République tchèque – Slovaquie (Euro Hockey Challenge 2013, match 5)

Quand Ján Sýkora se fait un nom : celui de Granlund

NOVOTNY Jiri-110515-292Le petit détour en Biélorussie, la semaine passée, a confirmé la forme ascendante des Slovaques, dont la plupart était à court de matches. Si le bilan du deuxième tour de l'Euro Hockey Challenge est d'une victoire pour une défaite, le réveil offensif reste l'élément le plus prometteur. Reste à soigner la défense, encore trop approximative à l'heure actuelle. Face à la République tchèque, le « frère ennemi » invaincu en EHC, les arrières slovaques vont avoir une idée précise de leurs éventuels progrès effectués à l'entraînement ces derniers jours. Car si l'effectif des Lions n'est toujours que provisoire, la plupart des noms sélectionnés par Alois Hadamczik sont quand même ronflants.

Au-delà de l'histoire intime partagée par les deux nations, l'affiche tchéco-slovaque a de quoi faire parler d'elle du côté des Tatras, essentiellement pour des raisons symboliques. Outre le fait d'être la 500e sortie officielle de la sélection slovaque indépendante, la rencontre marque également la centième cape de Jozef Stümpel (40 ans) sous le maillot à la Double-Croix. Autre vieille gloire, Miroslav Šatan (38 ans) effectue dans la Tipsport Aréna son grand retour à la compétition après le fameux choc avec Zdeno Chára le 3 novembre dernier dans le duel de KHL opposant le Lev Praha au Slovan Bratislava dans la même arène pragoise. Les médecins lui ont donné le feu vert en début de semaine.

Le rythme est soutenu d'entrée de jeu, le palet circulant d'un camp à l'autre sans temps mort. La première occasion est à mettre à l'actif de Jiří Novotný qui tate déjà les réflexes de Rastislav Staňa entre les deux cercles. La réplique est donnée par Libor Hudáček après un joli travail de son capitaine Šatan, mais le jeune attaquant de Slovan attend trop longtemps avant d'armer. Les Slovaques se montrent encore dangereux à la 4e minute, avec une belle action entreprise en relais par Peter Ölvecký et Branko Radivojevič, mais ce dernier loupe le coche en bout de course. À partir de là, les Tchèques augmentent leur pression offensive et les visiteurs se font beaucoup plus timides.

HUBACEK Petr-110511-059René Vydarený en prison (5'14), la sélection locale monopolise la rondelle et donne du fil à retordre au portier slovaque. Son vis-à-vis, Jakub Kovář, n'est quant à lui que rarement mis à l'épreuve. Malgré leur nette domination, les rouges doivent attendre les ultimes secondes du tiers-temps et un jeu à quatre contre quatre (Tomáš Rachůnek, 18'27, puis Michal Sersen, 19'06) pour enfin trouver la faille. Le très actif Novotný déborde sur la gauche, repique au centre tout en se faisant faucher par Ivan Švarný et rabat sa crosse au poteau droit, obligeant Staňa à s'encastrer dans sa cage. Difficile, même avec le ralenti, de voir le caoutchouc franchir la ligne mais la réalisation est tout de même validée après une longue consultation de la vidéo (1-0, 19'41).

À la reprise, au moment même où il sort de prison, Sersen part en contre en compagnie de Šatan et sa frappe avant le cercle droit ne peut éviter ce dernier, qui rejoint le banc en se plaignant de l'épaule. L'inquiétude envahit alors le camp slovaque mais le MVP des Mondiaux 2002 repartira au front sans séquelle. La première ligne tchèque profite toutefois de ce moment de flottement pour accentuer sa pression en zone adverse. C'est d'abord Petr Hubáček qui se met en évidence au poteau gauche mais sa frappe passe au-dessus alors que les filets sont grands ouverts. L'attaquant de JYP insiste sur la remise en jeu suivante et si Staňa est dessus, il ne peut contrôler le rebond que s'empresse de transformer... Novotný (2-0, 23'06).

