Mémorial Ivan Hlinka U18 (Première partie)

Tournoi Ivan HlinkaDu 5 au 10 août se déroulait le tournoi international Ivan Hlinka en République Tchèque et Slovaquie, réservé aux U18. Cette compétition annuelle regroupe les huit meilleurs pays de la planète hockey et donne traditionnellement le coup d'envoi de la saison pour les recruteurs NHL en vue de la prochaine draft.

Le Canada reste sur cinq titres consécutifs. Depuis 1996, seuls la Suède (2007) et les Etats-Unis (2003) ont brisé l'hégémonie du pays à la feuille d'érable.

Le tournoi, créé en 1991, porte le nom du mythique joueur et entraineur tchèque décédé en 2004. Depuis une dizaine d'années, il se déroule conjointement en République Tchèque et Slovaquie.

Dans cette première partie, retour sur les trois premiers jours avec la phase de poule.

 

Première journée

Groupe Pieštany
Finlande 3-2 ap. Etats-Unis (0-1, 1-0, 1-1)
Lundi 5 août 2013, 14h.
Arbitrage de M. Novák, Stano assistés de M. Výleta, Oroli.
Récapitulatif du score :
0-1 à 08'00" : Bittner (Nardella, Mantha)
1-1 à 20'35" : Rantanen (Lammikko)
2-1 à 47'43" : Makinen (Kauppinen)
2-2 à 57'21" : Connor
3-2 à 60'59" : Hopponen

La Finlande reçoit un premier avantage numérique mais n'en profite pas, Nedeljkovic sauvant le tir de l'aile gauche de Jääskeläinen. A la 8e minute, quelques secondes après la fin de la pénalité de Snively, Paul Bittner place les Etats-Unis en tête en profitant d'une pénalité de Keskitalo (0-1, 08'00"). Les Nordiques concèdent par la suite deux pénalités non exploitées, malgré les efforts de Nick Schmaltz. Dans la dernière minute, Kahkonen sauve son camp d'un grand écart face à un deux-contre-un américain conclu par Dylan Malmquist.
Après ce premier tiers fermé, la Finlande ne met que 35 secondes à réagir. La première ligne, très en vue, trouve la faille lorsque Lammikko remise sur Rantanen, oublié à bout portant (1-1, 20'35"). On assiste alors à un duel de gardien. Après une série d'arrêts de Kahkonen, c'est Nedeljkovic qui brille dans les cages américaines pendant une pénalité de Nick Wolff. A la mi-période, la pénalité d'Atte Mäkinen offre une chance aux Américains. Schmaltz, de l'aile gauche, trouve Kyle Connor tout seul, mais l'attaquant échoue sur le poteau. Quelques secondes plus tard, Rouhianen se sacrifie au contre pour priver les Etats-Unis du but. La domination américaine s'interrompt lors d'une faute de Phelps, durant laquelle la Finlande ne porte pas le danger. C'est même Kahkonen qui sauve son camp à cinq minutes de la sirène en se jetant en grand écart devant Schmaltz, servi parfaitement depuis le coin par Connor.
Le troisième tiers débute par une domination américaine, à l'image d'une charge de Keegan Iverson. Cela pousse le coach finlandais à un temps mort (44'38") juste après un deux-contre-un mené par Poganski, contré par Sami Niku. Le temps mort semble fonctionner puisque trois minutes plus tard, au plus fort de la domination adverse, les Nordiques profitent d'un tir contré de Kauppinen pour prendre l'avantage par Miro Mäkinen (2-1, 47'43"). Nedeljkovic tient son camp dans le match avec notamment un bel arrêt de la plaque devant Jääskeläinen (53'18"). Les Etats-Unis poussent et provoquent une faute de Haapanen (56'52"). Le temps mort est bénéfique et Kyle Connor exploite l'opportunité (2-2, 57'21"). Malheureusement pour ses coéquipiers, le buteur accroche le capitaine Honkanen (59'04"). Jack Dougherty étant lui aussi puni (59'36"), les Etats-Unis finissent à trois contre cinq. Ils résistent en fin de match, mais s'inclinent en prolongations lorsque Waltteri Hopponen fait mouche d'un tir du poignet au cercle gauche (3-2, 60'59").
Joueurs du match : Kaapo Kahkonen (Finlande), Joseph Snively (Etats-Unis)

Finlande: Kähkönen (Voutilainen) – Väinöla, Rouhiainen, Niku, Tervo, Keskitalo, Leppävuori, Parikka, Haapanen – Rantanen, Lämsä, Lammikko – Kiviranta, Honkanen, Jääskeläinen – Hopponen, Kalapudas, Aho – Kauppinen, M. Mäkinen, A. Mäkinen.

