Canada - Slovénie (Mondial 2013, à Stockholm)

Encore plus fort que la France ?

GracnarLuka2013Les Slovènes ont pris un coup sur la tête avant même que le match ne commence avec la victoire du Danemark, qui les relègue automatiquement en division I. Même s'ils battent le Canada (et puis quoi encore), ils ne peuvent plus devancer que le Bélarus, ce qui ne sert à rien puisque celui-ci est protégé en tant que prochain organisateur.

Il ne leur reste qu'à donner le meilleur d'eux-mêmes, comme ils l'ont fait depuis le début. Le Canada est le meilleur test qui soit pour jauger de leurs progrès, quand on se souvient du déséquilibre total de leurs dernières confrontations en 2005 et 2008. Et ce sera une bonne répétition de ce qui attend la Slovénie aux Jeux olympiques de Sotchi. Pour résister, elle joue le match essentiellement à trois lignes, avec de rares présences du quatrième bloc aux trois joueurs de Ligue Magnus (Tavzelj et Golicic joueront cependant en infériorité). Le junior Gracnar est évidemment confirmé dans les cages après son gros match contre la Suède.

Le Canada aligne Devan Dubnyk dans les cages pour sa probable dernière apparition du tournoi, tant Mike Smith a clairement été consacré en numéro 1. Luke Schenn est suspendu et le joker P.K. Subban arrivera seulement pour le quart de finale. Théoriquement, cela n'a aucune importance pour ce match qui ne doit être qu'une formalité, dans un Globen vide.

Mais alors, que se passe-t-il ? Avec technique et confiance, Jan Urbas porte le danger dans la zone adverse et, après un contre favorable, prend un tir qui ricoche sur l'épaule de Devan Dubnyk et retombe dans les filets (0-1). Un accident vite effacé ? Non. David Rodman intercepte facilement un dribble contre la bande tenté par Taylor Hall, qui en glisse. Il envoie alors une longue passe, dans le dos de Justin Schultz déjà monté haut, en direction de Jan Urbas qui s'échappe et marque d'un tir croisé (0-2). Les Slovènes gagnent les duels, et Urbas, toujours lui, gagne le palet derrière sa cage face à Matt Read.

Le Canada essaie de réagir en multipliant les lancers, mais il tombe maintenant sur un Gracnar peu disposé à laisser des rebonds. Le powerplay du Canada sera-t-il l'arme fatale habituelle, pendant que Razingar est en prison ? Pas le moins du monde : le défenseur rouennais Andrej Tavzelj mate les attaquants canadiens et dégage le palet !

Ce qui est incroyable, c'est de voir le coach Lindy Ruff toujours aussi impassible sur le banc canadien derrière sa moustache. En tribune, le manager Steve Yzerman, mâchoire serrée et tics grimaçants, masque beaucoup moins bien sa colère. Ses joueurs se voient trop beaux, veulent faire des beaux jeux et perdent trop de palets. La première ligne slovène met le feu dans le slot adverse comme jamais les Canadiens ne l'ont fait. Ce premier tiers-temps s'achève par une pénalité stupide en zone offensive de Stamkos, vexée d'une énième interception slovène.

Le Canada tue la pénalité à la reprise et marque dès le retour à cinq. Le capitaine Eric Staal tire du revers en angle et Matt Duchene prend le rebond à l'opposé. Dans son déplacement, la jambière de Luka Gracnar ne se dirige pas vers le poteau mais vers l'intérieur de la cage, où elle accompagne le palet (1-2). Steven Stamkos fait trébucher Tavzelj sans que l'arbitre siffle, tente un tour de cage, Giroux récupère le rebond, passe derrière le but à son tour et redonne le palet à Stamkos qui a gardé la position près du poteau (2-2). Pas de bol pour l'Amiénois Luka Basic, c'était sa seule présence du match... En deux actions, et presque sans effort, les Canadiens ont effacé leur tiers-temps catastrophique. Et Yzerman a retrouvé le sourire.

DUBNYK Devan-120505-225Une autre équipe se serait peut-être désolée que la belle histoire finisse ainsi et n'aurait pensé qu'à défendre pour éviter la fessée vengeresse. Pas la Slovénie. Elle continue à presser en fond de zone, en particulier pour intercepter les dégagement le long de la bande de Devan Dubnyk. Rok Pajic gagne une mise au jeu en zone offensive face à Matt Duchene et envoie le palet à la ligne bleue pour un lancer de Luka Tosic, dévié dans l'enclave par Tomaz Razingar (2-3).

