Danemark - Suède (Mondial 2013, à Stockholm)

2 346x258La dernière rencontre du « groupe stockholmois » de ces championnats du monde voit s’opposer le pays hôte au Danemark. Une rencontre sans réel enjeu puisque les décisions se sont faites précédemment dans cette compétition : qu’importe le résultat du soir, la Suède est assurée de terminer troisième du groupe et d’affronter le Canada en quarts de finale. Un adversaire contre lequel les Scandinaves s’étaient inclinés sans marquer le moindre but (0-3). La volonté est donc de préparer au mieux ce choc à venir, car les Suédois veulent absolument briller à domicile. Et pour cela ils peuvent compter sur l’arrivée des 3 Canucks (Alexander Edler et les frères Daniel et Henrik Sedin) qui rejoignent le groupe après l’élimination de Vancouver en play-offs NHL.

Quant au Danemark, déjà hors de la course aux quarts de finale, mais également déjà assuré du maintien, une victoire en temps réglementaire lui permettrait simplement de rejoindre la Norvège au classement du groupe.

La Suède au train de sénateur

Le début de la rencontre est vraiment très pauvre en occasions. Un duel des numéros 44 voit Nicklas Danielsson charger au visage Nichlas Hardt. Il prend deux minutes de pénalité et une méconduite de 10 minutes. Le Danemark essaye de s’installer en powerplay, mais la Suède ne prend aucun risque et renvoie systématiquement le palet derrière la cage de Patrick Galbraith.

La première occasion réelle est celle de l’ouverture du score. Et c’est contre toute attente le Danemark qui prend les devants : Bien installés en zone offensive, les Danois font tourner le puck. Kirill Starkov hérite de la rondelle et transmet à Morten Madsen qui s’y reprend à deux fois pour tromper le portier suédois (1-0).

Échaudée par ce but, la Suède se décide timidement à attaquer, mais en défense les Danois sont bien regroupés. À deux reprises, on retrouve tout simplement les cinq joueurs de champ juste devant la cage de Galbraith pour dévier les tentatives jaunes. Même le corps arbitral tente de mettre à mal le système danois dans une petite scène cocasse, où l’un des arbitres « met en échec » Markus Lauridsen en se trouvant bien involontairement sur le chemin du joueur. Mais la confiance en ce début de match est bien du côté des joueurs de Per Bäckman, et Mikkel Bødker prend sa chance de loin mais le tir n’est pas cadré.

KRONWALL Staffan-110430-328En fin de tiers, les Suédois accélèrent progressivement, même s’ils semblent toujours sur la réserve. La ligne Sedin – Eriksson – Sedin mène un contre rapide mais Galbraith reste solide. Fredrik Pettersson tente sa chance, toujours sans succès. Les Danois restent bien en place et tiennent extrêmement bien le palet, notamment quand ils sont en zone offensive. Sur une phase de jeu, ils résistent admirablement à la pression suédoise et parviennent à prendre un lancer par Thor Dresler. La dernière opportunité du tiers est pour Staffan Kronwall, esseulé sur la droite du but, mais Galbraith permet aux siens de mener à la pause, et ce n’est pas immérité à ce stade de la rencontre.

Les Sedin déjà dans les bons coups

La Suède semble revenir avec de meilleures intentions. Henrik Sedin, puis Erik Gustafsson échouent devant Galbraith. Il faut toutefois se méfier du Danemark car sur une seule sortie dans le camp suédois, Lauridsen met en danger Markström. En contre, Morten Green et Nichlas Hardt ont une excellente chance en 2 contre 1, mais Green oublie un peu son coéquipier et se rate en solitaire. Dans la foulée Loui Eriksson, d’un tir au dessus de la cage danoise, laisse augurer d’un retour suédois. Un retour qui intervient sur l’action suivante : Eriksson se retrouve cette fois ci derrière la cage, il prend le temps de trouver une brèche dans la défense danoise pour glisser le palet à Daniel Sedin, idéalement placé, qui trompe Galbraith pour l’égalisation et pour son entrée en fanfare dans le tournoi (1-1).

