Bélarus - Slovénie (Mondial 2013, à Stockholm)

GRABORENKO Roman-120506-420La France n'a pas même pas rangé ses crosses avec le sentiment du devoir accompli que, de l'autre côté de la Mer Baltique, une partie de son destin est en train de se jouer. La protection dont bénéficie le Bélarus, prochain pays organisateur, implique en effet que les résultats du groupe de Stockholm peuvent avoir une influence sur le maintien des Bleus dans le groupe de Helsinki.

Le scénario perturbateur est le suivant : un Bélarus qui occuperait la dernière place et qui ne serait donc pas le relégué automatique, obligeant à une comparaison entre les avants-derniers des deux poules. Et on ne voit que trop bien comment ce scénario pourrait se produire : des Biélorusses mollassons, peu incisifs offensivement, face à des Slovènes très dynamiques et sans complexes depuis leur qualification olympique.

Le début de match suit très exactement ce déroulement. En plus, la Slovénie se montre bien plus complète qu'au premier match, où seul le premier trio était dangereux. Cette fois, les contributions sont partagées. Marcel Rodman passe de derrière la cage pour le tir à bout portant de son frère David, mais Vitali Belinski arrête de la botte. La troisième ligne n'est pas en reste. Elle joue rapidement un 3 contre 3, Pajic fonce et entraîne défenseur et gardien pour mieux passer en retrait à Razingar qui a la cage ouverte (0-1). C'est sur cette action que l'on commence à sentir l'inexpérience du jeune gardien biélorusse Belinski, qui n'aurait jamais dû se laisser glisser aussi loin de son but.

Cependant, l'expérience n'empêche pas les mauvais buts. Robert Kristan, un peu masqué par son défenseur, laisse passer entre ses jambières un tir du cercle gauche du défenseur Ilya Kaznadei (1-1). Ce but libère des Biélorusses jusque là timorés qui attaquent jusqu'à la sirène et tirent dans toutes les positions. Kristan est même sauvé par son poteau.

La deuxième période est équilibrée. Vitali Belsinki réussit un arrêt déterminant grâce à un très bon déplacement latéral face à Tomaz Razingar, servi par une passe transversale. La Slovénie craque par la faute d'Andrzej Tavzelj : le défenseur de Rouen protège le palet dans le coin mais reçoit une dure mise en échec de Dmitri Meleshko, qui lui prend ensuite le palet et le donne dans l'enclave à son compère Aleksandr Kitarov (2-1).

La Slovénie se jette à l'attaque dès le début du troisième tiers-temps. Sur une action amenée de derrière la cage par David Rodman, on compte trois Slovènes et quatre Biélorusses autour de la cage. Marcel Rodman pousse le palet pour un tir non cadré... qui touche le patin du défenseur Graborenko et passe entre le poteau et la botte du gardien (2-2). Une égalisation chanceuse !

GOROSHKO Oleg-120506-334Le Bélarus est vite remis en selle par une pénalité de Robar. Depuis le cercle droit, Andrei Stas tire dans les bottes de Kristan et le défenseur Andrei Filichkin vient prendre le rebond dans l'axe. Les Slovènes continuent de tout donner, jusqu'à ce qu'ils bénéficient à leur tour d'une supériorité numérique. Les défenseurs biélorusses se couchent ou dégagent comme ils peuvent, mais ils sont dépassés par la vitesse slovène. Belinski éloigne le palet d'un poke-check devant, mais Ziga Jeglic de derrière la cage trouve Robert Sabolic ente les cercles (3-3).

Dix (et même cinquante-cinq) minutes d'efforts slovènes sont ainsi récompensés... avant d'être ruinés vingt-sept secondes plus tard. Tavzelj et Music chargent le même joueur dans la bande, et du coup Tavzelj ne tient plus sa position et laisse Aleksei Ugarov revenir devant la cage pour marquer le but vainqueur du Bélarus (4-3).

La première ligne slovène s'installe à l'avant-dernière minute, mais Goroshko intercepte une passe transversale de Jeglic et porte le palet hors de sa zone. L'effort dans les coins de la ligne des Rodman permet au gardien Kristan de sortir, et les Slovènes obtiennent plusieurs mises au jeu en zone offensive dans la dernière minute, mais en vain.

