Chicago Blackhawks - Boston Bruins (finale de la coupe Stanley, match 2)

Blackhawks ChicagoBruins BostonAprès un match d'ouverture longue durée, les deux équipes auront-elles récupéré pour en découdre à nouveau ?

Boston doit réagir sous peine de rentrer à la maison avec deux victoires de retard. Nathan Horton, blessé pendant la prolongation, s'est finalement déclaré partant : touché à l'épaule, il joue avec cette douleur depuis le début des playoffs.

Le match opposera les deux finalistes du trophée "Selke" de meilleur attaquant défensif : Jonathan Toews l'a remporté la veille devant Patrice Bergeron.

Un Rask extra-terrestre

Chicago se crée la première chance, avec une relance de Seabrook relayée par Hossa, qui permet à Sharp de tester Rask de loin. Globalement, le début de match reste prudent, aucune équipe ne développant beaucoup de construction. Chicago s'installe progressivement en attaque. Puis, Toews lance un contre sur l'aile droite, remise sur Rozsíval, qui trouve Leddy à l'opposée : le défenseur tente sa chance avec un tir croisé que Rask contrôle de la mitaine. Un beau mouvement offensif qui confirme la tendance. Les Hawks dominent, appuient leurs mises en échec. Shaw, en pivot, lance au but et Bickell récupère, part en tour de cage et est mis au sol. Deux minutes logiques contre Andrew Ference et Chicago reçoit un avantage numérique. Le danger se rapproche avec des séquences de Shaw et Hossa, puis Leddy dans le deuxième groupe. Rask et la défense s'en sortent, avec quelques blocs ou déviations de la crosse, à l'image d'un geste de McQuaid pour bloquer le tir de Leddy à mi-hauteur.

La pénalité s'achève, la vingtième tuée d'affilée pour les Bruins, qui répliquent par un tir de Jágr en hauteur, dans la mitaine de Crawford, après un jeu de passe Bergeron-Marchand. Les attaquants des Hawks pressent haut leur adversaire, ralentissant la relance. Après douze minutes, Chicago accélère sévèrement. Kane déborde à droite, effaçant Ference. Premier arrêt de Rask, qui sort le rebond de Rozsíval, puis un autre de Kane, et encore un d'Handzuš dans la confusion. Panique dans l'enclave, quatre attaquants des Hawks et autant de défenseurs cherchent le palet. Sharp le récupère, pivote au cercle et trouve un trou de souris (1-0). La troisième ligne des Bruins, débordée, a complètement explosé.

Chicago enchaîne : Krug perd un palet dans la neutre et Hossa déboule à gauche pour un tir ras glace. Horton revient bien pour gêner le tir, mais Toews prend le rebond et tente un tour de cage, avec l'aide de Saad à l'abordage. Rask parvient à plonger : allongé sur sa ligne, il gèle le palet. Les officiels vérifient à la vidéo mais le palet n'est pas rentré. Pourtant, un angle de caméra ultérieur montre que le disque a glissé le long de la ligne, jusqu'au poteau et semble avoir bien franchi la limite. Frayeur pour Boston !

Quinze tirs à trois, dix occasions à une... Le match échappe complètement aux Bruins, acculés dans leur camp. Toews intercepte une relance et sert Saad dans l'axe... Son tir est bloqué et Hossa, qui a suivi, échoue sur Rask. Marcus Krüger continue sur la présence suivante. Il gagne un duel sur l'aile droite et parvient à servir Frolík entre les deux cercles... Arrêt de Rask ! Claude Julien sent que son équipe souffre et s'agite sur son banc, tentant de relancer ses hommes. La ligne de Marchand répond par une présence offensive intéressante.

Quelques réparations sont nécessaires sur un panneau de plexiglas et une petite pause survient à quatre minutes de la fin, pas inutile au vu du rythme effrené de ce début de match. Même scénario à la reprise : Kane, Sharp et Handzuš mettent le feu et il faut pas moins de trois arrêts de Rask pour tenir le fort. Chicago est plus rapide, plus incisif, plus attentif aux rebonds... Boston ne produit rien, et il faut une erreur de Keith pour que Peverley déborde à droite, repique au but et menace enfin Crawford pour le premier tir en dix minutes. Le premier tiers se termine sur ce maigre 1-0 avec un homme du match : Tuukka Rask, qui approche déjà la vingtaine d'arrêts.

