Norvège - Danemark (Mondial 2013, à Stockholm)

TOLLEFSEN Ole Kristian-110430-301Danois et Norvégiens se retrouvent en ce derby septentrional pour leur deuxième match de la compétition. Outre la proximité géographique, ces deux nations ont longtemps communiqué au classement IIHF, mais suivent une trajectoire différente : tandis que le Danemark s’est stabilisé entre la 12e et la 13e place mondiale depuis 2007, la Norvège est en constant progrès. Derrière leur adversaire du soir en 2007 (14e), les hommes à l’ours polaire pointent avant ce championnat du monde à une excellente 8e place, devant des pays comme l’Allemagne ou la Suisse.

Ces deux formations, qui ont également en commun d’avoir battu à deux reprises l’équipe de France en préparation de ce Mondial, ont démarré la compétition sur des bases différentes : le Danemark démarrait face à l’ogre canadien, et s’est incliné non sans avoir démérité, enlevant au passage le premier tiers (1-3). Absent de ce match d’ouverture, le défenseur des Stars de Dallas, Philip Larsen, retrouve les siens. Les Norvégiens ont eux évité le piège tendu par la Slovénie, grâce notamment à un doublé d’Anders Bastiansen (3-1).

Le début de match est en faveur de la Norvège. Après à peine 30 secondes, Jonas Holøs se présente à la bleue et tente un lancer que dévie le portier danois Patrick Galbraith. Sur l’action suivante, Mads Bødker perd le palet contre la bande, les Norvégiens partent en contre à toute vitesse par l’intermédiaire de Mathis Olimb. Il dribble son défenseur direct qui s’était jeté, tente sa chance et bute sur Galbraith, mais ce dernier laisse un rebond et sa cage un peu trop ouverte pour Mats Trygg qui en profite et pousse le palet derrière la ligne de but (1-0). La Norvège prend un avantage précoce mais logique. Dur départ pour Patrick Galbraith qui démarre là son mondial, puisqu’il était la doublure de Simon Nielsen lors du premier match face au Canada.

Suite à ce but rapide, les Danois ont la possession du palet mais ne parviennent pas à organiser le jeu en zone offensive. Une crosse haute de Kim Staal dans le visage de Patrick Thoresen (non signalée par le corps arbitral) laisse présager des premières tensions. Cela se traduit d'ailleurs quelques secondes plus tard par la première pénalité, une dureté de Lars Erik Spets. Les Danois installent leur jeu de puissance sur la seconde minute, mais Lars Haugen est vigilant, notamment sur une tentative lointaine de Philip Larsen. Lejeu s'équilibre ensuite un bon moment, même si l'on sent la Norvège plus incisive sur les palets récupérés.

CHRISTENSEN Mads-100516-500Le revers de la médaille vient des sanctions : Holøs part en prison pour une crosse haute. En supériorité numérique, le Danemark parvient enfin à se montrer un peu plus dangereux. Sur un lancer lointain, Mads Christensen, sans doute le Danois le plus en jambe en ce premier tiers, se présente au rebond mais le capitaine Ole-Kristian Tollefsen intervient. La friction qui suit ne sera pas la dernière. Malheureusement pour les blancs, l'élan est stoppé par les arbitres qui envoient Julian Jakobsen en prison pour un « faire trébucher » bien évitable. Après une trentaine de secondes de 4 contre 4, les Norvégiens se retrouvent pour la première fois de la rencontre en supériorité. Ils n'en profitent pas, tout juste un lancer qui passe à gauche de la cage de Galbraith.

