Canada - Finlande (demi-finale du mondial U18)

Sochi U18Les demi-finales du championnat du monde U18 confirment une tendance lourde : Russes, Canadiens et Américains trustent les médailles depuis presque dix ans. Compte tenu du réservoir très important de jeunes licenciés dans ces trois pays et de leurs investissements, ce n'est pas illogique. Cette première demi-finale oppose donc le Canada et la Finlande, autrement dit deux des joueurs les plus marquants du tournoi.

D'un côté, le super prodige canadien Connor McDavid. Dans un tournoi réservé aux joueurs nés après 1995, la performance de cet attaquant né en 1997 a de quoi laisser rêveur. Le sniper des Erie Otters, double surclassé donc, mène tout simplement le tournoi avec 8 buts et 14 pts en 5 matchs seulement ! McDavid a assommé les Tchèques en quarts de finale presque à lui tout seul : trois buts, une passe dans une victoire 6-0. Le numéro 17 constitue l'attraction du tournoi et les recruteurs comme les journalistes spécialisés s'accordent sur un point : ils n'ont jamais vu un joueur si jeune dominer à ce point un tournoi U18. McDavid sur une autre planète... Bien que le deuxième marqueur canadien ne compte que 6 pts, le prodige reste assez bien entouré. Citons parmi les potentiels joueurs du premier tour de la prochaine draft NHL les attaquants Sam Reinhart (frère de Griffin et Max), Morgan Klimchuk et Samuel Bennett, ou le défenseur offensif Josh Morrissey. Dans les cages, Philippe Desrosiers, auteur d'un blanchissage en quarts - son deuxième consécutif - n'a encaissé qu'un seul but en 180 minutes. Son binôme Spencer Martin a pour sa part encaissé deux buts en deux matchs. Une défense canadienne extrêmement solide donc, qui limite tous ses adversaires à très peu de tirs.

Face à cette impressionnante armada canadienne, la Finlande fait figure de petit poucet. Les Nordiques ont eu toutes les peines du monde à se débarasser des Suisses en quart : la victoire 7-4 ne s'est décantée que dans le troisième tiers. Arriver en demi-finales représente déjà une jolie performance mais le staff ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. L'arme fatale ? Juuse Saros. Le gardien finlandais a disputé tous les matchs depuis le début du tournoi, signant 94,32% d'arrêts et une seule défaite, face à la Russie. La prestation de ses coéquipiers correspond à la tradition des "Suomi" : collectif ! Difficile de sortir un joueur du lot. Citons malgré tout le trio offensif, Artturi Lehkonen, Juuso Ikonen et Kasperi Kapanen (le fils de l'ancien joueur NHL Sami), tous auteurs de 7 pts. Kapanen compte 4 buts et mène son équipe dans ce secteur de jeu. On notera aussi l'utilisation intensive d'Aleksi Mustonen, auteur de 3 buts et 5 pts, avec un temps de jeu digne d'un défenseur. La défense apporte peu à la feuille de marque, avec seulement deux buts pour le groupe d'arrières. Jimi Kuronen (2 pts) mène le groupe avec un ratio de +4 ; c'est le défenseur le plus utilisé.

Le Canada et la Finlande s'étaient affrontés en 2012 : les joueurs à la feuille d'érable avaient gagné 6-5 après prolongation pour obtenir la médaille de bronze.

Un match fermé

Juuse Saros est le premier en action sur une attaque de Klimchuk. McDavid enchaîne, montrant rapidement ses qualités : résistance aux duels et feintes de corps pour libérer des angles de passe. La partie s'annonce physique : les premières mises en échec appuyées sortent dès les premières minutes. Les occasions se font rares. Les deux équipes sont bien en place, assez prudentes et attentives pour contrer les passes.

Petit à petit, les Canadiens se font plus pressants. Morgan Klimchuk frôle la déviation d'un tir de Chris Bigras. Niko Ojamäki prend deux minutes dans l'affaire. Cela ne donne rien et la Finlande tient plutôt le choc. Après une douzaine de minutes, Saros compte déjà neuf arrêts et il continue sa prestation face aux meilleurs shooters canadiens. Son homologue Desrosiers, en revanche, a peu de travail, avec un simple tir masqué de Juuso Ikonen. Après vingt minutes, le score reste vierge : deux défenses hermétiques, peu d'espaces pour les attaquants et peu d'arrêts difficiles pour les gardiens.

Le Canada frappe le premier

Le deuxième tiers débute par une pénalité finlandaise contre Mäkinen. Un premier tir de Bowey, dévié par Reinhart, ne perturbe pas Saros. La pénalité se termine lorsque d'une bonne sortie de zone lance Reinhart, qui trouve Gauthier. Le Québécois centre du revers au deuxième poteau et Klimchuk ouvre le score (1-0). Un but assez logique, les occasions les plus dangereuses venant des Canadiens. McDavid provoque sur l'action suivante une pénalité, en devançant Kuronen derrière la cage. Le jeu de puissance ne tarde pas à faire mouche, avec un gros travail de Gauthier ligne de fond qui trouve Josh Morrissey tout seul poteau opposé (2-0).

Les rouges appuient là où ça fait mal et Nastasiuk, dans l'enclave, cherche un rebond près de Saros. Reinhart devance ensuite un défenseur et passe en retrait pour Gauthier, dont le tir est repoussé. La domination canadienne s'accroît au fil des minutes. Après un contre finlandais sorti par Desrosiers, les Canadiens viennent fêter un nouveau but : Gauthier, dans le slot, convertit un tir de la bleue. Mais le but est refusé et l'attaquant est puni pour obstruction sur le gardien. Il ne reste que quelques secondes quand Lehkonen est sanctionné à son tour. Le palet tourne dans la zone nordique mais Saros ne cède rien. Lehkonen, sorti de prison, déboule alors en échappée et c'est au tour de Desrosiers de briller. Le gardien réalise en fin de tiers un arrêt-mitaine superbe. Dans la foulée, Ikonen convertit un rebond qui traîne mais le but est refusé car les officiels avaient perdu de vue la rondelle et sifflé, à la grande colère des Finlandais. Les joueurs de Don Hay contrôlent les dernières minutes et rentrent au vestiaire avec deux buts d'avance.

