Boston Bruins - Chicago Blackhawks (finale de la coupe Stanley, match 4)

Bruins BostonBlackhawks ChicagoUn match de hockey sur glace le 20 juin ? un défi pour les équipes techniques au vu de la chaleur et du taux d'humidité. Les conditions pour ce match 4 s'annoncent malgré tout meilleures pour la qualité de glace qu'au match 3.

Boston reste sur deux victoires consécutives et paraît avoir trouvé la clé. Un jeu physique et intimidant en défense, un placement parfait et un jeu de puissance soudain plus productif. Et évidemment, un Tuukka Rask toujours aussi solide.

Chicago, dans les cordes, doit réagir. Le retour de Marián Hossa s'annonce comme une donnée majeure pour reprendre le fil offensivement. Les Hawks doivent retrouver leu jeu technique, fondé sur des passes courtes dans les espaces entre les rideaux défensifs adverses. La qualité de la relance leur permettra de trouver des espaces et d'éviter de se porter en permanence à la périphérie. Le point majeur, c'est surtout le soutien offensif. Trop souvent, les attaquants se portaient vers l'avant esseulés, forçant des tirs extérieurs peu dangereux. Le capitaine Jonathan Toews, muet depuis dix matchs, devra retrouver des couleurs : il est réuni avec Patrick Kane sur ce match.

Un tiers partagé

Les Hawks frappent les premiers avec une longue passe qui force Rask à devancer un attaquant. Chicago s'installe avec quelques situations pour Keith, Hossa et Bolland. Les joueurs de Joel Quenneville paraissent bien dans le match jusqu'à ce qu'Oduya contrôle mal un palet à la bleue offensive et, pris de vitesse par Seguin, accroche son adversaire. Deux minutes qui offrent aux Bruins l'occasion de rentrer enfin dans le match. Bolland et Frolík effectuent un gros travail. Puis, c'est Brandon Saad qui vole un palet dans les patins de Seguin et déborde à gauche, résistant au défenseur. Il parvient à glisser le disque du revers sous le nez de Chára et Handzuš a bien suivi pour reprendre d'un tir mi-hauteur. Rask n'a pas pu se déplacer assez vite et Chicago ouvre le score en infériorité (0-1). Premier but encaissé en 129 minutes pour le Finlandais !

Ses coéquipiers réagissent avec une situation chaude à peine Oduya de retour sur la glace, Crawford ne flanche pas. Dix premières minutes parfaites pour les visiteurs, qui mènent sept tirs à deux. Leur jeu de passe est fluide, technique, avec toujours du soutien face à des Bruins très attentistes et peu mobiles. Cela continue avec un tir de Bickell que Toews manque de reprendre à bout portant, puis Sharp tente sa chance du cercle. Ce jeu agressif les expose à un contre : Keith, trop avancé, laisse Peverley partir. Il échange avec Paille mais Peverley ne parvient pas à reprendre ce deux-contre-un et la tension explose : tous les joueurs en viennent aux mains après une faute de Keith, qui avait accroché Kelly, le joueur des Bruins se vengeant avec une lourde charge le long de la bande sur Stålberg. Les pénalités pleuvent ! Kelly, Shaw pour jeu dur, et Keith pour l'accrochage.

Le jeu de puissance de Boston s'installe difficilement mais finit par peser et Krug expédie un missile de la bleue directement sur le poteau. Sa deuxième chance est bloquée par Crawford malgré le trafic devant lui. À trois secondes de la fin de pénalité, Handzuš gagne une mise au jeu, le palet revient ligne de fond vers Saad qui rate complètement sa relance. Son dégagement est pris à la bleue et il contre le tir mais ne parvient pas à contrôler le disque. Peverley le récupère. Crawford anticipe une passe mais le vétéran lance au but et marque côté mitaine (1-1). La fusée Boston décolle enfin et Seguin, libéré au cercle droit, manque de doubler la mise. Les Bruins bataillent sur tous les palets et leur adversaire, soudain pris de vitesse, peine à se dégager. Petit à petit, le jeu s'équilibre et Horton assène un cinglage très net sur la crosse d'Oduya : deux minutes de pénalité. Chicago s'installe mais une passe contrée permet à Peverley de déborder côté droit, chassé par Keith. Le défenseur finit par le faire trébucher derrière la cage de Crawford et un quatre-contre-quatre en résulte, durant lequel Krüger force Rask à un arrêt compliqué. Chicago aura dominé l'essentiel du tiers, mais encore péché par manque de discipline.

