Chicago Blackhawks - Los Angeles Kings (Finale de conférence, match 2)

Blackhawks ChicagoKings de Los AngelesLa meilleure équipe de la saison régulière face au tenant du titre : une belle affiche, d'autant plus intense que Chicago a remporté le premier match. Los Angeles subit une très lourde absence avec la blessure de Mike Richards. Le centre, décisif depuis deux ans, a été victime d'un coup de coude de Dave Bolland. Il est remplacé par Tyler Toffoli, le rookie de l'année en AHL, après un essai négatif de Richards à l'échauffement. Une séance douloureuse aussi pour Robyn Regehr, qui y encaisse un coup sur la cheville mais reçoit le feu vert pour jouer. Alec Martinez retrouve la glace après six matchs en tribune. Il remplace Jake Muzzin, apparemment touché la veille.

Chelsea Dagger

Les Blackhawks démarrent bien : un premier lancer est bloqué par Robyn Regehr, apparemment bien remis de l'échauffement, puis un second essai de l'aile gauche est sauvé par Jonathan Quick. Dès la deuxième minute, un échec avant percutant de Nick Leddy force Lewis à une perte de palet. Le disque revient vers Viktor Stalberg, qui trouve Andrew Shaw d'une superbe passe dans le dos. Shaw, tout seul à droite, fusille Quick ras glace (1-0). Chicago, auteur d'un 17-2 en tirs dans le premier tiers du premier match, semble parti sur les mêmes bases ! Les Kings répliquent un peu plus tôt qu'au match précédent avec une tentative de tour de cage et quelques charges appuyées. Le jeu évolue progressivement sur un rythme moins intense. Corey Crawford s'impose sur quelques tirs lointains, Chicago reculant un peu. Drew Doughty, Robyn Regehr viennent tester le gardien sans réussite. Chicago privilégie les contre-attaques, à l'image d'un slalom de Brandon Saad qui élimine joliment un défenseur pour un tir sur Quick. Quelques instants plus tard, Brad Richardson quitte la glace péniblement, touché à la cheville par un mauvais geste de Shaw.

L'élan revient en faveur des Hawks suite à une action de Marian Hossa, relayé par Jonathan Toews pour un tir de Duncan Keith plein axe, sorti par Jonathan Quick malgré le trafic. Puis, une relance de Michal Rozsival expédie Michal Handzus en deux-contre-un mais son centre ne trouve pas Patrick Sharp dans l'enclave. Los Angeles répond physiquement : une charge sur Corey Crawford derrière son but témoigne de l'intensité des visiteurs. La ligne Colin Fraser s'installe et se crée une bonne chance, qui se termine par un pénalité contre Brent Seabrook. Les Hawks n'ont encaissé qu'un seul but à un de moins dans ces playoffs (42/43) et comptent même un but en infériorité ! Les Kings ont donc du travail et s'installent bien, sans cadrer leurs tirs. La défense contre le reste et Brent Seabrook revient en jeu. Les rouges repartent vers l'avant. Patrick Kane sème le trouble dans la défense et libère Patrick Sharp, pour un nouvel arrêt de Quick.

Los Angeles domine l'essentiel du tiers et manque d'égaliser lorsque Tyler Toffoli surgit près du but sur un palet dégagé le long de la bande : il faut un Corey Crawford tout aussi attentif pour le devancer. À une minute de la sirène, Jonathan Toews lance une action dans la neutre en deux-contre-deux. Il remet pour Marian Hossa, qui repique dans l'axe et laisse dans son dos pour Brent Seabrook. Le défenseur déborde à droite et lance un tir puissant mi-hauteur (2-0). "Chelsea dagger" retentit, et c'est effectivement un coup de poignard pour Los Angeles, qui dominait nettement le jeu. Drew Doughty prend un mauvais coup de Bryan Bickell : l'attaquant des Hawks prend deux minutes dans les dernières secondes.