Etats-Unis : Nedeljkovic (Weyrick) – Haydon, Mantha, Dougherty, Nardella, Carlo, Wolff, Rosburg – Poganski, Schmaltz, Connor – Wahlin, Snively, Bittner – Iverson, Wagner, Phelps – Dudek, Milan, Malmquist – Turgeon.


Slovaquie 1-2 Russie (0-0, 1-2, 0-0)
Lundi 5 août 2013, 17h30. 513 spectateurs.
Arbitrage de M. Baluška, Bundil assistés de M. Kacej, Šefcík.
Récapitulatif du score :
1-0 à 21'09" : Halama (Maier, Holesinsky)
1-1 à 25'17" : Lazarev (Nasybullin),
1-2 à 38'20" : Pilipenko (Nasybullin)

La Russie débute par un avantage numérique, qui ne donne rien. La première vraie occasion revient à Ivan Nikolishin, qui échoue sur Maximilian Pajpach. A la 8e minute, un tir de pénalité est appelé lorsque Kirill Pilipenko est accroché sur une échappée. Il tente la feinte et le revers, mais Pajpach sauve de la mitaine. Les Russes dominent les dix premières minutes avant de voir la Slovaquie sortir la tête de l'eau par Marco Halama ou Juraj Milý. Ce premier tiers, plutôt équilibré s'achève sur ce 0-0 mais aussi sur une pénalité russe contre Edouard Nasybullin.
Le jeu de puissance slovaque s'installe en deuxième période et trouve l'ouverture par Marco Halama de près (1-0, 21'09"). Une minute plus tard, Artur Boltanov frôle l'égalisation, Pajpach peinant à geler le palet. Le portier doit s'employer successivement contre Ilya Zinoviev, Ivan Nikolishin à deux reprises puis Radel Fazleyev, ce dernier essai en supériorité. Ce jeu de puissance finit par convertir sa chance, Maxim Lazarev exploitant un rebond laissé par Pajpach (1-1, 25'17"). Simon Petráš n'exploite pas une énorme erreur russe dans la foulée, et ses coéquipiers ne profitent pas d'une pénalité de Nikolishin. Le match est très ouvert, ce même Nikolishin manquant une belle opportunité à la mi-match à cause d'un retour de Romancík. Petit à petit, les Russes s'installent et multiplient les occasions devant Pajpach. Daniil Vovchenko ou Artur Lauta échouent sur le gardien slovaque, qui doit finalement s'incliner lorsque Kirill Pilipenko est bien lancé dans le dos de la défense et parvient à jouer de sa technique pour piéger le gardien (1-2, 38'20").
Le buteur prend une pénalité dès la deuxième minute du dernier tiers mais c'est Pajpach qui sauve son camp devant le revers de Vladislav Kamenev. Le portier russe Korobov tient le choc devant Filip Kundrát ou Patrik Kratochvíla, en deux-contre-un, puis sort la plaque devant Christian Jaroš et Dominik Novák. A treize minutes de la sirène, Edouard Nasybullin prend un coup de genou dans un contact avec Adrian Holešinský. Ce dernier prend cinq minutes et une pénalité de match, alors que le Russe rentre au vestiaire, blessé. Les Slovaques résistent sans trop de peine et reçoivent une supériorité à leur tour pour un mauvais geste de Maxim Ryzhkov. Le jeu de puissance circule bien et Ladislav Romancík teste Korobov. Le gardien russe tient la baraque en cette fin de match, avec plusieurs essais de Novák ou Patrik Koch. Malheureusement pour les Slovaques, Filip Adamcík prend une pénalité à deux minutes de la fin. Les Russes ne l'exploitent pas malgré deux nons tirs de Lauta et Nasybullin, mais cela suffit pour cette courte victoire dans un duel de gardien spectaculaire.
Joueurs du match : Maximilian Pajpach (Slovaquie) et Kirill Pilipenko (Russie).