Le point d'équilibre

Boston doit réagir, et une faute de Bolland lui permet de jouer à un de plus. Les visiteurs peinent à s'installer et n'obtiennent qu'un seul tir dans cette séquence. Chicago reprend la main dès le retour au complet et Sharp, encore lui, se retrouve seul au poteau pour reprendre un palet. Boston réplique par Jágr : le Tchèque, très médiocre en premier tiers, trouve la plaque de Crawford. Un feu de paille, tant Chicago contrôle son sujet. Sharp, intenable, s'impose encore dans le coin et Boychuk doit le retenir : deux minutes. La défense, bien en place, ne concède guère d'occasions et Boston échappe au pire. Les Hawks maîtrisent, entrant en zone offensive facilement, comme le montrent Kane ou Hossa.

Boston a toute les peines du monde à franchir le rideau défensif. Mais à cinq minutes de la sirène, la partie bascule : Paille surprend la défense derrière le but, efface un défenseur et tire sur Crawford... Kelly surgit et plante le rebond (1-1). À l'origine, une bonne montée de Ference, et Boston égalise pour un petit hold-up, sur son 9e tir contre 23 aux Hawks...

Chicago a pris un petit coup sur la tête. Horton enchaîne avec un tir qui manque le cadre, et file sur le côté. Saad s'en saisit dans la neutre et décolle, fonçant vers le but. Seidenberg le fait trébucher à l'approche du but et le jeu de puissance entre en piste. Bolland, Handzuš et Kane échouent encore sur Rask, intraitable. Sur une entrée en zone manquée, Boston envoie Marchand en échappée... Seabrook commet un cinglage qui gêne l'attaquant mais les arbitres ne sifflent rien. En revanche, sur le dégagement suivant, Oduya doit accrocher Marchand, plus rapide sur un rebond de la balustrade. C'est une supériorité pour les Bruins, soudain revenus dans le match. Crawford s'impose devant deux tirs de Jágr. Le deuxième tiers s'achève sur ce score nul de 1-1, surprenant tant Chicago a dominé l'essentiel du match. Mais Boston a su réagir dans les dernières minutes, profitant de la faiblesse du jeu de puissance des Hawks et s'appuyant sur un Rask en grande forme. Mieux, alors que Chicago volait sur la glace en premier tiers, Boston a retrouvé ses jambes en deuxième.

L'ours se réveille

Il reste un peu plus d'une minute de supériorité pour Boston en ce début de troisième tiers : Chicago se positionne très haut pour briser la construction. L'élan est-il pris ? Jágr slalome et sert Marchand, dont le tir est repoussé par un Crawford au déplacement rapide. Puis, c'est Krejčí qui teste le gardien, après un gros travail de Seguin.

La partie d'échecs continue, chaque camp s'installant pour une présence dangereuse tour à tour. Les défenses prennent le pas sur les attaques et le public assiste à un festival de gestes défensifs. Les deux portiers attentifs, ont peu d'arrêts à faire : Crawford, par exemple bloque un tir de loin à deux minutes de la fin, allongé sur la glace. Il ne reste qu'une minute quand Kane déborde à droite et échange avec Toews pour un arrêt de Rask à bout portant. De l'autre côté, Chára monte aux avant-postes et Marchand voit son tir bloqué par un défenseur.

La sirène retentit : prolongation ! Boston a légèrement dominé la deuxième moitié de match, après une furia de Chicago en début de rencontre. Les neuf dernières "overtime" ont favorisé l'équipe jouant à domicile, c'est dire que la mission des Bruins ne sera pas simple.

Les Bruins terminent le travail

Boston lance les hostilités : entré en zone, Jágr envoie un tir masqué qui frappe la barre transversale ! De l'autre côté, Hossa expédie un missile de la bleue, bloqué par Rask. Frolík, en tour de cage, teste le Finlandais à son tour. Les Bruins insistent : Crawford complète le travail de ses défenseurs en repoussant les quelques tirs qui leur échappent. La ligne de Jágr est en feu, mais un contre lancé par Sharp est sauvé par Rask. L'intensité monte d'un cran. Un tir de Horton passe au-dessus de la cage. Le rythme effrené amène le palet d'un but à l'autre : Lucic d'un côté, puis Bickell en contre, qui échappe à Krug et parvient à servir Shaw en retrait pour un nouvel arrêt de Rask. Huit minutes de jeu, Leddy, derrière sa cage, dégage le palet à la lutte avec Paille... Les arbitres discutent et finissent par convenir que le palet a été touché avant de filer en dehors des limites de jeu.

