Finlande - France (Mondial 2013, à Helsinki)

2013-05-06-Finlande-France6C'est un test de maturité pour la France. Après avoir obtenu une victoire si précieuse contre l'Autriche, est-elle capable de se remettre en seule dès le lendemain face à une Finlande soutenue par treize mille spectateurs, un adversaire qui ne lui a jamais réussi ? Plus fort encore, est-elle capable de le faire sans son capitaine, qui n'est plus là pour montrer l'exemple d'une combativité de tous les instants.

Laurent Meunier est en effet rentré en France assister à la naissance de son enfant, programmée demain. Anthony Guttig, qui avait perdu sa place de titulaire au premier match, le remplace directement en première ligne. Un autre Dijonnais, Nicolas Ritz, fait pendant quelques secondes ses débuts en championnat du monde, et Maxime Moisand entre sur la glace pour la première fois de la compétition. L'équipe de France fait tourner son effectif, mais cela ne signifie pas qu'elle fait une croix sur cette partie.

Fabrice Lhenry remplace Cristobal Huet dans les cages, avec Florian Hardy en doublure. La petite surprise, après les débuts sensationnels d'Antti Raanta, est que la Finlande aussi change de gardien. Joni Ortio se voit offrir une seconde chance.

La France est un peu prise entre deux feux. Si elle veut gagner, elle doit essayer de presser cette équipe qui sait ressortir le palet avec une technique très propre. Mais la vigilance au repli défensif s'est bien améliorée dans les rangs tricolores, et l'équilibre est conservé.

2013-05-06-Finlande-France2Lauri Korpikoski, en grande difficulté à son premier match, se montre plus incisif et provoque la première pénalité contre Manavian qui l'accroche derrière la cage. La patience du jeu de puissance finlandais bute sur la patience de la boîte française. Un lancer de la bleue de Hietanen frappe simplement l'extérieur de la cage.

Un public incrédule voit donc le premier tiers-temps se terminer par... un temps fort français. Le tir du poignet précis en angle fermé de Bellemare est repoussé du haut de l'épaule par Joni Ortio. Le lancer de Charles Bertrand qui passe sous le bras du gardien mais est assez dévié pour continuer sa course hors cadre. Les Bleus terminent la période en supériorité numérique. Antoine Roussel prend la place de Meunier sur le jeu de puissance et gagne ses mises au jeu, mais sa présence en écran n'empêche finalement Ortio de capter le palet sans rebond.

La France tient donc un bon 0-0 à la pause. La difficulté est de tenir ce résultat au deuxième tiers sans se faire piéger loin de son banc par présences plus longues et fatigantes. Ce danger est encore plus grand face à la première ligne finlandaise qui fait très bien tourner le palet, et dont le mouvement perpétuel désarçonne pour la première fois la défense bleue. Juhamatti Aaltonen trouve une belle passe transversale pour son capitaine Lasse Kukkonen, mais le défenseur défensif manque le cadre !

2013-05-06-Finlande-FranceOn atteint la mi-match avec un score toujours vierge, quand Veli-Matti Savinainen charge Raux contre la bande. En supériorité numérique, Sacha Treille centre pour Damien Fleury entre les cercles, et Ortio repousse difficilement ce tir en excellente position. Au retour au complet, Teddy Da Costa dribble son défenseur et arrive à la cage, avant que Juuso Hietanen lui cherche des noises.

C'est à 4 contre 4 que se produit le tournant du match : un tir croisé à mi-hauteur de Pierre-Édouard Bellemare touche l'intérieur du poteau. Sur la contre-attaque, Bachet charge Savinainen dans le coin, et la Finlande peut donc engager à 4 contre 3. Le palet arrive sur Petri Kontiola seul devant la cage, mais Fabrice Lhenry reste parfaitement placé. On continue à 5 contre 4, Janne Pesonen se place dans l'axe à mi-distance et prend un tir masqué en lucarne (1-0).

La scoumoune s'abat ensuite sur les Bleus trente secondes plus tard : Nicolas Besch casse sa crosse, la défense française est désorganisée, Antoine Roussel le remplace en position défensive, mais la passe transversale de Petri Kontiola pour Juhamatti Aaltonen lui passe entre les jambes (2-0).

Le calvaire n'est pas terminé avec deux pénalités de Nicolas Besch puis de Sacha Treille, pour un dégagement au-dessus du plexiglas. Mais les Français ne coulent plus comme autrefois dans ces situations difficiles, et ils résistent pendant 1'21" en double infériorité numérique face à l'inévitable première ligne finlandaise qui ne quitte pas la glace dans cette situation de jeu.

