Publicité

San José Sharks - Vancouver Canucks (quart de finale de conférence, match 3)

Sharks San JoséCanucks VancouverCory Schneider est de retour ! Le gardien n°1 des Canucks cette saison remplace Roberto Luongo, qui n'a pas vraiment démérité dans les cages. Mais Vancouver a besoin d'un électrochoc après deux défaites à domicile à l'issue de matchs très disputés.

Les Sharks enregistrent le retour de Scott Gomez, aligné en quatrième ligne ainsi qu'en deuxième ligne d'avantage numérique. Vancouver aligne Tom Sestito à la place d'Andrew Ebbett en quatrième ligne.

Un tiers équilibré

Les deux premiers matchs mettaient l'accent sur le combat physique. Le troisième poursuit la "tradition" et les charges se multiplient dès les premières minutes. Vancouver expédie plusieurs lancers lointains que Niemi repousse calmement. Schneider n'est pas en reste en sortant un essai de Burns, qui sortait de l'arrière du but. L'ambiance se montre déjà explosive et les deux équipes échangent quelques coups devant le but de Niemi : une pénalité de chaque côté. Peu après, Ryan Kesler met en échec Patrick Marleau mais prend la crosse de l'attaque des Sharks au visage. Un geste involontaire qui envoie le buteur maison en prison et crée un quatre contre trois. Todd McLellan est furieux car Kesler reste en jeu alors que le soigneur était venu l'aider sur la glace. Les arbitres finissent par le renvoyer au banc et la défense s'en sort sans concéder beaucoup de situations difficiles. Cela a eu le mérite de réveiller San José. Thornton trouve Galiardi, qui cherche Burns lancé dans l'axe mais Lapierre défend bien et dégage à temps. Raffi Torres s'impose face à la défense canadienne et multiplie les mises en échec, contribuant à porter le jeu en attaque. Kassian réplique avec un tour de cage dangereux, que poursuit Garrison d'un lancer de la bleue et Roy dans l'enclave : Niemi reste concentré.

À sept minutes de la pause, Weise concède deux minutes pour un mauvais geste, puis Hamhuis assène un coup de crosse sur le poignet de Joe Thornton. Le cinq contre trois de 1'30" peut faire la différence. Thornton mène le jeu et trouve Couture entre les cercles, pour une remise immédiate vers Pavelski sur le côté du but, en hauteur (1-0). Une déviation du bâton qui permet à San José d'ouvrir le score et de compter encore 50 secondes de supériorité ; elles ne donnent rien et c'est même Tommy Wingels qui commet une faute et permet aux Canucks de se positionner dans le camp adverse. Niemi doit batailler face aux frères Sedin, de même que Pavelski qui se sacrifie face au slap de Kesler. La deuxième unité entre en jeu et Garrison trouve encore Niemi d'un lancer puissant de la bleue. Les Californiens gèrent la fin de tiers : 1-0 après vingt minutes, 13 tirs chacun. Le jeu de puissance a fait la différence.

San José contrôle

Le jeu reste relativement fermé. Les duels dans les bandes demeurent intenses mais le palet ne quitte pas la périphérie. C'est d'ailleurs dans les bandes que Lapierre assène un coup de crosse à Scott Gomez. Le jeu de puissance entre en piste. Schneider contrôle tout de suite un tir de Marleau, puis voit une déviation de Thornton filer hors cadre. La suite de l'avantage numérique ne brille guère et Vancouver revient au complet, testant immédiatement Niemi d'un tir de la bleue. Kassian pèse sur la défense, imposant son physique et tenant le palet en zone offensive. San José place quelques contres par Marleau, avant de trouver la faille. Boyle place au fond et le palet file à l'opposée. Wingels le reprend vers le but et Pavelski parvient à le dévier, d'un superbe geste mi-hauteur (2-0). Un but mérité car San José se montrait plus dangereux depuis la reprise.

Peu après la mi-match, une bonne sortie de zone permet à Henrik Sedin de partir en deux-contre-deux. Sa remise à l'opposée trouve la crosse d'Alex Burrows pour une reprise précise en lucarne (2-1). Vancouver respire, sans pour autant maîtriser son sujet. San José parvient à sortir facilement de sa zone, les attaquants soutiennent bien la défense et Niemi n'a pas beaucoup de travail. Vlasic et Braun contiennent assez bien les frères Sedin, privés d'espace. À l'inverse, la relance des Canucks montre des signes d'hésitation. Desjardins en profite pour intercepter et voit son palet décoller en tribunes, dégagé par la plaque de Schneider. À quelques secondes de la fin du tiers, un tir contré permet une longue passe vers Joe Thornton, qui file au but. Accroché par Hansen, il ne marque pas et n'obtient qu'une supériorité numérique. La sirène retentit, avec quelques échanges d'amabilité.

Les Canucks explosent

San José débute à un joueur de plus et son équipe spéciale crée le danger dans la première minute. Marleau ne cadre pas après une action de Pavelski dans le slot, puis l'équipe ne s'installe plus, avec une série de hors-jeu. Il reste sept secondes lorsque Logan Couture assomme Vancouver. Irwin le trouve sur l'aile gauche dans la neutre et Couture tire de l'aile, lucarne opposée (3-1). Sur l'engagement, Couture trouve Marleau qui percute entre Edler et Bieksa, et tire en déséquilibre... entre les jambières ! (4-1).

Alain Vigneault demande un temps mort alors que son équipe vient d'exploser en vol : deux buts encaissés en neuf secondes. Vancouver souffre, peine à la relance et n'inquiète guère Niemi sur de rares incursions, comme ce tir de Roy. Pire, l'agacement touche même le capitaine. Henrik Sedin donne un coup de poing à Logan Couture sur un engagement. Sanction immédiate : passe transversale, Couture s'avance et, du cercle, fusille Schneider (5-1).

