France - Autriche (Mondial 2013, à Helsinki)

2013-05-05-France-Autriche2Aucun des deux adversaires ne se trompe sur l'importance cruciale de ce match. Il suffit d'avoir vu les Autrichiens gérer les temps de jeu hier et neutraliser le dernier tiers-temps alors qu'ils n'avaient "que" deux buts de retard sur les Américains pour s'en convaincre.

Depuis son retour dans l'élite il y a cinq ans, la France a toujours gagné le match qu'il fallait. Les années impaires, celle où elle aurait pu croiser la route d'une Autriche abonnée à l'ascenseur, elle s'est épargnée de devoir l'affronter en gagnant le dernier match de poule, face à l'Allemagne en 2009 et face au Bélarus en 2011. Mais aujourd'hui, plus d'évitement. On saura enfin si les Français sont effectivement plus forts que cette Autriche au potentiel d'élite inabouti, sans doute l'équipe la plus susceptible de la supplanter dans la hiérarchie mondiale.

2013-05-05-France-AutricheLes Bleus abordent le match avec envie. Comme on s'y attend, ils remportent la plupart des duels, et gagnent même toutes les mises au jeu. Quant l'Autriche, un peu sevrée de palets, s'installe pour la première fois en zone offensive, cela vire à la catastrophe pour elle : le tir de Robert Lukas est contré par Damien Fleury qui s'échappe. Les Français ont dû regarder la partie des Autrichiens hier, car Fleury trouve la faille apparente de Starkbaum... entre les jambières bien sûr ! - photo de gauche

La nouvelle troisième ligne enchaîne immédiatement : un très gros travail de Brian Henderson et Antoine Roussel dans le coin aboutit à une passe en retrait pour Teddy Da Costa dans le cercle gauche, qui tire en pleine lucarne (2-0, 04'17"). Que demander de mieux ? Le seul regret, c'est que l'organisation finlandaise n'ait rien trouvé d'autre que Allumer le feu de Johnny Hallyday pour sonoriser les buts français...

2013-05-05-France-Autriche5La France est sereine et son gardien Cristobal Huet n'est pas gêné par des lancers ouverts qu'il voit partir. Lorsque le tireur se nomme Thomas Vanek, il faut quand même se méfier. La flèche est rapide et puissante, et touche le masque du portier lausannois. Quelles armes l'Autriche peut-elle bien employer ? La longue passe, comme on l'a vu hier ? Jonathan Janil la lit parfaitement et l'intercepte en zone neutre. L'utilisation de Vanek en jeu de puissance ? La première pénalité est infligée à Teddy Da Costa. Une mauvaise coordination française à la ligne bleue permet aux Autrichiens de percer dans l'axe et à l'attaquant de Buffalo de se présenter devant la cage, mais il ne surprend pas Huet. Un rebond perdu de vue par le gardien est ensuite dégagé du revers par Manavian.

Les deux équipes se sont écroulées en deuxième période à leur premier match, un syndrome qui naît généralement de présences trop longues liées à l'éloignement du banc. C'est malheureusement la France qui se fait piéger la première de cette façon. Brian Henderson ne passe pas la rouge avant d'envoyer le palet au fond, et le dégagement interdit sifflé oblige la troisième ligne à rester sur la glace. Sur l'engagement, Markus Peintner tire sur la barre. La France réplique quand un dégagement du revers de Lakos est contré par Bellemare : Fleury se retrouve donc dans l'axe face à Starkbaum, qui arrête de la mitaine.

2013-05-05-France-Autriche7L'Autriche est pénalisée deux fois dans ce deuxième tiers-temps : un surnombre et un retard de jeu d'Unterluggauer qui ferme la main sur le palet en zone neutre. Le premier jeu de puissance n'arrive pas à s'installer, le second obtient un tir dangereux : le tir du cercle gauche de Meunier passe sous le bras de Starkbaum et retombe derrière le gardien, mais Lakos dégage.

Il n'y a pas grand-chose à craindre des Autrichiens tant qu'on ne leut fait pas de cadeau, comme l'avaient fait les Américains en début de match. Or, un palet perdu en zone offensive permet justement à Raphael Herburger de s'échapper, mais il échoue dans les bottes de Huet (photo de gauche). Les contre-attaques sont équitablement réparties puisque Charles Bertrand tire sur le poteau. Puis, pendant que les Autrichiens réclament une faute de Manavian (qui a effectivement retenu le bras de Vanek), Julien Desrosiers s'échappe dans le dos d'Altmann. Malgré le retour d'Unterluggauer, le Rouennais signe un tir croisé parfaitement exécuté à mi-hauteur, côté mitaine (3-0). Dans la dernière minute du deuxième tiers-temps, Thomas Vanek file à son tour en breakaway, mais sa tentative frappe également le poteau.