Les équipes au complet, Anders Bastiansen réalise un gros travail derrière la cage, mais il ne trouve aucune solution et les Danois peuvent ressortir. S'ensuit une scène assez symbolique de la rencontre, avec un festival de mise en échec sur la même phase de jeu : une bonne dizaine sur quelque trente secondes ! La tension est palpable et les zèbres doivent intervenir, Tollefsen prend deux minutes de pénalité pour une charge contre la bande. Sur cette nouvelle tentative à 5 contre 4, les Danois font tourner le palet, mais sans solution. Ils continuent à se montrer menacant sur une grosse occasion qui voit Morten Poulsen repiquer vers la cage avec un palet dont héritera Frederik Storm qui ne parvient à concrétiser. Les Norvégiens ne s'en laissent pas compter et Per-Åge Skrøder tente un lancer non cadré. Les esprits ne se calment pas vraiment et on retrouve Jesper Jensen et Martin Røymark en train de discuter littérature scandinave devant la cage du portier norvégien. Ils seront imités par Lauridsen et Holtet quand sonne la fin du premier tiers, un tiers au terme duquel la Norvège semble dominer techniquement et physiquement, mais un palet plutôt en possession des Danois, notamment du fait des infériorités norvégiennes.

Le deuxième tiers-temps démarre de manière toujours aussi tendue. La plupart des joueurs se connaissent et il semblerait que d'anciens contentieux resurgissent du fait de la pression. Stefan Lassen prend deux minutes, puis quelques minutes plus tard nouvel échange d'amabilité entre Mads Hansen et Jesper B. Jensen. Le jeu est haché, mais les Danois tentent de s'installer. Cela les expose aux contres, et sur l'un d'eux Bastiansen se retrouve seul face à Galbraith mais ce dernier remporte le duel. Sur l'action qui suit, Marius Holtet met en échec Daniel Nielsen avec une trop grande conviction : deux minutes de pénalité tandis que son homologue regagne les vestiaires pour se faire soigner. L'arbitre principal convoque alors les deux capitaines pour une mise au point, car la rencontre n'est pas avare en gestes dangereux.

BASTIANSEN Anders-110430-345Sur ce powerplay, le Danemark réussit enfin à inquiéter fortement Haugen. Bødker se montre par deux fois dangereux, mais le portier du Dinamo Minsk est attentif, pourtant bien esseulé sur la deuxième tentative.

Une fois encore, les Danois semblent laisser passer leur chance, car dans la foulée ce sont eux qui se montrent indisciplinés à deux reprises (par Starkov puis Christensen). Ces deux infériorités coup sur coup redonnent le palet aux hommes de Roy Johansen. Des Norvégiens qui gèrent et un match qui s'appauvrit techniquement avec plus de passes ratées et plus de hors-jeu. Jusqu'à la construction d'une bonne séquence de jeu de puissance par la Norvège, qui se poursuit même après la fin de la pénalité de Christensen, et qui se conclut de fort belle manière : le palet circule bien jusqu'à Bastiansen qui prend le lancer à la ligne bleue et inscrit son troisième but personnel dans ces championnats du monde, Galbraith sans doute gêné  par le grand trafic devant sa cage (2-0).

C'est cruel pour les Danois qui ont plutôt la possession du palet, mais ils se remettent très rapidement en ordre de marche. Suite à un lancer de Philip Larsen, la confusion règne devant la cage d’Haugen et le palet franchit la ligne. Les Danois exultent mais Ian Croft demande l’arbitrage vidéo. Un arbitrage qui confirmera que le palet est pris sur une crosse très haute, au-delà du visage du portier. Le but est logiquement invalidé. Pendant une pénalité de Solberg, un très bon travail de Bødker qui porte le danger devant la cage norvégienne, mais sa frappe est contrée par Haugen. Et une fois de plus, la progression danoise, à peine mise en marche, se voit freinée par une stupide pénalité d’équipe pour surnombre en toute fin de 2e tiers.