Slovaquie : Pajpach (Skorvanek) – Maier, Romancík, Sloboda, Jaroš, Koch, Ivanic, Bilík, Moravcík – Palocko, Halama, Holešinský – Hašcic, Kratochvíla, Milý – Krasnican, Adamcík, Kundrát – Novák, Sukel, Petráš
Russie : Korobov (Sidorov) – Sleptsov, Lyamkin, Tsvetkov, Boykov, Nasybullin, Sharipzjanov, Nazarkin, Dervuk – Zinoviev, Nikolishin, Vovchenko – Ryzhkov, Kodola, Svechnikov – Lazarev, Fazleyev, Pilipenko – Lauta, Kamanev, Boltanov


Groupe Breclav
Suisse 3-2 Suède (0-1, 2-1, 1-0)
Lundi 5 août 2013, 15h30.
Arbitrage de M. Jerábek, Hradil assistés de M. Blümel, Gebauer.
Récapitulatif du score :
0-1 à 03'13" : F.Karlsson (NylanderAltelius)
1-1 à 28'26" : Malgin (Rod)
1-2 à 37'53" : F.Karlsson (NylanderAltelius)
2-2 à 38'04" : Trisconi (Schlappfer)
3-2 à 41'40" : Kessler (Maurer, Kindschi)

La Suède survole le premier tiers. Descloux tient la barraque jusqu'à ce que William Nylander Altelius contourne la cage et offre une volée imparable à Filip Karlsson (0-1, 03'13"). Descloux, solide, repousse ensuite un deux-contre-un mené par Nylander Altelius. La Suisse concède deux pénalités dans les minutes qui suivent. La première est effacée sans danger, mais la seconde voit Karlsson manquer le cadre d'un cheveu à bout portant. Après cette forte domination suédoise, la Suisse dessère l'étau et obtient même un bref cinq contre trois en fin de tiers, sans réussite.
Le tiers médian débute donc en avantage numérique et Eriksson s'impose brillamment devant Timo Meier. L'élan est pris et les Helvètes contrôlent le match. Ritz puis Fiala menacent Eriksson, puis c'est Tino Kessler qui échoue sur le portier suédois en deux-contre-un. La partie s'est totalement inversée et l'entraineur suédois prend un temps mort (25'21"). L'équipe manque de coordination et finit par plier. Noah Rod centre pour Denis Malgin, dont la reprise ne laisse aucune chance à Eriksson (1-1, 28'26"). Nylander Altelius, en vue en premier tiers, concède une pénalité et voit Axel Holmström le rejoindre, pour quelques secondes de double avantage suisse. Eriksson résiste et son équipe réagit. Emil Johansson, touché lors du but suisse, revient au jeu et son tir sur réception manque de tromper Descloux. La fin de tiers est folle : Nylander Altelius, de derrière la cage, trouve Filip Karlsson (1-2, 37'53"). Sur l'engagement, la Suède perd le palet et Schlapfer s'en empare, entre en zone et trouve Noele Trisconi. Il force le gardien au premier geste et le trompe en hauteur (2-2, 38'04"). Eriksson doit sauver son camp à deux reprises en fin de tiers et c'est un nul à la pause.
Adrian Kempe prend deux minutes d'entrée et la Suisse en profite : Eriksson sort deux arrêts mais le rebond vient sur Timo Kessler (3-2, 41'40"). Quelques secondes plus tard, la Suisse est sanctionnée à deux reprises : le double avantage ne donne rien. Seul Nylander Altelius reste dangereux. Descloux, solide, repousse peu après Elgestal et Karlsson, et, à huit minutes de la fin, Timo Meier prend deux minutes pour cinglage. Le jeu de puissance s'installe et Anton Karlsson bat Descloux... mais pas le poteau ! Fiala est puni à son tour : la Suisse résiste. La Suède fait preuve de frustration, à l'image d'une faute inutile de Kempe à deux minutes de la fin. La Suisse gère bien les dernières minutes et s'offre une belle victoire face à une génération suédoise qui avait remporté la coupe du monde U17 l'an dernier.
Joueurs du match : Axel Holmström (Suède), Denis Malgin (Suisse).

