Finlande - Etats-Unis (Mondial 2013, médaille de bronze)

Finlande-Etats Unis-IMG 1389Le match pour la médaille de bronze oppose deux équipes du groupe de Helsinki qui ont perdu exactement de la même manière en demi-finale. Le trio de Petri Kontiola et celui de Paul Stastny, pourtant excellents pendant tout le tournoi, n’ont pas trouvé la faille une seule fois face aux Suédois et aux Suisses. Mais les sélectionneurs n’ont pas pour autant bouleversé leurs alignements pour cette rencontre dont le vainqueur sera surtout celui qui réussira à se motiver le plus après avoir échoué si près du but.

À ce jeu, les Finlandais sont souvent assez bons, d’autant que plusieurs joueurs disputent leur premier championnat du monde, malgré une moyenne d’âge déjà avancée. Mais les Américains prouvent dès le début du match qu’ils ne sont pas en reste. Sur la première présence, le premier temps fort américain se concrétise alors que les Finlandais n’ont pas encore franchi la ligne médiane. Devant le but, l’inévitable Craig Smith, déjà auteur d’un triplé contre les Finlandais dans le match de poule, a besoin de moins d’une minute pour faire ce qu’il n’a pas réussi pendant 60 dans le match précédent. 0-1 à 0’58

La Finlande réagit et le jeu s’équilibre. En faisant des cercles dans un coin, la première ligne finlandaise arrive à centrer pour Juhamatti Aaltonen qui prend un bon shoot face au gardien, mais il tire sur le plastron de John Gibson qui repousse le palet, la défense américaine éloignant le danger hors de l’enclave.

Finlande-Etats Unis-IMG 1805Le match se tient sur un rythme soutenu et les équipes ne semblent pas fatiguées de la veille. L’avant d’Oulu Juha-Pekka Haataja prend un bon lancer excentré en pleine course qui aurait fini juste sous la barre si John Gibson n’avait pas dévié de la mitaine. La Finlande connaît un temps fort et maintient le jeu derrière le but américain jusqu’à une faute offensive de Lauri Korpikoski, un peu trop physique avec Jeff Petry.

La sanction américaine est immédiate : sur le power-play, Paul Stastny laissé trop seul entre les deux cercles par Antti Pihlström, reprend une passe de Craig Smith. 0-2 à 15’58

La Finlande aborde donc la deuxième période avec déjà deux buts de retard et se doit de réagir si elle veut encore croire en une médaille. Mais les Américains ne lèvent pas le pied et aucune des deux équipes ne prend vraiment l’avantage sur l’autre dans le jeu.

Les Finlandais installent bien le jeu en zone offensive mais les tirs des arrières manquent de précision ou bien sont facilement déviés par leurs adversaires. Les Américains parviennent à installer le jeu plus longtemps en zone offensive grâce à leur bon travail dans les bandes et ainsi se créent plus d’occasions dangereuses, à l’image d’un tir bien dévié de Matt Hunwick ou du lutin Tim Stapleton qui se retrouve devant le gardien et lance directement dans la mitaine à bout portant.

Le finaliste de SM-Liiga Antti Raanta se prend Haataja de plein fouet sur une attaque américaine mais se relève aussitôt et arrête une tentative de derrière le but. Dans une position similaire mais à l’autre bout de la patinoire, Sakari Salminen revient de derrière le but et tire à bout portant, mais le gardien américain ferme bien son angle.  Plus dangereux encore, Lasse Kukkonen sert de derrière la cage Lauri Korpikoski campé devant le but. Il tente de pivoter pour tirer du revers mais le palet passe à côté du poteau.

Le coach Jukka Jalonen choisit alors de modifier toutes ses lignes et tente de dissocier les amis Aaltonen et Kontiola pour apporter la créativité de Mikael Granlund sur la première ligne. Sans grand succès même si les Américains s’aventurent un peu moins dans la zone offensive adverse et laisse les Finlandais faire le jeu jusqu’à la deuxième pause.

Les Américains sont devant, sereins, ils n’ont pas encore pris de pénalité dans la partie (et ils n’en prendront aucune de tout le match, ne permettant pas un seul power-play adverse) et les Finlandais n’ont pas encore réjoui une seule fois depuis leur arrivée leurs supporters venus nombreux traverser la Baltique pour encourager les Lions le temps d’un week-end à Stockholm.

Pourtant les Finlandais commencent à être plus dominateurs pour mettre fin à cette disette de déjà cinq tiers-temps consécutifs sans but dans le finish de ce tournoi. Jarmo Koskiranta s’y emploie mais Gibson fait l’arrêt de la mitaine puis donne un coup de crosse aérien pour dégager le palet dans le coin.

1er but Finlande-IMG 1551La délivrance viendra finalement du jeune Granlund. Juste après un contre de David Moss, le plus âgé de l’équipe américaine à seulement 31 ans, qui tire sur le bouclier de Raanta, le prodige finlandais se rappelle au bon souvenir des supporters qui l’avait adulé il y a deux ans lors du titre. Il passe en retrait pour Ossi Väänänen qui feinte le tir et envoie fort à côté du but où attend Lauri Korpikoski. 1-2 à 48’56 (photo de droite)

La machine est relancée et Juhamatti Aaltonen rate un duel seul face au gardien juste après. Ca n’enraye pas la dynamique finlandaise et les occasions se multiplient. Les Américains laissent les Finlandais jouer et surtout accusent le coup physiquement.

Et cela s’avère payant pour les Lions : Mikael Granlund se faufile depuis le coin droit vers le but, dribble Kim Stapleton et marque devant le but avec l’aide de Lauri Korpikoski qui pousse le palet alors qu’il s’occupait de faire écran sur Matt Carle. 2-2 à 52’18

Les Américains prouvent cependant qu’ils ont encore de la ressource et ils repassent à l’attaque par l’intermédiaire de  Nate thompson et Stephen Gionta qui se procurent un 2 contre 1 qu’Antt Raanta arrête péniblement des jambières.