Une défense impressionnante

Le Canada débute en confisquant le palet, tournant sur les extérieurs grâce au travail de la ligne Bennett-McDavid-Reinhart. Les rouges passent petit à petit à une tactique plus prudente, envoyant au fond et attaquant à deux. Desrosiers doit sortir quelques palets lorsque la Finlande monte en pression, par exemple à un bon tir de Mustonen plein axe suite à une belle montée de zone. La première ligne canadienne reste dangereuse : double tentative de Bennett, puis Reinhart, du coin, passe du revers à Connor McDavid qui échoute devant Saros. Un superbe arrêt du portier nordique face au meilleur marqueur du tournoi.

La discipline canadienne s'efface après sept minutes lorsque Laurent Dauphin accroche un joueur dans la neutre. Klimchuk percutant un défenseur à la relance, le Canada se retrouve à trois contre cinq. Le 100% de pénalités tuées se retrouve testé pendant 1'30". Desrosiers sauve un tir de loin de Lehkonen, mais le palet vole dans les airs et Antonen parvient à le reprendre juste au-dessus de la botte, en deux temps (2-1). Le jeu de puissance se poursuit et la Finlande a une chance en or de revenir au score : occasion manquée, et le Canada revient en complet, continuant sa gestion.

Festival Saros

Un tir finlandais, sauvé par Desrosiers, se termine par une faute de Ainali, qui vient frotter le gardien de trop près pour chercher un rebond inexistant. McDavid mène le jeu et cherche le slap de Bowey : arrêt de Saros et le rebond échappe à Reinhart. Gauthier, Dauphin, Bigras testent à leur tour Saros, qui reste irréprochable. De retour à cinq contre cinq, McDavid décale Klimchuk à l'opposée mais ce dernier ne trouve pas le cadre dans cette excellente position, perturbé par le déplacement rapide de Saros. Le gardien est impressionnant sur l'action suivante lorsque Frederik Gauthier sort du coin et impose son physique pour tenter de glisser le palet sous la botte. La pression canadienne continue et Verhaeghe, servi par Gauthier, trouve encore Saros sur sa route avec un revers à bout portant.

Le palet ne quitte plus la zone défensive finlandaise. Dauphin, Baptiste s'imposent et confisquent le palet. Puis, c'est une volée de Bigras, bloquée par Saros, qui termine la séquence de domination de près de deux minutes. Le temps défile et la Finlande n'arrive toujours pas à sortir de sa zone. La défense canadienne se montre très solide : Morin ou Bigras par exemple bloquent les tirs et, sans paniquer, relancent proprement. Saros sort à une minute de la fin : cela ne fonctionne pas, Bennett interceptant une très mauvaise passe transversale pour boucler le score cage vide (3-1).

Victoire logique et méritée du Canada, dominateur dans tous les compartiments du jeu. Avec une grande discipline et un respect de son plan de jeu, les joueurs de Don Hay n'ont quasiment laissé aucun espace à leur adversaire. Sans un Saros exceptionnel, le score aurait même pu être plus lourd.

Désignés joueurs du match : Frederik Gauthier (Canada) et Jimi Kuronen (Finlande)


Canada - Finlande 3-1 (0-0, 2-0, 1-1)
Vendredi 26 avril 2013, 16h, Bolchoï Ice Dome de Sochi, Russie. 2956 spectateurs.
Arbitrage de Timothy Mayer (USA) et Evgeny Romasko (RUS) assistés de Kenji Kosaka (JAP) et Henrik Pihlblad (SUE)
Tirs : Canada 39 (10, 11, 18), Finlande 26 (7, 7, 12)
Pénalités : Canada 6' (0', 2', 4'), Finlande 12' (2', 8', 2')

Évolution du score :
1-0 à 23'53" : Klimchuk assisté de Gauthier et Reinhart
2-0 à 24'54" : Morrissey assisté de Gauthier et Klimchuk (sup. num.)
2-1 à 47'13" : Antonen assisté de Lehkonen (sup. num.)
3-1 à 59'22" : Bennett (cage vide)

Canada

Gardien : Philippe Desrosiers

Défenseurs : Dillon Heatherington - Madison Bowey (A) ; Sam Morin - Josh Morrissey (A) ; Chris Bigras - Shea Theodore ; Roland McKeown.

Attaquants : Connor McDavid - Morgan Klimchuk - Sam Reinhart (C) ; Nick Baptiste - Yan Laplante - Frederik Gauthier ; Carter Verhaeghe - Hunter Garlent - Zach Nastasiuk ; Samuel Bennett - Laurent Dauphin.

Remplaçant : Spencer Martin (G).

Finlande

Gardien : Juuse Saros (sorti de sa cage à 59'00").

Défenseurs : Alex Lintuniemi - Julius Honka ; Jimi Kuronen - Erik Autio ; Atte Mäkinen (A) - Mika Ilvonen ; Matias Pulli.

Attaquants : Aleksi Mustonen (C) - Artturi Lehkonen - Juuso Ikonen (A) ; Jonatan Tanus - Otto Rauhala - Kasperi Kapanen ; Joose Antonen - Saku Kinnunen - Felix Westermarck ; Aleksi Ainali - Janne Puhakka - Niko Ojamäki ; Joel Kiviranta.

Remplaçant : Ville Husso (G).