Boston Bruins - Chicago Blackhawks (finale de la coupe Stanley, match 3)

Bruins BostonBlackhawks ChicagoBoston a repris l'avantage de la glace après sa victoire au match 2, à l'issue d'un match patient marqué par la prestation spectaculaire de Tuukka Rask en début de rencontre.

L'ambiance s'annonce électrique, avec un public déchaîné par le parcours de son équipe, peuplé de renversements de situations improbables.

Et côté renversements, le suspense monte d'un cran dès l'échauffement lorsque Zdeno Chára trébuche et fait tomber Milan Lucic. Le Slovaque rentre directement au vestiaire : l'incertitude tenaille les journalistes et les supporters...

Fort heureusement pour les Bruins, le capitaine tient bien sa place. En face, les Hawks procèdent à quelques ajustements après la défaite. Viktor Stålberg est de retour dans l'alignement, à la place de Brandon Bollig, coupable sur le but gagnant au match 2. La surprise du chef, c'est l'absence de Marián Hossa, remplacé par Ben Smith, qui n'a même pas pris part à l'échauffement. L'attaquant n'a joué qu'un match de NHL cette saison mais avait contribué à l'élimination des Canucks il y a quelques années en marquant le but décisif au 6e match. Il compte trois buts en sept matchs de playoffs dans sa carrière.

Un premier tiers équilibré

Joel Quenneville, forcé de bouleverser sa composition avec l'absence d'Hossa, aligne d'entrée Toews avec Frolik et Krüger. Le schéma des matchs précédents se confirme dans les premières minutes, avec déjà un combat physique dans les bandes. Crawford doit s'employer après moins de trois minutes, face à des tirs de Kelly puis Ference. Peverley et Thornton ne parviennent pas à convertir le rebond laissé par le gardien sur ce dernier tir et Chicago se dégage. Puis, un tir de Seidenberg, bloqué, revient sur Bergeron à bout portant mais Crawford sort la jambière à temps. Seabrook enchaîne en sauvant devant Marchand sur la présence suivante, qui se termine par un tir de Jágr du revers : un début de match totalement à l'avantage des Bruins. Le rythme augmente dans les minutes suivantes, Chicago réagissant par quelques présences de longue durée en zone offensive, dénuées de tirs mais pas exemptes de contre-attaques locales.

À la mi-période, Daugaviņš assène une charge bien haute dans la neutre sur Shaw : le coup de coude se voit bien trop pour échapper aux arbitres. Avec un piteux 0/6 depuis le début de la finale, les Hawks n'ont guère brillé en jeu de puissance. Muselés en entrée de zone, ils ne parviennent toujours pas à s'installer. Chicago a repris le jeu à son compte, avec un replacement défensif de qualité lorsqu'un défenseur monte à l'attaque. En revanche, Boston écrase son adversaire aux mises au jeu. Pas en discipline : Stålberg tire de loin, sans danger, Shaw s'approche de la cage et Thornton vient le provoquer. L'attaquant des Bruins prend deux minutes pour ce mauvais geste.

Cette fois-ci, Chicago s'installe et parvient à décaler Keith, qui s'avance tout seul sur l'aile gauche... Arrêt de Rask ! De l'autre côté, une passe en retrait malencontreuse pendant un changement de ligne offre une chance à Peverley... Crawford, en grand écart, sauve son camp, avant de devoir sortir loin de son but pour dégager dans les jambes de Paille. Dans les dernières secondes, une passe longue distance de Chára trouve Marchand, qui contrôle... pas tout à fait assez, le palet lui échappant sur sa feinte devant Crawford. Furieux, Marchand explose sa crosse sur le banc en rentrant s'asseoir. Durant ce premier tiers indécis, les deux équipes auront eu leur lot d'occasions et de temps forts. Boston s'est montré plus dangereux, se créant notamment trois chances en infériorité en fin de tiers.

