Slovaquie – Autriche (Mondial 2013, à Helsinki)

Autriche-Slovaquie-IMG 4922Les Slovaques se seraient-ils vus un peu trop beaux ? C'est en tous cas l'impression donnée par les principaux intéressés après la défaite de la Double-Croix contre la Lettonie jeudi soir (3-5). « C'est la honte ! » déclarait à chaud le meilleur attaquant Tomáš Záborský. Le commentateur de la STV, la chaîne publique qui retransmet le Mondial, osait même comparer le revers de cet « énorme favori du tournoi » à l'impact de l'affront fait par la France à la Russie quelques heures auparavant. La parfaite mise en jambe, vendredi dernier, contre ces mêmes Bleus français (2-6) avait il est vrai laissé entrevoir les meilleures perspectives pour les vice-champions. Pourtant, le duel suivant contre la Finlande, dominé mais perdu, avait déjà alerté de l'incapacité des archers slovaques à faire mouche sur une offre pléthorique d'occasions franches. La « déroute » face aux Lettons a confirmé le symptôme.

Aussi prompts à mettre leur équipe sur un piédestal après le succès introductif qu'à l'enterrer au premier couac, les suiveurs slovaques ont revu leurs copies en l'espace d'une nuit. Si selon eux la Lettonie devait être mangée toute crue par leurs chouchous, l'Autriche est considérée quant à elle comme un adversaire ô combien exigeant et à ne surtout pas sous-coter.

Les premiers instants de la rencontre leur donnent pour une fois raison. Sur un engagement dans le cercle droit slovaque, Matthias Iberer s'empare de la rondelle et tente sa chance derechef, mais Rastislav Staňa, finalement reconduit dans la cage après en avoir été sorti la veille, écarte le danger (4'06). Marcel Haščák, pour sa première dans ce Mondial, donne un peu plus d'allant aux Autrichiens en filant en prison (faire trébucher, 4'51). On peut mettre ça sur le compte d'une fin de gueule de bois, les Slovaques n'ayant eu qu'une matinée pour récupérer physiquement et surtout psychologiquement du coup de massue letton.

Autriche-Slovaquie-IMG 4911Les blancs réagissent d'ailleurs bien à leur infériorité. En sous-effectif, le capitaine Miroslav Šatan remonte le terrain dans l'axe comme il en a le secret puis, à son entrée en zone adverse, décale sur la gauche pour Peter Ölvecký. Si la frappe du Danubien dans le cercle n'est pas très tendue, elle est toutefois mal captée par Bernhard Starkbaum qui laisse échapper le puck dans son territoire. Ölvecký se rue pour faire pression sur le portier de MODO et son dernier coup de palette est dégagé in extremis par André Lakos devant la ligne de but (6'09). L'Autriche montre une belle envie même après leur power-play. Thomas Pöck « slape » sur la ligne bleue et le rebond est repris instantanément par Daniel Welser dans l'enclave ; Staňa, allongé, repousse encore de l'intérieur de la cuisse et annihile l'assaut même si Andreas Kristler insiste au corps-à-corps (7'48).

À la lutte dans le coin gauche autrichien avec Thomas Koch, Branko Radivojevič parvient à conserver la rondelle et sert en retrait Michal Sersen, qui reprend à l'entrée du cercle. Tomáš Surový récupère le rebond, contrôle, se replace dans le rond opposé puis marque côté rapproché (1-0, 9'00). C'est la seconde fois seulement, après la France, que la Slovaquie ouvre le score dans ce championnat du monde. Les rouges accusent un peu le coup et Koch est sanctionné dans sa zone (faire trébucher, 9'35). Heureusement pour eux, la Slovaquie, un peu comme à son habitude, ne maintient pas sa pression offensive après son but et gaspille ce jeu de puissance. Pis, Tomáš Kopecký s'assoit lui aussi sur le banc des fautifs (faire trébucher, 11'42) et remet l'Autriche sur les bons rails.

