Suisse - Suède (Mondial 2013, finale)

2013-05-19-Suisse-SuedeIl fallait bien que cela arrive un jour... Pour la première fois depuis plus de vingt ans, et l'avènement de la Finlande, la hiérarchie du hockey international accueille une nouvelle nation sur le podium, la Suisse. Pour la première fois depuis soixante ans, l'immuable top-7 du hockey mondial a été bouleversé. C'est un élan incroyable qui porte la Suisse, qui a d'ores et déjà égalé son meilleur résultat (vice-championne du monde en 1935), mais peut encore rêver mieux. Après tant de surprises au cours de ce tournoi, et surtout après les performances formidables de la Nati qui a vraiment dominé la compétition, on est prêt à tout croire...

L'entraîneur Sean Simpson continue de faire tourner ses gardiens, et aligne donc le vétéran Martin Gerber, qui jouait en Suède cette saison et rentrera au pays cet été. Mais de Gerber, il ne sera pas question tout de suite, car il n'aura aucun arrêt à faire dans les huit premières minutes ! La Suisse aborde en effet le match de manière conquérante, met une énorme pression en zone offensive et tire à la cage dès qu'elle le peut.

2013-05-19-Suisse-Suede3Après tout, pourquoi craindrait-elle cette Suède qu'elle a battue en ouverture, et qui lutte contre la malédiction du pays organisateur ? Oui, les Scandinaves ont bénéficié entre-temps du renfort précieux des frères Sedin, les meilleurs compteurs de la NHL en 2011 et 2012. Mais dans ce début de match, ils subissent comme les autres, et leur ligne n'arrive pas à se dégager de sa zone défensive. Le défenseur offensif Roman Josi récupère le palet à la ligne bleue, échappe à Loui Eriksson, va à la cage en dribblant Henrik Sedin lui-même, et marque du revers entre les jambières de Jhonas Enroth (1-0, 04'45"). Un but mérité.

La Suède n'a pas dit son dernier mot, et la ligne des Sedin non plus. Leur partenaire-finisseur Loui Eriksson reçoit le palet dans sa position privilégiée, dans le slot, mais Morris Trachsler le gêne suffisamment pour l'empêcher de tirer. Le jeu est maintenu en zone offensive, et après le changement de lignes, Fredrik Pettersson prend le premier tir cadré suédois. Martin Gerber lâche un rebond... Les deux autres attaquants Joel Lundqvist et Nicklas Danielsson créent du trafic devant la cage, et le défenseur Erik Gustafsson monte en soutien pour envoyer le palet au fond (1-1, 08'42").

2013-05-19-Suisse-Suede2Andres Ambühl prend 2'+10' pour une charge à la tête de Loui Eriksson, qui s'est baissé et qu'il pouvait difficilement éviter le long de la bande. Le powerplay suédois est devenu dangereux depuis l'arrivée des Sedin : Daniel trouve une passe parfaite au second poteau pour son frère jumeau Henrik... qui prend sa revanche en devançant Josi (1-2, 11'38", photo de droite). Les Suisses évitent ensuite le pire en tuant une pénalité pour surnombre.

La Suisse est menée au score, une situation qu'elle a peu connue dans ce tournoi (moins de six minutes contre le Canada et moins de neuf minutes contre la Slovénie). Elle n'arrive pas à aborder la deuxième période comme la première, et est même acculée dans sa zone avant la "pause télé" qui arrive à point nommé. Les rouges reprennent le fil de leur jeu, mais n'ont pas encore de grandes occasions face à une équipe suédoise toujours disciplinée.

Il faut attendre la mi-match pour voir la première pénalité suédoise, contre Daniel Sedin qui a fait trébucher Simon Moser. C'est le duel entre la meilleure équipe en supériorité (la Suisse) et la meilleure équipe en infériorité (la Suède), et c'est cette dernière qui tient bon. On retrouve en fait la même situation qu'en demi-finale contre la Finlande : la Tre Kronor est extrêmement concentrée sur son sujet et très difficile à déstabiliser. Tant qu'il n'y a qu'un but d'écart, toutefois, tout reste possible. Une pénalité très sévère contre Hollenstein avant la pause ne donne rien, mais casse un peu l'élan suisse.

2013-05-19-Suisse-Suede4La Suisse retrouve sa dynamique au troisième tiers-temps, et Fransson fait obstruction sur le remuant Suri. La supériorité numérique n'est toujours pas convertie, et en fin de pénalité, un tir de Morris Trachsler dans le cercle gauche s'échappe hors de la mitaine de Jhonas Enroth puis passe à côté de la cage. La Suède reste dangereuse avec Pettersson et Lundqvist en 2 contre 1, mais Gerber s'est bien déplacé.

Les espoirs d'une nation s'effondrent par une erreur de Julien Vauclair, le seul Romand de l'équipe suisse, ce qui est cruel quand on sait qu'il n'avait encaissé aucun but avant ce match : il détenait la meilleure fiche du tournoi avec +10; et il sera élu dans l'équipe-type du tournoi avec l'évident MVP Josi. Malheureusement, en premier relanceur, Vauclair prend des risques et essaie de dribbler Gabriel Landeskog au sortir de sa zone. L'attaquant suédois le contre, ramène avec lui le palet et se présente seul face à Martin Gerber, qui laisse un rebond... pris dans sa botte par Simon Hjalmarsson qui a suivi (1-3, 47'13", photo de gauche ci-dessus).

