Los Angeles Kings - Chicago Blackhawks (finale de conférence, match 3)

Kings de Los AngelesBlackhawks ChicagoLe champion en titre est déjà dos au mur après ses deux défaites en déplacement. L'attaque, qui n'a pas vraiment brillé dans ces playoffs, reste privée de Mike Richards. Les meilleurs éléments de l'équipe doivent sortir de leur spirale négative, à l'image d'Anze Kopitar, bien moins en vue qu'au printemps dernier. Le Staples Center leur réussit plutôt bien avec 14 victoires d'affilée, c'est donc le moment de lancer l'opération remontée.

Chicago, en pleine confiance offensive et surtout défensive, peut assomer la série et faire un grand pas vers la finale.

Les Kings entament fort

Los Angeles débute plutôt bien le match. Solide en défensive, l'équipe relance calmement. Après un peu plus de trois minutes, Justin Williams vole un palet en zone offensive et les Kings s'installe. Le palet tourne, revient vers Scuderi, pour Voynov à l'opposé, pour Williams en diagonale au cercle et une volée victorieuse côté crosse (1-0). Le départ agressif dans le bon sens du terme paie d'entrée, au grand bonheur du public. Quelques minutes plus tard, Williams, encore lui, profite d'une chute de Michal Rozsival pour envoyer le palet dans l'enclave, mais celui-ci rebondit hors cadre. Le pressing des Kings s'efforce de contenir la réaction de Chicago, et dépasse la limite : Anze Kopitar commet une faute grossière sur Brandon Saad. L'équipe spéciale ne s'installe pas du tout et le Slovène revient au jeu. Chicago commence à reprendre le jeu à son compte et devient de plus en plus menaçant, gagnant des duels dans les bandes et conservant le palet en attaque de plus en plus longtemps.

Les Kings répliquent avec leur ligne la plus remarquée jusque là, celle de Williams. Voynov expédie ainsi un lancer puissant, dévié, qui file juste à côté. La tension monte et Patrick Sharp et Justin Williams tombent les gants sur une mise au jeu : pas d'échanges de coups car les arbitres interviennent tout de suite, mais les deux buteurs sortent deux minutes. Les Californiens tentent d'exploiter la situation à quatre-contre-quatre, profitant de leur vitesse, sans résultat.

La situation se normalise et Patrick Sharp part en duel avec Voynov, pour un bon tir en hauteur sauvé par Quick. Quelques secondes plus tard, ce même Sharp est sanctionné pour un cinglage. Les Hawks ont tué 45 des 47 pénalités subies dans ces playoffs : mobiles et adroits pour bloquer les lignes de tirs, ils contiennent l'attaque adverse, avec deux arrêts de Corey Crawford sur des tirs de loin de Jarret Stoll. À dix secondes de la fin de la pénalité, Drew Doughty, bien décalé, trouve le poteau de Crawford. Une alerte sérieuse pour les Hawks, qui rentrent au vestiaire avec un seul but de retard, de justesse.

Los Angeles contrôle... presque

Les noirs reprennent bien. Un échec-avant agressif, une bonne charge derrière le but et le palet revient sur Trevor Lewis, qui manque le cadre. Sur la mise au jeu, Tyler Toffoli enchaîne et Crawford sort la botte. Chicago réplique avec ses jeunes : Andrew Shaw, en deux temps, puis Brandon Saad sur le rebond inquiètent Quick. Dans la continuité, Oduya charge Stoll dans la neutre sans palet et c'est une obstruction qui n'échappe pas aux officiels. Le jeu s'installe, avec une tentative de Williams grâce à un écran de Dustin Brown, et quelques tirs de loin ; Williams termine la séquence avec une volée dans l'axe, bloquée sans rebond par Crawford.

