Canada - République Tchèque (Mondial 2013, à Stockholm)

SCHENN Luke-120504-332Tandis que le Canada a complété ses lignes arrières avec un profil défensif (Dan Hamhuis de Vancouver), la République Tchèque sait enfin à quoi s'en tenir pour ce qui est de ses jokers : outre Tomas Plekanec, la dernière place sera occupée par... Tomas Zidlicky ! Oui, ce même Zidlicky dont on parle dans les rangs tchèques depuis au moins trois semaines, passées à des discussions contractuelles avec New Jersey dont on ne sait pas si elles sont terminées ou non. Les deux joueurs seront présents mardi lors du match décisif pour la qualification face à la Norvège.

Décisif, vraiment ? Ce n'est pas encore certain... Il existe un scénario dans lequel ces deux joueurs arriveront pour rien : si les Tchèques perdent contre le Canada, puis que la Norvège bat la Suisse dans la foulée, ils seront éliminés dès ce soir de la course aux quarts de finale ! Ce match est donc important pour ne pas trembler toute la soirée, et il faut le jouer sans les renforts tardifs.

Cette situation tangente, qui n'est pas sans rappeler celle de Mannheim en 2010 avant qu'ils deviennent champions du monde, est d'autant plus frustrante pour les Tchèques qu'ils font largement jeu égal d'entrée avec un Canada jusque là dominateur dans ce tournoi. Ils sont tout aussi actifs au premier tiers-temps, même s'ils concèdent un 2 contre 1 de Stamkos et Giroux après une erreur de Caslava.

Face à ce Canada, il faut se méfier à tout prix du jeu de puissance. C'est ce qu'oublie Jakub Voracek en allant charger inutilement le gardien adverse Mike Smith qui a beau jeu d'en rajouter. En plus, les Tchèques ne musclent pas leur box-play. Wayne Simmonds a la vie tranquille devant la cage, où Nakladal le laisse agir. Il dévie donc en toute quiétude une passe d'Eric Staal pour le premier but (1-0, 11'01").

KOUKAL Petr-100509-034Stamkos est pénalisé à son tour pour une charge avec la crosse. Les Tchèques sont moins convaincants en supériorité numérique, mais ils restent dangereux après la sortie de prison. Petr Koukal, dans le dos de Brodie, reprend le rebond d'un lancer de Martin Hanzal, entre les bottes du gardien (1-1, 17'03"). La République Tchèque domine la fin du premier tiers-temps, et Tomas Hertl, le junior du Slavia Prague, se présente même seul face à Mike Smith, qui arrête son tir du revers.

En deuxième période, la domination territoriale est toujours légèrement tchèque, mais Steven Stamkos a une énorme chance quand il hérite d'un rebond avec une cage grande ouverte : poteau ! De quoi s'en mordre les doigts avec les gants !

Luke Schenn pousse Zbynek Irgl contre la bande la tête la première, et le joueur du Dynamo Minsk saigne, car l'arête du nez s'est ouverte. Sanction inévitable dans ce cas : l'expulsion. La République Tchèque s'installe, mais n'ose pas tirer : ses joueurs attendent peut-être le fantôme de Zidlicky prenne un lancer à leur place... Martin Hanzal, au sol, fait trébucher un Canadien et se prend aussitôt la tête entre les mains en se rendant compte de sa bêtise : sur les cinq minutes d'avantage numérique, il n'en reste plus que deux, qui ne sont pas non plus exploitées.

Vient ensuite le temps des pénalités tchèques, trois dont un surnombre. Mais au lieu d'en profiter, les Canadiens sont lents, voient leurs passes interceptées, et se mettent eux aussi aux prisons idiotes. Justin Schultz, sans la moindre interférence, va percuter franchement le gardien et l'enfoncer devant sa cage. Les deux équipes auront totalement gâché leurs avantages numériques dans ce deuxième tiers-temps...