Les Slovènes sont pénalisés trois fois dans cette deuxième période, mais ils confirment leur belle résistance en infériorité numérique. Quand un Canadien semble recevoir un palet de but imparable, il y a toujours un Slovène pour intercepter la passe. Et le gardien junior Luka Gracnar, qui avait paru nerveux lors du retour adverse en début de période, retrouve le niveau qu'il a démontré jusqu'ici. Il réalise en particulier un plongeon spectaculaire devant Stamkos, servi par une passe transversale de Giroux.

En début de troisième période, Jordan Eberle passe devant la cage et entraîne le gardien, et le palet bloqué par la jambière de Gracnar reste devant la cage vide. Duchene n'a plus qu'à s'en saisir au rebond, mais les Slovènes l'en empêchent dans une incroyable confusion. Après une telle action, on se dit que le destin a choisi la Slovénie. Mais non : ses joueurs sont mal placés, trop enfoncés dans leur zone, et le palet ressort pour Brendon Dillon dont le lancer passe sous le bras droit de Gracnar.

Comme toujours, la Slovénie ne sait pas faire que défendre et continue de se procurer des occasions, dont une reprise entre les cercles de Jeglic. Quand la sirène retentit, le jeu se déroule donc dans la zone canadienne. Cette dernière période aura même été équilibrée en nombre de tirs (8 à 7).

L'exploit de la France face à la Russie sera-t-il battu par la Slovénie ? Finalement pas. En prolongation, à 4 contre 4, une très belle longue passe de Dan Hamhuis trouve Steven Stamkos à la ligne bleue adverse pour le but vainqueur en breakaway, d'un tir croisé (4-3).

Ce match ne change rien à la position des deux équipes, mais on a quand même l'impression d'avoir encore vécu une soirée totalement dingue pour le hockey mondial. Ce championnat du monde, on se pince pour y croire !

Désignés joueurs du match : Jan Urbas pour la Slovénie et Matt Duchene pour le Canada.

Désignés trois meilleurs joueurs slovènes du tournoi : Rok Ticar, Ziga Jeglic et Sabahudin Kovacevic.

 

Canada - Slovénie 4-3 après prolongation (0-2, 2-1, 1-0, 1-0)
Lundi 13 mai 2013 à 20h15 au Globen de Stockholm. 2184 spectateurs.
Arbitrage d'Antonin Jerabek (TCH) et Keith Kaval (USA) assistés de Pierre Dehaen (FRA) et Andre Schrader (ALL).
Pénalités : Canada 4' (2', 0', 0', 2'), Slovénie 10' (2', 6', 0', 2').
Tirs : Canada 39 (10, 19, 8, 2), Slovénie 20 (6, 5, 7, 2).

Évolution du score :
0-1 à 05'53" : Urbas assisté de D. Rodman
0-2 à 08'36" : Urbas assisté de D. Rodman
1-2 à 22'01" : Duchene assisté de Harrison et J. Staal
2-2 à 22'51" : Stamkos assisté de Giroux
2-3 à 27'17" : Razingar assisté de Tosic et Pajic
3-3 à 47'09" : Dillon assisté de Hall et Skinner
4-3 à 63'36" : Stamkos assisté de Hamhuis et Campbell


Canada

Gardien : Devan Dubnyk.

Défenseurs : Brenden Dillon - Stéphane Robidas (A) ; Dan Hamhuis (+2) - Brian Campbell (+1) ; Justin Schultz (-2) - Jay Harrison (2') ; T.J. Brodie (+1).

Attaquants : Andrew Ladd (A) - Claude Giroux (+1) - Steven Stamkos (+2, 2') ; Matt Read - Eric Staal (C) - Wayne Simmonds ; Taylor Hall (-1) - Matt Duchene (-1) - Jordan Eberle (-2) ; Jeff Skinner (+1) - Jordan Staal (+2) - Ryan O'Reilly.

Remplaçant : Mike Smith (G). En réserve : Luke Schenn (suspendu), P.K. Subban (en cours d'arrivée).

Slovénie

Gardien : Luka Gracnar.

Défenseurs : Mitja Robar (-1) - Blaž Gregorc (-1, 2') ; Klemen Pretnar (-1) - Ales Kranjc (2') ; Žiga Pavlin - Sabahudin Kovacevic ; Andrej Tavželj (A, +1) - Luka Tosic.

Attaquants : Robert Sabolic (-1) - Rok Ticar (-1) - Žiga Jeglic (-2) ; Jan Urbas - Marcel Rodman (A, +1) - David Rodman (+2, 2') ; Žiga Pance (+1) - Rok Pajic (+1, 2') - Tomaž Razingar (C, 2') ; Gal Koren (-1) - Bostjan Golicic (-1) - Luka Bašic (-1).

Remplaçant : Robert Kristan (G). En réserve : Andrej Hocevar (G), Gašper Kopitar, Ales Mušic.