Los Angeles évolue en contre-attaque et sur l'une d'elles, Dustin Penner ne parvient pas à trouver Tyler Toffoli. Le jeune attaquant récupère le palet dans le coin, attaque la cage. Le palet revient sur Voynov au cercle : le Russe arme son tir, sa crosse se brise mais le disque glisse quand même ras-glace le long du poteau, Crawford n'ayant pas eu le temps de revenir en position (2-0). Un but chanceux pour le défenseur, très en vue dans ces playoffs !

L'énervement des Hawks se traduit rapidement derrière : Keith ramasse son gant et la crosse de Carter traîne... le défenseur réplique par un énorme cinglage au visage et prend logiquement une double pénalité mineure. Les Kings peuvent tuer le match ! Jake Muzzin, de retour après un match dans les tribunes, teste Crawford dès les premières secondes. C'est la seule occasion de la première partie de pénalité, durant laquelle les Kings peinent à destabiliser la défense. La mobilité et l'agressivité des visiteurs sur le porteur de palet privent Los Angeles de positions favorables et la pénalité est finalement tuée. Quelques instants plus tard, une très mauvaise relance de Chicago est interceptée. Dustin Brown encaisse une grosse charge le long de la bande, mais le disque revient sur Williams, seul ligne de fond, qui attaque la cage de Crawford. Le gardien s'impose encore.

Les visiteurs paraissent sans solution, à l'instar de Patrick Kane ou Jonathan Toews, très peu dangereux. L'attaque des Hawks reste stérile, incapable de réellement approcher Jonathan Quick. Jusqu'à 33 secondes de la pause ! Une mise au jeu en zone offensive débouche sur un duel dans le coin. Regehr et Doughty attaquent tous les deux Marian Hossa et Bickell en profite, récupère, contourne la cage et glisse le disque entre les jambières (2-1). Un coup dur pour Los Angeles, qui n'avait subi aucune attaque sérieuse de toute la période ! Un but qui relance le match.

Chicago, trop tard

Chicago peut-il reprendre l'élan ? Il faudra d'abord que Crawford reste solide, ce qu'il montre d'entrée avec une mitaine bien placée sur un tir de Greene. Dans la foulée, Kruger touche Toffoli au visage et prend deux minutes. Jeff Carter, de retour au jeu, se met en action avec un premier tir plein axe. Un autre tir bloqué touche Hjalmarsson, qui éprouve toutes les peines du monde à se relever et à rester debout. Il reste sur une jambe quand un arbitre l'aide à rentrer au banc alors que le jeu continue. Le tir, terrible, l'a touché à l'intérieur du genou. Il ne reste que 9 secondes à tenir quand Dustin Brown se rend coupable d'une obstruction dans la neutre : Chicago reçoit une chance en or pour égaliser. Seabrook et Keith tentent leur chance en profitant d'écrans, sans succès. Le deuxième groupe prend le relais et il y a le feu dans l'enclave. Quick se jette pour geler le palet et Bickell, qui cherchait le rebond, se retrouve mis au sol, écrasé par Jeff Carter. Quick, impérial, sauve encore un tir de Seabrook, un autre de Keith où Shaw rate le rebond de peu. Un dernier tir dangereux crée la panique avant d'être dégagé sur Brown, sorti du banc, qui, à la lutte avec un défenseur, attaque le but de Crawford. Le gardien s'impose et bloque ensuite un tir de Robyn Regehr de la bleue, et un de Penner de loin sur une bonne entrée en zone de Toffoli. Le jeu se déroule de plus en plus devant le but de Quick, les joueurs de Darryl Sutter reculant et évoluant en contre. Le public le sent et, à mi-période, reprend ses encouragements.

