Il renonce aux Mondiaux pour raisons... fiscales !

HUBACEK Petr-110513-004Le défenseur Martin Ševc aurait pu être un candidat sérieux aux championnats du monde. Il a été appelé en équipe de République Tchèque pendant six des huit dernières saisons, mais n'avait encore jamais été conservé jusqu'en compétition officielle. Cette année, il avait quelques arguments : il est en effet devenu l'étranger le plus titré de l'Elitserien. Déjà trois fois champion de Suède avec Färjestad, il a rejoint Skellefteå cette saison et a accompagné l'équipe du grand Nord vers le titre qu'elle attendait tant.

Le problème, c'est que le contrat qu'il a signé avec le SAIK est spécial. Pour la première fois de sa carrière suédoise, il a paraphé un "contrat d'artiste". Il s'agit d'un modèle contractuel qui n'est pas soumis aux mêmes impôts que le reste des travailleurs en Suède et qui fait économiser au club et à l'employé environ 20%. Mais la condition sine qua non de cette faible fiscalisation est de ne pas être résident suédois. Il faut donc passer moins de six mois dans le pays. C'est pour ça que Ševc n'est parti en Suède qu'en octobre, après avoir commencé sa saison à Plzen. Et comme Skellefteå est allé jusqu'en finale, il est demeuré sur place jusqu'en avril et a donc atteint son quota.

Il a déménagé lundi dernier, et ne doit plus revenir en Suède, pas même en vacances. Or, la République Tchèque doit jouer son groupe de championnat du monde... à Stockholm. Ševc a demandé à des spécialistes de son club de faire les calculs : une sélection en équipe nationale lui vaudrait de payer 150 000 euros d'impôts. Même si la chance ne se représentera peut-être pas, il a jugé ce prix trop élevé.

Petr Hubacek, lui, a bien rejoint l'équipe nationale, et il est particulièrement content de se produire à Brno, sa ville natale. Il n'était pas revenu sur cette glace depuis son départ du club local (le Kometa) vers la Finlande et le JYP Jyvaskylä il y a deux ans. Le public ne l'a pas oublié et le rappellera même après le match pour une ovation spéciale.

Il faut dire que Hubacek a grandement contribué à la victoire tchèque sur son actuel pays d'adoption, la Finlande. Alors que les Tchèques dominaient aux tirs sans se créer énormément d'occasions, c'est lui qui a ouvert le score entre les cercles, sur un centre de la droite de Novotny. Il a ainsi indirectement déclenché le second but une minute plus tard, quand le benjamin de l'équipe Tomas Hertl est entré en zone offensive et a servi le doyen de l'équipe Petr Tenkrat.

PESONEN Janne-120504-411Cette belle avance de 2-0, les Tchèques ne l'ont pas conservée longtemps. Quatre minutes plus tard, ils ont laissé démarqué Janne Pesonen, qui a pu exploiter une bonne passe de Juhamatti Aaltonen. L'équipe locale garde ensuite l'avantage au patinage et dans l'activité, mais elle ne creuse pas l'écart. En début de troisième période, Petr Koukal perce Mikko Kousa et provoque la faute du défenseur finlandais. Il se voit accorder un tir de pénalité, et exécute une belle feinte du revers, mais le palet heurte le poteau.

Fatalement, une telle occasion manquée se paye. Trois minutes plus tard, Mojzis est en prison et Sakari Salminen trouve la crosse de Ville Viitaluoma bien placée dans l'enclave (2-2). Les Tchèques montrent alors une bonne capacité de réaction en reprenant très vite l'avantage. Et c'est encore Hubacek qui déborde sur le côté gauche avant de centrer pour Zbynek Irgl qui a devancé son défenseur Melart (3-2). Petr Koukal touche un deuxième poteau, et la République Tchèque reste donc sur la menace des Finlandais, qui accélèrent en fin de match mais butent sur le gardien Jakub Kovar.

Si la République Tchèque n'avait pas entièrement convaincu jusqu'ici, la ligne Hubacek-Novotny-Irgl a marqué ce soir de bons points en vue du championnat du monde. Pour eux mais surtout pour les autres, la menace des hockeyeurs de NHL - qui arriveront plus tard que d'habitude du fait du lock-out - met la pression sur tous les joueurs qui veulent garder leur place jusqu'à la fin de la préparation.

