Canada - Suède (Mondial 2013, quart de finale)

PETTERSSON Fredrik-100514-115Dernier quart de finale de la journée et gros choc entre deux prétendants sérieux. Les deux équipes se sont affrontées il y a exactement une semaine, lors de la première phase, et la rencontre avait tourné largement à l’avantage du Canada. Victoire 3-0, et des Suédois qui ne levaient pas les doutes sur leur efficacité offensive, parmi les pires du tournoi.

Depuis, les séries outre-Atlantique ont avancé. Vancouver s’est fait balayer par San José. Montréal a perdu. Et tout cela libère quelques joueurs parmi les meilleurs de la planète pour les deux équipes. Ainsi, le pays organisateur a pu se renforcer des jumeaux Sedin et d’Alexander Edler tandis que le Canada a renforcé sa défense avec Dan Hamhuis et PK Subban.

Et c’est peut-être tant de bons défenseurs qui font que la partie commence certes sur un bon rythme, mais qu’aucune des deux équipes ne parvient à s’installer dans la zone offensive adverse. Les combinaisons sont belles, les attaques tranchantes mais aussitôt terminées, les défenseurs de part et d’autre récupèrent bien le palet et lancent le jeu de l’autre côté. Dans ce contexte, c’est Simon Hjalmarsson qui se montre le plus dangereux par deux. Une première fois sur un rebond qu’il ne peut envoyer au fond d’une cage ouverte et une seconde sur un 2 contre 1 avec Gabriel Landeskog qui finit juste à côté de la cage de Mike Smith.

Côté canadien, on peut noter un beau mouvement de Matt Duchene qui efface le défenseur de Philadelphie Erik Gustafsson (pourtant pas le premier venu), il prend l’option ensuite de défier le gardien du revers au lieu de passer à Jordan Eberle au centre et Jonas Enroth s’en sort victorieusement.

PERSSON Niklas-100511-544Mais un regrettable incident de match va ternir ce beau début de rencontre. En se repliant en défense, Alexander Edler charge au genou le capitaine canadien Eric Staal, alors en plein dribble et peu occupé à se protéger de ce coup vicieux du joueur de Vancouver. Il se tord de douleur longuement sur la glace avant que les médecins le prennent en charge et l’évacuent de la glace. Edler quant à lui est renvoyé au vestiaire et jette sa crosse de rage, sous les sifflets du public, apparemment sans aucune compassion pour la douleur du Canadien.

Le Canada a donc 5 minutes incompressibles de supériorité numérique au début desquelles il place deux grosses mines signées des gâchettes Stéphane Robidas et Luke Schenn, mais Andrew Ladd annule deux de ces cinq minutes en allant lui aussi rejoindre le banc de la prison juste avant la fin de la première période.

Au retour sur la glace, Stéphane Robidas a gardé les mêmes intentions et son tir en power-play est parfaitement dévié par Steven Stamkos sur la trajectoire. Le gardien suédois ne peut rien faire. 1-0 à 20’45.

La Suède est donc obligée de pousser un peu plus, d’autant qu’elle est à domicile devant son public, même si le Globen, l’antre des Suédois aux allures de théâtre, n’est pas plein, et qu’il est moins rempli que pour le Suède-Canada du tour préliminaire. Elle s’expose donc aux contres du rapide Steven Stamkos qui aurait bien aimé signer un doublé dans la foulée du premier but mais dont l’échappée est arrêtée par le gardien des Sabres de Buffalo. Peut-être frustré par cette occasion, Stamkos et Lundqvist en viennent aux poings avant d’aller se calmer à l’ombre pour deux minutes chacun.

STAMKOS Steven-100510-392Le jeu gagne encore en vitesse et en précision et les deux équipes se créent de belles occasions par Jordan Eberle et Claude Giroux d’une côté puis par Henrik Tallinder et Johan Fransson de l’autre. Jusqu’à ce que le corps arbitral, dont l’un n’est autre que Pierre Dehaen, qui officie en Ligue Magnus, siffle une pénalité sévère contre Gabriel Landeskog. L’occasion pour Oscar Lindberg de montrer son talent en penalty-killing et pour les frères Sedin de garder le palet le plus longtemps possible afin de limiter la casse avant la deuxième pause.

Un but en deux tiers-temps, on est loin des rencontres de l’après-midi prolifiques en buts et pas vraiment à l’avantage des gardiens. Cela fait même 100 minutes que le Canada parvient à museler l’attaque suédoise chez elle si on prend en compte le match de poule.