Les joueurs aux trois couronnes veulent alors surfer sur la vague pour prendre l’avantage. On en est tout proche sur un gros lancer de Daniel Sedin qui passe juste à côté, ou encore sur une tentative de Pettersson captée par le gardien. On l’est encore plus quand Kronwall dévie le palet d’un superbe réflexe, et Galbraith est tout heureux de le voir se bloquer sous ses jambières. Mais les Suédois mettent de plus en plus la pression, et il faut une pénalité d’Henrik Sedin, qui retient un adversaire, pour que les Danois retrouvent leur respiration.

Cette pénalité sera d’ailleurs pleinement salvatrice, car les rouges qui étaient à la rupture reprennent alors le contrôle,. Après une tentative de Kim Staal qui passe à droite de la cage, la tenue du palet chez les Danois fonctionne à merveille : une pénalité contre la Suède est appelée, et Galbraith quitte sa cage pour permettre aux siens de créer le surnombre. Ils le feront pendant près d’une minute, et à l’issue de cette phase le capitaine Green prend un lancer à la bleue, lancer touché par Madsen puis dévié par Starkov dans la cage suédoise (2-1).

Cela fait clairement douter la Suède. Ils ont une occasion de revenir suite à une pénalité de Nicklas Jensen pour faire trébucher, mais mis à part deux gros lancers de Danielsson, les jaunes n’égalisent pas et sont toujours menés quand sonne la fin de la deuxième période de jeu.

La machine jaune se met en marche

THORNBERG Martin-110430-280Même sans enjeu comptable, une défaite face au Danemark serait une grande contre performance pour la Suède, et certainement la plus mauvaise des préparations pour les quarts de finale. Sous les yeux du prince Daniel, les jaunes doivent absolument redorer la couronne sur les vingt dernières minutes, et ils vont s’y employer dès l’entame en asphyxiant littéralement des Danois pourtant très solides jusqu’à maintenant.

Le match a repris depuis 22 secondes et Daniel Sedin, contre la bande, remet le palet devant la cage. À la lutte avec les défenseurs danois, Eriksson ne gagne pas le duel mais Henrik Sedin qui a suivi, ressort le palet du groupe et a le geste juste pour le pousser derrière la ligne, Galbraith n’ayant eu le temps de coucher sa crosse (2-2).

Sur la phase de jeu suivante, Pettersson transmet à Oscar Lindberg. Derrière la cage danoise, il remet du revers à Martin Thornberg qui trouve la lucarne droite des Danois, pour qui ça va beaucoup trop vite depuis le début de ce dernier acte (2-3).

Lauridsen retient son adversaire direct et part en prison. Suite à une tentative de Daniel Sedin, le Danemark part en contre mais la tentative d’un très bon Starkov dans ce match est repoussée par le gardien suédois. La pénalité est tuée par les Danois, mais la Suède continue de pousser et se verra récompensée quelques instants plus tard : Pettersson fait la passe à Thornberg qui arrive lancé du milieu de l’aire de jeu. Il prend de vitesse les défenseurs et glisse le palet hors de portée de Galbraith pour son doublé dans ce match (2-4).

Les Suédois ont retrouvé leur rythme de croisière et Petter Granberg, Gabriel Landeskog puis Niklas Persson continuent d’inquiéter les Danois. Finalement le seul Suédois qui ne semble pas totalement serein en cette fin de rencontre est le gardien Jacob Markström. Le sélectionneur Marts avait fait le choix jusqu’à maintenant d’offrir autant de temps de jeu à Enroth qu’à Markström. Et le gardien des Panthers de Florida n’a pas été des plus rassurants sur cette rencontre. En témoigne l’occasion suivante, ou sur un lancer à priori anodin, Markström laisse un hallucinant rebond en s’emmêlant les pinceaux. Un rebond sur lequel Suédois et Danois se jette, et qui se conclut par le premier brassage de la rencontre entre Landeskog et Oliver Lauridsen. Le premier cité prend 2 minutes pour dureté, mais le Danemark ne s’installe pas sur la supériorité numérique.

