Slovaquie – République tchèque (Euro Hockey Challenge 2013, match 6)

Beyoncé fait monter la température

HASCAK Marcel-120506-288Les Slovaques comme les Tchèques n'auront joué qu'un seul match à domicile au cours de l'Euro Hockey Challenge 2013. Les Lions, invaincus jusque-là, ont loupé leur sortie à domicile, jeudi à Prague, en s'inclinant devant leurs voisins 2-3 malgré un avantage de deux buts. Les ambitions des troupes d'Alois Hadamczik sont donc claires au moment de franchir la Moravie et d'affronter la Slovaquie dans la patinoire Ondrej Nepela (Slovnaft Aréna sous appellation « commerciale ») : gagner à Bratislava et ainsi éviter un troisième revers successif face aux anciens compatriotes, ce qui n'est encore jamais arrivé. De fait, la rivalité traditionnelle qui oppose les deux pays depuis leur séparation en 1993 est au rendez-vous.

Là où les Tchèques ont de quoi s'inquiéter, c'est que les Slovaques ne les craignent plus. Le légendaire complexe d'infériorité de la Double-Croix semble depuis quelques temps envolé, paradoxalement depuis qu'un Morave, Vladimír Vůjtek, l'a prise en main il y a moins de deux ans. Après des débuts difficiles en Suède, la Slovaquie a retrouvé un système de jeu efficace en plus de la confiance nécessaire avant l'échéance mondiale. Il reste encore à peaufiner les mécanismes défensifs. Mises à mal par les forfaits à répétition, les lignes arrières sont cette fois renforcées par Milan Jurčina en attendant l'arrivée probable de Dominik Graňák, double tenant de la Coupe Gagarine, la semaine prochaine.

La mise en route slovaque avait été poussive à Prague. Les locaux rectifient le tir en agressant d'entrée de jeu le gardien tchèque Alexandr Salák, lequel ne s'attendait pas à souffrir autant dans les premiers instants. Non pas qu'il fût surpris du rapide réveil de l'adversaire ; c'est en fait la chaleur des lieux qui a le plus gêné le meilleur portier d'Elitserien. La veille au soir, le stade danubien a reçu la visite d'une certaine Beyoncé. Il a fallu par conséquent préparer la glace à toute vitesse, faisant tourner les machines à plein régime quelques heures seulement avant le coup d'envoi de la rencontre. Les joueurs s'accommodent pourtant des conditions de glisse, bien aidés par un public... chaud bouillant !

Passées les dix premières minutes slovaques et les alertes de Peter Ölvecký dans l'axe (1'45) puis de Marko Daňo au corps à corps (5'47), les Tchèques prennent le jeu à leur compte jusqu'à la fin du premier tiers. Désertant son flanc gauche, Jaroslav Janus se fait une première frayeur lorsque Lukáš Pech ne cadre pas le rebond de la tentative de Milan Guláš dans le cercle droit (11'17). La pression offensive des visiteurs ne relâche pas, et les Slovaques n'agissent qu'en contres rapidement avortés en zone neutre. Vladimír Mihálik accroche dans l'enclave et offre aux Tchèques leur seul power-play du match (18'19). La défense locale gère bien l'affaire et le score reste vierge.

CASLAVA Petr-110513-043La Slovaquie retrouve très vite des couleurs. Dès la reprise, Milan Bartek débloque le compteur de la partie en reprenant instantanément devant la cage le centre de Tomáš Surový adressé sur la bande gauche (1-0, 21'26). Arrivé la veille, Marcel Haščák, seul finaliste de l'Extraliga retenu, s'impose souvent dans le coin gauche avant de servir parfaitement Daňo et Andrej Šťastný ; la quatrième ligne slovaque est la plus active dans ce deuxième tiers-temps mais bute toujours sur le gardien tchèque. Le premier trio, 100% Slovan, est lui aussi à son aise mais ni Libor Hudáček ni le capitaine Miroslav Šatan ne transforme leurs occasions. À signaler que le troisième larton, Roman Kukumberg, est ce soir le vingt-troisième Slovaque à atteindre la barre symbolique des 100 sélections.