Les Bruins avec autorité

Le deuxième tiers part bien pour Boston. Après deux minutes, une passe en retrait trouve Seguin au cercle gauche. Crawford dévie de la mitaine et le palet revient de l'autre côté. Bolland ne peut le maîtriser, mais Paille lui, y parvient et trouve la lucarne depuis le cercle droit (1-0). L'équipe qui a marqué la première a... perdu les deux matchs de cette finale, ce qui peut permettre à Chicago d'y croire encore... En attendant, il faut résister à l'orage, avec des tirs de Bergeron, Chára et Jágr à la suite lors d'un temps fort pour les Bruins. Seidenberg termine la séquence par deux lancers de la bleue, que Crawford parvient à repousser. Chicago reprend enfin le fil de son jeu. Après un tour de cage de Toews, une autre occasion apparaît, avec une passe de Saad à l'origine. Seabrook, patient, trouve Kane libre à l'opposée, mais l'Américain ne piège pas Rask, vigilant. Stålberg prend ensuite de vitesse la défense, file en un-contre-un, contourne la cage et Rask, allongé sur la glace, gagne le duel. Kane, à son tour, fixe un défenseur avant de chercher Saad à travers la foule... trop juste.

Boston privilégie les contres, et sur l'un d'entre eux, Kelly résiste à Bolland en fonçant au but ; il est accroché. Les joueurs de Claude Julien ne sont pas beaucoup plus à l'aise que leur adversaire en avantage numérique et ne s'installent pas du tout. C'est uniquement sur un contre qu'ils se montrent dangereux : Paille déborde à gauche et Hjalmarsson le percute, pour une pénalité tout aussi flagrante que la précédente. Bolland remet à peine le pied sur la glace que Jágr, à la mène de ce jeu de puissance sur la ligne de fond, parvient à envoyer une passe à travers l'enclave vers Bergeron pour une cage ouverte (2-0). La patinoire se transforme en chaudron bouillant.

Chicago tente de réagir, se créant quelques tirs par Smith ou Oduya, sans réussite. Les Bruins restent les plus dangereux en contre et Crawford tient son équipe à flots. À une minute de la fin, Bolland prend deux minutes en rentrant au banc, pour un contact avec Boychuk jugé antisportif. Les Bruins se créent deux occasions, dont une de Krejčí qui, ligne de fond, repique vers le but. Boston mène 2-0 à la pause, avec une domination aux tirs et aux mises au jeu pour aborder la dernière période en pleine confiance.

Une mécanique bien huilée

Il reste une minute de jeu de puissance pour les locaux, qui cherchent encore les combinaisons ligne de fond. Cela ne donne rien, Hjalmarsson dégageant un essai de Marchand, et Chicago cherche la solution. Sharp fixe l'aile droite et sert Keith pour un tir puissant, écarté avec facilité par Rask. Le Finlandais s'impose peu après devant Leddy, de l'aile gauche. Une bonne relance d'Oduya ouvre la porte pour Krüger, qui s'infiltre plein axe et est mis au sol : supériorité pour les Hawks... et 25e pénalité consécutive tuée par Boston, sans peine. Les joueurs de Quenneville sont bien meilleurs à cinq contre cinq et Shaw déborde à gauche, sert en retrait Kane, idéalement placé... Il manque le cadre ! Boston réplique par une lourde frappe de Chára, bloquée par Crawford. À six minutes de la fin, Bolland accroche Krejčí dans le cercle gauche et les Bruins repartent en supériorité.

Ils travaillent encore ligne de fond, Marchand tapant à la porte de Crawford. Puis, un lancer de la bleue navigue dans l'enclave avant d'être dégagé dans la panique. Krejčí, avec rebond de Lucic, ne marque pas mais, sur un palet bondissant à la bleue, le Tchèque doit accrocher Saad qui filait au but. Chicago s'installe en supériorité sans parvenir à se créer de réelles positions de tir. La pénalité est encore tuée et Crawford laisse sa place à un attaquant à deux minutes de la fin. Chicago peine mais parvient finalement à entrer en zone correctement. Bickell s'avance plein axe... Poteau !