Fin de soirée pour l'Américain, remplacé par Roberto Luongo. Il est rapidement mis en jambes suite à un jeu de passes fluide qui libère un joueur à l'aile pour un tir ras glace. Le match parait plié ; les têtes sont basses chez les Canucks et il n'y a pas d'inspiration offensive. La seule réponse, la provocation de Lapierre ou Sestito, ne fonctionne pas : Lapierre est puni, Burish n'a pas mordu à l'hameçon et c'est encore un jeu de puissance, auteur d'un 3/5 sur le match. Luongo bataille, d'autant que Roy brise sa crosse. Le palet tourne et les Canucks finissent par s'en sortir. Le seul qui surnage dans cette équipe de Vancouver, c'est Zack Kassian. Le grand gabarit s'impose encore dans la défense et Niemi intervient avec aplomb, sauvant sur la ligne un palet de Daniel Sedin, avec l'aide de Desjardins. Le Finlandais manque de peu d'être surpris par un lancer rapide de Garrison, et doit se coucher sur la glace pour geler le disque. Les Sharks cherchent les triplés de Couture ou Pavelski ; ce dernier reprend plein axe une passe de Wingels, forçant Luongo à un arrêt difficile.

L'indiscipline de Vancouver, leitmotiv du match, se signale encore avec une nouvelle pénalité pour un mauvais geste de Lapierre. On se cherche des deux côtés : obstruction de Burrows, Galiardi répond et les deux hommes finissent en prison. Il y a des espaces sur la glace. Braun perd sa crosse sur un cinglage de Roy non sanctionné ; ce dernier trouve Dan Hamhuis lancé, dont le tir puissant en hauteur tape la barre et rentre (5-2). Un coup de "hâche" de Roy oublié par les officiels. Peu après, Kassian vient provoquer Braun : nouvelle indiscipline. Le jeu de puissance de San José s'installe et Luongo sauve un tir masqué de Marleau, puis un de Burns. Sheppard termine en déviant un lancer de Thornton, le grand pivot concluant la séquence par un tir ras glace contrôlé par le portier adverse.

San José a quasiment tué la série en remportant les trois matchs. Les chances de retour des Canucks sont quasi inexistantes, surtout que, dans le jeu, Vancouver n'a pas montré grand chose. Relance peu précise, créativité offensive inexistante, indiscipline chronique... Les Canadiens se sont révélés une proie facile pour les Sharks sur ce match. Supérieurs en vitesse, en jeu de passe, en précision technique, San José a su garder ses nerfs et exploiter son potentiel collectif. La profondeur des lignes d'attaque se montre bien supérieure à une équipe de Vancouver qui n'a aucun relais quand les frères Sedin sont muselés. Les Sharks tenteront de finir la série au match 4, à domicile.

 

San José Sharks - Vancouver Canucks 5-2 (1-0, 1-1, 3-1)
Dimanche 5 mai 2013, 19h10, HP Pavilion de San José. 17562 spectateurs.
Arbitrage de Marc Joanette et Brian Pochmara assistés de Steve Barton et Greg Devorski.
Tirs : San José 38 (13, 10, 15), Vancouver 30 (14, 8, 8)
Pénalités : San José 8' (6', 0', 2'), Vancouver 22' (6', 4', 12')

Récapitulatif du score
1-0 à 14'08" : Pavelski assisté de Couture et Thornton (sup. num.)
2-0 à 27'20" : Pavelski assisté de Wingels et Hannan
2-1 à 31'07" : Burrows assisté de H. Sedin
3-1 à 41'40" : Couture assisté de Irwin (sup. num.)
4-1 à 41'49" : Marleau assisté de Couture et Braun
5-1 à 44'07" : Couture assisté de Thornton et Pavelski (sup. num.)
5-2 à 53'12" : Hamhuis assisté de Roy

San José Sharks

Gardien : Antti Niemi.

Défenseurs : Matt Irwin - Dan Boyle ; Marc-Edouard Vlasic - Justin Braun ; Scott Hannan - Brad Stuart.

Attaquants : TJ Galiardi - Joe Thornton - Brent Burns ; Patrick Marleau - Logan Couture - Raffi Torres ; Andrew Desjardins - Joe Pavelski - Tommy Wingels ; James Sheppard - Scott Gomez - Adam Burish.

Remplaçant : Thomas Greiss (G).

Réservistes : Alex Stalock, Harri Sateri, JP Anderson (G), Dylan Demelo, Jason Demers, Nick Petrecki, Sena Acolatse, Taylor Doherty, Matt Tennyson (D), Tim Kennedy, Bracken Kearns, Sebastian Stahlberg, Matt Pelech, Travis Oleksiuk, Freddie Hamilton (A).

Blessés : Martin Havlat (A)

Vancouver Canucks

Gardien : Cory Schneider puis Roberto Luongo à 44'07"

Défenseurs : Dan Hamhuis - Kevin Bieksa ; Jason Garrison - Alexander Edler ; Frank Corrado - Andrew Alberts.

Attaquants : Daniel Sedin - Henrik Sedin - Alex Burrows ; Chris Higgons - Ryan Kesler - Zack Kassian ; Mason Raymond - Derek Roy - Jannik Hansen ; Tom Sestito - Maxime Lapierre - Dale Weise.

Réservistes : Joe Cannata (G), Eddie Läck (G), Keith Ballard, Chris Tanev, Cam Barker, Jim Vandermeer, Derek Joslin, Peter Andersson (D), Kellan Lain, Steven Pinizzotto, Andrew Ebbett, Jordan Schroeder, Nicklas Jensen, Darren Archibald, Alexandre Mallet (A).