Suisse : Descloux (Fehr) – Harlacher, Klopfer, Karrer, Siegenthaler, Maurer, Kindschi, Gurtner – Meier, Suter, Riat – Rod, Malgin, Fiala – Schmidli, Privet, Kessler – Trisconi, Ritz, Meyer – Schläpfer.

Suède : Eriksson (Soderström) – Lagesson, Englund, Aho, Andersson, E. Johansson, Ollas Mattsson, Forsling – Elgestal, Holmström, Törnqvist – Nylander Altelius, Karlsson, Lindblom – Kempe, Franzén, Karlsson – Timashov, Muzito Bagenda, Olofsson – Kovacs.

République Tchèque 0-4 Canada (0-2, 0-1, 0-1)
Lundi 5 août 2013, 15h30.
Arbitrage de M. Hribík, Šír assistés de M. Hlavatý, Tošenovjan.
Récapitulatif du score :
0-1 à 02'24" : DalColle (Ekblad, Fabbri) sup. num.
0-2 à 19'57" : Fleury (Ekblad) sup. num.
0-3 à 37'55" : Watson (tir de pénalité) sup. num.
0-4 à 41'24" : Audette (Point, Ekblad) sup. num.

Le Canada vise la passe de six et entame son tournoi face au pays organisateur. Les visiteurs entament parfaitement le match en obtenant une supériorité dès la première minute. Rolan McKeown et Aaron Ekblad, les deux défenseurs vedettes, forcent Vaněček à deux arrêts difficiles. Ekblad, tour de contrôle, trouve alors un angle superbe pour une passe décisive pour Michael Dal Colle qui n'a plus qu'à pousser le palet au fond (0-1, 02'24"). Les deux équipes alternent les occasions, avec Brendan Lemieux, Lukas Vopelka, Robby Fabri à la suite. La partie est équilibrée : les Tchèques manquent à la mi-période un deux-contre-un, Pavel Zacha servant Jakub Kotala qui manque le cadre. Vaněček et Billia, les deux gardiens du jour, se montrent irréprochables. Le jeu reste assez physique, à l'image d'une lourde charge de Jakub Zboril sur Brendan Lemieux. A quelques minutes de la fin, Clark Bishop commet une faute et c'est un jeu de puissance tchèque. Aucun tir, et même un surnombre en fin de tiers. Le Canada finit en supériorité : Ekblad assène trois tirs dangereux d'affilée. Le quatrième essai est une feinte de tir et le capitaine trouve Hayden Fleury à trois secondes de la sirène (0-2, 19'57"). Un coup de poignard pour les Tchèques, auteurs d'un premier tiers plutôt correct.
Les premières minutes sont équilibrées, avec des occasions de part et d'autre : Pastrnák d'un côté, Alexandre Carrière, le duo Watson et Bennett de l'autre. Le gardien Vaněček se montre solide à bout portant. Les Tchèques obtiennent ensuite un jeu de puissance, qui ne donne rien. Les équipes spéciales font la différence car le Canada se montre bien plus dangereux à un de plus : Vaněček résiste à la mi-match, sauvant par exemple devant Bennett. Dans les dernières secondes, Fleury et McKeown mettent le feu dans l'enclave, sans réussite. En face, le jeu de puissance tchèque se crée une nouvelle situation et Dominik Mašín parvient à tester Julio Billia à plusieurs reprises de la bleue. A trois minutes de la pause, Jake Virtanen est accroché par le capitaine Mašín. Quelques secondes plus tard, Spencer Watson décolle et est mis au sol : tir de pénalité, que ne manque pas l'attaquant canadien sous la barre (0-3, 37'55"). Vaněček sauve un ultime tir d'Ekblad en fin de tiers, privant aussi Audette du rebond.
Pyrochta prend deux minutes au début du dernier tiers et la sanction est immédiate : Daniel Audette termine le travail, avec une nouvelle fois Ekblad à la mène (0-4, 41'24"). Le match est plié et le jeu en infériorité canadien continue à exceller, à l'image d'un Clark Bishop précieux défensivement. A dix minutes de la fin, nouveau jeu de puissance canadien : Dal Colle, McKeown menacent le gardien, sans succès. La pénalité s'inverse dans la foulée : Pyrochta est le seul à se créer une occasion, avant de prendre une pénalité à son tour. La plus grosse occasion provient une nouvelle fois d'Aaron Ekblad qui offre un caviar à Audette, repoussé par Vaněček de la mitaine. Une minute plus tard, Billia conserve son blanchissage en sortant un deux-contre-un. Le Canada prend acte avec cette nette victoire, réaliste en jeu de puissance grâce à la vista d'Ekblad.
Joueurs du match : Vitek Vaněček (République Tchèque), Julio Billia (Canada).