Autriche-Slovaquie-IMG 4994De suite, Thomas Vanek met la pression sur la défense slovaque et Staňa doit sortir un bel arrêt de la mitaine (11'57). C'est ensuite le missile de Pöck, repris par Lakos, qui fait plier le gardien slave sans pour autant réussir à le faire plier (13'08). Les Autrichiens se montrent de plus en plus menaçants et poursuivent sur leur lancée une fois que la Slovaquie est revenue à forces égales. Le rempart du CSKA Moscou sauve encore une fois son équipe sur un back-hand de Thomas Hundertpfund (16'29). Les deux formations se livrent à une belle joute offensive, chacune répliquant aux assauts de l'autre. En fin de tiers-temps, Michel Miklík intercepte une mauvaise passe adverse dans le coin gauche mais son lancer ne fait qu'allumer le bidon de Starkbaum posé au-dessus de la lucarne gauche (19'43). Preuve de l'équilibre de la partie, Slovaques comme Autrichiens ont tiré douze fois au but au cours des vingt premières minutes.

Le deuxième acte est en revanche beaucoup plus disproportionné. La Slovaquie envoie l'artillerie lourde et accule de fait la défense autrichienne dans les cordes. Miklík sert de derrière la cage Záborský, qui ne fait que dévier la passe au poteau droit pour Roman Kukumberg, à l'affût dans le territoire de but. Le lauréat de la Coupe Gagarine 2010 finit par faire passer le palet entre les jambières du gardien, qui recule en même temps qu'il contient l'assaut. Le trio d'attaquants slovaques lève les bras, persuadé que dans le mouvement le caoutchouc a franchi la ligne. Les arbitres tuent immédiatement l'espoir blanc (22'14). C'est au tour de Surový d'être en fond de zone et de servir Radivojevič sur la droite ; extrêmement maladroit dans le geste final depuis une semaine, l'ailier du Spartak Moscou échoue encore dans sa tentative dans le cercle droit. Toutefois, Starkbaum met difficilement la main sur le puck et il est alors pressé par Tomáš Kopecký qui insiste, en vain (27'14, photo ci-dessous).

Autriche-Slovaquie-IMG 5029Sur l'attaque slovaque suivante, Sersen, positionné entre le cercle droit et le territoire de but, trouve la barre après une nouvelle passe de derrière la cage de Miklík (27'51). Même mieux cadrée, la frappe du défenseur aurait eu peu de chance de terminer au fond puisque le gardien autrichien n'avait laissé aucun espace libre sur son flanc gauche. Très bien servi par un revers de Daniel Welser, Michael Raffl est en excellente posture dans le slot mais glisse au moment d'armer (31'08). La relance slovaque est rapide et presqu'efficace : Miklík, à droite, renverse pour Záborský qui centre de suite pour Kukumberg qui ne cadre pas sa reprise au poteau droit alors que la cage lui était à demi-ouverte. Milan Jurčina récupère le rebond et envoie son slap sur Starkbaum qui stoppe en deux temps (31'22). La Double-Croix est oppressante.

Mais dominer n'est pas marquer. Si les Slovaques n'avaient pas encore retenu la leçon, les Autrichiens leur offre une bonne révision : sur la ligne bleue, Gerhard Unterluggauer « slape » le rebond de Gregor Baumgartner et égalise, profitant du manque de visibilité de Staňa, gêné par Sersen et Manuel Latusa pile devant lui (1-1, 33'17).

Lakos aura même l'occasion de donner l'avantage aux siens mais le gardien slovaque fait preuve de dextérité (38'06). Auparavant, Haščák, en fin de course après une contre-attaque, n'avait pas eu le temps d'ajuster son revers alors que Starkbaum était à terre et donc battu (37'04). Après le Belarus en préparation, la Finlande puis la Lettonie sur ce Mondial, la formation des Tatras montre décidément toute les difficultés du monde à transformer ses opportunités : elle vient de frapper 23 fois contre 9 pour l'Autriche mais doit rejoindre les vestiaires après avoir perdu son maigre avantage d'un but.

