Slovénie - République Tchèque (Mondial 2013, à Stockholm)

Hiroshima pour les Tchèques

NOVOTNY Jiri-110515-291Avec un point au compteur et trois favoris à affronter, la Slovénie est normalement promise à la relégation. Mais puisque la France est capable de battre la Russie, pourquoi pas elle ? Des trois adversaires qui lui reste, la République Tchèque est celui dont le jeu lui est le plus proche et le plus familier. Face au Canada, la prière sera utile, et le public ne laissera pas la Suède ressortir vivante de la patinoire sans les trois points. C'est donc aujourd'hui ou jamais pour les Slovènes.

Les Tchèques paraissent en effet prenables, et leur staff a une fois de plus modifié les lignes. Après l'explosion du deuxième trio NHL, c'est le premier trio qui a maintenant été en partie démembré, puisque Jiri Tlusty en a été retiré. L'entraîneur-adjoint Josef Palecek a expliqué : "La première ligne a joué tout le temps ensemble, mais ses statistiques sont de -4. Nous avons décidé de l'améliorer défensivement en déplaçant Hudler à l'aile et en mettant Petr Vrana au centre."

La partie s'ouvre sur une logique domination des Tchèques, jusqu'à une pénalité de leur capitaine Novotny. La première ligne slovène produit du danger, mais pas la seconde. Aleš Kranjc contrôle mal le palet à la ligne bleue face à Petr Koukal, qui s'échappe et réussit une feinte élégante pour glisser le palet du revers sous le gardien (1-0). La supériorité numérique n'est cependant pas terminée et la première ligne revient sur la glace : Rok Ticar envoie un slap puissant dans le cercle droit et Robert Sabolic, que Hejda a laissé seul dans son dos, convertit facilement le rebond en angle (1-1).

Cette égalisation libère les Slovènes, bien moins timorés qu'avant la pénalité. La défense tchèque, elle, est aux abois. Rok Pajic - qui a joué plusieurs années en République Tchèque et y a trouvé son épouse - part à 2 contre 1, entraîne le défenseur et délivre une passe-abandon à son capitaine Tomaz Razingar, mais le tir de celui-ci est trop centré sur Pavelec. C'était l'avertissement, et voici les frais : Zbynek Michalek perd le palet derrière sa cage face à Robert Sabolic, qui le remet en retrait à Rok Ticar pour donner l'avantage à la Slovénie (2-1)

Le huitième défenseur slovène Luka Tosic, titularisé pour la première fois dans ce championnat, retient Tlusty dans le coin en fin de première période. Les Slovènes eux aussi peuvent s'échapper en infériorité, et Ziga Jeglic contre Zbynek Michalek pour servir Rok Ticar seul face au but. Le centre de Cologne est cependant sur son mauvais côté et ne prend pas de lancer. Il part vers le coin et semble laisser échapper le palet en retrait. Une chpose incroyable se produit alors : trois Tchèques remontent la glace en même temps vers ce palet, alors que le défenseur slovène ferme la bleue et le renvoie vers Ticar vers la bande. Celui-ci n'a plus qu'à le centrer vers Jeglic, resté totalement seul devant le but ! L'entraîneur tchèque Alois Hadamczik doit avoir envie de s'arracher les yeux en voyant une action assi lamentable de son équipe, que sauve Ondrej Pavelec en remportant le face-à-face avec l'attaquant. La Slovénie aurait mérité de mener 3-1... mais la République Tchèque installe à nouveau son jeu de puissance et Jakub Voracek sert une belle passe transversale pour Jiri Hudler au second poteau (2-2). Cruel, très très cruel pour le promu, qui s'est créé les plus grosses occasions.

HUBACEK Petr-110511-059Petr Vrana ne sera pas resté longtemps en première ligne. Il est un peu commotionné après une mise en échec reçue au milieu de la zone offensive au tout début de la deuxième période. Le junior Hertl, qui avait été laissé de côté sans démériter, prend donc sa place au centre de la première ligne !

Entre deux équipes qui laissent leur enclave assez libre d'accès, les jeu reste équilibré au deuxième tiers-temps : à une déviation de Fleischmann non cadrée répond une reprise de Kranjc monté entre les cercles sur une passe du coin. Il est très intéressant pour le hockey mondial de voir un cador supposé - la République Tchèque - mis à mal par une équipe - la Slovénie - qui n'a jamais su se retrancher en défense et qu'on ne peut pas accuser de pratiquer la trappe.