République Tchèque: Vaněček (Pechek) – Zboril, Pyrochta, Pýcha, Mašín, Mikliš, Zahradnícek, Šcotka, Matula – Karabácek, Zacha, Kotala – Pastrnák Veselý, Vrána – Vopelka, Kovarcík, Jeniš – Cernoch, Kuták, Švarc. Coach: Petr Jakub.

Canada: Bilia (McDonald) – Hickets, Ekblad, Fleury, McKeown, Pilon, Neill, Carrier – Bennett, Point, Watson, Dal Colle, Fabbri, Virtanen – Chartier, Bishop, Hawryluk – Lemieux, Audette, McCann – Pépin. Coach: Dale Hunter.

Deuxième journée

Groupe Pieštany
Etats-Unis 4-2 Russie (2-0, 0-1, 2-1)
Mardi 6 août 2013, 14h.
Arbitrage de M. Goga, Stano assistés de M. Tvrdon, Výleta.
Récapitulatif du score :
1-0 à 11'45" : Schmaltz (Dudek)
2-0 à 12'41" : Dudek (Schmaltz, Dougherty)
2-1 à 31'44" : Sleptsov (Nikolishin)
2-2 à 40'38" : Fazleyev
3-2 à 46'19" : Dougherty (Schmaltz, Dudek)
4-2 à 49'16" : Snively (Connor)

Les Américains s'imposent à l'issue d'une rencontre équilibrée. Le gardien Nedeljkovic réalise un bon début de match en aidant sa défense à tuer quatre pénalités dans les dix premières minutes. Ses coéquipiers se montrent alors efficaces en marquant sur leur première situation de supériorité, lorsque Nick Schmaltz déborde à gauche et trouve une faille côté mitaine (1-0, 11'45"). Une deuxième pénalité, contre Maxim Lazarev, plombe à nouveau la Russie une minute plus tard. Après une première chance de Nick Wolff, qui voit la lumière s'allumer une seconde, c'est Joey Dudek qui double la mise (2-0, 12'41"). Les Américains obtiennent les meilleures chances, avec deux tentatives d'Austin Poganski sorties par Koborov.
Dans le deuxième tiers, Snively, lancé par Jack Dougherty, sert Wahlin qui manque de tuer le match. A la mi-période, l'action se réduit et la Russie en profite avec un tir de la bleue sur réception signé Alexei Sleptov (2-1, 31'44"). Nedeljkovic doit se montrer vigilant car la Russie accélère. Une série de pénalités de part et d'autres clôture le deuxième tiers.
Il ne faut que quelques secondes aux Russes pour égaliser dans le dernier tiers. Un travail derrière le but libère Radel Fazleyev, tout seul pour un tir ras glace (2-2, 40'38"). Malheureusement pour son camp, le jeu de puissance américain est en feu et Jack Dougherty bonifie une supériorité d'un tir qui échappe à la mitaine de Korobov (3-2, 46'19"). Trois minutes plus tard, Kyle Connor vole un palet, lance Joseph Snively qui prend de vitesse la défense et marque en deux temps (4-2, 49'16"). Le portier russe réussit une série d'arrêts pour tenir son équipe dans le match, notamment sur une accélération spectaculaire de Snively. Nedeljkovic n'est pas en reste en fin de match et permet aux Etats-Unis de réagir après la défaite face à la Finlande la veille.
Joueurs du match : Alex Nedeljkovic (Etats-Unis) et Radel Fazleyev (Russie)

USA: Nedeljkovic – Haydon, Mantha, Dougherty, Nardella, Carlo, Wolff, Rosburg – Poganski, Schmaltz, Bittner – Wahlin, Snively, Connor – Dudek, Wagner, Malmquist– Iverson, Turgeon, Phelps – Milan
Russie: Korobov – Sharipzyanov. Nasybullin, Tsvetkov, Boykov, Lyamkin, Sleptsov, Nazarkin, Dervuk – Pilipenko, Fazleyev, Lazarev – Svechnikov, Kodola, Vovchenko – Lauta, Nikolishin, Zinoviev – Kamenev, Boltanov, Ryzhkov