SKINNER Jeff-120504-233Tant qu'à faire, autant jouer à 5 contre 5, comme c'est le cas en dernière période. Le jeu est équilibré, jusqu'à un exploit personnel du gamin Jeff Skinner : parti de sa zone défensive, il accélère en remontant la glace, au point de prendre de vitesse le défenseur Petr Caslava qu'on sent pousser sur les patins de toutes ses forces. Skinner fait ensuite le tour de la cage, et Pavelec laisse passer le palet sous sa botte mal collée à la glace (2-1, 46'55"). Caslava a droit aux remontrances de Hadamczik sur le banc, mais ses coéquipiers n'ont pas non plus aidé à ralentir la folle cavalcade de Skinner. Et le gardien n'était pas sur le banc pour prendre sa part d'engueulade...

Les affaires tchèques sont rendues encore plus compliquées par deux pénalités contre Nakladal puis contre Smid, cette dernière étant incompréhensible car on ne voit pas la faute commise sur O'Reilly. Les Canadiens verrouillent leur zone défensive jusqu'à la fin, en s'appuyant sur un solide Mike Smith et sur une maîtrise digne d'une équipe en confiance.

Les Tchèques ont réalisé leur meilleur match dans ces championnats du monde, mais il est peut-être déjà trop tard. L'heure est venue pour eux de pétocher en regardant le match Suisse-Norvège... Une victoire scandinave, et ils seraient éliminés des quarts de finale, ce qui ne leur est jamais arrivé dans l'histoire.

Désignés joueurs du match : Jakub Voracek pour République Tchèque et Mike Smith pour le Canada.

 

Canada - République Tchèque 2-1 (1-1, 0-0, 1-0)
Dimanche 12 mai 2013 à 16h15 au Globen de Stockholm. 6117 spectateurs.
Arbitrage de Morgan Johansson et Marcus Vinnerborg (SUE) assistés d'Andre Schrader (ALL) et Sakari Suominen (FIN).
Pénalités : Canada 29' (2', 2'+25', 0'), République Tchèque 14' (2', 8', 4').
Tirs : Canada 25 (9, 10, 6), République Tchèque 31 (13, 8, 10).

Évolution du score :
1-0 à 11'01" : Simmonds assisté de E. Staal et Robidas (sup. num.)
1-1 à 17'03" : Koukal assisté de Hanzal et Hejda
2-1 à 46'55" : Skinner assisté de Smith


Canada

Gardien : Mike Smith.

Défenseurs : Dan Hamhuis - Stéphane Robidas (A) ; Brian Campbell - Luke Schenn (25') ; Justin Schultz (+1, 2') - Jay Harrison (+1) ; Brenden Dillon (-1) - T.J. Brodie (-1).

Attaquants : Andrew Ladd (A, 2') - Claude Giroux - Steven Stamkos (2') ; Matt Read (-1) - Eric Staal (C) - Wayne Simmonds (-1) ; Taylor Hall - Matt Duchene - Jordan Eberle ; Jeff Skinner (+1) - Jordan Staal - Ryan O'Reilly (+1).

Remplaçant : Devan Dubnyk (G).

République Tchèque (2' pour surnombre)

Gardien : Ondrej Pavelec.

Défenseurs : Ladislav Šmíd (2') - Zbynek Michálek (A) ; Jakub Nakládal (+1, 2') - Jan Hejda (+1) ; Zdenek Kutlák (-1) - Petr Cáslava (-1, 2').

Attaquants : Jirí Hudler - Tomáš Hertl (-1) - Jakub Vorácek (-1, 2') ; Petr Hubácek - Jirí Novotný (C) - Zbynek Irgl ; Tomáš Fleischmann - Jan Kovár - Jirí Tlustý ; Petr Koukal (2') - Martin Hanzal (+1, 2') - Radim Vrbata (A, +1).

Remplaçants : Pavel Francouz (G), Petr Tenkrát, Petr Vrána (commotion). En réserve : Alexander Salák (G, doigt cassé).