Le temps passe sans que le score bouge, et ce n'est pas pour réjouir les Tchèques. Lorsque Sabahudin Kovacevic fait trébucher Jakub Voracek qui accélérait vers la cage, Hadamczik se sdit que c'est le moment d'appeler son temps mort, alors qu'il reste plus de quatorze minutes à jouer. On ne sait si cela correspond à l'explication donnée sur sa tablette, ou s'il voulait simplement reposer sa première ligne pour la remettre aussitôt sur la glace, mais en tout cas les Tchèques inscrivent un but assez simple : lancer balayé de la ligne bleue de Zbynek Michalek, peut-être dévié au passage (2-3).

Hudler est pénalisé, mais Hubacek, qui se couche devant un tir et intercepte le palet en zone neutre, fait du bon travail en infériorité. Ziga Pance commet une faute en zone offensive au moment où la Slovénie jette ses dernières forces dans la bataille. Le capitaine Jiri Novotny, en deux temps, assure la victoire tchèque en repiquant à la cage dans le dos de Pavlin (2-4).

Hadamczik accusait jusqu'ici ses attaquants incapables de marquer et épargnait ses défenseurs dans ses critiques. Mais c'est bien tout le jeu tchèque qui semble défaillant, car la défense a été un désastre au premier tiers-temps. Il ne suffit donc pas de l'arrivée d'un sauveur offensif nommé Tomas Plekanec.

Désignés joueurs du match : Ziga Jeglic pour la Slovénie et Ondrej Pavelec pour la République Tchèque.

Commentaires d'après-match

Ondrej Pavelec (gardien de la République Tchèque) : "En première période, nous avons joué un système Hiroshima. Il y avait plein d'occasions de part et d'autre. Nous avons eu de la chance de finir à 2-2. Cela ne sert à rien de crier dans le vestiaire, tout le monde savait ce qu'il en était. Heureusement, cette fois nous avions un bon powerplay. Mais le fait est qu'à cinq contre cinq, il faut plus de responsabilité de notre côté. Si nous jouons comme ça dimanche, le Canada va nous piétiner."

 

Slovénie - République Tchèque 2-4 (2-2, 0-0, 0-2)
Vendredi 10 mai 2013 à 16h15 au Globen de Stockholm. 1949 spectateurs.
Arbitrage de Matt Kirk (CAN) et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Sakari Suominen (FIN) et Miroslav Valach (SVK).
Pénalités : Slovénie 10' (2', 4', 4'), République Tchèque 10' (2', 2', 6').
Tirs : Slovénie 25 (11, 6, 8), République Tchèque 35 (14, 13, 8).

Évolution du score :
0-1 à 05'39" : Koukal (inf. num.)
1-1 à 06'21" : Sabolic assisté de Ticar et Gregorc (sup. num.)
2-1 à 11'47" : Ticar assisté de Sabolic
2-2 à 19'17" : Hudler assisté de Nakladal et Voracek (sup. num.)
2-3 à 45'58" : Michalek assisté de Voracek (sup. num.)
2-4 à 55'55" : Novotny assisté de Hubacek et Caslava (sup. num.)


Slovénie

Gardien : Robert Kristan.

Défenseurs : Mitja Robar - Blaž Gregorc (+1) ; Klemen Pretnar (-1) - Ales Kranjc (-1) ; Žiga Pavlin - Sabahudin Kovacevic (+1, 4') ; Andrej Tavželj (A) - Luka Tosic (2').

Attaquants : Robert Sabolic (+1, 2') - Rok Ticar (+1) - Žiga Jeglic ; Jan Urbas (-1) - Marcel Rodman (A, -1) - David Rodman (-1) ; Luka Bašic - Rok Pajic - Tomaž Razingar (C, +1) ; Žiga Pance (2') - Ales Mušic - Bostjan Golicic.

Remplaçant : Luka Gracnar (G). En réserve : Andrej Hocevar (G), Gašper Kopitar, Gal Koren.

République Tchèque

Gardien : Ondrej Pavelec.

Défenseurs : Ladislav Šmíd (-1, 2') - Zbynek Michálek (A, -1) ; Jakub Nakládal (+1, 2') - Jan Hejda (+1) ; Zdenek Kutlák - Petr Cáslava.

Attaquants : Jirí Hudler (2') - Petr Vrána (-1) puis Tomáš Hertl à 21' - Jakub Vorácek ; Petr Hubácek (-1) - Jirí Novotný (C, 2') - Zbynek Irgl (-1) ; Tomáš Fleischmann - Jan Kovár - Jirí Tlustý ; Petr Koukal (+1) - Martin Hanzal (+1) - Radim Vrbata (A, 2').

Remplaçants : Pavel Francouz (G), Petr Tenkrát. En réserve : Alexander Salák (doigt cassé).