C'est donc un joueur de Ligue Magnus, Andrej Tavzelj, qui a simplifié la situation de l'équipe de France. Il a coûté deux buts à son équipe, l'un par manque d'engagement physique, l'autre par excès d'engagement physique. Pas simple, le hockey.

Le Bélarus marque trois points et s'éloigne donc de la dernière place qui fausserait les calculs. Mais n'enterrons pas les Slovènes : battus deux fois de peu, ils sont toujours dynamiques et ne paraissent pas prêts à abandonner.

Désignés joueurs du match : Oleg Goroshko pour le Bélarus et Marcel Rodman pour la Slovénie.

Commentaires d'après-match

Matjaz Kopitar (entraîneur de la Slovénie) : "Match difficile. Nous avons fait trop d'erreurs. Franchement, nos chances sont faibles maintenant. Il aurait fallu prendre des points dans ces deux premières rencontres. Nous y comptions, nous avons fait beaucoup d'efforts, hélas sans succès."

Andrei Skabelka (entraîneur du Bélarus) : "Le match a été dur pour les nerfs, mais nous commes contents du résultat. Parfois, un déroulement un peu fou est même plus important que tous les moments tactiques. Je crois que cette victoire nous donnera confiance. Nous avions bien compris les forces des Slovènes en regardant leur match contre la Norvège. Les connaître est une chose, les contrer en est une autre. Nous avons fait parfois beaucoup d'erreurs sous la pression slovène. C'est une question de psychologie : avec les favoris, on est plus calme, mais quand on est obligé de gagner, on tremble."

 

Bélarus - Slovénie 4-3 (1-1, 1-0, 2-2)
Dimanche 5 mai 2013 à 12h15 au Globen de Stockholm. 1411 spectateurs.
Arbitrage de Lars Brüggemann (ALL) et Vyacheslav Bulanov (RUS) assistés de Pierre Dehaen (FRA) et Miroslav Valach (SVK).
Pénalités : Bélarus 4' (2', 0', 2'), Slovénie 6' (2', 2', 2').
Tirs : Bélarus 17 (5, 8, 4), Slovénie 30 (8, 9, 13).

Évolution du score :
0-1 à 13'28" : Razingar assisté de Pajic et G. Kopitar
1-1 à 17'19" : Kaznadei assisté de Kulakov et Kitarov
2-1 à 29'44" : Kitarov assisté de Meleshko
2-2 à 41'06" : M. Rodman assisté de D. Rodman
3-2 à 43'57" : Filichkin assisté de Stas (sup. num.)
3-3 à 54'52" : Sabolic assisté de Jeglic et Ticar (sup. num.)
4-3 à 55'19" : Ugarov assisté de Kaznadei et Kovyrshin


Bélarus

Gardien : Vitali Belinski.

Défenseurs : Ilya Kaznadei (+2, 2') - Pavel Chernook (+2) ; Andrei Filichkin (-1) - Roman Graborenko (-1) ; Ilya Shinkevich (2') - Oleg Goroshko ; Yaroslav Maslenikov.

Attaquants : Dmitri Meleshko (+2) - Aleksandr Kitarov (+2, 2') - Aleksandr Kulakov (+2) ; Konstantin Koltsov (C) - Yevgeni Kovyrshin - Mikhaïl Stefanovich ; Aleksei Yefimenko (-1) - Andrei Stas (-1) - Aleksei Ugarov (-1) ; Vyacheslav Andrushchenko - Artyom Demkov - Yevgeni Solomonov ; Artyom Kisly.

Remplaçant : Dmitri Milchakov (G).

Slovénie

Gardien : Robert Kristan [sorti à 59'10"].

Défenseurs : Mitja Robar (2') - Blaz Gregorc ; Sabahudin Kovacevic (+2) - Ales Kranjc (+1, 2') ; Ziga Pavlin (-3) - Andrej Tavzelj (A, -3, 2') ; Klemen Pretnar (+1).

Attaquants : Robert Sabolic - Rok Ticar - Ziga Jeglic ; Jan Urbas - Marcel Rodman (A) - David Rodman (+1) ; Gasper Kopitar - Rok Pajic - Tomaz Razingar (C, -1) ; Ziga Pance (-2) - Ales Music (-1) - Bostjan Golicic.

Remplaçants : Andrej Hocevar (G), Luka Basic. En réserve : Luka Gracnar (G).