Los Angeles Kings - Chicago Blackhawks (finale de conférence, match 4)

Les Kings sont invaincus à domicile et sont revenus dans la course en remportant le troisième match. Cette quatrième rencontre s'avère déjà cruciale : soit Los Angeles retourne à Chicago à égalité 2-2, soit Chicago peut boucler la série à domicile...

Les Kings sont toujours privés de leur centre vedette Mike Richards. En face, les Blackhawks devront se passer de leur défenseur étoile Duncan Keith, suspendu un match après son mouvement d'humeur sous forme de coup de crosse au visage sur Jeff Carter. Le temps de jeu de l'arrière devra être équitablement réparti sur ses coéquipiers, notamment Nick Leddy, qui est apparu très à l'aise dans ses playoffs, et Nicklas Hjalmarsson, défenseur pur précieux et sous-estimé.

Un tiers équilibré

Los Angeles entame avec la possession du palet, cherchant de longues passes à travers la neutre. Chicago, actif dans les bandes, obtient le premier bon tir, par Hjalmarsson mais Quick ne laisse aucun rebond. Toews remporte la mise au jeu qui suit et manque de peu le rebond d'Hossa, qui avait lancé immédiatement au but. Hossa se crée ensuite un tir en angle fermé, avant de servir Toews dans la neutre : le capitaine s'infiltre dans le dos de la défense. A la lutte, il ne peut mettre beaucoup de force dans son lancer et Quick gagne son duel en ne mordant pas à la feinte. Sur la présence suivante, les Kings mettent le feu dans la défense. Fraser déborde à droite, trouve Clifford qui a un premier essai, récupère, contourne la cage et remise sur Voynov à la bleue pour un tir précis et masqué (1-0). Une action manquée de peu d'un côté, la punition immédiate de l'autre, le hockey tient souvent à peu de choses ! Les Noirs, en confiance, insistent : Carter pour un premier tir, puis une remise à la bleue, Penner pour un rebond qui file de peu à côté... le public est conquis. Et cela ne s'arrange pas pour les Hawks, qui perdent Shaw, coupable d'un geste inutile sur Toffoli. Le jeu de puissance ne parvient pas beaucoup à franchir le premier rideau et Chicago se dégage sans souffrir, ne concédant aucun tir en deux minutes. Chicago reprend la main au retour à cinq. Après une bonne présence de la ligne Kane, c'est celle de Toews qui s'installe et libère Seabrook pour un tir puissant dans l'axe. Quick repousse et les arbitres signalent une faute de Jarret Stoll. C'est dans ce jeu en supériorité que Keith manque le plus... les passes manquent de précision au début, avant une séquence intense autour du but, gaspillée car les tirs ne trouvent pas le cadre.

La pénalité est tuée et Chicago continue à jouer vers l'avant. Cela paie à 6'44" de la pause. Broobank relance de sa zone, Hjalmarsson envoie une passe un peu lobée dans la neutre. Le disque rebondit, touche Frolik et revient sur Bickell. L'ailier s'avance dans le dos de la défense et envoie un tir du poignet vicieux qui piège complètement Quick (1-1). Ce tir de loin qu'il n'a pas réussi à bloquer complètement relance complètement le match. Les visiteurs ont repris confiance et contrôlent le palet. Toews travaille fort dans le coin et trouve Sharp à l'opposée, arrêt de Quick. Ils s'exposent malgré tout aux contres. Dwight King intercepte et déboule à gauche, Crawford ferme l'angle et repousse le tir. Puis, Hossa lance au fond, ses équipiers travaillent et Toews remise à la bleue pour Rozsival. Le tir est dévié deux fois en chemin, Quick sauve et Bickell prend le rebond... arrêt ! Panique à bord mais la défense se dégage. Los Angeles réagit enfin, avec deux séquences offensives menaçantes, sorties par Crawford, dont un tir de Williams au cercle, servi par Scuderi. Le tiers se termine sur ce score de 1-1, après vingt minutes plutôt équilibrées. Les deux équipes se sont rendues coup pour coup : après une phase initiale de domination des Kings, les Blackhawks ont parfaitement réagi et plutôt dominé la fin de tiers, égalisant logiquement sur cette petite erreur de Quick.