Un ultime tir de Seabrook sur le côté n'interrompt pas un début de bagarre : Chára et Bickell d'une part, Shaw et Marchand d'un autre, ont tombé les gants. À l'origine, un coup de coude de Chára combiné à un coup de crosse juste après pour faire bonne mesure. Il reste 12 secondes à jouer et la mise au jeu est fixée à l'extérieur de la zone car tous les joueurs étaient au niveau des cercles lors de l'arrêt de jeu. Chicago parvient à s'approcher du but avec deux occasions à bout portant, et Rask, solide au poste, boucle son blanchissage.

Victoire des Bruins méritée tant Boston a dominé la partie dans presque tous les compartiments du jeu. La clé de la réussite, clairement la capacité à défendre à quatre-contre-cinq. La faiblesse du jeu de puissance des Hawks leur coûte très cher dans ce match. À l'inverse, Boston a su se montrer menaçant en supériorité, par sa tactique très basse, en jouant beaucoup ligne de fond. Corey Crawford n'aura pas démérité, mais son opposant direct, Tuukka Rask, est sur une autre planète dans ces playoffs. La marge d'erreur est infime. Chicago va devoir vite trouver des solutions offensives sous peine de rentrer à domicile avec deux victoires de retard...

 

Boston Bruins - Chicago Blackhawks 2-0 (0-0, 2-0, 0-0)
Lundi 17 juin 2013, 20h20, TD Garden de Boston. 17565 spectateurs.
Arbitrage de Chris Rooney et Brad Watson assistés de Brian Murphy et Shane Heyer.
Tirs : Boston 35 (11, 15, 9), Chicago 28 (10, 8, 10)
Pénalités : Boston 15' (0', 6', 9'), Chicago 17' (4', 0', 13')

Récapitulatif du score
1-0 à 22'13" : Paille assisté de Kelly et Seguin
2-0 à 34'05" : Bergeron assisté de Jagr et Chára (sup. num.)

Chicago Blackhawks

Gardien : Corey Crawford.

Défenseurs : Brent Seabrook - Duncan Keith ; Michal Rozsíval - Nick Leddy ; Niklas Hjalmarsson - Johnny Oduya.

Attaquants : Brandon Saad - Dave Bolland - Andrew Shaw ; Patrick Sharp - Jonathan Toews - Ben Smith ; Bryan Bickell - Michal Handzuš - Patrick Kane ; Michael Frolík - Marcus Krüger - Viktor Stålberg.

Remplaçant : Ray Emery (G).

Réservistes : Carter Hutton, Henrik Karlsson (G), Steve Montador, Dylan Olsen, Shawn Lalonde, Klas Dahlbeck, Adam Clendening, Ryan Stanton, Sheldon Brookbank (D), Jeremy Morin, Daniel Carcillo, Jamal Mayers, Brandon Pirri, Jimmy Hayes, Brandon Bollig (A).

Blessé : Marián Hossa (A).

Boston Bruins

Gardien : Tuukka Rask.

Défenseurs : Zdeno Chára (C) - Dennis Seidenberg ; Johnny Boychuk - Andrew Ference ; Adam McQuaid - Torey Krug.

Attaquants : Milan Lucic - David Krejčí - Nathan Horton ; Brad Marchand - Patrice Bergeron (A) - Jaromír Jágr ; Kaspars Daugaviņš - Rich Peverley - Tyler Seguin ; Daniel Paille - Chris Kelly (A) - Shawn Thornton.

Remplaçant : Anton Khudobin (G).

Réservistes : Niklas Svedberg (G), Wade Redden, Dougie Hamilton, Matt Bartkowski, Aaron Johnson (D), Jay Pandolfo, Carl Soderberg, Jordan Caron, Chris Bourque, Carter Camper (A).

Blessé : Gregory Campbell (fracture du péroné, A).