Portes ouvertes

Le bref quatre-contre-quatre évolue en supériorité pour Boston, qui s'installe et menace Crawford, qui fait l'arrêt allongé sur la glace devant Horton ligne de fond sur un rebond d'un lancer de Seidenberg. Chicago réplique par Kane côté droit, qui remet en retrait pour Keith... Seguin se jette et contre le lancer du défenseur. Au fil des minutes, les deux défenses deviennent plus prudentes et le rythme baisse. À ce petit jeu, les Blackhawks s'en sortent le mieux. Une entrée en zone côté gauche de Toews, qui lance devant le but. Le palet revient à la bleue vers Rozsíval qui reprend de volée : la crosse de Toews était sur le chemin et la déviation surprend Rask de près (1-2). Premier but en douze matchs pour le capitaine des Hawks !

Les visiteurs appuient encore sur l'accélérateur et Leddy envoie Sharp en échappée : le buteur contrôle mal le palet mais parvient tout de même à tirer sur la botte de Rask. Sur la présence suivante, Kane entre en zone à droite, relaie avec Bickell qui redonne à Rozsíval à la bleue. Le tir du Tchèque est sauvé, Bickell prend le rebond, encore sauvé... mais Kane a suivi et, patient, trouve le but du revers (1-3). La vitesse de Chicago dans la neutre fait très mal aux joueurs de Claude Julien et le coach l'a compris en demandant immédiatement un temps mort.

L'effet est discutable puisqu'à la mi-match, un changement de ligne mal géré se transforme en surnombre et offre une supériorité numérique à Chicago... Les Hawks s'installent mais n'obtiennent que deux tirs dangereux, dont un lancer d'Hossa ras glace. 29e pénalité consécutive tuée par la défense ! L'attaque de Chicago a quand même pris le pas. La vitesse des ailiers déborde encore la défense de Boston, et Sharp échoue sur Rask en deux-contre-un.

Les Bruins, battus ? Jamais ! À cinq minutes de la pause, changement de ligne, Chára monte aux avant-postes, tient le palet et Lucic bataille ligne de fond. Il donne à Krejčí, le palet revient à la bleue. Lucic récupère le tir et réduit le score (2-3). Boston échoue immédiatement sur Crawford par Bergeron mais Krüger et Frolík récupèrent et démarre en deux-contre-un. Frolík évite le géant Chára qui s'est couché sur la glace et donne à Kruger qui est stoppé par Rask allongé sur la glace, du bout de la botte... mais le palet traine et Krüger ne rate pas la deuxième chance (2-4). Coup de massue sur Boston, qui venait à peine de revenir à un but !

Les rebondissements ne sont pas terminés puisque Kane prend deux minutes en zone offensive pour un accrochage. Les Bruins posent leur jeu et Lucic dévie un tir de Krejčí, sauvé par Crawford. Puis, un jeu de passe rapide libère Horton plein axe : nouvel arrêt du portier des Hawks, de la mitaine. L'équipe spéciale ne s'arrête pas là : le lancer puissant de la bleue signé Chára passe au-dessus, rebondit sur le plexiglas puis sur le but et retombe dans l'enclave où Bergeron a suivi (3-4). Sans doute l'une des passes décisives les plus improbables de la carrière du capitaine de Boston ! L'élan des Bruins se confirme et Peverley échoue sur la botte de Crawford. Puis, c'est le poteau qui repousse un centre de Peverley venu de la droite, dévié par la crosse de Kelly, qui rate donc une cage complètement ouverte. À la dernière seconde, une remise de derrière le but trouve Krejčí pour un tir ras glace qui échoue sur la botte de Crawford, bien placé. Boston, mené au score, n'abdique jamais et a mis le feu dans la défense en cette fin de deuxième tiers. Malgré tout, Chicago s'accroche et reste en tête au tableau d'affichage, 4-3.