Chicago s'accroche

Chicago entame bien le tiers, en possession du palet. Mais la tactique de contres de Los Angeles paie d'entrée sur un but étrange. Jeff Carter gagne un duel dans la neutre, déborde et ne parvient pas à doubler Nick Leddy. Arrivé ligne de fond, il pivote et envoie le palet devant le but du revers... le disque glisse sur la botte de Crawford jusqu'à la crosse de Penner, planté dans l'enclave, qui redonne l'avantage à son camp (2-1). Toujours en contre, une longue passe envoie Justin Williams en échappée : Crawford gagne son duel par un poke-check bien placé ! Chicago a échappé au pire et bénéficie d'une supériorité peu après, lorsque Frolik slalome dans la défense et force Greene à l'accrocher. Les Hawks s'installent et Hossa dirige les débats. Après deux essais de Shaw à bout portant, Hossa cherche une passe dans l'axe, interceptée par Kopitar qui dégage... au dessus du plexiglas ! C'est un cinq-contre-trois. Un temps mort est appelé par Joel Quenneville pour reposer ses vedettes et préparer cette séquence cruciale. Stoll intercepte et dégage une première fois. Chicago, très patient, peut être trop, ne parvient qu'à un tir de Kane en hauteur, puis à un tir de Leddy bloqué de la mitaine avant le retour Greene. Los Angeles bataille sur tous les palets et Kopitar revient, poussé par le public.

Les Californiens s'en sont sortis, acculés dans leur camp. Cela ne s'arrête pas pour autant et le duo Frolik-Kruger tourne autour de la cage, forçant encore les Kings à défendre. Ils évoluent en contre et Crawford doit intervenir à deux reprises face à des lancers en hauteur. Les joueurs de Darryl Sutter finissent par s'installer. Williams, acroché, obtient alors deux minutes contre Patrick Kane. Voynov et Doughty mène le jeu de puissance et tentent des tirs de loin, hors cadre, n'exploitant pas le travail de Penner pour masquer Crawford. La pénalité s'achève et le jeu s'équilibre. Chicago, sous l'impulsion de Bickell, accélère soudain à deux minutes de la fin. Los Angeles n'arrive plus à rattraper les attaquants et le disque tourne, tourne... finalement, un centre en retrait, manqué par Toews, revient sur Hjalmarsson qui lance plein axe. Bickell, à la lutte avec Scuderi devant le gardien, dévie légèrement. Quick est surpris et le disque file entre ses jambières. Patrick Kane, à l'affût, complète le travail en surgissant pour pousser le palet sur la ligne, volant finalement le but à son coéquipier (2-2). Chicago, en feu, déborde encore à droite... Regehr écrase Kane le long de la bande et prend deux minutes pour cette obstruction manifeste. Hossa, Shaw testent Quick de près. Insuffisant et la sirène retentit : il restera une minute d'avantage numérique.

La stérilité offensive du champion

Les Kings restent vigilants dans ces premières secondes et parviennent à dégager le palet ou à contrer les passes. La pénalité s'achève sans aucun tir, mais cela ne dure pas. De retour à cinq contre cinq, Chicago récupère le palet par Oduya en entrée de zone neutre, qui lance Handzus alors que les Kings changent de ligne. Le Slovaque initie un deux contre un, fixe son défenseur et offre le palet à Marian Hossa pour une reprise sans contrôle et au fond des filets (2-3). Septième but des playoffs pour le vétéran, qui donne l'avantage aux Blackhawks pour la première fois du match. Les contacts sont plus appuyés et, derrière le but de Crawford, deux 'Hawks finissent au sol dans une collision avec Penner. Les officiels ne sifflent plus grand chose, des deux côtés, oubliant une crosse haute qui touche Bolland puis une charge dans le dos commise par Seabrook. Los Angeles ne parvient guère à se montrer dangereux. Seul le duo Carter-Penner pèse sur la défense, les autres attaquants vedettes restant aux abonnés absents. Les Kings n'ont atteint les quatre buts dans un match que deux fois dans ces playoffs, leur mission s'annonce donc compliquée pour revenir dans le match. D'autant que la défense ne brille pas trop à la relance : Regehr donne littéralement le palet à Bickell juste devant le but, et Quick sauve les meubles ! Le gardien se montre impérial peu après lorsque Chicago part en contre : Patrick Kane, très patient, attend que le gardien se couche et tire en hauteur, pour une mitaine solide, allongé sur la glace.

Toujours en mouvement, les joueurs de Joel Quenneville apparaissent concentrés, précis et imposent leur jeu. Los Angeles se montre bien plus maladroit à la relance et n'arrive pas vraiment à aligner les passes pour construire son attaque : après près d'un quart d'heure, les Kings n'ont toujours pas réussi un tir cadré dans ce tiers ! Chicago tourne ses quatre lignes rapidement, contre les passes et met une pression incessante sur le porteur de palet. Il faut attendre les cinq dernières minutes pour qu'une pénalité soit appelée contre Frolik. Les défenseurs et attaquants se sacrifient pour contrer les tirs et gagner du temps. Les palets sont dégagés et Crawford n'est pas inquiété. Le temps file et Los Angeles n'a rien montré offensivement. Darryl Sutter appelle un temps mort pour finir ces deux dernières minutes. Quick sort pour un attaquant dans la dernière minute... pas longtemps, une mise au jeu se déroulant dans la neutre. Le portier doit revenir et Chicago parvient à porter le palet dans le camp des Kings pour gagner un temps précieux.

