Super size me, ou le destin brisé de Vladimir Krutov

KrutovDans son film Super size me, Morgan Spurlock rend compte des effets ravageurs sur sa santé d'un régime alimentaire constitué exclusivement de fast-foods. Quinze ans auparavant, un des meilleurs sportifs de la planète avait vécu à ses dépens la même démonstration : pendant que tous ses collègues, vedettes de la grande équipe d'URSS des années 80, connaissaient une seconde carrière en NHL, Vladimir Krutov a ruiné la sienne en moins d'une année en ingurgitant de la malbouffe, incapable de s'auto-discipliner en dehors du strict encadrement soviétique.

Il serait pourtant injuste de ne retenir de Krutov que ses problèmes de surpoids. Avant ce gâchis qui a brisé sa carrière et ruiné sa santé, il fut un junior prodige, puis un des meilleurs joueurs au monde. L'ailier gauche de la KLM (Krutov-Larionov-Makarov) en était un maillon aussi essentiel que les deux autres. Il n'avait rien à envier à la vision du jeu de Larionov, ni à la technique de Makarov. Il y ajoutait la puissance, car c'est un joueur qui n'avait pas froid aux yeux et s'imposait physiquement dans les zones denses, y gagnant son surnom de "tank".

Lire la biographie de Vladimir Krutov, encore un portrait de grand hockeyeur comme on ne peut en lire nulle part ailleurs.