Si Mário Bližňák ne parvient pas à convertir son échappée (41'22), Hudáček, quant à lui, finalise parfaitement la sienne quelques secondes plus tard et double ainsi la mise pour la Slovaquie. Le vice-champion du monde fait d'abord passer la rondelle entre les jambes de Jan Kolář avant de la pousser du bout de la crosse entre les jambières de Salák, critiquable sur ce coup (2-0, 43'08). K-O, les Tchèques ont dû mal à contenir la vague locale, mue par une ambiance grisante dans les tribunes. D'où une certaine nervosité difficilement dissimulée : Šatan est secoué par Ivan Rachůnek devant le banc et Hudáček vient au secours de son aîné en envoyant le Tchèque dans le décor. Ce n'est pas du goût de Jiří Novotný, qui vient lui faire comprendre via quelques caresses viriles. Bref, les deux bagarreurs se calment en prison, tout comme Rachůnek (46'43).

Le jeu de puissance slovaque est galvaudé et marque même la fin du faste local. Le rythme, affolant jusqu'ici, est un temps brisé (nouvelle bagarre entre Haščák et Tomáš Mojžíš, 51'36) avant que les Rouges ne jettent leurs dernières forces dans la bataille dans les dix dernières minutes. Le missile de Zbyněk Irgl dans le cercle droit est repoussé par Janus mais Novotný ne cadre pas la reprise (51'37). C'est Kolář qui oblige ensuite le goalie de Slovan à sortir le grand arrêt sur une frappe puissante dans l'axe (55'24). Surový met un point final à la rencontre en marquant dans la cage vide (3-0, 59'36). C'est la treizième fois seulement que la Slovaquie l'emporte en 57 confrontations avec les Tchèques mais la troisième consécutive. Et ça, c'est du jamais vu !

Désignés joueurs du match : Jaroslav Janus (Slovaquie) et Jiří Novotný (République tchèque).

Commentaires d'après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « Nous avons bien joué, avec un gros coeur et de la volonté. Il y a toujours des erreurs visibles. Nous avons eu à faire à un fort adversaire qui a rendu le match d'un haut niveau. Nous aimerions reproduire aux Mondiaux le style de jeu que nous avons développé ce soir. Nous devons encore le consolider car ça coince quand même encore à quelques moments. Mais c'est seulement la préparation, nous faisons tourner les joueurs dans toutes les lignes. Nous aimerions toutefois stabiliser tout ça en attendant les renforts de NHL. Les victoires sont très importantes moralement pour le groupe. En Suède, les joueurs étaient à court de jeu et nous avons dû nous préparer en peu de temps. Si je compare avec l'année dernière, l'équipe a bien plus confiance en elle. Elle jouait avec retenue, maintenant elle sait garder le palet et construire des actions. Nous sommes bien plus loin qu'il y a douze mois, c'est évident, et nous nous améliorons de match en match. »

Jaroslav Janus (gardien de la Slovaquie) : « Les matches contre les Tchèques sont toujours spécifiques. Il y a une grande rivalité entre les deux pays et c'est toujours bien de gagner, même si ça n'est qu'en amical. Je me réjouis de mon premier blanchissage en équipe nationale, cela va me donner beaucoup plus de confiance pour la suite. »

Marko Daňo (attaquant de la Slovaquie) : « Les spectateurs nous ont poussés vers l'avant. J'ai pleinement profité de ce match. La glace n'était pas extra après le concert d'hier et il faisait super chaud dans la patinoire. Dans le vestiaire, on a mis le max de clim' pour qu'on n'ait pas trop chaud. Mais on a quand même tenu le coup. J'étais une nouvelle fois dans la quatrième ligne, avec Andrej (Šťastný) on a joué comme toute l'année à Slovan. Ça nous a plutôt bien souri. Je pense que j'ai persuadé l'entraîneur de m'emmener aux Mondiaux. »