Mais la Suède va enfin réussir à battre les joueurs à la feuille d’érable. Dan Hamhuis envoie le palet en dehors de la glace sur un temps fort suédois et laisse logiquement ses coéquipiers à quatre pour deux minutes. Mais moins d’une minute suffira au power-play suédois : Nicklas Danielsson envoie un bon slap de la ligne bleue qui bat Mike Smith masqué par une forêt de joueurs. 1-1 à 45’11

Puis c’est au tour de Claude Giroux de commettre une faute, en zone offensive et bien plus inutile. La sanction est exactement la même. Le power-play suédois retrouve des couleurs et sur un mouvement identique au premier but, les frères Sedin trouvent à nouveau le joueur de Prague à la bleue pour un nouveau lancer à travers moult joueurs. 1-2 à 49’35

ERIKSSON Loui-090507-588Coupable, Claude Giroux tente de se faire pardonner juste après : à l’image du match et de la supériorité canadienne dans le jeu contre les bandes, Andrew Ladd gagne sa bataille dans le coin et sert le joueur de Flyers de Philadelphie de derrière le but qui bat le gardien au premier poteau. 2-2 à 50’50

Le Canada, même orphelin de son capitaine (et seul représentant de l'équipe olympique victorieuse de 2010) depuis la première période, reste sur son temps fort et maintient la pression jusqu’à la fin du temps réglementaire. En vain. Ce quart nécessitera plus de temps pour départager les deux équipes.

Et même les dix minutes de temps supplémentaires ne permettront pas de tromper la vigilance des deux excellents gardiens, que ce soit Jonas Enroth ou Mike Smith des Coyotes de Phoenix, ou bien même de Jacob Markström, des Panthères de Floride, rentré quelques minutes protéger la cage suédoise le temps que le titulaire réajuste son équipement.

Les vagues jaunes puis rouges ne donnant rien, il faut s’en remettre à la roulette des tirs au but.

Claude Giroux rate son dribble 0-0
Loui Eriksson marque entre les jambières de Smith 0-1
Jordan Eberle fait de même 1-1
Henrik Sedin voit son tir arrêté de la jambière 1-1
Enroth arrête de la crosse le tir de Matt Duchene 1-1
Daniel Sedin fait tout comme son jumeau et voit aussi son tir arrêté de la jambière 1-1
Fredrik Pettersson du Donbass Donetsk marque d’un puissant tir côté mitaine 1-2
Jordan Eberle ne sauve pas son équipe et tape le haut de la transversale.

La Suède se qualifie chez elle pour les demi-finales au terme d’un match de très bonne qualité. Les deux équipes ont eu toutes les peines à se départager. Le Canada et la Russie sont donc sortis dès les quarts de finale, malgré des effectifs très talentueux. La Suède retrouvera samedi son meilleur ennemi finlandais pour la demi-finale qui réjouit tout le monde des deux côtés de la mer Baltique.

Désignés joueurs du match : Andrew Ladd pour le Canada et Jonas Enroth pour la Suède.

 

Canada - Suède 2-2 (0-0, 1-0, 1-2, 0-0) / 1-2 aux tirs au but 
Jeudi 18 mai 2013 à 20h15 au Globen de Stockholm. 11153 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov (RUS) et Jyri Petteri Ronn (FIN) assistés de Pierre Dehaen (FRA) et Christopher Woodworth (USA).
Pénalités : Canada 8' (2', 2', 4', 0'), Suède 29' (0'+25', 4', 0', 0').
Tirs : Canada 43 (16, 16, 8, 3, 0), Suède 33 (6, 11, 12, 3, 1).

Évolution du score :
1-0 à 20’45" : Stamkos assisté de Robidas et Ladd (sup. num.)
1-1 à 45’41" : Danielsson assisté de H. Sedin et D. Sedin (sup. num.)
1-2 à 49’35" : Danielsson assisté de H. Sedin et D. Sedin (sup. num.)
2-2 à 50’50" : Giroux assisté de Ladd

Tirs au but :
Canada : Giroux (manqué), Eberle (réussi), Duchene (arrêté).
Suède : Eriksson (réussi), H. Sedin (arrêté), D. Sedin (arrêté).

Tireurs supplémentaires : Pettersson (réussi), Eberle (transversale).

Canada

Gardien : Mike Smith.

Défenseurs : Dan Hamhuis (2’) - Stéphane Robidas (A) ; Jay Harrison – PK Subban ; Brian Campbell - Luke Schenn ; Brenden Dillon (+1) - Justin Schultz (+1).

Attaquants : Andrew Ladd (A, 2’, +1) - Claude Giroux (2', +1) - Steven Stamkos (2’, +1) ; Matt Read - Jordan Staal - Wayne Simmonds ; Eric Staal (C) - Matt Duchene - Jordan Eberle ; Taylor Hall - Ryan O'Reilly - Jeff Skinner.

Remplaçants : Devan Dubnyk (G), T.J. Brodie, Jaden Schwartz.

Suède

Gardien : Jhonas Enroth puis Jacob Markström [de 61’18 à 63’37].

Défenseurs : Henrik Tallinder (-1) - Erik Gustafsson ; Petter Granberg (-1) - Elias Fälth; Staffan Kronwall (C) - Alexander Edler (25') ; Johan Fransson.

Attaquants : Jimmie Eriksson (-1) - Joel Lundqvist (A, 2’) - Nicklas Danielsson; Gabriel Landeskog (2’, -1) - Niklas Persson - Simon Hjalmarsson ; Loui Eriksson - Henrik Sedin - Daniel Sedin ; Fredrik Pettersson - Oscar Lindberg (-1) - Martin Thörnberg (-1) ; Calle Järnkrok.

Remplaçants : Dick Axelsson, Andreas Jämtin.