C’est donc sur un power play que les orvégiens attaquent le dernier tiers de la partie, mais avec trop de précipitations qui conduisent aux hors-jeu. Mathis Olimb tente sa chance d’un beau lancer, Galbraith relâche, Bastiansen est au rebond mais ne convertit pas. Juste après nouveau numéro personnel d’Olimb mais le gardien danois capte le palet. À l’instar de ce qu’il s’est passé sur le deuxième but, les Norvégiens consolident leur jeu de puissance même après la pénalité tuée, mais cette foisi sans la même réussite. Røymark, très énervé, part même en prison pour un coup de coude. Se présente alors une supériorité danoise très précieuse dans l’optique de revenir au score. Mais c’est sans compter sur la défense norvégienne qui fait preuve d’une grande solidité et dégoûte les ardeurs impatientes et trop brouillonnes des blancs de Per Bäckman. Aucun lancer pris, et un hors-jeu de fin de séquence qui témoigne bien de l’impuissance danoise.

JAKOBSEN Julian-100516-409À 5 contre 5, les norvégiens ressortent et Skrøder lance puissamment le puck que Galbraith reçoit au visage. Malgré le casque, le gardien danois reste sonné un bon moment.

C’est finalement au moment où l’on s’y attendait le moins que le Danemark trouve enfin la faille par l’intermédiaire de son défenseur Stefan Lassen : au départ de l’action il y a un superbe travail de Mikkel Bødker.  Le Coyote de Phoenix met son adversaire direct dans le vent en l’emmenant sur une fausse piste. Il remet alors en retrait pour Lassen, resté à la bleue, qui a tout le loisir d’appuyer un lancer qui termine dans la lucarne droite de Haugen (2-1).

Le travail ayant fini par payer, les Danois commencent à croire en un retour et gardent le palet en zone offensive. Pendant ce temps, on peut se demander si les Norvégiens ne commencent pas à douter si l’on se fie à une situation de deux contre un bien mal maîtrisée par les rouges.

Les Danois en profitent, d’abord sur un lancer de Bjorkstrand, puis quelques secondes plus tard grâce à la fratrie Bødker : Mikkel est à nouveau à la construction, il centre sur son grand frère Mads idéalement placé devant la cage. Ce dernier rate un peu son lancer, mais le palet atterrit sous la jambière d’Haugen qui ne parvient à le maitriser et franchit tout doucement la ligne (2-2).

Les Norvégiens ont bien trop laissé jouer jusqu’à cette égalisation qui les réveille enfin. Ils élèvent leur niveau de jeu et dominent dès lors très largement les débats. Dans un premier temps, Galbraith est vigilant sur les tentatives rouges. Mais les supporters au drapeau rouge à la croix bleue poussent de plus en plus, et leurs protégés, qui commencent à songer à cette bien mauvaise opération comptable, en font autant sur la glace, pour une avalanche d’occasions à suivre : Røymark tente de la ligne bleue mais il ne trompe pas Galbraith. Ensuite c’est sur un excellent travail de Thoresen que Bonsaksen se retrouve seul face à la cage mais sans réussite. Trygg s’essaye à son tour, mais le gardien stoppe sa tentative.

Sur une charge de Christensen, qui n’est pas sans rappeler celle tragique sur Ronny Keller cette saison (charge loin de la bande et tête qui la heurte violemment), le capitaine norvégien Ole-Kristian Tollefsen reste au sol un bon moment puis se relève, avec l’aide de ses coéquipiers, extrêmement sonné. Il regagne les vestiaires, non sans avoir entendu du couloir les cris de libération de ses supporters. Car l’immense travail des Norvégiens finit par payer. Skrøder récupère le palet contre la bande, il remet à Thoresen qui trompe Galbraith d’un revers parfaitement exécuté à moins de trois minutes du terme (3-2).

La frustration gagne alors des Danois qui ont cru à ce point qui leur aurait été si précieux au classement. Nichlas Hardt charge fortement Solberg, et ce bien après que le palet soit en sa possession. Per Bäckman demande un temps-mort et Galbraith quitte sa cage à 1 minute 35 du terme. À six, les Danois s’installent en zone offensive, mais les tentatives de Jakobsen puis de Larsen n’aboutissent pas. La dernière tentative de ce même Larsen est contrée.