Les rebondissements continuent

Chicago repart bien : première présence et Toews déborde à droite, repique au but où il remet sur Bickell pour un arrêt de Rask. Riposte immédiate avec Bergeron, pour Jágr qui remise en retrait sur Marchand et Crawford s'impose, tout comme il avait repoussé de la plaque un essai de Horton peu avant. Bergeron, intenable, cherche ensuite un angle fermé en hauteur, sans succès. Il a plus de réussite sur une remise en retrait de Jágr : sa volée au cercle passe sous la mitaine de Crawford (4-4). Un match complètement fou, et quatrième but côté mitaine encaissé par le portier des Hawks !

Chicago réagit bien à ce coup du sort, avec une bonne présence du trio Shaw-Saad-Stålberg, qui se crée un décalage. Le tir d'Oduya provoque la confusion devant le but et Rask doit intervenir. Puis, c'est Toews qui entre en zone, slalome et décale Keith pour un nouvel arrêt. Les visiteurs maîtrisent la possession du palet, construisent. Bickell, lancé par Kane, trouve la mitaine de Rask puis le métal sur son tir de l'aile gauche ! Après une nouvelle chance, Sharp déborde à gauche et subit une charge à la hanche de Boychuk qui fait se lever le public. Puis, Oduya maintient le palet en zone offensive, Stålberg en profite et frappe à pleine puissance du cercle : arrêt de Rask, son trentième... Les occasions pleuvent sur le but des Bruins.

Au plus fort de la domination de Chicago, la seule attaque de Boston, par un bon jeu de passe Krejčí-Lucic-Horton, provoque une faute de Toews pour une crosse haute. Le jeu de puissance des Bruins a déjà mis deux buts dans ce match... mais il ne dure pas, Keith étant victime d'une crosse haute de Jágr dans un duel dans le coin. Quatre contre quatre, qui permet à Kane de faire parler sa pointe de vitesse. Il vole un palet, slalome devant Rask et envoie Krejčí en prison. Quatre contre trois, mené par Hossa et Sharp, puis cinq contre trois pendant une vingtaine de secondes. Jágr revient sur la glace au moment où Hossa lance de loin avec un écran de Toews, Sharp prend le rebond à bout portant (4-5). Enfin, un but en supériorité numérique pour Chicago, le premier en 24 tentatives, qui force encore Boston à courir après le score. Pas longtemps : une minute plus tard, le tir de Boychuk, servi par Horton en retrait, perce Crawford côté mitaine pour la cinquième fois (5-5). Les deux formidables défenses et formidables gardiens de ces playoffs ont semble-t-il décidé de se lancer dans une opération portes ouvertes !

Les dernières minutes, indécises, portent le suspense à son comble. Les espaces disparaissent, les contacts sont plus appuyés. Petit à petit, Boston accélère, forçant la défense à commettre des erreurs. Crawford tient bon sous la pression de Kelly, Paille et Seguin par exemple. Les secondes défilent... Prolongation !

Sur le fil

Les deux équipes ont remporté un match dans cette situation : Chicago le premier, Boston le deuxième. Le jeu très ouvert tout au long du match laisse imaginer une fin rapide ! Première salve pour les Bruins avec un tir de Ference à travers une foule de joueurs. Bergeron dévie, le palet traîne et Marchand rate le cadre. Le danger sur le but de Crawford persiste et Chicago tente de sortir de l'étau en contrôlant le palet. C'est sur un contre que les Hawks bougent la défense adverse. Sharp déborde à droite et trouve Hossa à l'opposée, McQuaid se jette et bloque le tir. Le palet circule vite des deux côtés, avec des équipes très attentives pour couper les passes longues et se replacer. Le jeu de passes courtes de Chicago fait merveille dans ce schéma. Seidenberg rate un palet, Kane le récupère dans son dos et les Hawks s'installent. Le palet tourne et Seabrook envoie une mine vers le but, avec Toews en écran... But (5-6).

