République Tchèque - Suède (Mondial 2013, à Stockholm)

VORACEK Jakub-110513-067Pour les Tchèques, il y aurait eu plus grave que de ne gagner que par deux buts d'écart contre le Bélarus : perdre dans le temps réglementaire. Ce qui est arrivé aux Suédois, dans un Globen rempli en totalité, qui ont plié devant la Suisse.

Même si la première phase du championnat du monde est désormais plus longue, un tel faux-pas peut s'avérer préjudiciable pour la suite dans un groupe où les places pour les quarts seront chères, où le Canada fait figure d'épouvantail, où la Suisse et la Norvège auront leur mot à dire pour continuer l'aventure.

Comme prévu, Alexander Salák conserve sa place devants les filets de la Tchéquie. Le seul ajustement d'Alois Hadamczik concerne l'attaque puisque le phénomène de Plzen Jan Kovář, 23 ans et star de la KHL en devenir, entre en piste pour le premier Mondial senior de sa carrière, titularisé aux côtés de Tenkrát et Hertl.

Malgré la défaite encaissée contre la Suisse, Pär Mårts n'a pas non plus chamboulé ses lignes, hormis l'entrée en lice de Jhonas Enroth devant la cage et l'ajout de Fredrik Pettersson, un joueur d'impact, difficile à contenir et très apprécié du sélectionneur.

Peut-être encore un peu nerveuses, les deux équipes connaissent un premier round d'observation. Les spectateurs du fameux Globen de Stockholm auront une première occasion sérieuse à se mettre sous la dent à la 7e minute : tir puissant du prometteur Petter Granberg, mais le danger le plus à craindre est sur la déviation de Niklas Persson. Deux minutes plus tard, Jirí Hudler se retrouve sanctionné pour une charge dans le dos, Salák va être largement mis à contribution. Danielsson frappe de la bleue, Loui Eriksson hérite alors d'un double rebond qu'il ne peut concrétiser. Puis c'est Johan Fransson qui envoie un missile, superbement saisi du gant par l'ex-gardien de Färjestad, pourtant masqué.

Alors que Hudler réintègre le jeu, la Suède est toujours en zone offensive. Six secondes après la fin de la pénalité, Martin Thörnberg, derrière la cage, trouve Jimmie Ericsson, placé au poteau gauche, qui fusille Alexander Salák (0-1, 10'14"). Dans le jeu à 5 contre 5, la Suède devient souveraine, la République Tchèque est dépassée et les fautes s'enchaînent, Vrbata et Tlustý rejoignent l'un après l'autre le cachot. Encore heureux que la Tre Kronor laisse passer sa chance malgré une belle séquence personnelle de Johan Fransson qui part de sa zone, passe la ligne rouge, dribble un joueur en zone offensive, mais son lancer s'élève dans les airs. Les Tchèques sont dans le doute, même en avantage numérique, un comble. Ils concèdent d'ailleurs deux interceptions dans leur camp de Landeskog et Thörnberg qui ne sont pas finalement profitables.

Fébrile en première période au cours de laquelle elle n'a offert que trois tirs, la République Tchèque se remobilise au retour des vestiaires. Tomáš Hertl frappe à la porte à droite, Enroth sauve de la jambière, Petr Tenkrát obtient le rebond qui est alors repoussé de la mitaine. Toujours en jeu, la Suède n'arrive pas à dégager le palet dans une cohue génarale, Zbynek Michálek tente de conclure de la ligne bleue, en vain. Un tir lointain, parfaitement placé celui-là, c'est ce qui va percer la vigilance de Salák, le défenseur Henrik Tallinder en est l'auteur (0-2, 23'38"). Quelques instants plus tard, les Slaves évitent le KO, Oscar Lindberg frappe le poteau.

Ils vont toutefois retrouver leurs esprits, y compris en supériorité numérique. Sur un tir de Vorácek, Jirí Hudler dévie la trajectoire, le disque passe alors dans un trou de souris, dans la manche de Jhonas Enroth (1-2, 32'40"). Souhaitant se mettre de nouveau à l'abri, la Suède remet du rythme. Fransson, l'un des meilleurs joueurs suédois depuis le début du Mondial, frappe violemment, le rebond sème alors la panique générale devant la cage de Salák. Les Tchèques continuent de subir malgré Hudler, d'une déviation sur un 5 contre 4, qui tente de rendre un copier-coller de sa première réalisation, Enroth ne se laisse pas avoir cette fois-ci. La dernière action avant le troisième tiers est suédoise, Oscar Lindberg contourne brillamment le but tchèque et tire en pivot.

Landeskog en prison, la République Tchèque commence la dernière période par un jeu de puissance qui voit deux lancers sur réception extrêmement dangereux signés Zbynek Michálek et Ladislav Šmíd. Malheureusement pour eux, dès le retour à forces égales, les Scandinaves reprennent le contrôle de la partie. Dick Axelsson hérite de deux occasions en or. D'abord un rebond généreux après une première action d'Eriksson puis une bonne passe de Tallinder en zone offensive, Axelsson se dirige à pleine vitesse sur le but tchèque, trop vite puisqu'il n'arrive pas à placer son revers correctement. De leur côté, les visiteurs sont toujours aussi nerveux et étrangement timides.