La Norvège s’impose finalement dans ce match qui laisse une impression étrange. Dès lors que les joueurs norvégiens ont pris le jeu à leur compte (en tout début de rencontre ou après l’égalisation), ils ont dominé de la tête et des épaules des Danois moins aguerris. Pourtant la Norvège semble avoir joué avec le feu, en laissant le Danemark bien dans le match, jusqu’à même l’égalisation. Les rouges peuvent même s’estimer heureux qu’il ait resté 10 minutes à jouer, soit le temps pour reprendre l’avantage, car cet étrange scénario aurait pu leur jouer un bien mauvais tour si l’égalisation était arrivée plus tard dans la partie. Une prise de risque qu'ils ne pourront se permettre lors des prochains matchs, surtout quand on sait qu'à l'issue des mauvaises charges qui ont émaillé la rencontre, le panel disciplinaire a décidé de suspendre Tollefsen et Holtet pour le prochain match face au Canada.

Désignés joueurs du match : Anders Bastiansen pour la Norvège et Julian Jakobsen pour le Danemark.



Norvège - Danemark 3-2 (1-0, 1-0, 1-2)
Dimanche 5 mai 2013 à 20h15 au Globen de Stockholm. 3754 spectateurs.
Arbitrage de Ian Croft (USA) et Jyri Petteri Ronn (FIN) assistés de Chris Carlson (CAN) et Jimmy Dahmen (SUE).
Pénalités : Norvège 14' (6', 6', 2'), Danemark 12' (2', 10', 0').
Tirs : Norvège 23 (4, 11, 8), Danemark 29 (11, 14, 4).

Évolution du score :
1-0 à 01'03" : Trygg assisté de M. Olimb
2-0 à 37'05" : Bastiansen assisté d'Ask et Bonsaksen
2-1 à 45'09" : Lassen assisté de Mi. Bødker et Christensen
2-2 à 49'58" : Ma. Bødker assisté de Mi. Bødker et Christensen
3-2 à 57'28" : Thoresen assisté de Skrøder


Norvège

Gardien : Lars Haugen.

Défenseurs : Alexander Bonsaksen (+1)  - Jonas Holøs (2') ; Ole-Kristian Tollefsen (C, +1, 2’) - Mats Trygg ; Daniel Sorvik - Henrik Solberg (2’).

Attaquants : Patrick Thoresen (A, -1) - Mads Hansen (2') - Per-Åge Skrøder (-1) ; Ken Andre Olimb (+1) - Anders Bastiansen (A, +1) - Mathis Olimb (+1) ; Martin Røymark (+2, 2') - Kristian Forsberg - Marius Holtet (2') ; Lars Erik Spets (2’) - Morten Ask (+1) - Andreas Martinsen.

Remplaçants : Lars Volden (G), Henrik Ødegaard, Niklas Roest. En réserve : Steffen Søberg (G).

Danemark

Gardien : Patrick Galbraith [sorti de 58'25" à 60'00"].

Défenseurs : Stefan Lassen (+1, 2’) - Daniel Nielsen (A) ; Oliver Lauridsen (-1)  – Philip Larsen (-1) ; Jesper B. Jensen (-1, 2’) - Markus Lauridsen ; Mats Boedker (+1).

Attaquants : Nichlas Hardt (-1) - Morten Green (C) - Kirill Starkov (2’) ; Mads Christensen (+1, 2’)  - Julian Jakobsen (+1, 2’)  - Mikkel Bødker (+1, 2’) ; Frederik Storm (-1) - Jesper Jensen (-2) - Morten H. Poulsen (-1) ; Morten Madsen (A, -1) - Patrick Bjorkstrand - Kim Staal.

Remplaçants : Simon Nielsen (G), Rasmus Nielsen. En réserve : Thor Dresler.