Slovaquie 1-5 Finlande (0-1, 0-2, 1-2)
Mardi 6 août 2013, 17h30.
Arbitrage de Konc D., Konc J. assistés de M. Orolin, Kacej
Récapitulatif du score :
0-1 à 00'50" : Jääskeläinen (Niku, Honkanen)
0-2 à 31'18" : Lammikko (Rantanen)
0-3 à 36'22" : Kalupudas (Rouhiainen)
0-4 à 51'29" : Kiviranta (Honkanen)
1-4 à 53'28" : Holešinský (Jaros)
1-5 à 59'11" : Rantanen (Kalapudas, Keskitalo)

La Finlande entame la partie de manière idéale avec une déviation de Jääskeläinen sur un tir de Sami Niku lors d'une mise au jeu (0-1, 00'50"). Le gardien Škorvánek doit par la suite multiplier les sauvetages, sortant des occasions de Kiviranta, Mäkinen, Lämsä, Kauppinen, Rantanen, Aho... A la 12e, son plus bel arrêt repousse une reprise de Kauppinen, servi par Mäkinen. Les Slovaques, passifs, sont assiégés et le tiers se termine sur un 11-2 en tirs pour les Nordiques.
Le début de deuxième tiers se révèle du même calibre et Škorvánek s'emploie à nouveau, face à Aho notamment (26e). La Slovaquie peine à sortir de sa boîte mais obtient tout de même une occasion franche à la 30e lorsque Filip Adamcík se présente seul devant Kaapo Kahkonen, qui sauve du patin. Une minute plus tard, une pénalité contre Patrik Koch est fatale aux espoirs slovaques. Il ne faut que 11 secondes à Juho Lammikko pour marquer du cercle droit (0-2, 31'18"). La Slovaquie réagit en supériorité, par Romancík notamment, puis Adamcík. La chance est passée et la Finlande exploite une rare occasion dans ce tiers par Antti Kalupudas (0-3, 36'22").
Après deux tiers, le score est logique et l'écart de niveau apparait évident entre les deux camps. Škorvánek évite la déroute dans les dix premières minutes du dernier tiers, repoussant Honkanen, Kalupudas et Jääskeläinen. Il ne peut cependant rien faire sur un tir de Joel Kiviranta du cercle droit (0-4, 51'29"). La Finlande se relâche et Simon Petráš profite d'une erreur pour s'offrir une échappée : Kahkonen gagne son duel. Škorvánek brille aussi en sauvant un exploit individuel de Hopponen. Finalement, la Slovaquie sauve l'honneur par Adrian Holešinský (1-4, 53'28"). La fin de match n'a guère d'enjeu et Mikko Rantanen boucle la marque, à l'affût dans l'enclave pour un tir en lucarne (1-5, 59'11").
Joueurs du match : Patrik Maier (Slovaquie), Joel Kiviranta (Finlande).

Slovaquie : Škorvánek (Pajpach) – Romancík, Maier, Jaroš, Sloboda, Ivanic, Koch, Moravcík, Bilík – Holešinský, Halama, Palocko – Milý, Kratochvíla, Hašcic – Kundrát, Adamcík, Krasnican – Novák, Sukel, Petráš
Finland: Kähkönen (Voutilainen) – Väinöla, Rouhiainen, Niku, Tervo, Keskitalo, Leppävuori, Parikka, Haapanen – Rantanen, Lämsä, Lammikko – Kiviranta, Honkanen, Jääskeläinen – Aho, Kalapudas, Hopponen – Kauppinen, M. Mäkinen, A. Mäkinen

Groupe Breclav

Suède 4-3 Canada (2-1, 1-0, 1-2)
Mardi 6 août 2013, 15h30.
Arbitrage de M. Hribík, Šír assistés de Hlavatý, Tošenovjan.
Récapitulatif du score :
0-1 à 03'14" : McCann (Lemieux, Audette)
1-1 à 06'17" : Kovacs (MuzitoBagenda)
2-1 à 08'07" : Elgestal (Timashov)
3-1 à 21'01" : Elgestal
3-2 à 43'54" : Bennett (Watson)
4-2 à 46'09" : Nylander Altelius (Karlsson, Andersson)
4-3 à 48'01" : Watson (Virtanen, Bennett)