2013-05-05-France-Autriche6Ce jeu ouvert fait peut-être le spectacle, mais pas du tout les affaires de l'équipe qui mène. Dave Henderson remet les choses au point dans le vestiaire et l'équipe de France se concentre uniquement sur la défense pour le troisième tiers-temps. Elle recule même un peu trop car elle subit le jeu. Sur une pénalité différée contre Henderson, Thomas Vanek prend un premier lancer entre les cercles, puis son propre rebond dans la cage ouverte (3-1, photo de droite). La France réagit vite : le tir de Pierre-Édouard Bellemare sur le poteau est si fulgurant que l'arbitre a recours à la vidéo.

Laurent Meunier vole le palet à Thomas Pöck en zone neutre et s'échange le palet avec Yorick Treille à 2 contre 0... mais le tir du capitaine français touche le haut de la jambière de Starkbaum, restée en position pour couvrir le bas de la cage. Pire, Yorick Treille retient Koch derrière la cage et prend une pénalité sur l'action.

2013-05-05-France-Autriche9Viveiros sort son gardien pour jouer à 6 contre 4 ! Presque 6 contre 3 car Pierre-Édouard Bellemare a pris un palet dans la jambe et boite ! Cristobal Huet capte sans rebond un tir de la bleue et met fin au calvaire. La France se dégage deux fois, la pénalité se termine, Welser est décalé à la bleue pour une dernière tentative mais Huet arrête encore.

Engloutie en début de match, l'Autriche a pu se rendre compte de ce qui lui manquait pour rivaliser physiquement au niveau international. Certains joueurs ont ensuite haussé le ton, avec notamment de grosses mises en échec signées David Schuller, mais elle n'a jamais réussi à renverser le jeu dans un match où les attaques étaient peu en réussite (deux poteaux de chaque côté). Longtemps préservé, Thomas Vanek s'est vu confier les clés au troisième tiers-temps où il a passé près de dix minutes sur la glace, mais il a toujours gardé une attitude individualiste qui l'empêche de vraiment améliorer le collectif autrichien.

2013-05-05-France-Autriche8La France a donc accompli sa mission, même si elle s'est encore fait pas mal de frayeurs après un début de match parfaitement maîtrisé. On saluera Antonin Manavian (photo de droite), joueur critiqué de la lanterne rouge de la ligue autrichienne Innsbruck, qui a pris sa revanche personnelle : les supporters autrichiens ne comprenaient pas comment il pouvait figurer dans le top-6 défensif français, il les a fait taire avec 23 minutes de jeu. La mission du premier week-end est accomplie, la France pourra jouer sans pression contre la Finlande demain soir.

Désignés joueurs du match : Cristobal Huet pour la France et Thomas Hundertpfund pour l'Autriche.

Commentaires d'après-match :

Cristobal Huet (gardien de la France) : "Ils ont mis un peu de temps à se mettre en route et on fait une très bonne première période. J'ai eu quelques tirs mais pas très dangereux, ça m'a bien mis dedans. On a limité les erreurs et corrigé ce qu'on avait mal fait par rapport au premier match. Je ne suis pas sûr que les Autrichiens étaient inférieurs à nous."

Julien Desrosiers (attaquant de la France) : "On a commencé de la bonne façon. Il fallait absolument les battre pour la suite. Cela enlève un petit peu de pression pour la suite. Cristo a fait des gros arrêts, il a été solide. Les gars ont fait un gros travail en zone défensive, ils étaient tous crevés et moi j'attendais dans l'enclave le bon moment, j'avais encore du jus et j'ai anticipé le défenseur quand j'ai vu le palet rebondir et je suis parti en un contre un, j'ai fait une feinte et ça rentre. On joue contre les premières lignes des autres équipes, il faut qu'on se concentre bien sur le jeu défensif. On peut pas se permettre de tricher contre Vanek, il faut toujours le garder à l'oeil. On a vu qu'il pouvait faire la différence à lui tout seul."

2013-05-05-France-Autriche3Dave Henderson (entraîneur de la France) : "Soulagement. Depuis l'an dernier, on sait que le deuxième match contre le promu est très important. Les Autrichiens ont joué hier, c'est l'avantage d'être dans le groupe A et mieux classé. On a un calendrier mieux aménagé qu'eux. On se prépare pour ce match là depuis le 31 mars avec Pierre. On a une aide très important d'Adrien Valvo, notre préparateur physique, parce qu'on lui passe la commande que les mecs soient prêts pour les deux premiers matches. On essaiera toujours de prendre un point à la Finlande. Si on veut monter dans la hiérarchie mondiale, il faut battre un gros. [...]

