République Tchèque - Danemark (Mondial 2013, à Stockholm)

Les nerfs tchèques à rude épreuve

PAVELEC Ondrej-110513-009Enfin, le voilà ! Ondrej Pavelec est enfin guéri de ses problèmes de cheville et prend donc la place qui lui était promise dans les cages. C'est loin d'être le seul changement dans les rangs tchèques : après avoir été laissés sur le banc à la fin du dernier match, les ailiers de NHL Vrbata et Fleichmann ont été éjectés de la deuxième ligne, où le junior Hertl obtient sa chance.

"Placer Vrbata avec Hubacek et Novotny, qui ont une volonté maximum, de l'engagement et un excellent patinage, devrait fonctionner", a commenté Hadamzcik. Quant à Tomas Fleischmann, il est mis en quatrième ligne aux côtés de Petr Koukal, très bon joueur d'infériorité qui a attendu son heure et est finalement incorporé.

Les Danois, eux, ont bouclé définitivement leur effectif. Après l'élimination de Vancouver en NHL, ils ont appris que Jannik Hansen étant blessé. Ils ont alors opté pour Nicklas Jensen, un junior que les Canucks ont appelé comme réserve après sa saison en Suède. Et comme Eller a été blessé (par une violente charge lors des play-offs NHL), le Danemark a aussi activé son centre défensif Thor Dresler, qui doit soulager les meilleurs joueurs en prenant du temps de jeu en infériorité. Cela permettra aussi d'avoir quatre lignes complètes car Mads Christensen est blessé à la cuisse.

Dès la deuxième minute, Zbynek Irgl profite d'une perte de palet de Markus Lauridsen en zone neutre. Il réussit une belle feinte, ouvre l'espace entre les bottes du gardien et tire à travers... mais le palet ricoche sur le poteau. On se dit que ce n'est que partie remise. Erreur. Dans un match très défensif, les Tchèques n'auront pas d'autre occasion au premier tiers-temps, hormis un lancer lointain de Zdenek Kutlak sur le poteau. Le score à la pause est donc de 0-0... et de 2 poteaux à 1 pour les Tchèques, puisque Julian Jakobsen a aussié trouvé le montant en fin de période.

La patience est requise pour les Tchèques. Ils se heurtent à ce système danois en 1-2-2 large que l'on avait vu dans les rencontres de préparation en France, et qui n'est pas facile à jouer. Le talent individuel peut y aider. Jakub Voracek traverse ainsi tout le bloc défensif avec beaucoup de vitesse et passe au second poteau pour la reprise directe de Jiri Tlusty. Dans son déplacement, Simon Nielsen réussit un arrêt-mitaine si incroyable que les entraîneurs danois applaudiront en regardant le ralenti !

Dans ce match fermé, les avantages numériques sont importants. Le Danemark en a un en deuxième période, et Mikkel Bødker décale Nichlas Hardt, mais ce dernier tire juste au-dessus de la cage. Une faute de Larsen oblige les Danois à finir le tiers-temps en infériorité numérique. En essayant de jouer un palet en l'air (qu'il rate largement), Stefan Lassen lève sa crosse jusqu'au visage de Hudler. Celui-ci est blessé au nez, cela fait donc 2'+2'. Les Tchèques jouent les vingt dernières secondes du tiers-temps à 5 contre 3. Ils cherchent à deux reprises le slap de Jakub Voracek dans le cercle droit, mais il n'en cadre aucun.

LARSEN Philip-100516-447Il reste encore trois minutes et demie de jeu de puissance aux Tchèques en début de troisième période. Mais ces Danois sont tenances et collants. Si collants que Novotny fait obstruction sur Hardt pour faciliter une entrée en zone de Voracek : la fin de l'avantage numérique est donc annulée.

Après une si longue résistance et tant d'arrêts étonnants, Simon Nielsen s'incline sur un tir a priori anodin et excentré du défenseur défensif Zbynek Michalek, qui utilise Lassen comme écran, voire comme déviation, et marque entre les jambières du gardien (1-0).

Une fois que les Tchèques ont marqué, ils ont normalement fait le plus dur. Ils continuent de passer l'essentiel du temps en possession du palet, mais sans parvenir à priver leurs adversaire d'occasions. Mikkel Bødker contourne le but et a une cage grande ouverte : il manque la cible ! On se dit alors que c'est le genre d'occasion qui ne se représente pas... C'est compter sans, une fois de plus, cet inoxydable Kim Staal. Le vétéran revenu en sélection est encore la locomotive de son équipe grâce à un dynamique tour de cage à l'issue duquel il sert parfaitement au poteau opposé Morten Poulsen, dont Hudler a lâché le marquage en voyant Staal traverser derrière la cage (1-1). Les Danois, qui n'avaient que deux petits points pris face à la Slovénie, se seront accrochés jusqu'à la fin à ce point si précieux pour leur maintien.

Lors de la prolongation, Jesper B. Jensen, allongé au sol, fait trébucher Fleischmann avec sa crosse. Pär Bäckman utilise son temps mort pour préparer ce passage délicat à 3 contre 4. Le capitaine Morten Green mène ses coéquipiers dans une résistance valeureuse, qui les emmène jusqu'au tirs au but. Une façon logique de terminer un match de gardiens...

Mikkel Bødker ouvre le bal par un tir gagnant, que n'imiteront ni Staal ni Green, dont le revers sera capté par la mitaine de Pavelec. Les Tchèques, eux, choisissent tous la feinte : Jan Kovar, gêné par le poke-check de Nielsen, voit son mouvement échouer dans les bottes du gardien, qui arrêteront également la tentative de Vrbata. Dos au mur, Jiri Hudler met totalement dans le vent le gardien danois et égalise in extremis.