2013-05-06-Finlande-France5La France ne reste pas sur la frustration de ce score peu mérité et repart de l'avant au troisième tiers-temps. Sacha Treille fonce récupérer un palet en fond de zone et donne en retrait du revers vers Pierre-Édouard Bellemare qui arrive seul face au but (2-1, photo de gauche). Un surnombre est sifflé contre la Finlande dans la foulée, et Julien Desrosiers a un rebond en cage vide sur la supériorité numérique, mais le palet capricieux saute de sa crosse.

Après un tour de cage non complété de Lauri Korpikoski, qui n'a pas rabattu dans le palet dans l'angle ouvert, le joueur finlandais enjambe Fabrice Lhenry qui se fait mal sur l'action. Le grand début de Florian Hardy en championnat du monde se fait donc dans des circonstances particulières, à douze minutes de la fin du meilleur match de la France face à une grande nation depuis très longtemps. Le malheureux Hardy encaisse aussitôt un but contre lequel il ne peut pas grand-chose : il a la vue bouchée, et en plus le tir de la ligne bleue d'Ossi Väänänen est dévié par Ville Viitaluoma (3-1).

La France continue de travailler fort et l'obstination de Sacha Treille à aller chercher un palet envoyé en fond de zone provoque une obstruction de Kontiola. Les Bleus poursuivent leur effort jusqu'à la fin de la supériorité numérique, et le rugueux Ossi Väänänen se souviendra de la mise en échec donnée par Sacha Treille pour l'empêcher de dégager le palet. Kevin Hecquefeuille retrouve aussitôt Bellemare pour une reprise face au but, mais Ortio est cette fois solide.

2013-05-06-Finlande-France4Les efforts tricolores se poursuivent, Teddy Da Costa arrive jusqu'au but mais manque le cadre en position idéale. Les approximations de la France lors des changements de joueurs (il a manqué plusieurs fois un joueur sur la glace et il y a eu un surnombre non sifflé en début de match) finissent par se payer en fin de match : Florian Hardy se dirige vers le banc puis rebrousse chemin  au moment où un joueur se décide finalement à monter sur la glace. Cette dernière pénalité met fin au suspense, mais il ne restait de toute manière que quarante secondes.

Même si le déroulement de la rencontre laisse des regrets au vu des nombreuses occasions manquées, ce match est à marquer d'une pierre blanche : c'est la première fois depuis la remontée dans l'élite que les Français finissent à équilibre de tirs cadrés avec une grande nation (22 à 22). Ils n'ont jamais rien lâché, même quand la chance les a fuis. Leur potentiel offensif est indéniable, et ils ont bien protégé leur ligne bleue en donnant peu de solutions à la Finlande. La défense fait des progrès, avec un Jonathan Janil remarquable depuis le début de la compétition. La France a acquis un peu plus de respect avec cette prestation.

La Finlande, elle, ne s'est pas rassurée. Petri Kontiola redevient meilleur marqueur du tournoi avec deux nouvelles assistances, mais encore une fois, c'est toujours cette unique premier trio qui a sauvé l'équipe finlandaise. Et chacun sait qu'il faudra plus qu'une ligne pour obtenir la médaille que le sélectionneur Jukka Jalonen a affiché comme objectif.

Désignés joueurs du match : Janne Pesonen pour la Finlande et Pierre-Édouard Bellemare pour la France.

Commentaires d'après-match

2013-05-06-Finlande-France3Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "Nous sommes contents de la victoire mais nous ne sommes pas contents de notre jeu. Ce n'était pas un très bon match. En même temps la France a bien joué. Ils ont rendu notre jeu difficile. Nous devons nous améliorer."

Joni Ortio (gardien de la Finlande) : "On savait quel genre d'équipe c'était. Ils jouent bien défensivement et il fallait se méfier de leurs attaquants. Évidemment, ça aurait été un match différent si Bellemare avait ouvert le score, mais l'issue du match n'aurait peut-être pas été différente."

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "Je suis content dans un sens. On reste dans le match et on se bat jusqu'à la fin. C'est bien d'avoir des regrets contre les Finlandais. L'an dernier on a pris 7-1. On a bien tenu jusqu'au deuxième tiers-temps. On a eu des difficultés au deuxième tiers-temps car on ne peut pas changer aussi rapidement. Les joueurs sont fatigués, les carences se voient davantage et on prend des punitions. [...] Comme contre les Autrichiens, on presse à deux hommes, et quand ils récupèrent le palet on se replie. Notre trappe était bien compacte ce soir et on leur a posé pas mal de problèmes. On a récupéré pas mal de palets en zone neutre. [...] Flo savait qu'un jour il devait rentrer. Ça a dû être difficile pour lui. Premier tir dévié plusieurs fois. Il n'a pas de chance. Il n'avait encore jamais goûté au championnat du monde, il y a goûté, c'est bien. Il a été serein après."

