République Tchèque - Norvège (Mondial 2013, à Stockholm)

PLEKANEC Tomas-110513-027Voilà donc le "huitième de finale parfait" que l'on pressentit entre les Tchèques et les Norvégiens. Le vainqueur ira en quarts de finale, le perdant rentrera chez lui. La République Tchèque, qui n'avait plus son destin en mains dimanche soir, est heureuse que ce match décisif puisse avoir lieu et rêve d'un scénario à la 2010, quand son équipe au bord de l'élimination précoce avait finalement remporté le titre.

La différence, c'est que cette année, l'équipe tchèque est bien plus forte sur le papier. Elle compte maintenant douze joueurs de NHL avec les arrivées - providentielles ? - des deux joueurs qui faisaient le plus défait, le centre numéro 1 Tomas Plekanec et le défenseur offensif Marek Zidlicky. Les Norvégiens, eux, ont plutôt déçu leurs supporters, mais ils sont toujours en bonne position avant ce match capital.

Les Tchèques foncent rapidement vers la cage, et provoquent la première pénalité contre Ken Andre Olimb. Fleischmann tente de placer le palet entre le gardien et le poteau, et il reste immobile sur sa ligne... Martin Røymark plonge pour empêcher Tlusty de prendre le rebond, mais percute son gardien qui, en basculant, propulse avec les fesses le palet dans ses propres filets !

Le gardien norvégien Lars Haugen prend ensuite un très mauvais but en restant positionné en V sur un tour de cage de Tomas Fleischmann sur son revers, qu'il pensait - à tort - sans danger car couvert par Tollefsen. Il l'aurait été si la crosse de Haugen avait au moins couvert l'espace entre ses jambières au lieu de laisser entrer ce petit tir rasant (2-0).

Tomas Plekanec compte déjà deux mentions d'assistance au passage, et bientôt trois sur un troisième but qui lui doit tout : sur un engagement derrière la ligne bleue à 4 contre 4, il réussit à placer le palet entre les jambes de son vis-à-vis Patrick Thoresen (qui n'a rien d'un centre et s'avère catastropique sur ses mises au jeu dans ce match) et décale ensuite Jiri Tlusty pour un tir côté plaque (3-0). Pas le lancer de l'année, encore une fois... Roy Johansen en tire les conséquences et remplace Haugen par le jeune Lars Volden. Celui-ci a de quoi se mettre rapidement dans le bain puisque son équipe, en supériorité numérique, concède un breakaway à Radim Vrbata, qu'il bloque solidement de la jambière droite.

Comme contre la Suisse dimanche, le rêve de qualification de la Norvège s'est envolé en seulement vingt minutes, et sans qu'elle ait jamais pu rivaliser. Hormis pendant ses avantages numériques, elle est clairement dominée et on attend simplement que le score enfle. Jakub Voracek entre en zone et envoie un lancer puissant, Volden essaie de plonger sur le rebond mais n'arrive pas à le contrôler. Le palet revient sur Martin Hanzal qui a une cage vide (4-0).

THORESEN Patrick-100513-232La Norvège peut se dire qu'elle a au moins tenu à peu près le score dans cette deuxième période, mais elle encaisse un but exactement sur la sirène, un lancer de la bleue de Zbynek Michalek qui touche le bras de Volden puis le poteau (5-0).

En troisième période, Johansen réunit ses meilleures armes offensives sur une ligne Thoresen-Bastiansen-M.Olimb. On voit enfin Patrick Thoresen s'activer un peu dans l'enclave, et un tir de Mathis Olimb touche le poteau de Pavelec ! Le résultat est... un but tchèque sur la contre-attaque, un rebond de Vrbata. Et le dernier clou est enfoncé par un beau but d'Irgl sur passe du revers de Novotny (7-0).

Dans ce qui est devenu un simple match d'entraînement, Alois Hadamczik fait entrer son second gardien Pavel Francouz à la place de Pavelec, histoire de le faire entrer sur la glace dans les championnats du monde et de lui permettre de se tenir prêt (Salak ne pouvant toujours pas jouer).

Triste fin pour une Norvège qui n'a même pas donné l'impression d'y croire et qui aura surtout déçu par son manque d'effort et de volonté. Ses joueurs-cadres étaient-ils cuits à force d'être sur-employés ?