C'est ce qu'il fallait à la Slovaquie pour enfin se retrousser les manches. Plus saignante dans la conquête du palet, elle se présente plus souvent dans le camp tchèque. Elle est définitivement remise sur les bons rails lorsque Ján Sýkora, derrière la cage de Kovář, réduit la marque d'un geste de toute beauté qui rappelle immédiatement celui de Mikael Granlund en demi-finale des championnats du monde 2011 contre la Russie (2-1, 26'26). Le jeune attaquant de Banská Bystrica reste béat pendant de longues secondes ; il vient non seulement de marquer les esprits mais il vient aussi très certainement de composter son billet pour le Mondial scandinave. Sýkora avait déjà inscrit un but de façon similaire en Extraliga, en 2009, lorsqu'il évoluait sous les couleurs d'Orange 20, la sélection des juniors slovaques. Mais quand bien même il l'aura fait deux ans avant le Finlandais, sa réalisation contre la République tchèque restera comme un but « à la Granlund ». Pour se délecter de l'action, cliquez ici.

SUROVY Tomas-120506-291Le jeu devient des plus plaisants, les deux équipes s'adonnant à un hockey résolument offensif. La République tchèque a l'occasion de se redonner un peu d'air d'abord par Petr Koukal, qui loupe la cage désertée, puis par Petr Vrána, en fin de période, qui trouve quant à lui le poteau slovaque. La Slovaquie n'est pas en reste avec les tentatives dangereuses de Hudáček puis Tomáš Záborský. Les troupes d'Adamczik marquent le pas devant la volonté slovaque d'égaliser. Cela faisait bien longtemps que l'on n'avait pas vu la Double-Croix aussi agréable à voir évoluer.

La baisse de forme tchèque se confirme dans le troisième acte. Les locaux doivent d'abord contenir un power-play slovaque consécutif d'une pénalité de Marek Trončinský (41'54), mais Kovář reste vigilant, notamment sur l'échappée de Hudáček à la 45e minute. À l'inverse, l'infériorité provoquée par la faute de Radivojevič (48'00) est gaspillée par les Rouges.

La Slovaquie repart de plus belle à forces égales. Ölvecký part en zone neutre, tricote jusqu'entre les deux cercles, entraînant avec lui trois Tchèques, puis sert Tomáš Surový, démarqué dans le slot, qui égalise (2-2, 50'30). Michel Miklík donne même l'avantage aux Slovaques trois minutes plus tard dans le cercle droit (2-3, 53'36). Kovář a beau s'éclipser dans les quarante-cinq dernières secondes, la pression tchèque reste stérile. La Slovaquie s'impose pour la seconde fois consécutive face à la République tchèque après son succès en demi-finale des derniers championnats du monde.

Désignés joueurs du match : Jiří Novotný (République tchèque) et Rastislav Staňa (Slovaquie).

Commentaires d'après-match

Alois Hadamczik (entraîneur de la République tchèque) : « Nous avons besoin de disputer des matches d'un très bon niveau et celui-ci en était un. Comme l'a bien dit leur entraîneur Vůjtek, il manque seulement trois joueurs à la Slovaquie. C'est clair qu'ils ont une équipe de qualité, mais nous nous sommes toujours en train de chercher notre effectif. Nous n'avons pas su transformer beaucoup d'occasions, nous avions pourtant du mouvement et nous pressions bien devant la cage adverse. Mais nous avons commis trop d'imprécisions à l'arrière, les défenseurs ont joué de façon trop offensive. On est en train de construire l'équipe, chaque joueur se bat pour y rester. C'est bien d'avoir rencontré précisément maintenant un adversaire d'une telle qualité, ce test nous a beaucoup appris. On a encore de quoi bosser. »

Jiří Novotný (attaquant de la République tchèque) : « Notre mise en route a été très bonne mais on a arrêté de jouer sans aucune raison. Ce qui m'embête, c'est qu'une équipe aussi expérimentée que la nôtre n'ait pas été capable de conserver une avance de deux buts. Je n'ai pas été en Allemagne, mais si j'écoute ce que m'ont dit les joueurs et si je compare avec la Lettonie, il ne fait aucun doute que les Slovaques sont les plus difficiles adversaires que l'on ait affrontés. Ils ont presque leur effectif au complet pour les Mondiaux et leurs qualités sont énormes. »

SATAN Miroslav-120515-272Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « On a très mal commencé le match ; on était trop repliés et on était incapables de faire de belles passes. Nous n'étions pas satisfaits de notre jeu, mais à partir de la deuxième période notre performance est montée d'un cran et le troisième tiers-temps a tout simplement été exceptionnel. Au cours de la première pause, on a dû insister devant les joueurs sur le fait qu'ils ne devaient pas avoir peur ni être nerveux. Cela les a atteint au coeur et le but de Ján Sýkora leur a positivement botté les fesses. D'un coup, ils ont su maîtriser le jeu et tenir le rythme jusqu'à la fin. »

