Publicité

Vancouver Canucks - San José Sharks (quart de finale de conférence, match 1)

Canucks VancouverSharks San JoseVancouver avait remporté la série en cinq manches il y a deux ans, une série qui aurait pu basculer des deux côtés, selon Alain Vigneault. Le coach des Canucks s'attend à un duel très disputé contre San José. Les Sharks avaient démarré en feu avant de connaître un mois de février catastrophique. Depuis, Brent Burns a été repositionné à l'attaque et apporté un plus à une offensive déjà bien fournie. L'homme de la saison côté californien reste cependant Antti Niemi, qui s'est montré redoutable dans les buts, malgré une tendance à encaisser des buts entre les jambières.

Les Canucks n'hésitent pas à lancer Franckie Corrado, un jeune défenseur qui, il y a deux semaines, jouait les playoffs en junior majeur : après avoir brillé au camp de sélection canadien pour le Mondial junior sans être retenu, il a réalisé une excellente saison en OHL - 45 pts en 69 matchs - et se retrouve lancé dans le grand bain pour ces phases finales NHL. C'est Roberto Luongo qui garde les cages, Cory Schneider étant convalescent. Joe Cannata sera le remplaçant.

Luongo tient la barraque

San José débute dans le camp adverse, conservant le palet grâce aux grands gabarits de Brent Burns et Joe Thornton. Les deux équipes font tourner leurs quatre lignes dès le début du match. La première pénalité survient lorsque Dale Weise tend sa crosse bien trop haut. Une faute inutile qui permet à Joe Thornton de menacer Roberto Luongo sur une déviation : le palet s'arrête sur la ligne. Puis, Burns tente sa chance et son tir est dévié. Luongo laisse un rebond avant de voler Martin Havlat qui avait suivi. Les Sharks tiennent la zone offensive : nouvel arrêt du portier des Canucks, avec une mitaine sur Joe Thornton. Vancouver s'en sort dans la douleur : pas moins de sept tirs cadrés en deux minutes !

La partie, rythmée, profite toujours aux Sharks, qui remportent les duels tant en vitesse qu'en physique. Vancouver joue en contre et tente sa chance par des tirs lointains. Heureusement pour les locaux, Luongo ne tremble pas durant ces dix premières minutes compliquées pour son équipe : les tirs pleuvent, de tous les angles, à la recherche de déviations ou de rebonds. Les mises en échec tombent aussi : Raffi Torres d'un côté, Dale Wiese de l'autre, ne font aucun voyage à vide. On compte déjà 17 mises en échec à 11 en seulement treize minutes !

Le rythme tombe peu à peu sans que San José ne desserre son étreinte. Une nouvelle action rapide sur l'aile droite contraint Bieksa à la faute : une charge sur Logan Couture dans la neutre, l'obstruction n'échappe pas aux arbitres. San José termine en supériorité. Joe Thornton oriente le jeu, trouvant notamment Joe Pavelski dans l'enclave qui se heurte à Luongo. Le score à la pause reste de 0-0, en grande partie grâce au travail du portier des Canucks, ainsi qu'à Ryan Kesler, décisif en infériorité par son habileté à bloquer les tirs.

Les Canucks sortent les boites

Vancouver tue les quelques secondes de pénalité restantes et démarre en trois contre deux : Jason Garrison, servi en retrait, ne parvient pas à éviter la jambière de Niemi, pour son premier arrêt difficile. Quelques secondes plus tard, Andrew Desjardins assène une charge dans le dos de Jannick Hansen : deux minutes évidentes. Les Canucks peinent à s'installer et n'opposent que deux lancers à la défense menée par Niemi. Un manque de vitesse d'exécution symbolisé par une action d'Henrik Sedin, tout seul au cercle et qui ne prend pas le tir en première intention. San Jose, de retour au complet, repart à l'attaque : nouveau centre fort devant le but signé Pavelski, repris par Andrew Desjardins et Luongo bloque encore le palet pour son 17e arrêt... et bientôt le 18e, Thornton arrivant lancé après une bonne mise en échec de Brent Burns pour libérer le palet.

Après une douzaine de minutes, le répit survient lorsque Matt Irwin expédie le disque au-dessus du plexiglas. Le jeu de puissance manque encore de spontanéité : Daniel Sedin ne reprend pas de volée, tout seul au cercle gauche. Kesler, lui, tente sa chance et Niemi s'impose. La circulation est meilleure sur la fin de supériorité : Alex Edler voit son tir contré et le disque retomber sur le dessus du but queques secondes après le retour d'Irwin. L'intensité monte encore d'un cran : mises en échec, accélérations... du grand hockey. Vancouver, pris de vitesse, répond par des mises en échec (28 à 11 à mi-match) à la domination des Californiens. Une grosse mise en échec sur Adam Burish lance Vancouver en contre. Débordement à droite d'Hansen, passe en retrait pour un tir terrible de Bieksa repoussé par Niemi dans une forêt de joueurs. Raymond essaie de le reprendre, la défense comme l'attaque plongent devant le but et Hansen lève les bras : le palet est au fond, dans la confusion. Les arbitres vérifient la vidéo et se rendent compte que c'est Torres, en cherchant à cacher le palet sous la botte, qui a marqué contre son camp (1-0).