2013-05-19-Suisse-Suede5L'écart paraît dès lors irrémédiable. La Suisse persévère dans ses efforts, mais il n'y a rien à faire. Et tandis que Daniel Sedin a pris une charge avec la porte du banc ouverte, son frère Henrik envoie un palet à la cage où il ricoche sur le patin de Loui Eriksson et prend comme tremplin la jambière de Martin Gerber. Le gardien suisse réclame l'annulation du but du patin, mais la vidéo ne montre aucun geste volontaire (1-4, 55'37").

La Suisse tente encore une offensive, et Tallinder s'interpose en mettant un genou au sol devant Reto Suri qui a récupéré un rebond en cage ouverte. Persson ayant été pénalisé sur l'action, Sean Simpson sort son gardien pour jouer à 6 contre 4. Une situation qui dure neuf secondes : Henrik Sedin réussit un long dégagement en plein centre de la cage vide (1-5, 56'36").

Le match n'est pas encore tout à fait fini que, sur le banc suédois, les joueurs se coiffent déjà de casques d'or, l'accessoire un peu clinquant qui est systématiquement réservé aux champions de l'Elitserien. C'est cela de gagner "à la maison", dans une vraie communion finale avec le public lors de l'hymne national chanté par Loa Falkman. Ils avaient préparé ces casques dorés pour se couronner champions du monde, dans la tradition locale. La Suède a en effet obtenu ce titre en retrouvant ses atouts traditionnels : le contrôle du jeu, pour calmer cette vitesse suisse qui l'avait prise de cours en début de match, et une grande maîtrise tactique pour protéger le score dès lors qu'elle est passée devant. La défense menée par Erik Gustafsson et Henrik Tallinder a parfaitement verrouillé sa zone, devant le meilleur gardien du tournoi Jhonas Enroth.

La Suisse ne méritait sûrement pas un tel score. La fin est un peu cruelle pour son excellent tournoi, mais n'enlève rien à la qualité de son immense performance collective durant cette quinzaine. On peut regretter les deux mauvais rebonds lâchés par Martin Gerber sur des tirs en pleine poitrine sur le premier but et le troisième but, mais on préfèrera se souvenir surtout des bonnes choses : après 60 ans d'attente, la Suisse retrouve le podium mondial, qui gagne ainsi en diversité.

Désignés joueurs du match : Luca Cunti pour la Suisse et Jhonas Enroth pour la Suède.

2013-05-19-Suisse-Suede6

 

Suisse - Suède 1-5 (1-2, 0-0, 0-3)
Dimanche 19 mai 2013 à 20h30 au Globen de Stockholm. 12500 spectateurs.
Arbitrage d'Antonin Jerabek (TCH) et Konstantin Olenin (RUS) assistés d'Ivan Dedioulia (BLR) et Jesse Wilmot (CAN).
Pénalités : Suisse 18' (4'+10', 2', 2'), Suède 6' (0', 2', 4').
Tirs : Suisse 27 (10, 7, 10), Suède 27 (7, 10, 10).

Évolution du score :
1-0 à 04'45" : Josi assisté de Walker
1-1 à 08'42" : Gustafsson assisté de Pettersson et Lundqvist
1-2 à 11'38" : H. Sedin (sup. num.)
1-3 à 47'13" : Hjalmarsson assisté de Landeskog
1-4 à 55'37" : Eriksson assisté de H. Sedin
1-5 à 56'36" : H. Sedin (cage vide)


Suisse (2' pour surnombre)

Gardien : Martin Gerber [sorti de 56'27" à 56'36"].

Défenseurs : Julien Vauclair (A, -2) - Mathias Seger (C, -1) ; Philippe Furrer (-1) - Severin Blindenbacher (-2) ; Raphael Diaz - Roman Josi ; Eric Blum - Patrick von Gunten.

Attaquants : Simon Moser (-2) - Martin Plüss (A, -2) - Nino Niederreiter (-4) ; Reto Suri (-2) - Ryan Gardner (-1) - Andres Ambühl (-2, 2'+10') ; Denis Hollenstein (2') - Luca Cunti - Simon Bodenmann ; Julian Walker (+1, 2') - Morris Trachsler (+1) - Matthias Bieber (+1).

Remplaçant : Reto Berra (G). En réserve : Robin Grossmann (bras), Thibaut Monnet.

Suède

Gardien : Jhonas Enroth.

Défenseurs : Staffan Kronwall (C) - Petter Granberg (+1) ; Johan Fransson (+1, 2') - Erik Gustafsson (+2) ; Henrik Tallinder (+2) - Elias Fälth.

Attaquants : Daniel Sedin (-1, 2') - Henrik Sedin (+1) - Loui Eriksson ; Gabriel Landeskog (+2) - Niklas Persson (A, +1, 2') - Simon Hjalmarsson (+1) ; Fredrik Pettersson (+1) - Joel Lundqvist (A, +1) - Nicklas Danielsson (+1) ; Jimmie Ericsson - Oscar Lindberg (+1) - Martin Thörnberg ; Dick Axelsson, Calle Järnkrok.

Remplaçant : Jacob Markström (G). En réserve : Johan Gustafsson (G), Alexander Edler (suspendu), Andreas Jämtin.

2013-05-19-Suisse-Suede7