Le jeu va d’un bout à l’autre, le palet est flottant devant cage américaine, John Gibson perd sa crosse, Granlund dévie un centre de Korpikoski du patin sur le poteau. Mais rien n’y fait, on se dirige vers une prolongation.

Prolongation pendant laquelle continue l’alternance de vagues blanches et bleues marines. À quatre contre quatre, on ne prend pas de risque : l’attaque fait une première tentative puis on se replie rapidement, on ne s’éternise pas en zone offensive adverse à quatre de peur de laisser des contres. Jacob Trouba trouve bien un tir qui est dévié par le haut du manche de la crosse de Raanta et Petri Kontiola a beau laisser passer un dernier frisson dans le dos des Américains sur une récupération en zone offensive à cinq secondes de la fin qu’il envoie finalement sur la jambière du gardien, la prolongation ne suffit pas à départager les deux équipes et il faut s’en remettre aux tirs au but.

Tirs au but :

Craig Smith s’élance vite, freine fort et perd le palet dans son dribble 0-0
Petri Kontiola fait un beau dribble, oblige le gardien à plonger mais son tir est dévié 0-0
TJ Oshie tente aussi le dribble mais manque de vitesse et son tir est arrêté de la jambière 0-0
Janne Pesonen lance fort et marque côté bouclier 1-0
Le jeune Alex Galchenyuk fait un très beau dribble et place le palet au-dessus de la jambière 1-1
Lauri Korpikoski part très vite mais tire à côté 1-1
Toujours inséparables après 3 tirs de chaque côté !
Mikael Granlund essaye une feinte « à la Forsberg 94 » mais ne rabat pas assez son revers qui frôle le poteau… extérieur 1-1
On refait confiance à Galchenyuk qui exécute exactement la même feinte et le même tir 1-2 !

Les États-Unis gagnent la médaille de bronze. Après avoir raté l’occasion de retrouver enfin une finale, la dernière datant d’avant-guerre, ils ont montré beaucoup de motivation, une discipline de fer (0 minute de pénalité) et ramènent de Stockholm le bronze, comme en 1949, déjà troisièmes dans la capitale suédoise.

Les Finlandais ont enfin réussi à marquer, grâce à l’apport des joueurs de NHL, mais leur impact reste quand même bien moindre que celui des frères Sedin pour la Suède. Jukka Jalonen termine donc sa carrière d’entraîneur national sur une quatrième place avant d’aller s’occuper de manière plus lucrative du SKA Saint-Pétersbourg en KHL.

Désignés joueurs du match : TJ Oshie pour les États-Unis et Lauri Korpikoski pour la Finlande.

Medaille de bronze-IMG 1898-700

Finlande - États-Unis 2-2 (0-2, 0-0, 0-2, 0-0) / 1-2 aux tirs au but
Dimanche 19 mai 2013 à 16h00 à l’arena Globen de Stockholm. 6836 spectateurs.
Arbitrage de Marcus Vinnerborg (SUE) et Brent Reiber (SUI) assistés d’Andre Schrader (ALL) et Roger Arm (SUI).
Pénalités : Finlande 8’ (2’, 0’, 0’, 0’), États-Unis 0’ (0', 0', 0', 0’) ;
Tirs : Finlande 38 (8, 10, 17, 3, 0), États-Unis 26 (8, 6, 8, 3, 1) ;

Évolution du score :
0-1 à 00'58" : Smith assisté de Stastny et Moss
0-2 à 15'58" : Stastny assisté de Smith et Trouba (sup. num.)
1-2 à 48'56" : Korpikoski assisté de Väänänen et Granlund
2-2 à 52'18" : Korpikoski assisté de Granlund et Kontiola

Tirs au but :
États-Unis : Smith (manqué), Oshie (arrêté), Galchenyuk (réussi).
Finlande : Kontiola (arrêté), Pesonen (réussi), Korpikoski (manqué).
Tireurs supplémentaires : Granlund (manqué), Galchenyuk (réussi).

Finlande

Gardien : Antti Raanta.

Défenseurs : Sami Lepistö - Juuso Hietanen ; Tuukka Mäntylä (+1) - Teemu Laakso ; Janne Jalasvaara - Ossi Väänänen (+1) ; Lasse Kukkonen (C) - Ilari Melart.

Attaquants : Janne Pesonen (-1) - Petri Kontiola (A) - Juhamatti Aaltonen (-1) ; Lauri Korpikoski (2’, +2) - Mikael Granlund (+2) - Antti Pihlström (+1) ; Sakari Salminen - Jarno Koskiranta - Veli-Matti Savinainen ; Niklas Hagman (A) - Juha-Pekka Hytönen - Juha-Pekka Haataja

Remplaçants : Joni Ortio (G), Marko Anttila Ville Viitaluoma

États-Unis

Gardien : John Gibson.

Défenseurs: Matt Carle (A, -1) - Justin Faulk (-1) ; Erik Johnson (+1) - Matt Hunwick (+1) ; Jeff Petry (-1) - Chris Butler ; Jacob Trouba - Jamie McBain (-1).

Attaquants : Craig Smith (-1) - Paul Statsny (C) - David Moss ; TJ Oshie - Alex Galchenyuk (-1) - Tim Stapleton (-1) ; Ryan Carter - Nate Thompson (A) - Stephen Gionta ; Danny Kristo - Nick Bjugstad - Bobby Butler

Remplaçants : Ben Bishop (G), Drew Leblanc, Aaron Palushaj.