Mon message sur le repli défensif à été bien reçu par les joueurs. On a vu que le troisième homme était haut, que le repli était plus en place. Et avec un troisième homme haut, on marque deux buts dans le premier tiers-temps. On n'a pas joué que défensif, et ça a ouvert des espaces qu'on n'avait pas contre les Slovaques. [...]

Pi-Ed a pris le palet sur l'extérieur du genou droit, mais ça devrait aller. Il a souffert, joué sur une jambe. C'est un guerrier. C'est un gagnant. Trois années de suite en finale en Suède, ce n'est pas pour rien. C'est comme Meunier. Des guerriers. [...]

Damien Fleury a pris en vitesse et surtout s'est amélioré dans les combats dans les bandes. Avant il ne passait pas, maintenant il est capable d'aller dans un combat et passer. C'est difficile de l'arrêter, même sur une mise en échec. Il a passé un cap. [...]

Une partie de notre évaluation d'un joueur, c'est son fighting spirit. Ceux qui s'arrachent pour l'équipe. C'est un critère énorme pour nous. On n'a pas le talent pour lutter contre les équipes d'un meilleur niveau. Et les équipes de notre niveau, ce qu'on a en plus, c'est le coeur. Les joueurs se battent à chaque fois, qu'ils montent 15 fois ou 1 fois sur la glace en match. Ça ne peut pas être autrement. n'est pas monté en groupe A avec une équipe plus talentueuse que les autres, on est monté avec une équipe qui avait plus de courage. Pour y rester il fallait garder ce courage. Aujourd'hui, on a été malmenés à partir d'un certain moment, mais les gars se mettaient sur les lancers. Ils ne pensaient pas à eux, ils pensaient à l'équipe. À l'image de notre capitaine, et c'est comme ça qu'on voit pour continuer à avancer avec le hockey français. On voit de plus en plus de talent, mais ces gars talentueux ont gardé du courage."

2013-05-05-France-Autriche12

 

France - Autriche 3-1 (2-0, 1-0, 0-1)
Dimanche 5 mai 2013 à 11h15 à la Hartwall Arena de Helsinki. 3471 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano (TCH) et Marcus Vinnerborg (SUE) assistés de Petr Blümel (TCH) et Sirko Hunnius (ALL).
Pénalités : France 4' (2', 0', 2'), Autriche 4' (0', 4', 0').
Tirs : France 26 (10, 11, 5), Autriche 36 (14, 9, 13).

Évolution du score :
1-0 à 03'36" : Fleury
2-0 à 04'17" : T. Da Costa assisté de A. Roussel et Henderson
3-0 à 37'10" : Desrosiers assisté de Meunier
3-1 à 47'23" : Vanek assisté de Peintner et Pöck


France

Gardien : Cristobal Huet.

Défenseurs : Yohann Auvitu (+1) - Antonin Manavian (+1) ; Vincent Bachet - Kévin Hecquefeuille ; Jonathan Janil (+1) - Nicolas Besch (+1).

Attaquants : Julien Desrosiers (+1) - Laurent Meunier (C) - Yorick Treille (2') ; Damien Fleury (+2) - Pierre-Édouard Bellemare (+1) - Sacha Treille (+1) ; Brian Henderson - Antoine Roussel (+1) - Teddy Da Costa (2') ; Tim Bozon - Damien Raux - Charles Bertrand ; Anthony Guttig [une présence].

Remplaçants : Fabrice Lhenry (G), Maxime Moisand.

Autriche

Gardien : Bernhard Starkbaum [sorti à 57'28"].

Défenseurs : Thomas Pöck (+1) - André Lakos (+1) ; Robert Lukas (-1) - Martin Schumnig (-1) ; Florian Iberer (-1) - Gerhard Unterluggauer (-2) ; Mario Altmann (-1) - Sven Klimbacher.

Attaquants : Michael Raffl - Thomas Koch (-1) - Thomas Vanek (A, -1) ; Matthias Iberer (-1) - David Schuller (-1) - Daniel Welser (A, -1) ; Manuel Latusa - Thomas Hundertpfund - Gregor Baumgartner ; Markus Peintner - Daniel Oberkofler - Raphael Herburger (-1).

Remplaçant : René Swette (G).

2013-05-05-France-Autriche13