Le rythme ne tombe pas et chaque duel est âprement disputé, les deux équipes limitant au maximum les espaces. Boston campe dans la zone de Chicago, avec plusieurs tirs de loin et du trafic au rebond : Ference et Seguin échouent sur Crawford. Marchand échappe ensuite à la défense le long de la bande et s'approche de Crawford... Keith coupe la ligne de tir avec sa crosse et le palet file au-dessus. Boston pousse, domine et au bout d'un quart d'heure, finit par concrétiser ses chances. Bollig ne parvient pas à dégager le long de la bande, Seguin vole le palet et trouve Paille au cercle opposé. L'ailier ajuste Crawford côté mitaine, mi-hauteur (1-2).

Victoire de Boston, un succès qui paraissait hautement improbable après vingt minutes. Inexistants au premier tiers, les Bruins se sont appuyés sur un Rask exceptionnel pour reprendre le fil du match progressivement au deuxième tiers. Au final, ils ont copieusement dominé la période supplémentaire et égalisent dans la série. Chicago peut se mordre les doigts : le manque de réalisme en premier tiers et l'inefficacité de leur jeu de puissance les a empêché de faire la différence. Puis, la qualité de leur relance et la vitesse de leurs déplacements a décliné. Crawford aura tenu la distance, mais cela n'aura pas suffi.

 

Chicago Blackhawks - Boston Bruins 1-2 après prolongation (1-0, 0-1, 0-0, 0-1)
Samedi 15 juin 2013, 19h20, United Center de Chicago, Illinois. 22154 spectateurs.
Arbitrage de Dan O'Halloran et Wes McCauley assistés de Jay Sharrers et Pierre Racicot.
Tirs : Chicago 34 (19, 4, 5, 6), Boston 28 (4, 8, 8, 8)
Pénalités : Chicago 4' (0', 4', 0'), Boston 6' (2', 4', 0', 0')

Récapitulatif du score
1-0 à 11'22" : Sharp assisté de Kane et Handzuš
1-1 à 34'58" : Kelly assisté de Paille
1-2 à 73'48" : Paille assisté de Seguin et McQuaid

Chicago Blackhawks

Gardien : Corey Crawford

Défenseurs : Brent Seabrook - Duncan Keith ; Michal Rozsíval - Nick Leddy ; Niklas Hjalmarsson - Johnny Oduya.

Attaquants : Brandon Saad - Dave Bolland - Andrew Shaw ; Patrick Sharp - Jonathan Toews - Marián Hossa ; Bryan Bickell - Michal Handzuš - Patrick Kane ; Michael Frolík - Marcus Krüger - Brandon Bollig.

Remplaçant : Ray Emery (G)

Réservistes : Carter Hutton, Henrik Karlsson (G), Steve Montador, Dylan Olsen, Shawn Lalonde, Klas Dahlbeck, Adam Clendneing, Ryan Stanton, Sheldon Brookbank (D), Jeremy Morin, Daniel Carcillo, Jamal Mayers, Ben Smith, Brandon Pirri, Jimmy Hayes, Viktor Stålberg (A).

Boston Bruins

Gardien : Tuukka Rask

Défenseurs : Zdeno Chára (C) - Dennis Seidenberg ; Johnny Boychuk - Andrew Ference ; Adam McQuaid - Torey Krug.

Attaquants : Milan Lucic - David Krejčí - Nathan Horton ; Brad Marchand - Patrice Bergeron (A) - Jaromír Jágr ; Kaspars Daugaviņš - Rich Peverley - Tyler Seguin ; Daniel Paille - Chris Kelly (A) - Shawn Thornton.

Remplaçant : Anton Khudobin (G).

Réservistes : Niklas Svedberg (G), Wade Redden, Dougie Hamilton, Matt Bartkowski, Aaron Johnson (D), Jay Pandolfo, Carl Soderberg, Jordan Caron, Chris Bourque, Carter Camper (A).

Blessé : Gregory Campbell (fracture du péroné, A).