Les Blackhawks approchent du but au fil des minutes. Un palet récupéré par Handzus au cercle trouve Kane, qui cherche une passe transversale trop difficile pour Sharp au lieu de lancer au but. Puis, Leddy déborde à droite, trouve Stalberg en position de deux-contre-un près du but... La remise pour Saad ne trouve que son patin et le disque longe le poteau. La plus belle occasion de Chicago dans ce tiers... Mais le meilleur reste à venir : à trois minutes de la fin, Bickell récupère un rebond échoue sur Quick à bout portant ! Un arrêt incroyable avec la crosse à mi-hauteur. Les Kings exploitent le moindre contre et Crawford tient son équipe dans le match avec un arrêt sur Carter. Chicago s'empale sur la défense dans la neutre dans les deux dernières minutes. Il reste 1'35" quand Crawford rentre au banc pour un attaquant. Cela ne fonctionne pas : Carter dégage hors cadre mais King a suivi et marque cage vide (3-1).

Los Angeles revient dans la course et réduit la série à 2-1 avec sa quinzième victoire de rang à domicile. Chicago a mis bien trop longtemps à réagir dans ce match. Pire, la ligue aura certainement l'oeil sur l'incident Ducan Keith : son geste d'agacement sur Carter lui vaudra-t-il une suspension ?

 

Los Angeles Kings 3-1 Chicago Blackhawks (1-0, 1-1, 1-0)
Chicago mène la série 2-1.
Mardi 4 juin 2013, 18h10, Staples Center de Los Angeles. 18477 spectateurs.
Arbitrage de Stephen Walkom et Eric Furlatt assistés de Brad Kovachik et Shane Heyer.
Tirs : Los Angeles 28 (8, 9, 11), Chicago 20 (7, 3, 10)
Pénalités : Los Angeles 6' (4', 0', 2'), Chicago 12' (4', 6', 2')

Récapitulatif du score
1-0 à 03'21" : Williams assisté de Voynov et Scuderi
2-0 à 26'37" : Voynov assisté de Toffoli et Carter
2-1 à 39'26" : Bickell
3-2 à 59'32" : King assisté de Carter et Greene (cage vide)

Los Angeles Kings

Gardien : Jonathan Quick

Défenseurs : Robyn Regehr - Drew Doughty ; Slava Voynov - Rob Scuderi ; Matt Greene - Jake Muzzin.

Attaquants : Dustin Brown (C) - Anze Kopitar (A) - Justin Williams ; Dustin Penner - Tyler Toffoli - Jeff Carter ; Dwight King - Jarret Stoll - Trevor Lewis ; Brad Richardson - Colin Fraser - Kyle Clifford.

Remplaçant : Jonathan Bernier (G)

Réservistes : Martin Jones, Jean-François Berube (G), Alec Martinez, Kurtis MacDermid, Andrew Bodnarchuk, Nicolas Deslauriers, Andrew Campbell, Keaton Ellerby (D), Nick Shore, Jordan Nolan, Anthony Stewart, Brandon Kozun, Robert Czarnik, Linden Vey, Jordan Weal, Andrew Andreoff, Brian O'Neill, Tanner Pearson (A).

Blessés : Willie Mitchell (D, genou), (D), Mike Richards (C).

Chicago Blackhawks

Gardien : Corey Crawford (sorti de sa cage à 58'53")

Défenseurs : Duncan Keith - Brent Seabrook ; Nicklas Hjalmarsson - Johnny Oduya ; Michal Rozsival - Nick Leddy.

Attaquants : Brandon Saad - Andrew Shaw - Viktor Stålberg ; Bryan Bickell - Jonathan Toews - Marian Hossa ; Patrick Sharp - Michal Handzus - Patrick Kane ; Michaek Frolik - Marcel Kruger - Dave Bolland.

Remplaçant : Ray Emery (G)

Réservistes : Carter Hutton, Henrik Karlsson (G), Steve Montador, Sheldon Brookbank, Dylan Olsen, Shawn Lalonde, Klas Dahlbeck, Adam Clendneing, Ryan Stanton (D), Jeremy Morin, Daniel Carcillo, Jamal Mayers, Ben Smith, Brandon Pirri, Jimmy Hayes, Brandon Bollig (A).