affronte Roanne, alors que chacune des deux équipes s’était imposée à domicile en phase régulière (5-4 pour Orcières, 5-2 pour Roanne). Cette rencontre sur « terrain neutre » doit donc les départager et offrir des indications précieuses pour la suite du tournoi.

À l’issue d’un premier tiers très vivant, Roanne prend les devants. Un but de Sébastien Bertrand pour les Griffes de l’Ours, contre un doublé Vladimir Sorokin et un but de Nikita Smirnov. Les pénalités s’accumulent au deuxième tiers et le match s’équilibre : Orcières revient à hauteur grâce à Jean-François Cal et Alexis Dicharry. Kirill Kudayarov redonne un avantage à Roanne, mais avantage de courte durée avec l’égalisation de Nicolas Rivoire, en double supériorité. La décision se joue là encore en fin de match, et Kudayarov inscrit le but vainqueur pour Roanne (5-4). Un but lourd de conséquence puisqu’il offre à la fois la deuxième victoire aux Renards et la deuxième défaite aux Griffes de l’Ours.


Du soir, Limoges se devait de se reprendre face à la réserve de Tours. Une condition sine qua non pour espérer rester dans la course. Ils se donnèrent les moyens de se mettre à l’abri dès le début du match, et bien aidé par les pénalités tourangelles. Un doublé de Lukas Janos, un but de Romain Cambray et un autre de Smolka en double supériorité offre aux Taureaux de Feu un confortable avantage de 4 buts. Marek Matej puis Aurélien Carmona assure la victoire des locaux dans le deuxième tiers, avant que Mathieu Pasquier ne réduise un peu la marque. Le troisième tiers est anecdotique, si ce n’est pour Pasquier qui marque à nouveau à deux reprises et s’offre un hat-trick, et pour le jeune limougeaud Quentin Waldschmidt qui ouvre son compteur dans le tournoi (7-3). Limoges rattrape son adversaire du jour au classement, alors que Roanne prend seul les rênes de ce tournoi et peut encore rêver au grand chelem.


Dimanche en début d’après-midi, les Renards de Roanne, surprenants leaders du tournoi, ont rendez-vous avec les Remparts de Tours qui peuvent encore espérer remporter le carré final. De gros enjeux qui se sont ressentis sur la glace au fil de cette rencontre extrêmement disputée : les Remparts prennent très vite les choses en main. Après 41 secondes de jeu, Bryan Levêque ouvre le score. Il est imité par Gaël Cler en supériorité numérique. Piqués dans leur orgueil, les Renards roannais font mieux que réagir, d’abord par l’intermédiaire de Jonathan Jarsaillon en solitaire, puis de Nikita Smirnov en supériorité numérique, avant qu’Andrey Seryy ne donne même l’avantage aux siens, et ce même en infériorité.

N’ayant pas la volonté de se faire peur, Roanne prend le dessus dans le tiers médian et peut rêver un peu plus à une troisième victoire. Alban Bernard puis Josselyn Marie donnent trois buts d’avance aux jaunes et noirs. Quinsac se charge de rappeler que Tours n’est pas en Limousin pour faire du tourisme, mais Roanne domine au moment de rentrer sur la glace pour le tiers final.

Ce troisième tiers se voudra débridé entre deux équipes soucieuses de l’emporter : Smirnov ajoute une unité à son compteur ainsi qu’à celui de Roanne. En double supériorité, Levêque y va de son doublé personnel pour laisser Tours en vie dans ce match. Mais Roanne ne veut pas lâcher sa victoire. Mareck Kysilka inscrit le 7e but roannais, un but qui se voudra décisif. Car à l’image de ces play-offs, Tours aura vraiment joué le jeu jusqu’au bout, et ils auront fait douter les Renards quand Quinsac puis Xavier marquent pour les Remparts et qu’il reste 28 secondes à l’horloge. Mais le compteur s’arrête ici, les Renards s’imposent 7-6 et peuvent exulter. Les Renards remportent le carré final grâce à ces trois victoires en autant de matchs, alors que Tours n’aura pas eu à rougir de son tournoi.


Un tournoi qui n’est pourtant pas terminé après ce succès roannais, puisque Limoges désirait terminer en beauté, assuré d'obtenir la seconde place quelque soit le résultat de la rencontre face aux Griffes de l’Ours d’Orcières.

Jonathan Jorand puis Tomas Smolka lancent les hostilités et donnent deux buts d’avance aux locaux. Mais Orcières revient à hauteur grâce à Cal et Fribault. Limoges enlève malgré tout le premier tiers grâce à l’inévitable Smolka. Les deux équipes vont se neutraliser dans le deuxième tiers, Thomas Cavalie répondant pour Limoges au but de Farina. Il reste donc un tiers temps à jouer, et Limoges possède toujours une avance d’un but. Une avance qu’ils vont même faire fructifier grâce à Cambray. Sauf qu’au moment où le match se durcit, les Ours d’Orcières veulent continuer à griffer. Ravoire marque en infériorité numérique, et Jérémy Vincent égalise même à trois minutes du terme. Une situation bien inconfortable pour Limoges, qui s’en remet donc à ses forces les plus vives. Poussé par plus de 1000 spectateurs de la patinoire des Casseaux, Tomas Smolka profite d’une assistance de son acolyte Marek Matej pour devenir le meilleur buteur du tournoi avec 5 buts, et offrir une victoire à Limoges synonyme de précieuse deuxième place dans ce tournoi (6-5). Sans avoir démérité, Orcières retourne dans les Hautes-Alpes avec trois défaites, mais sur le plus petit des écarts à chaque fois.

Le carré final s’achève donc sur un succès de Roanne, devant Limoges et Tours 2 qui complètent le podium. Orcières termine à la dernière place, mais les passionnés auront apprécié ce tournoi très serré, puisque 5 des 6 rencontres se sont achevés avec un petit but d’écart.

La question se pose maintenant de la montée en Division 2 : sur le papier, Roanne et Limoges accède au niveau supérieur. Mais le conditionnel est de mise dans cette division où il est parfois extrêmement difficile de voir un dossier validé eu égard à des raisons administratives, financières, ou réglementaire. La question se pose notamment pour Roanne, qui devra répondre à une obligation de règlement qui veut que les clubs validés en Division 2 possèdent « des équipes dans au moins trois catégories d’âge différentes ».

Il est pour autant important de noter que cette saison il n’y a pas de descentes de Division 2, et donc nulle équipe à repêcher. Les décisions se feront donc maintenant sur les bureaux après la réalité de la glace, qui n'est pas la seule juge...

Les rencontres :

Vendredi :
Orcières - Tours II : 4-5
Limoges - Roanne : 2-2 (Roanne s'impose aux tirs au but)

Samedi :
Orcières - Roanne : 4-5
Limoges - Tours II : 7-3

Dimanche :
Tours II - Roanne : 6-7
Limoges - Orcières : 6-5

Le classement :

1- Roanne 8pts
2- Limoges 7pts
3- Tours II 3pts
4- Orcières 0pt

Roanne et Limoges sont provisoirement promus en Division 2, dans l'attente de validation par la fédération.