But Autriche-IMG 5023Ce n'est pas le troisième opus qui arrange l'affaire puisque l'activité offensive des troupes de Vladimír Vůjtek faiblit considérablement. On apprendra plus tard, du propre aveu du technicien et de certains cadres, que c'était pour assurer la prolongation, synonyme d'au moins un point dans la besace. S'il n'existe pas de petit profit, la démarche des vice-champions cache quand même mal le niveau de confiance dont ils disposent actuellement. Les occasions se font donc rares même lorsque les arbitres se montrent généreux avec les blancs : Šatan et David Schuller sont à la récupération du tir de Martin Bartek dans le coin droit et si c'est le capitaine slovaque qui fait trébucher l'Autrichien, c'est ce dernier qui file en prison pour une charge sur la bande très loin d'être évidente (44'32). Très utilisé jusqu'ici, Jurčina est encore mis à contribution sur le jeu de puissance et la première de ses trois tentatives successives est détournée sur la barre gauche par Kukumberg (45'52). Le défenseur aura été ce soir le Slovaque qui aura le plus tenté sa chance (sept tirs).

La suite de la partie est cousue de fil blanc : on ira en prolongation. L'Autriche commence le surplus de temps sur une supériorité numérique après la sortie de Šatan pour une crosse haute en fin de temps réglementaire (59'06). Peut-être rassurés d'ajouter au moins un point à leur panier, les rouges jouent désormais relâchés et dominent les cinq minutes supplémentaires sans toutefois se créer une véritable occasion de but. Le sort de la rencontre se décide donc en fusillade et Thomas Vanek est le plus inspiré de tous les tireurs ; son face-à-face avec Staňa se conclut dans la lucarne droite slovaque et le joueur de Buffalo permet aux siens de remporter une victoire précieuse en vue du maintien.

Quant aux Slovaques, cette troisième défaite, en plus de jeter un peu plus de doute dans le vestiaire, est également inquiétante mathématiquement : les Français, les mêmes qui leur avait contesté en 2012 la qualification en quart-de-finale, deviennent encore une fois leurs principaux rivaux dans la course aux play-offs. Sauf qu'avec la Russie (dimanche soir) et les États-Unis (mardi midi) en fin de programme, pas sûr que l'histoire se répète cette année pour les vice-champions du monde...

Désignés joueurs du match : Tomáš Surový (Slovaquie) et Bernhard Starkbaum (Autriche).

Autriche-Slovaquie-IMG 4944-700

Commentaires d'après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « Mon groupe a plutôt bien commencé le match, il a mis un but. On a exercé une grosse domination en deuxième période, on aurait dû augmenter notre avance mais le gardien autrichien ne nous l'a pas permis. On n'a pas voulu risquer dans le troisième tiers, il y avait des points en jeu qui ont pour nous une grande importance. Les Autrichiens avaient cependant plus de forces et ils l'ont finalement emporté. Aujourd'hui, l'homme numéro 1 a été le gardien de l'Autriche. »

Manny Viveiros (entraîneur de l'Autriche) : « Je suis fier de mon équipe. On a joué un match extraordinaire contre une équipe de Slovaquie bien organisée. Les joueurs ont respecté toutes nos consignes. Les Slovaques nous ont dominés dans le nombre de tirs mais je pense qu'on a été un adversaire de taille. On a eu beaucoup d'occasions de marquer en troisième période, également en prolongation, mais nous sommes quand même très satisfaits des deux points. »

Autriche-Slovaquie-IMG 5037Miroslav Šatan (attaquant et capitaine de la Slovaquie) : « Je vais encore me répéter, mais il est difficile de gagner avec un seul but. On n'a pas forcément mal joué, même s'il nous est parfois arrivé de faire des erreurs dans nos passes. On a suffisamment pressé et on s'est créé beaucoup d'occasions mais on n'a pas gagné. Il nous reste deux matches. Dans ce tournoi, tout le monde arrive à battre tout le monde et il faut donc essayer de marquer des points sur nos deux dernières rencontres. »