Miroslav Šatan (attaquant et capitaine de la Slovaquie) : « Le manque de compétition s'est quand même fait ressentir, mais après tout ce temps, mon match est dans l'ensemble satisfaisant. Notre entame a été faible, les Tchèques avaient clairement l'ascendant. On a amélioré notre jeu progressivement et on est parvenus, en troisième période, à inverser le score, ce qui nous réjouit fortement. Ján Sýkora a eu beaucoup de culot sur son but, il est jeune et c'est bien qu'il tente et réussisse ce genre de chose. Le groupe avait besoin de gagner. C'est vrai que l'on est toujours dans une phase de construction mais chaque succès fait évidemment très plaisir. »

Jozef Stümpel (attaquant de la Slovaquie) : « On a mal joué au début, on s'est juste contentés de dégager les palets au loin. On était vraiment loin du jeu que l'on voulait développer. Mais on est revenus dans la partie petit à petit et on a commencé à convertir nos occasions. J'ai pris le match d'aujourd'hui comme n'importe quel autre, je n'ai pas fait attention qu'il s'agissait de ma centième sélection. Personnellement, je me suis plutôt bien senti mais l'équipe doit encore accorder sa défense. Chapeau bas à Ján Sýkora, ce qu'il a réalisé est parfait ! »

Ján Sýkora (attaquant de la Slovaquie) : « La nomination définitive pour les championnats du monde est encore très loin pour moi. Avant le match, j'avais clairement annoncé que je voulais marquer. J'ai été volontairement derrière la cage, j'ai tenté et ça a terminé dans le filet. J'ai déjà mis trois-quatre buts de cette façon en match. »

 

République tchèque – Slovaquie 2-3 (1-0, 1-1, 0-2)
Jeudi 18 avril 2013 à 18h00 à la Tipsport Aréna de Prague. 5148 spectateurs.
Arbitrage de Milan Minář et Vladimír Šindler (TCH) assistés de Jaromír Bláha et Tomáš Pešek (TCH).
Pénalités : République tchèque 4' (2', 0', 2') ; Slovaquie 6' (4', 0', 2')
Tirs : République tchèque 34 (10, 13, 11) ; Slovaquie 24 (5, 11, 8)

Evolution du score :
1-0 à 19'41'' : Novotný
2-0 à 23'06'' : Novotný assisté de Hubáček
2-1 à 26'26'' : Sýkora assisté de Radivojevič
2-2 à 50'30'' : Surový assisté de Ölvecký et Sloboda
2-3 à 53'36'' : Miklík assisté de Záborský et Bližňák

République tchèque

Gardien : Jakub Kovář [sorti à 59'15''].

Défenseurs : Petr Čáslava (A, +1) – Jakub Nakládal ; Tomáš Mojžíš (-1) – Jakub Krejčík (-1) ; Marek Trončinský (2', -1) – Zdeněk Kutlák (-1).

Attaquants : Zbyněk Irgl (+1) – Jiří Novotný (A, +2) – Petr Hubáček (+1) ; Petr Tenkrát (-1) – Tomáš Hertl (-1) – Lukáš Kašpar (-1) ; Milan Gulaš – Petr Koukal (C, -1) – Michal Vondrka (-1) ; Tomáš Rachůnek (2', -1) – Petr Vrána – Ivan Rachůnek (-1).

Remplaçants : Pavel Francouz (G), Karel Kubát (D), Tomáš Voráček (D), Lukáš Pech (A). Non-utilisés : Alexandr Salák (G), Jan Kolář (D), Ondřej Roman (A), Jiří Sekáč (A), Vladimír Svačina (A).

Slovaquie

Gardien : Rastislav Staňa.

Défenseurs : Marek Ďaloga (-1) – Branislav Mezei ; Ivan Švarný (+1) – Ján Brejčák ; Michal Sersen (2', +1) – René Vydarený (2', +1) ; Karol Sloboda – Vladimír Mihálik.

Attaquants : Branko Radivojevič (2') – Jozef Stümpel – Ján Sýkora ; Miroslav Šatan – Roman Kukumberg – Libor Hudáček ; Tomáš Záborský – Mário Bližňák – Michel Miklík (+1) ; Martin Bartek (+1) – Peter Ölvecký (+1) – Tomáš Surový (+1).

Remplaçants : Július Hudáček (G), Marko Daňo (A). Non-utilisés : Jaroslav Janus (G), Milan Jurčina (D).