Le match débute de manière très physique, ce qui sera le leitmotiv de la rencontre. Les mises en échec pleuvent d'entrée. Le Canada frappe en premier, lorsque Brendan Lemieux sort de la balustrade avec le palet et trouve Jared McCann dans l'enclave. La défense n'a pas fait le ménage et McCann évite le poke-check et marque du revers (0-1, 03'14"). Le Canada tue une pénalité dans la foulée mais craque en deux minutes peu après. Robin Kovacs démarre sur l'aile droite et son tir précis surprend Billia près du poteau (1-1, 06'17"). Puis, c'est la bataille dans l'enclave : Billia s'impose deux fois mais le dernier rebond revient sur Kevin Elgestal qui marque en hauteur (2-1, 08'07"). Les deux équipes s'échangent des mots doux à chaque interruption tout au long de la fin de tiers. Sur le plan du jeu, Billia s'impose à 16'42" face à un trois-contre-un suédois conclu par Adrian Kempe, témoignage d'une équipe canadienne moins solide que la veille.
Le deuxième tiers débute tout aussi mal puisqu'une partie de billard dans l'enclave remet le palet sur la crosse de Kevin Elgestal pour le doublé (3-1, 21'01"). Le jeu de puissance canadien, mené par le capitaine Aaron Ekblad, se montre dangereux mais Eriksson ne flanche pas. Le Canada pousse et s'expose aux contres : Kempe manque son opportunité face à Billia (25e). Une action qui relance la Suède, qui va dominer les minutes suivantes. Mais le match va alors déraper et les pénalités tombent suite à plusieurs mauvais gestes de part et d'autres. Eriksson s'impose devant Fabbri (31e) puis voit un palet dégagé sur sa ligne (36e). En face, Billia sauve les meubles devant Karlsson (37e) puis Kempe (38e) et Kovacs (39e). La dernière occasion revient à Spencer Bishop, qui échoue encore sur Eriksson (40e).
Le portier suédois, impérial, finit cependant par craquer sur une nouvelle supériorité numérique, lorsque Sam Bennett trouve l'ouverture peu après un tour de cage de Watson (3-2, 43'54"). Mais le buteur prend une pénalité quelques secondes plus tard, qui coûte cher. William Nylander Altelius, fils de l'ancien international Michael Nylander, creuse l'écart d'un joli tir du poignet (4-2, 46'09"). Une minute plus tard, Jake Virtanen est mis au sol et percute violemment Eriksson : le gardien, sonné, est évacué sur une civière et remplacé par Söderström. Le malheureux n'a guère le temps de s'échauffer : une pénalité appelée sur l'action permet à Spencer Watson de réduire le score, face à une défense passive et sans doute encore préoccupée par la blessure d'Eriksson (4-3, 48'01"). Le Canada pousse, s'exposant aux contres - Kovacs manque sa chance à la 58e - et la Suède perd même Gustav Franzen à une minute de la fin, lorsque Spencer Watson le percute au genou. Le Canadien prend une pénalité majeure et laisse son équipe à un de moins. La sortie de Billia pour un attaquant ne donne donc qu'un cinq-contre-cinq, insuffisant.
Joueurs du match : Sam Bennett (Canada) et Jesper Eriksson (Suède).

Suède : Eriksson puis Söderström à 46:51 -- Aho, Lagesson – Englund, Ollas Mattsson – Andersson, Johansson – Forsling, Timashov -- Lindblom, Franzen, Kempe – Olofsson, F. Karlsson, Kovacs – Tornqvist, Holmström, Elgestal – Nylander Altelius, Muzito Bagenda, A. Karlsson (C).
Canada: Billia (McDonald) -- Hicketts, Ekblad (C) – Fleury, McKeown – Neill, Pilon – Carrier -- Bennett, Watson, Point – Dal Colle, Fabbri, Virtanen – Chartier, Bishop, Hawryluk – Lemieux, Audette, McCann – Pépin.

