Chicago Blackhawks - Los Angeles Kings (Finale de conférence, match 1)

Après leur victoire au match 7 de leur série contre Detroit mercredi, les Blackhawks ont accueilli cette fois sur leur glace de l’United Center Los Angeles. Loin de sembler fatigués, les Hawks ont largement dominé leurs adversaires du soir. Même s’ils ont été présents dans le domaine physique, les Californiens ont manqué de vitesse et ils ont subi le forecheck de Chicago. Une performance à l’image du premier trio des Kings (constitué d’Anže Kopitar, Justin Williams et Dustin Brown) qui signe sans doute son match le plus faible depuis le début des playoffs.

Au niveau du bottom-6, Jarret Stoll est revenu de blessure mais sa prestation n’a pas forcément convaincu son entraîneur, Darryl Sutter. Du côté des Blackhawks, la décision de Joel Quenneville de mettre Bryan Bickell avec Marián Hossa et Jonathan Toews en première ligne a été couronnée de succès. Bickell a terminé le match avec une assistance et 5 tirs cadrés, sans oublier ses 6 mises en échec.

Les Hawks ont vite pris le contrôle du match en tirant les premiers. Mais ils peinent à se montrer dangereux car ces tirs sont lointains, à l’image d’une contre-attaque menée par Duncan Keith et conclue par un tir à la bleue. Andrew Shaw et Viktor Stålberg se ruent sur le but gardé par Jonathan Quick et tentent de profiter d’un éventuel rebond mais le portier n’en concède pas (8’13). Sur une situation de 4 contre 4, Patrick Kane profite des espaces pour atteindre le slot et tirer du revers mais il manque le cadre puis, grâce à un bon travail de Brent Seabrook et Jonathan Toews à la bande, il retrouve le palet. Kane tente alors de contourner Quick mais la feinte ne prend pas et le portier bouche bien l’angle (9’09).

La domination des Hawks est renforcée par une pénalité sifflée contre Dustin Penner pour jeu dur sur Michal Handzuš : Nick Leddy permet l’entrée en zone grâce à un palet dans le fond que va chercher Bickell. Le palet parvient à Patrick Sharp qui décoche un tir de la bleue et Quick laisse un rebond. Brandon Saad semble alors idéalement placé mais il ne concrétise pas l’occasion, au grand dam du public de l’United Center (13’06).

Même si Chicago mène très largement aux tirs lors de la première période (17 à 2), ce sont bien les visiteurs qui tirent les marrons du feu : sur un puck envoyé dans le fond, Corey Crawford ne parvient pas bien le dégager sous la pression de Brad Richardson et le palet revient devant le but. Dave Bolland tente d’éloigner le danger mais sa relance heurte la crosse de Justin Williams avant d’être dévié par le patin de Leddy dans le but (0-1, 14’23).

En deuxième période, les Hawks tentent de créer plus de trafic devant Quick pour mieux gêner le gardien californien : posté devant Bickell essaye ainsi de reprendre en pivot un palet venu de l’arrière du but mais son tir part au-dessus de la cage de Quick (24’03). Le premier trio de Los Angeles se montre enfin dangereux quand Kopitar lance sur sa droite Williams en entrée de zone. L’ailier ne parvient pas à repiquer vers le centre et son tir depuis le cercle droit ne surprend pas un Crawford bien placé (27’13).

Mais la pression offensive des locaux finit par payer : sur une contre-attaque, Handzuš lance Sharp dans la zone neutre. L’ailier entre dans la zone des Kings et laisse le palet derrière lui à Johnny Oduya. Le défenseur suédois décoche alors un tir puissant que Quick ne peut que repousser. Sharp devance alors Drew Doughty pour reprendre le rebond et égaliser (1-1, 32’29). Puis les locaux reprennent définitivement les choses en main sur un tir de Duncan Keith de la bleue que Marián Hossa dévie dans le but des Kings (2-1, 36’22).

En troisième période, Sutter tente de donner une allure plus offensive à ses lignes en associant notamment Drew Doughty à Jake Muzzin pour apporter du soutien offensif par l’arrière. Les Kings tirent alors plus au but que les Blackhawks (8 à 5 sur cette dernière période) mais c’est encore insuffisant, à l’image d’une contre-attaque menée par Mike Richards qui manque finalement de perdre le palet. Jeff Carter récupère finalement le palet et tire vers le but mais la déviation de Dustin Penner ne surprend pas Crawford (46’08). Un faire-trébucher de Leddy sur Dustin Brown permet alors aux Kings d'être en supériorité numérique ce qui offre à Carter l’opportunité de deux tirs mais sans succès (47’34). Les Kings auront une dernière occasion franche sur une contre-attaque et un revers de Carter, mais Penner est trop court pour profiter du rebond laissé par Crawford (54’42).

Au vu de la physionomie du match, le résultat est donc plutôt logique, et peut-être que, sans Quick dans les buts de Los Angeles, le résultat aurait été moins flatteur pour les visiteurs. Toutefois, ils n’ont pas livré leur meilleur hockey et il paraît assez peu probable qu’ils passent également à côté du deuxième match. Darryl Sutter effectuera peut-être quelques ajustements dans ses alignements, en faisant par exemple revenir Tyler Toffoli dans le bottom-6 offensif ou Alec Martinez en défense.

3 étoiles du match : Patrick Sharp (Chicago) ***, Jonathan Quick (Los Angeles) ** et Marián Hossa (Chicago) *.


Chicago Blackhawks – Los Angeles Kings : 2-1
Chicago mène la série 1-0.

Tirs cadrés : Chicago 36 (17, 14, 5) ; Los Angeles 22 (2, 12, 8)

Evolution du score
0-1 à 14’23 : Williams
1-1 à 32’29 : Sharp assisté par Oduya et Handzuš
2-1 à 36’22 : Hossa assisté par Keith et Bickell


Chicago Blackhawks

Gardien : Corey Crawford.

Défenseurs : Duncan Keith (A) – Brent Seabrook ; Michal Rozsíval – Nick Leddy ; Johnny Oduya – Niklas Hjalmarsson.

Attaquants : Bryan Bickell – Jonathan Toews (C) – Marián Hossa ; Patrick Sharp (A) – Michal Handzuš – Patrick Kane ; Brandon Saad – Andrew Shaw – Viktor Stålberg ; Marcus Krüger – Dave Bolland – Michael Frolík.

Remplaçant : Ray Emery (G). En réserve : Henrik Karlsson, Daniel Carcillo , Sheldon Brookbank, Brandon Bolling, Jimmy Hayes, Jamal Mayers, Steve Montador, Jeremy Morin, Dylan Olsen et Brandon Pirri.

Los Angeles Kings

Gardien : Jonathan Quick.

Défenseurs : Robyn Regehr - Drew Doughty ; Rob Scuderi - Slava Voynov ; Jake Muzzin - Matt Greene (A).

Attaquants : Dustin Brown (C) - Anže Kopitar (A) - Justin Williams ; Dustin Penner - Mike Richards - Jeff Carter ; Dwight King - Jarret Stoll - Trevor Lewis ; Kyle Clifford - Colin Fraser - Brad Richardson.

Remplaçant : Jonathan Bernier (G). Blessé : Willie Mitchell (genou). En réserve: Alec Martinez, Tyler Toffoli, Keaton Ellerby, Anthony Stewart, Jordan Nolan et Tanner Pearson.