Simon Nielsen commence à craquer. Il cède trois fois de suite sur son point faible déjà entrevu, entre ses jambières. Il a de la chance que le tir suivant de Jiri Hudler touche le poteau. Irgl continue à viser au même endroit, d'abord sur une feinte puis sur un tir plus précoce. Madsen réplique une première fois, mais pas Jakobsen.

Les Tchèques sont toujours cinquièmes de leur groupe et devront cravacher jusqu'au bout pour leur place en quart de finale, mais sans ces pénaltys de Hudler et Irgl, ils auraient vu le Danemark leur passer devant et auraient été dans une situation encore plus compliquée. Ils sont vraiment passés sur le fil du rasoir...

Désignés joueurs du match : Zbynek Michalek pour la République Tchèque et Simon Nielsen pour le Danemark.

Commentaires d'après-match

Jesper B. Jensen (défenseur du Danemark) : "C'est la première fois que nous prenons un point contre les Tchèques. Nous perdons, mais je pense que nous avons fait un grand match. Notre jeu défensif était très propre. Nous sommes revenus forts après notre plus mauvais match contre la Slovénie. Comme nous avions quand même réussi à gagner, nous avions moins de pression aujourd'hui."

Philip Larsen (défenseur du Danemark) : "Nous avons joué avec une discipline incroyable et nous les avons contenus pendant deux périodes, c'était un peu plus ouvert dans la troisième. Ils ont marqué un but chanceux, je crois qu'il touche notre arrière. Je pense que nous avons 12 ou 13 victoires aux pénaltys, et un jour ou l'autre nous allions en perdre un. Je pense que nous jouons un très bon championnat du monde. Les gens pensent que nous avons mal joué contre la Slovénie, mais c'est une bonne équipe. Ils ont fait ce que nous avons fait aujourd'hui. Au lieu de nous, ce sont les Tchèques qui avaient la pression. Les médias tchèques disent peut-être la même chose ce soir, mais ce n'est pas facile de jouer contre nous quand nous suivons notre plan de jeu."

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "Je suis déçu. Cette équipe doit montrer plus. Nous ne pouvons pas continuer à chercher des excuses, à dire que les dix joueurs de NHL ne sont pas habitués aux grandes glaces. Le problème ets à l'offensive. Et dans la capacité à rester en zone offensive. Quand les Danois nous ont pressés, nous perdions le palet. À l'Euro Hockey Tour, nous avions des problèmes de finition, nous pensions que les joueurs de NHL nous donneraient beaucoup de buts, mais ils échouent. Cela manque d'émotions, d'éclat et de coeur dans le jeu. Nous avons tout le temps un demi-pas de retard. Il faut faire quelque chose, cela ne peut pas être pire."

 

République Tchèque - Danemark 1-1 (0-0, 0-0, 1-1, 0-0) / 3-2 aux tirs au but
Jeudi 9 mai 2013 à 16h15 au Globen de Stockholm. 3359 spectateurs.
Arbitrage de Morgan Johansson (USA) et Daniel Piechaczek (ALL) assistés de Chris Carlson (CAN) et Jimmy Dahmén (SUE).
Pénalités : République Tchèque 6' (2', 2', 2', 0'), Danemark 14' (4', 6', 2', 2').
Tirs : République Tchèque 31 (7, 10, 11, 3), Danemark 19 (4, 5, 10, 0).

Évolution du score :
1-0 à 45'53" : Michalek assisté de Hubacek et Smid
1-1 à 55'55" : Poulsen assisté de Staal

Tirs au but, première série :
Danemark : Mi. Bødker (réussi), Staal (arrêté), Green (arrêté).
République Tchèque : Kovar (arrêté), Vrbata (arrêté), Hudler (réussi).

Tirs au but individuels :
République Tchèque : Hudler (poteau), Irgl (réussi), Irgl (réussi).
Danemark : Mi. Bødker (arrêté), Madsen (réussi), Jakobsen (arrêté).


République Tchèque

Gardien : Ondrej Pavelec.

Défenseurs : Ladislav Šmíd (+1, 2') - Zbynek Michálek (A, +1) ; Jakub Nakládal (2') - Jan Hejda (-1) ; Zdenek Kutlák - Petr Cáslava (-1).

Attaquants : Jirí Tlustý (-1) - Jirí Hudler (-1) - Jakub Vorácek (-1) ; Petr Tenkrát - Martin Hanzal - Tomáš Hertl puis Jan Kovár à 35' ; Petr Hubácek (+1) - Jirí Novotný (C, +1, 2') - Radim Vrbata (A, +1) ; Tomáš Fleischmann - Petr Koukal - Zbynek Irgl.

Remplaçants : Pavel Francouz (G), Petr Vrána. En réserve : Alexander Salák (G, doigt).

Danemark

Gardien : Simon Nielsen.

Défenseurs : Stefan Lassen (A, 4') - Philip Larsen (-1, 2') ; Oliver Lauridsen (2') - Jesper B. Jensen (2') ; Mads Bødker - Markus Lauridsen (+1) ; Rasmus Nielsen.

Attaquants : Morten Madsen (A) - Morten Green (C, 2') - Kirill Starkov ; Nichlas Hardt - Julian Jakobsen (2') - Mikkel Bødker ; Frederik Storm (-1) - Patrick Bjorkstrand (-1) - Jesper Jensen (-1) ; Kim Staal (+1) - Thor Dresler (+1) - Morten Poulsen (+1).

Remplaçant : Patrick Galbraith. En réserve : Sebastian Dahm (G), Daniel Nielsen (épaule), Mads Christensen (cuisse).