Les échanges de coups consécutifs à l'action débouchent sur un quatre-contre-quatre. San José a pris un coup sur la tête et le jeu s'équilibre, penchant même en faveur des Canucks qui voient le palet frôler le poteau sur un centre à travers l'enclave dévié par un défenseur. L'élan se brise lorsque Zack Kassian prend deux minutes pour une mauvaise charge. San José s'installe bien. Boyle et Pavelski font bouger la défense par un jeu de passe précis et libèrent Couture, plein axe, qui ajuste la lucarne. Luongo, masqué, s'incline (1-1). Les esprits s'échauffent : le jeu très physique remplit la série d'animosité.

Les visiteurs ferment la boutique

Le tiers reprend sur le même schéma : une équipe de Vancouver physique, une équipe de San José cherchant à exploiter sa vitesse et son jeu de passe. Le tiers se ferme complètement. Aucune occasion notable ne ressort des dix premières minutes... jusqu'au but des Sharks ! Hamhuis perd un duel derrière le but, Pavelski récupère, remonte le long de la bande et lance au but en pivot. Luongo est gêné par deux défenseurs et deux attaquants, Wingels tentant de reprendre le disque au poteau. Dan Boyle a suivi et donne l'avantage à son équipe d'un tir en hauteur (1-2). Silence de mort dans la patinoire après cette action confuse.

Vancouver tente de réagir, à l'image d'un tir excentré contrôlé de la mitaine par Niemi. La défense reste bien soutenue par les attaquants et laisse peu d'espaces aux Canucks, auteurs de trois maigres tirs en un quart d'heure. Raymond essaie bien de surpendre le gardien d'un lancer de l'aile gauche, mais le rebond ne revient pas sur Derek Roy.

Pire, le contre est terrible : Torres gagne un duel derrière la cage, le palet revient à Vlasic au point d'appui. Il renvoie derrière le but et Couture, du revers, redonne en une touche à Marleau devant le but : le sniper glisse la rondelle le long de la botte d'un Luongo impuissant (1-3). C'est allé bien trop vite pour la défense sur cette action. Les Bleus tentent de repartir avec un tir de Garrison de loin, qui voit Niemi interposer la mitaine. Les minutes défilent et plusieurs spectateurs quittent déjà la patinoire... Luongo sort de sa cage à 1'40" de la fin pour un attaquant supplémentaire. Vancouver pousse, s'installe en zone offensive mais ne fait que tourner dans le vide sans se montrer réellement dangereux.

San José s'impose donc en déplacement, sans avoir volé le match. Après une forte domination en premier tiers, stérile, ils ont un peu plus subi le jeu de Vancouver en deuxième tiers. L'impact physique des Canucks a été récompensé par l'ouverture du score, mais cela s'est traduit par une indiscipline qui a coûté cher. L'égalisation de Logan Couture a renversé la partie et les Sharks ont parfaitement géré le dernier tiers. Vancouver se trouve déjà en danger mais ne pourra cette fois-ci pas accuser Roberto Luongo, qui n'a pas grand chose à se reprocher dans ce match.

 

Vancouver Canucks - San José Sharks 1-3 (0-0, 1-1, 0-2)
Mercredi 1er mai 2013, 19h30, Rogers Arena de Vancouver, Canada. 18910 spectateurs.
Arbitrage d'Eric Furlatt et François St. Laurent assistés de Steve Miller et Mark Wheler.
Tirs : Vancouver 30 (9, 13, 8), San Jose 28 (15, 6, 7)
Pénalités : Vancouver 10' (4', 4', 2'), San Jose 6' (0', 6', 0')

Récapitulatif du score
1-0 à 32'26" : Bieksa
1-1 à 36'35" : Couture assisté de Boyke et Pavelski (sup. num.)
1-2 à 49'17" : Boyke assisté de Wingels et Pavelski
1-3 à 54'37" : Marleau assisté de Couture et Vlasic

Vancouver Canucks

Gardien : Roberto Luongo (sorti de sa cage à 58'21")

Défenseurs : Dan Hamhuis - Kevin Bieksa ; Jason Garrison - Alexander Edler ; Frank Corrado - Andrew Alberts.

Attaquants : Daniel Sedin - Henrik Sedin - Alex Burrows ; Chris Higgons - Ryan Kesler - Zack Kassian ; Mason Raymond - Derek Roy - Jannik Hansen ; Andrew Ebbett - Maxime Lapierre - Dale Weise.

Remplaçant : Joe Cannata (G).

Réservistes : Eddie Lack (G), Keith Ballard, Chris Tanev, Cam Barker, Jim Vandermeer, Derek Joslin, Peter Andersson (D), Kellan Lain, Steven Piniaaotto, Tom Sestito, Jordan Schroeder, Nicklas Jensen, Darren Archibald, Alexandre Mallet (A).

Blessés : Cory Schneider (G), Chris Tanev, Manny Malhotra (oeil), David Booth (cheville)

San José Sharks

Gardien : Antti Niemi.

Défenseurs : Dan Boyle - Matt Irwin ; Marc-Edouard Vlasic - Brad Stuart ; Justin Braun - Scott Hannan.

Attaquants : Joe Pavelski - Joe Thornton - Patrick Marleau ; Brent Burns - Logan Couture - Martin Havlat ; Raffi Torres - TJ Galiardi - Tommy Wingels ; Andrew Desjardins - James Sheppard - Adam Burish.

Remplaçant : Thomas Greiss (G).

Réservistes : Alex Stalock, Harri Sateri, JP Anderson (G), Dylan Demelo, Nick Petrecki, Sena Acolatse, Taylor Doherty, Matt Tennyson (D), Scott Gomez, Bracken Kearns, Sebastian Stahlberg, Matt Pelech, Tim Kennedy, Travis Oleksiuk, Freddie Hamilton (A).

Blessé :  Jason Demers (cheville).