Tomáš Kopecký (attaquant de la Slovaquie) : « Le match d'aujourd'hui nous a pris beaucoup de forces. C'est une de nos erreurs qui a décidé du sort de la rencontre, lorsqu'au lieu de remonter le palet par la zone neutre on a effectué un dégagement interdit. Les Autrichiens ont pu changer leurs lignes, mettre des joueurs frais et égaliser là-dessus. La partie a été équilibrée, on a certes eu plus d'occasions mais on a encore payé cher notre manque de finition. Après le but égalisateur, on a commencé à jouer avec la peur au ventre et les Autrichiens se sont accrochés. C'est frustrant. »

Andre Sekera (défenseur de la Slovaquie) : « Même si on a tiré pas mal de fois, il nous a manqué de la niaque devant le but. Le gardien autrichien a lu toutes nos actions et nos rebonds étaient rapidement récupérés par les défenseurs. Nous n'avons pas joué notre hockey, nous nous sommes mélangé les pinceaux sur les passes. Quand on finit par frapper, il nous manque un gars devant la cage pour faire écran. Chacun de nous est professionnel et sait très bien que lorsqu'un jour ne veut pas sourire, le suivant peut-être joyeux. Il ne faut pas que l'on garde en tête nos derniers résultats, sinon on va jouer très difficilement les matches suivants. »

Autriche-Slovaquie-IMG 4905-700

Slovaquie – Autriche 1-1 (1-0, 0-1, 0-0, 0-0) / 0-1 aux tirs au but
Vendredi 10 mai 2013 à 16h15 à la Hartwall Arena de Helsinki.  8449 spectateurs.
Arbitrge de Lars Brueggeman (ALL) et Martin Fraňo (TCH) assistés de Ivan Dedioulia (BLR) et Jon Kilian (NOR).
Pénalités : Slovaquie 8' (4', 0', 4', 0') ; Autriche 6' (2', 0', 4', 0')
Autriche-Slovaquie-IMG 5151Tirs : Slovaquie 43 (12, 23, 8, 0) ; Autriche 34 (12, 9, 7, 6)

Évolution du score :
1-0 à 09'00'' : Surový assisté de Sersen et Radivojevič
1-1 à 33'17'' : Unterluggauer assisté de Baumgartner et Oberkofler

Tirs au but :
Slovaquie : Bližňák (repoussé), Záborský (repoussé), Šatan (arrêté).
Autriche : Raffl (pas cadré), Vanek (réussi). 

Slovaquie

Gardien : Rastislav Staňa.

Défenseurs : Andrej Sekera – Branislav Mezei ; Vladimír Mihálik – Michal Sersen (2') ; René Vydarený – Milan Jurčina. 

Attaquants : Tomáš Kopecký (A, 2', +1) – Tomáš Surový (+1) – Branko Radivojevič (A, +1) ; Tomáš Záborský – Roman Kukumberg – Michel Miklík ; Libor Hudáček puis Martin Bartek à 20'00" – Peter Ölvecký – Miroslav Šatan (C, 2') ; Marko Daňo (-1) – Mário Bližňák (-1) – Marcel Haščák (2', -1). 

Remplaçants : Jaroslav Janus (G), Ivan Švarný (D). En réserve : Július Hudáček (G), Marek Ďaloga (D), Jozef Stümpel (A).

Autriche

Gardien : Bernhard Starkbaum.

Défenseurs : Thomas Pöck – André Lakos ; Florian Iberer (-1) – Gerhard Unterluggauer (+1) ; Robert Lukas – Martin Schumnig (-1) ; Mario Altmann (+1).

Attaquants : Manuel Latusa – Thomas Koch (C, 2', -1) – Thomas Vanek (A, -1) ; Markus Peintner – Daniel Oberkofler (+1) – Gregor Baumgartner (+1) ; Michael Raffl – Thomas Hundertpfund (2') – Raphael Herburger ; Andreas Kristler – David Schuller (2') – Daniel Welser (A) ; Matthias Iberer.

Remplaçant : René Swette (G). En réserve : Mathias Lange (G), Sven Klimbacher (D), Johannes Reichel (D).