Cela ne s’arrange pas vraiment quand Starkov (faire trébucher) puis Jesper B. Jensen (grosse charge dans le dos suite à un échange d’amabilité) sont tour à tour sanctionnés. Les chances d’un retour danois disparaissent avec cette dernière pénalité, même si Dresler tente malgré tout de tromper le gardien suédois d’un beau lancer. Libéré par la toute fin de match, Thornberg déjà buteur à deux reprises choisit la difficulté en essayant de dribbler Galbraith sans succès, mais la décision est faite et la Suède, auteur d’un réveil bien tardif, s’impose finalement 4 buts à 2 face à une formation danoise qui a fait mieux que défendre mais qui n’a pas tenu le défi physique quand les jaunes ont finalement accéléré. Gageons que les Suédois ne pourront se permettre de rentrer si tard dans la rencontre quand les rouges danois laisseront place aux rouges canadiens.

"Face à une situation délicate, ce qui compte n'est pas ce qui va se passer, mais ce que tu vas faire." (Montse Ferraro)

 

Danemark - Suède 2-4 (1-0, 1-1, 0-3)
Mardi 14 mai 2013 à 20h15 au Globen de Stockholm. 11 568 spectateurs.
Arbitrage d’Antonin Jerabek (TCH) et Derek Zalaski (CAN) assistés de Chris Carlson (CAN) et Sakari Suominen (FIN).
Pénalités : Danemark 8' (0', 2', 6'), Suède 16' (12', 2', 2').
Tirs : Danemark 28 (4, 10, 14), Suède 41 (7, 15, 19).

Évolution du score :
1-0 à 07'40" : Madsen assisté de Starkov
1-1 à 24'30" : D. Sedin assisté de H. Sedin et Eriksson
2-1 à 40'22" : Starkov assisté de Green et Madsen (6 contre 5)
2-2 à 32'10" : H. Sedin assisté de D. Sedin et Eriksson
2-3 à 41'36" : Thornberg assisté de Pettersson et Lindberg
2-4 à 50’45’’ : Thornberg assisté de Edler et Pettersson

Danemark

Gardien : Patrick Galbraith.

Défenseurs : Stefan Lassen (A, -1) - Philip Larsen (-1) ; Oliver Lauridsen - Jesper B. Jensen (+1, 2’) ; Mads Bødker (-2) - Markus Lauridsen (-1, 2’).

Attaquants : Nicklas Jensen (2’) - Julian Jakobsen (-1) - Mikkel Bødker (-1) ; Nichlas Hardt (-1) - Morten Green (C) - Kim Staal (-1) ; Frederik Storm (-1) - Patrick Bjorkstrand - Morten Madsen (A, +1) ; Kirill Starkov (+1, 2’) - Thor Dresler (-1) - Morten Poulsen (-1) ; Jesper Jensen.

Remplaçants: Simon Nielsen (G) ; Rasmus Nielsen. En réserve : Sebastian Dahm (G), Daniel Nielsen (épaule), Mads Christensen (cuisse).

Suède

Gardien : Jacob Markström.

Défenseurs : Petter Granberg (+1) - Alexander Edler (+2) ; Henrik Tallinder (+1) - Erik Gustafsson ; Johan Fransson - Staffan Kronwall (C) - Elias Fälth.

Attaquants : Daniel Sedin (+2) - Loui Eriksson (+2) – Henrik Sedin (+2, 2’) ; Simon Hjalmarsson - Niklas Persson (A) - Gabriel Landeskog (2') ; Martin Thörnberg (+1) - Oscar Lindberg (+1) - Nicklas Danielsson (-1, 2’ + 10’) ; Fredrik Pettersson (+2) - Calle Järnkrok (-1) - Joel Lundqvist (A, -1) - Andreas Jämtin (-1).

Remplaçant : Jhonas Enroth (G). En réserve : Johan Gustafsson (G), Jimmie Ericsson, Dick Axelsson.