Alois Hadamczik (entraîneur de la République tchèque) : « À la première pause, j'ai dit aux gars que c'était comme un match de championnat du monde. Il y avait une excellente ambiance, les spectateurs ont été formidables. Mais nous prenons la défaite contre les Slovaques comme contre n'importe qu'elle autre équipe. Je dois toutefois avouer qu'ils ont très bien joué. C'est eux qui avaient la plus grande envie. Ondřej Roman et Vladimír Svačina ne sont pas conservés dans l'effectif. Les autres continuent. Nous voulons avoir le plus de joueurs à notre disposition, en cas de besoin en play-off aux Mondiaux. »

Alexandr Salák (gardien de la République tchèque) : « J'ai cru que j'allais mourir pendant les cinq premières minutes. Qu'est-ce qu'il faisait chaud ! On avait prévu que les Slovaques allaient commencer activement. On a tenu bon et le jeu s'est ensuite équilibré. C'était du très bon hockey. Il y a eu des émotions, du coeur et aussi quelques petites bagarres. Ça fait partie du jeu. Je crois que ça montrait surtout notre frustration du fait qu'on n'est pas parvenus à marquer. »

 

Slovaquie – République tchèque 3-0 (0-0, 1-0, 2-0)
Samedi 20 avril 2013 à 19h00 à la Slovnaft Aréna de Bratislava. 9890 spectateurs.
Arbitrage de Vladimír Baluška et Peter Jonák assistés de Roman Výleta et Peter Šefčík (tous SVK).
Pénalités : Slovaquie 8' (2', 0', 6') ; République tchèque 8' (0', 0', 8')
Tirs : Slovaquie 30 (12, 8, 10) ; République tchèque 29 (9, 10, 10)

Évolution du score :
1-0 à 21'26'' : Bartek assisté de Surový
2-0 à 43'08'' : Hudáček assisté de Kukumberg
3-0 à 59'36'' : Surový assisté de Bartek (cage vide)

Slovaquie

Gardien : Jaroslav Janus.

Défenseurs : Ivan Švarný (+1) – Michal Sersen (+2) ; Milan Jurčina – René Vydarený (A) ; Karol Sloboda (+1) – Vladimír Mihálik (2', +1) ; Marek Ďaloga (2') – Branislav Mezei (+1).

Attaquants : Miroslav Šatan (C, +1) – Roman Kukumberg (+2) – Libor Hudáček (2', +1) ; Michel Miklík – Mário Bližňák (A) – Tomáš Záborský ; Martin Bartek (+2) – Peter Ölvecký (+1) – Tomáš Surový (+2) ; Marcel Haščák (2') – Marko Daňo – Andrej Šťastný ; Ján Sýkora.

Remplaçant : Július Hudáček (G). Non-utilisés : Rastislav Staňa (G), Ján Brejčák (D), Branko Radivojevič (A), Jozef Stümpel (A).

République tchèque

Gardien : Alexandr Salák [sorti de 58'30'' à 59'36''].

Défenseurs : Petr Čáslava (A, -1) – Jakub Nakládal (-1) ; Tomáš Mojžíš (2', -1) – Jan Kolář (-1) ; Tomáš Voráček (-1) – Karel Kubát (-1) ; Marek Trončinský – Jakub Krejčík.

Attaquants : Zbyněk Irgl (-2) – Jiří Novotný (A, 2', -2) – Jiří Sekáč ; Tomáš Hertl (-1)
- Petr Vrána – Michal Vondrka (2') ; Milan Guláš (-2) – Lukáš Pech (-1) – Petr Koukal (C, -1) ; Tomáš Rachůnek (-1) – Ondřej Roman – Vladimír Svačina ; Ivan Rachůnek (2').

Remplaçant : Pavel Francouz (G). Non-utilisés : Jakub Kovář (G), Zdeněk Kutlák (D), Petr Hubáček (A), Petr Tenkrát (A), Lukáš Kašpar (A).