Florian Hardy (gardien de la France) : "Je n'étais pas surpris. J'ai su [que Lhenry] s'était fait mal un peu à la fin du deuxième. Donc il m'a dit qu'il essaierait mais il n'était pas sûr. Il se fait mal ensuite sur l'action où il sort. Le scénario n'était pas le plus simple à gérer. Déviation sur le premier shoot. Je suis un peu déçu de ne pas avoir réussi à tenir sans but pour qu'on puisse finir avec un but d'écart sur la fin. Étonnamment, quand tu commences le match sur le banc, t'es impressionné par cette ambiance assez grandiose, mais quand tu rentres dans la cage, tu retrouves vite tes repères. Je me sentais dedans, je n'entendais plus les 12 000 personnes. T'as pas le temps de t'en rendre compte. T'es impressioné quand ils chantent les hymnes, mais quand tu rentres, tu te dis qu'il va falloir faire le travail parce qu'on compte sur toi. On savait que si on voulait les battre, il fallait tenir le 0-0 le plus longtemps possible, parce qu'ils allaient douter, se frustrer. On a fait un grand match ce soir. On a passé un palier défensivement. Aujourd'hui je suis vraiment content d'avoir enfin mis les pieds sur la glace à des championnats du monde. J'espère que ce n'est que le début. Malgré la défaite, ça fait plaisir d'être monté face à la Finlande. J'apprends beaucoup depuis trois championnats du monde. Il y a des plans de jeu. Si tu prends un but rapidement contre ces équipes-là, le match est terminé. Face aux équipes plus proches de notre niveau, il faut être présent au rendez-vous parce que tu as une chance, t'en as pas deux. T'as pas le droit de te rater. T'es là et si c'est pas ton jour, c'est toute une nation que tu fais plonger."

2013-05-06-Finlande-France7

 

Finlande - France 3-1 (0-0, 2-0, 1-1)
Lundi 6 mai 2013 à 20h15 à la Hartwall Arena de Helsinki. 12158 spectateurs.
Arbitrage de Matt Kirk et Derek Zalaski (CAN) assistés de Jon Kilian (NOR) et Jesse Wilmot (CAN).
Pénalités : Finlande 12' (2', 6', 4'), France 12' (2', 8', 2').
Tirs : Finlande 22 (7, 9, 6), France 22 (9, 3, 10).

Évolution du score :
1-0 à 34'41" : Pesonen assisté d'Aaltonen et Kontiola (sup. num.)
2-0 à 35'19" : Aaltonen assisté de Kontiola et Hietanen
2-1 à 40'43" : Bellemare assisté de S. Treille et Fleury
3-1 à 48'36" : Viitaluoma assisté de Väänänen et Pihlström


Finlande (2' pour surnombre)

Gardien : Joni Ortio.

Défenseurs : Sami Lepistö - Juuso Hietanen (+1, 2') ; Tuukka Mäntylä (2') - Teemu Laakso (-1) ; Janne Jalasvaara (+1) - Ossi Väänänen (+1, 2') ; Lasse Kukkonen (C) - Ilari Melart.

Attaquants : Janne Pesonen (+1) - Petri Kontiola (A, +1, 2') - Juhamatti Aaltonen (+1) ; Sakari Salminen (+1) - Ville Viitaluoma (+1) - Lauri Korpikoski (-1) ; Veli-Matti Savinainen (+1, 2') - Jarno Koskiranta (-1) - Antti Pihlström (+1) ; Niklas Hagman (A) - Juha-Pekka Hytönen - Juha-Pekka Haataja.

Remplaçant : Antti Raanta (G). En réserve : Marko Anttila.

France (2' pour surnombre)

Gardien : Fabrice Lhenry puis Florian Hardy à 47'34".

Défenseurs : Yohann Auvitu (A, -1) - Antonin Manavian (-1, 2') ; Vincent Bachet (C, +1, 2') - Kévin Hecquefeuille (+1) ; Jonathan Janil (-1) - Nicolas Besch (-1, 2') ; Maxime Moisand.

Attaquants : Julien Desrosiers - Anthony Guttig - Yorick Treille ; Damien Fleury (+1) - Pierre-Édouard Bellemare (A, +1) - Sacha Treille (+1, 2') ; Brian Henderson (-1) - Antoine Roussel (-1) - Teddy Da Costa (-1, 2') ; Tim Bozon (-1) - Damien Raux (-1) - Charles Bertrand (-1) ; Nicolas Ritz [une présence].

En réserve : Cristobal Huet (G), Thomas Roussel, Laurent Meunier (rentré en France pour l'accouchement de sa femme).

2013-05-06-Finlande-France8