Quant aux Tchèques, après cette démonstration, ils sont pleinement entrés dans leur championnat du monde. Et ce sont maintenant leurs adversaires suisses, malgré leur bilan parfait, qui ont maintenant peur !

Désignés joueurs du match : Tomas Plekanec pour la République Tchèque et Mats Trygg pour la Norvège.

Commentaires d'après-match

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous étions très bien préparés. Plekanec et Židlický, qui sont parmi les meilleurs joueurs tchèques, ont montré leur contribution. À côté d'eux, d'autres joueurs comme Fleischmann ou Tlustý ont élevé leur niveau. Nous avons bien patiné dès le début. Dans les matches précédénts, nous manquions parfois de mobilité, ce qui se reflétait dans les duels où nous étions un peu en retard. Dans ce championnat, tout le monde peut battre tout le monde. Les Suisses ont une forme admirable, un match difficile nous attend, mais nous nous en occupons afin de nous qualifier."

Tomas Plekanec (attaquant de la République Tchèque) : "J'ai eu quatre jours de repos, peut-être que ça m'a aidé. Avec Jiri Tlusty, c'était automatique dans certains cas, au moins pour moi. C'était pareil qu'à Kladno [leur club formateur où ils ont rejoué ensemble en début de saison] et j'espère que ça continuera."

 

République Tchèque - Norvège 7-0 (3-0, 2-0, 2-0)
Mardi 14 mai 2013 à 16h15 au Globen de Stockholm. 2769 spectateurs.
Arbitrage de Morgan Johansson (SUE) et Jyri Petteri Rönn (FIN) assistés de Jimmy Dahmén (SUE) et Sergei Shelyanin (RUS).
Pénalités : République Tchèque 12' (8', 2', 2'), Norvège 4' (4', 0', 0').
Tirs : République Tchèque 36 (10+2, 13, 11), Norvège 17 (4, 4, 3+6).

Évolution du score :
1-0 à 01'45" : Fleischmann assisté de Plekanec (sup. num.)
2-0 à 07'18" : Fleischmann assisté de Plekanec et Tlusty
3-0 à 11'27" : Tlusty assisté de Plekanec
4-0 à 27'56" : Hanzal assisté de Voracek et Hudler
5-0 à 39'59" : Z. Michalek assisté de Smid et Hubacek
6-0 à 53'11" : Vrbata assisté de Hanzal
7-0 à 53'32" : Irgl assisté de Novotny et Hubacek


République Tchèque

Gardien : Ondrej Pavelec puis Pavel Francouz à 53'32".

Défenseurs : Petr Čáslava - Marek Židlický (+1) ; Ladislav Šmíd (+3) - Zbynek Michálek (A, +3) ; Jakub Nakládal (+2, 2') - Jan Hejda (+1) ; Zdeněk Kutlák (+2).

Attaquants : Jiří Tlustý (+2, 4') - Tomáš Plekanec (+2, 2') - Tomáš Fleischmann (+1) ; Jirí Hudler (+1, 2') - Tomáš Hertl puis à 40' Petr Tenkrát - Jakub Voráček (+1) ; Petr Koukal (+1, 2') - Martin Hanzal (+2) - Radim Vrbata (A, +2) ; Petr Hubáček (+2) - Jiří Novotný (C, +2) - Zbynek Irgl (+2).

En réserve : Alexander Salák (G, doigt cassé), Jan Kovář, Petr Vrána (commotion).

Norvège

Gardien : Lars Haugen puis Lars Volden à 12'06".

Défenseurs : Alexander Bonsaksen (-1) - Jonas Holøs (-1) ; Mats Trygg (-4) - Ole-Kristian Tollefsen (-4) ; Henrik Ødegaard (-1, 2').

Attaquants : Martin Røymark (-2) - Mads Hansen (-2) - Per-Åge Skrøder (-2) ; Patrick Thoresen (C, -2) - Marius Holtet (-1) - Ken Andre Olimb (2') ; Kristian Forsberg (-1) - Anders Bastiansen (A, -1) - Mathis Olimb (-1) ; Lars Erik Spets (-2) - Morten Ask (-2) - Andreas Martinsen (-2) ; Niklas Roest.

Remplaçants : Daniel Sørvik, Robin Dahlstrøm. En réserve : Steffen Søberg (G), Henrik Solberg (blessé), Mats Rosseli Olsen.