À la 49e minute, Jan Kovář fait par exemple une faute grossière sur Tallinder dont le palet était irrécupérable. Ce qui peut paraître contradictoire, c'est que cela permettra de voir une occasion franche de la République Tchèque. La Suède est contrée, le palet s'en va mourir vers le but d'Enroth mais aucun de ses coéquipiers ne daigne le chercher ! Tenkrát, plus rapide que les autres, a suivi et reprend de volée, Jhonas Enroth empêche une égalisation insolite.

Alors que les minutes continuent de défiler, la République Tchèque se décide à faire - enfin - le forcing. Installée, elle commet une erreur de plus : Šmíd donne à Axelsson qui démarre alors avec le turbo mais il échoue seul face à Alexander Salák. Ce dernier quitte logiquement sa cage à une minute de la fin et Tallinder se fait arrêter par la police pour un coup au visage sur Tlustý. Bénéficiant pourtant d'une double supériorité, les Tchèques n'offrent rien de bien sérieux. À dix secondes de la fin, Vrbata, à la ligne bleue, laisse même filer bêtement le palet avant l'ultime poussée.

La Suède obtient enfin son premier succès, solide, dans ce Championnat du monde face à une République Tchèque encore loin de son meilleur niveau. Son jeu à 5 contre 5 s'avère même inquiétant : seulement 18 lancers aujourd'hui, et elle n'a pour l'instant marquer que des buts en supériorité numérique. Elle aura l'occasion de débloquer tout cela lundi face à une Suisse redoutable.

Élus joueurs du match : Ladislav Šmíd pour la République Tchèque, Staffan Kronwall pour la Suède.

Commentaires d'après-match

Jirí Tlustý (attaquant de la République Tchèque) : "Ils ont dominé la première moitié du match. Nous devons être mieux préparés que nous l'étions. Nous nous sentions mieux lors de la deuxième moitié, nous devons rester sur ça pour avancer. Notre gardien a très bien joué, il nous a gardé dans le match. Cela démontre qu'il est bien l'un de nos meilleurs gardiens à l'heure actuelle."

Gabriel Landeskog (attaquant de la Suède) : "Nous voulions nous assurer d'un bon départ. La nuit dernière a été difficile et tout le monde était motivé aujourd'hui. Nous nous sommes nourris de cela et nous avons mieux joué. Nous avons remporté la plupart des duels et nous étions plus convaincants autour de notre but."


République Tchèque - Suède 1-2 (0-1, 1-1, 0-0)
Samedi 4 mai 2013 à 20h15 au Globen de Stockholm. 12500 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Chris Carlson (ALL) et Andre Schrader (ALL).
Pénalités : République Tchèque 8' (6', 0', 2'), Suède 20' (2', 6', 12').
Tirs : République Tchèque 18 (3, 9, 6), Suède 39 (16, 13, 10).

Évolution du score :
0-1 à 10'14" : Ericsson assisté de Thörnberg et Järnkrok
0-2 à 23'38" : Tallinder assisté de Lundqvist et Gustafsson
1-2 à 32'40" : Hudler assisté de Vorácek et Tlustý (sup. num.)


République Tchèque

Gardien : Alexander Salák [sorti à 59'01"].

Défenseurs : Ladislav Šmíd - Zbynek Michálek (A) ; Jakub Nakládal (-2) - Jan Hejda (-2) ; Zdenek Kutlák - Petr Cáslava.

Attaquants : Tomáš Fleischmann - Martin Hanzal - Radim Vrbata (A) ; Jirí Tlustý (-1, 2') - Jirí Hudler (-1, 2') - Jakub Vorácek (-1) ; Petr Tenkrát - Jan Kovář (2') - Tomáš Hertl ; Petr Hubácek (-1) - Jirí Novotný (C, -1) - Zbynek Irgl (-1) ; Petr Vrána [une présence].

Remplaçant : Pavel Francouz (G).

Suède

Gardien : Jhonas Enroth.

Défenseurs : Staffan Kronwall (C) - Elias Fälth ; Henrik Tallinder (+2, 2'+10') - Erik Gustafsson (+2) ; Petter Granberg - Johan Fransson.

Attaquants : Loui Eriksson - Niklas Persson (A) - Dick Axelsson ; Simon Hjalmarsson - Joel Lundqvist (A, +1) - Andreas Jämtin ; Gabriel Landeskog (4') - Oscar Lindberg (2') - Jimmie Ericsson (+1) ; Martin Thörnberg (+2) - Calle Järnkrok (+1, 2') - Nicklas Danielsson ; Fredrik Pettersson (+1).

Remplaçant : Jacob Markström (G).