Démonstration de Chicago

Drew Doughty est de retour dès la reprise en supériorité et mène le jeu avec Anze Kopitar et Slava Voynov. Nicklas Hjalmarsson et Michael Frolik effectuent un travail considérable jusqu'à la conclusion de la pénalité. Les contres des Hawks sont terribles et Patrick Sharp lance Patrick Kane en un-contre-un, qui échoue sur Jonathan Quick. Les sorties de zone sont propres et déstabilisent les Kings dans la neutre. Dwight King, débordé, accroche Patrick Kane et l'occasion de creuser l'écart se présente, dans le seul exercice un peu moins brillant chez les Hawks cette saison : le jeu en avantage numérique. Cette fois-ci, l'efficacité est de la partie. Chicago met très longtemps à s'installer, mais dans les dernières secondes, Brandon Saad remet à la bleue. Patrick Sharp lance de volée, Jonathan Quick sauve mais Bryan Bickell est juste devant lui pour faire écran et parvient à glisser le disque au fond, dos au but, avec l'aide involontaire de Robyn Regehr (3-0).

Peu après, Jarret Stoll bloque Patrick Kane le long de la bande mais le petit gabarit parvient à décaler Patrick Sharp, qui déboule, trouve Michal Handzus pour terminer la soirée de Jonthan Quick (4-0). Cela faisait 35 matchs que le gardien des Kings n'avait pas encaissé quatre buts dans une rencontre de playoffs ! Il est remplacé par Jonathan Bernier pour tenter de stopper l'hémorragie.

Dépassés, les Kings... Une nouvelle pénalité l'illustre, avec une charge illicite de Jarret Stoll sur Andrew Shaw. Joel Quenneville peut déjà faire tourner ses lignes, y compris en supériorité. Jonathan Bernier doit sauver les meubles à deux reprises, tout d'abord lorsque Marian Hossa attaque la cage, puis sur un tir de Nick Leddy consécutif à un slalom de Patrick Kane derrière la cage. Les Kings s'en sortent sans dommage. La vitesse des Hawks impressionne et Patrick Kane lance encore Patrick Sharp. Le buteur déborde sur l'aile gauche et voit son tir repoussé par le poteau. Un Patrick Sharp chargé par Rob Scuderi de manière spectaculaire sur la présence suivante, pour un rare coup d'éclat des Kings, désormais incapables de construire. Ils subissent le jeu, paraissant démobilisés : le compteur de tirs affiche 11-2 en faveur des locaux dans ce tiers. La seule vraie occasion revient à Dustin Penner, qui vole un palet à Brent Seabrook en entrée de zone. Il se présente seul devant Corey Crawford, qui ferme la porte. En revanche, il ne peut rien faire à une minute de la pause lorsque Tyler Toffoli parvient à servir Jeff Carter au cercle pour une reprise sans contrôle (4-1).

Une attaque en berne

Le dernier tiers débute dans une ambiance assez morne : le public ne se fait pas trop entendre, pensant sans doute que le match est déjà plié. Pourtant, Los Angeles reçoit un avantage numérique lorsque Dave Bolland accroche Brad Richardson à la relance. Impérial à domicile - aucun but encaissé en infériorité cette saison - Chicago gère tranquillement son effort. Malgré les efforts de Carter ou Voynov, Crawford reste peu inquiété. Le temps défile pour cette rencontre au rythme assez réduit désormais, les deux équipes semblant garder leurs forces pour le match 3.

À la mi-période, Kyle Clifford assène un cinglage à Michal Rozsival. Jonathan Toews, Corey Crawford et Colin Fraser s'en mêlent et les arbitres interviennent. À l'arrivée, seul Jonathan Toews est sanctionné et le jeu de puissance des Kings entre en piste. Slava Voynov, bien décalé, tente un tir mais Michal Handzus se sacrifie au bloc. Il contre un deuxième tir et file au but, sans parvenir à distancer son défenseur et ne peut lancer sur Jonathan Bernier. La défense contient facilement l'attaque californienne qui n'obtient aucune occasion. C'est même Michael Frolik qui se crée la dernière occasion en débordant le long de la bande à droite, pour un tir manquant de puissance du revers. Les minutes défilent sans aucun suspense, tant Chicago maîtrise son sujet et Los Angeles parait à côté du sien. Un dégagement au dessus du plexiglas donne une nouvelle pénalité et les Kings percent enfin le coffre-fort. Dustin Penner travaille derrière la cage et remise sur Tyler Toffoli qui, depuis la ligne de fond, marque en angle fermé (4-2). La seule ligne remarquable des visiteurs frappe et réduit l'écart. Jonathan Bernier sort donc à 40 secondes de la fin pour un attaquant de plus et Darryl Sutter prend un temps mort. Les derniers tirs du tenant du titre filent en dehors du cadre et Chicago s'impose.