À l'issue d'un match complètement fou, les Blackhawks égalisent à deux victoires partout et reprennent l'avantage de la glace. Chicago aura mené au score l'essentiel du match face à une équipe de Boston tenace, qui n'a jamais rien lâché. Dans cette opération portes ouvertes, les deux gardiens auront été très sollicités face à des occasions très dangereuses. Une victoire pas volée pour Chicago, qui a réussi à imposer son style et à échapper à celui de Boston. Le prochain match s'annonce explosif !


Boston Bruins - Chicago Blackhawks 5-6 après prolongation (1-1, 2-3, 2-1, 0-1)
Mercredi 19 juin 2013, 20h20, TD Garden de Boston. 17565 spectateurs.
Arbitrage de Dan O'Halloran et Wes McCauley assistés de Pierre Racicot et Jay Sharrers.
Tirs : Boston 33 (9, 11, 8, 5), Chicago 47 (12, 13, 16, 6)
Pénalités : Boston 10' (4', 2', 4', 0'), Chicago 12' (8', 2', 2', 0')

Récapitulatif du score
0-1 à 06'48" : Handzuš assisté de Saad (inf. num.)
1-1 à 14'43" : Peverley assisté de Ference (sup. num.)
1-2 à 26'33" : Toews assisté de Rozsíval
1-3 à 28'41" : Kane assisté de Bickell et Rozsíval
2-3 à 34'43" : Lucic assisté de Chára
2-4 à 35'32" : Kruger assisté de Frolík et Bolland
3-4 à 37'22" : Bergeron assisté de Chára et Jágr (sup. num.)
4-4 à 42'05" : Bergeron assisté de Jágr
4-5 à 51'19" : Sharp assisté de Hossa et Keith (sup. num.)
5-5 à 52'14" : Boychuk assisté de Horton et Krejčí
5-6 à 69'51" : Seabrook assisté de Bickell et Kane

Chicago Blackhawks

Gardien : Corey Crawford.

Défenseurs : Brent Seabrook - Duncan Keith ; Michal Rozsíval - Nick Leddy ; Niklas Hjalmarsson - Johnny Oduya.

Attaquants : Brandon Saad - Dave Bolland - Andrew Shaw ; Patrick Sharp - Michal Handzuš - Marián Hossa ; Bryan Bickell - Jonathan Toews - Patrick Kane ; Michael Frolík - Marcus Krüger - Viktor Stålberg.

Remplaçant : Ray Emery (G)

Réservistes : Carter Hutton, Henrik Karlsson (G), Steve Montador, Dylan Olsen, Shawn Lalonde, Klas Dahlbeck, Adam Clendening, Ryan Stanton, Sheldon Brookbank (D), Jeremy Morin, Daniel Carcillo, Jamal Mayers, Brandon Pirri, Jimmy Hayes, Brandon Bollig, Ben Smith (A).

Boston Bruins

Gardien : Tuukka Rask.

Défenseurs : Zdeno Chára (C) - Dennis Seidenberg ; Johnny Boychuk - Andrew Ference ; Adam McQuaid - Torey Krug.

Attaquants : Milan Lucic - David Krejčí - Nathan Horton ; Brad Marchand - Patrice Bergeron (A) - Jaromír Jágr ; Kaspars Daugaviņš - Rich Peverley - Tyler Seguin ; Daniel Paille - Chris Kelly (A) - Shawn Thornton.

Remplaçant : Anton Khudobin (G).

Réservistes : Niklas Svedberg (G), Wade Redden, Dougie Hamilton, Matt Bartkowski, Aaron Johnson (D), Jay Pandolfo, Carl Soderberg, Jordan Caron, Chris Bourque, Carter Camper (A).

Blessé : Gregory Campbell (fracture du péroné, A).