Victoire de Chicago, qui brise donc la série d'invincibilité à domicile du champion en titre. La meilleure équipe de la saison régulière a sorti un gros match pour remporter ce match 5. Les meilleurs joueurs, décevants au match 3, on sorti le grand jeu. Toews, Kane et Hossa ont été un danger permanent, mais les deux hommes du match sont assurément Bryan Bickell en attaque et Nicklas Hjalmarsson en défense. Tous deux se sont montrés décisifs dans leurs rôles. Après deux tiers plutôt équilibrés, Chicago a su passer la cinquième dans le dernier tiers, étouffant les Kings dans les deux sens du jeu : une attaque percutante et capable de conserver le palet, une défense attentive et irréprochable, qui n'a concédé que deux tirs dans le dernier tiers. Les meilleurs joueurs des Kings n'ont encore une fois rien montré : Dustin Brown ou Anze Kopitar, décisifs lors du sacre 2012, sont aux abonnés absents. Les Blackhawks tenteront de boucler la série à domicile samedi.


Los Angeles Kings 2-3 Chicago Blackhawks (1-1, 1-1, 0-1)
Chicago mène la série 3-1.
Jeudi 6 juin 2013, 18h10, Staples Center de Los Angeles, Californie, Etats-Unis. 18621 spectateurs.
Arbitrage de Brad Watson et Chris Rooney assistés de Jay Sharrers et Pierre Racicot.
Tirs : Los Angeles 21 (10, 9, 2), Chicago 28 (11, 8, 9)
Pénalités : Los Angeles 8' (2', 6', 0'), Chicago 6' (2', 2', 2')

Récapitulatif du score
1-0 à 03'28" : Voynov assisté de Clifford et Fraser
1-1 à 13'16" : Bickell assisté de Frolik et Hjalmarsson
2-1 à 22'12" : Penner assisté de Carter et Toffoli
2-2 à 38'21" : Kane assisté de Bickell et Hjalmarsson
2-3 à 41'10" : Hossa assisté de Handzus et Oduya

Composition des équipes

Los Angeles Kings

Gardien : Jonathan Quick (sorti de sa cage à 58'59")

Défenseurs : Robyn Regehr - Drew Doughty ; Slava Voynov - Rob Scuderi ; Matt Greene - Jake Muzzin.

Attaquants : Dustin Brown (C) - Jarret Stoll - Justin Williams ; Dustin Penner - Jeff Carter - Tyler Toffoli ; Dwight King - Anze Kopitar (A) - Trevor Lewis ; Kyle Clifford - Colin Fraser - Brad Richardson.

Remplaçant : Jonathan Bernier (G)

Réservistes : Martin Jones, Jean-François Berube (G), Alec Martinez, Kurtis MacDermid, Andrew Bodnarchuk, Nicolas Deslauriers, Andrew Campbell, Keaton Ellerby (D), Nick Shore, Jordan Nolan, Anthony Stewart, Brandon Kozun, Robert Czarnik, Linden Vey, Jordan Weal, Andrew Andreoff, Brian O'Neill, Tanner Pearson (A).

Blessés : Willie Mitchell (D, genou), (D), Mike Richards (C).

Chicago Blackhawks

Gardien : Corey Crawford

Défenseurs : Nicklas Hjalmarsson - Brent Seabrook ; Michal Rozsival - Johnny Oduya ; Sheldon Brookbank - Nick Leddy.

Attaquants : Brandon Saad - Andrew Shaw - Viktor Stalberg ; Bryan Bickell - Jonathan Toews - Marian Hossa ; Patrick Sharp - Michal Handzus - Patrick Kane ; Michaek Frolik - Marcel Kruger - Dave Bolland.

Remplaçant : Ray Emery (G)

Réservistes : Carter Hutton, Henrik Karlsson (G), Steve Montador, Dylan Olsen, Shawn Lalonde, Klas Dahlbeck, Adam Clendneing, Ryan Stanton (D), Jeremy Morin, Daniel Carcillo, Jamal Mayers, Ben Smith, Brandon Pirri, Jimmy Hayes, Brandon Bollig (A).

Suspendu : Duncan Keith (D).