Victoire 4-2 des Blackhawks, sans aucune contestation. Après un but rapide, ils ont subi la réaction de Los Angeles en premier tiers. Corey Crawford, solide, a tenu la distance et le second but parait avoir brisé complètement des Kings bien trop faibles offensivement. La démonstration des Hawks en deuxième tiers avait déjà plié la partie, avant un troisième tiers globalement maîtrisé. La différence ? Clairement, la profondeur d'effectif. Ce sont des joueurs qui évoluaient en AHL en début de saison qui ont marqué côté Chicago, tels que Andrew Shaw, Bryan Bickell ou Brandon Saad. À l'inverse, la blessure de Richards a vraiment mis en avant la faiblesse chronique de l'attaque des Kings. Jonathan Quick a masqué depuis deux ans cette carence, mais lorsqu'il connaît un match moins bon, l'équipe ne peut guère compter sur ses cadres offensifs pour compenser. C'est même le jeune Tyler Toffoli, le moins expérimenté de l'équipe, qui s'est distingué. Il faudra que les vedettes de l'équipe cessent d'être des fantômes pour espérer quelque chose.

Comme au premier tour face à St. Louis, le champion doit remonter deux défaites à l'extérieur. Mais le Staples Center n'a pas plié souvent cette saison...

 

Chicago Blackhawks 4-2 Los Angeles Kings (2-0, 2-1, 0-1)
Chicago mène la série 2-0.
Dimanche 2 juin 2013, 19h10, United Center de Chicago. 21824 spectateurs.
Arbitrage de Dan O'Rourke et Marc Joanette assistés de Steve Barton et Brian Murphy.
Tirs : Chicago 26 (9, 11, 6), Los Angeles 31 (13, 5, 13)
Pénalités : Chicago 14' (4', 0', 10'), Los Angeles 8' (0', 4', 4')

Récapitulatif du score
1-0 à 01'56" : Shaw assisté de Stalberg et Saad
2-0 à 19'09" : Seabrook assisté de Hossa et Toews
3-0 à 27'11" : Bickell assisté de Sharp et Saad (sup. num.)
4-0 à 29'20" : Handzus assisté de Sharp et Kane
4-1 à 38'57" : Carter assisté de Toffoli et Voynov
4-2 à 58'58" : Toffoli assisté de Penner et Voynov (sup. num.)

Chicago Blackhawks

Gardien : Corey Crawford

Défenseurs : Duncan Keith - Brent Seabrook ; Nicklas Hjalmarsson - Johnny Oduya ; Michal Rozsival - Nick Leddy.

Attaquants : Brandon Saad - Andrew Shaw - Viktor Stålberg ; Bryan Bickell - Jonathan Toews - Marian Hossa ; Patrick Sharp - Michal Handzus - Patrick Kane ; Michaek Frolik - Marcel Kruger - Dave Bolland.

Remplaçant : Ray Emery (G)

Réservistes : Carter Hutton, Henrik Karlsson (G), Steve Montador, Sheldon Brookbank, Dylan Olsen, Shawn Lalonde, Klas Dahlbeck, Adam Clendneing, Ryan Stanton (D), Jeremy Morin, Daniel Carcillo, Jamal Mayers, Ben Smith, Brandon Pirri, Jimmy Hayes, Brandon Bollig (A).

Los Angeles Kings

Gardien : Jonathan Quick puis Jonathan Bernier.

Défenseurs : Robyn Regehr - Drew Doughty ; Slava Voynov - Rob Scuderi ; Matt Greene - Alec Martinez.

Attaquants : Dustin Brown (C) - Anze Kopitar (A) - Justin Williams ; Dustin Penner - Tyler Toffoli - Jeff Carter ; Dwight King - Jarret Stoll - Trevor Lewis ; Brad Richardson - Colin Fraser - Kyle Clifford.

Remplaçant : Jonathan Bernier (G)

Réservistes : Martin Jones, Jean-François Berube (G), Kurtis MacDermid, Andrew Bodnarchuk, Nicolas Deslauriers, Andrew Campbell, Keaton Ellerby (D), Nick Shore, Jordan Nolan, Anthony Stewart, Brandon Kozun, Robert Czarnik, Linden Vey, Jordan Weal, Andrew Andreoff, Brian O'Neill, Tanner Pearson (A).

Blessés : Willie Mitchell (D, genou), Jake Muzzin (D), Mike Richards (C).