Commentaires d'après-match

Petr Hubáček (attaquant de la République Tchèque) : "Sur le but, j'ai juste fermé les yeux et essayé de frapper sous la barre. C'était une grande action offensive, Zbynek Irgl est allé à la cage et a ouvert l'espace, et j'ai reçu une jolie passe de Jiri Novotny. Nous sommes tous les trois un peu différents sur la glace, mais ensemble nous nous complétons bien. Je serais content si cette ligne restait ainsi. Le Mondial est loin devant, cela ne sert à rien d'en parler. 25 gars se battent pour leur chance ici. Cela n'a pas de sens d'entretenir l'idée que nous aurions un avantage. C'est à chacun de démontrer sa performance sur la glace."

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "L'adversaire était fort. Quand j'ai parlé avec les entraîneurs finlandais, ils m'ont dit qu'ils prendraient peut-être seulement trois joueurs de NHL aux championnats du monde. Ils avaient le noyau de leur équipe. Nous ne nous attendions à rien de faile. Nous avons ajouté quatre joueurs qui ont ravivé notre performance. Hubáček a élevé le niveau de la première ligne, on connaît aussi Tenkrat et Kaspar. En défense, nous avions pour la première fois Linhart, qui a très bien fait. Nous apprécions les victoires, mais nous ne décidons pas la sélection sur un seul match."

 

République Tchèque - Finlande 3-2 (0-0, 2-1, 1-1)
Jeudi 25 avril 2013 à 18h00 à la Kajot Arena de Brno. 5860 spectateurs.
Arbitrage d'Aleksandr Sergeev et Aleksei Anisimov (RUS) assistés de Jiri Gebauer et Vit Lederer (TCH).
Pénalités : République Tchèque 8' (0', 4', 4') ; Finlande 4' (2', 2', 0').
Tirs : République Tchèque 26 (8, 11, 7) ; Finlande 28 (7, 9, 12).

Évolution du score :
1-0 à 26'06" : Hubáček assisté de Novotný
2-0 à 26'59" : Tenkrát assisté de Hertl et Nakládal
2-1 à 28'35" : Pesonen assisté d'Aaltonen
2-2 à 45'15" : Viitaluoma assisté de Salminen (sup. num.)
3-2 à 46'31" : Irgl assisté de Hubáček


République Tchèque

Gardien : Jakub Kovář.

Défenseurs : Tomáš Mojžíš (+2, 2') - Tomáš Voráček (+2) ; Jakub Nakládal - Jakub Krejčík ; Petr Čáslava - Tomáš Linhart.

Attaquants : Petr Hubáček (+1) - Jiří Novotný (+1) - Zbyněk Irgl (+1) ; Petr Tenkrát (+1) - Petr Vrána (+1) - Tomáš Hertl (+1) ; Michal Vondrka (2') - Petr Koukal - Lukáš Kašpar ; Ivan Rachůnek - Lukáš Pech (2') - Milan Guláš.

Remplaçants : Alexandr Salák (G), Karel Kubát, Marek Trončinský, Tomáš Rachůnek. En réserve : Pavel Francouz (G), Jan Kolář, Jan Kovář, Jiří Sekáč.

Finlande

Gardien : Joni Ortio [sorti de 59'24" à 59'38"].

Défenseurs : Ville Lajunen - Sami Lepistö ; Mikko Mäenpää (+1) - Juuso Hietanen (+1) ; Ossi Väänänen (2') - Mikko Kousa ; Ilari Melart (-3, 2') - Lasse Kukkonen (-3).

Attaquants : Sakari Salminen - Ville Viitaluoma - Pekka Jormakka ; Janne Pesonen (+1) - Juha-Pekka Hytönen (+1) - Juhamatti Aaltonen (+1) ; Antti Pihlström - Petteri Wirtanen - Niklas Hagman ; Jere Sallinen (-3) - Miika Lahti (-3) - Juha-Pekka Haataja (-3).

Remplaçants : Atte Engren (G), Marko Anttila. En réserve : Mika Järvinen (G), Janne Jalasvaara, Teemu Laakso, Petri Kontiola, Oskar Osala.