République Tchèque 4-3 tàb. Suisse (0-3, 1-0, 2-0, 0-0)
Mardi 6 août 2013, 19h. 530 spectateurs.
Arbitrage de M. Frano, Hodek assistés de M. Lhotsky, Svoboda
Récapitulatif du score :
0-1 à 03'00" : Trisconi (Ritz)
0-2 à 13'41" : Riat (Meier)
0-3 à 13'55" : Fiala (Malgin)
1-3 à 29'31" : Vrána
2-3 à 59'02" : Jenyš (Zacha)
3-3 à 59'37" : Pyrochta (Jenyš)
Fusillade : buts tchèques de Vrána et Karabácek. Aucun but suisse.

La Suisse, victorieuse la veille de la Suède, entame sur les chapeaux de roues. Dès la troisième minute, Noele Trisconi ouvre le score en convertissant un rebond d'un slap d'Andy Ritz (0-1, 03'00"). Le match s'équilibre dans les minutes qui suivent, les locaux cherchant à égaliser. La pression monte sur le but de Descloux, mais la première pénalité tchèque coûte cher. Kuták prend deux minutes et Damien Riat parvient à glisser le palet derrière Pechek, de justesse (0-2, 13'41"). Quelques secondes plus tard, Kevin Fiala reçoit une passe de Malgin et sa volée nettoie la lucarne (0-3, 13'55"). Le temps mort qui suit est fatal au gardien Pechek, remplacé par Vaněček. La réaction ne vient pas et les Tchèques gâchent deux supériorités avant la pause.
Vrána se montre le plus actif en deuxième période mais le jeu de puissance, stéréotypé, ne donne pas plus de résultat. Vrána finit tout de même pas réveiller le public en réduisant le score en exploitant une erreur suisse dans la neutre pour filer seul au but et marquer d'un tir du poignet (1-3, 29'31"). La Suisse commence alors à souffrir et Descloux tient son équipe avec deux arrêts spectaculaires devant Pastrnák (30'40", 33"39"). Vrána, intenable, multiplie les situations mais le jeu de passe de ses équipiers laisse à désirer. Une série de pénalités termine le tiers, dominé par les Tchèques.
La dernière période débute par une bonne occasion suisse de la part du trio Fiala, Malgin et Rod. Des Suisses qui gèrent plutôt bien l'horloge, portant le jeu dans le camp adverse. Cela s'annonce même bien quand le gardien Vaněček prend une pénalité discutable à 57'51". Meier et Ritz combinent mais ne parviennent pas à tuer le match. La dernière minute assomme alors les Suisses : Pavel Jenyš trouve la lucarne d'un tir du poignet (2-3, 59'02") et la pression des dernières secondes finit par payer, lorsque Filip Pyrochta, servi par Jenyš, trouve la faille dans l'enclave avec son gardien sorti pour un attaquant (3-3, 59'37"). Les prolongations ne donnent rien, avec quelques arrêts de Descloux. Vrána marque le premier tir en fusillade. Vaněček sort deux arrêts, Karabácek marque le troisième tir tchèque et offre la victoire à son pays (4-3).

République Tchèque : Pechek (14. Vanecek) – Pyrochta, Zboril, Pýcha, Mašín, Zahradnícek, Mikliš, Šcotka, Matula – Karabácek, Zacha, Kotala, Vopelka, Partrnák, Vrána, Veselý, Kovarcík, Jenyš, Švarc, Kuták, Cernoch
Suisse : Descloux (Fehr) – Klopfer, Harlacher, Siegenthaler, Karrer, Maurer, Kindschi, Gurtner – Schläpfer, Riat, Suter, Meier, Rod, Malgin, Fiala, Kessler, Privet, Schmidli, Meyer, Ritz, Trisconi

Troisième journée 

Groupe Pieštany

Russie 7-3 Finlande (3-0, 0-3, 4-0)
Mercredi 7 août 2013, 14h.
Arbitrage de P. Lokšík, P. Stano assistés de L. Kacej, J. Tvrdon.

Récapitulatif du score :
1-0 à 10'48" : Dervuk (Kodola)
2-0 à 11'47" : Pilipenko (Nikolishin)
3-0 à 17'12" : Ryzhkov (Boltanov)
3-1 à 23'12" : Haapanen (Kiviranta)
3-2 à 27'20" : Lammikko (Leppavuori)
3-3 à 35'13" : Niku (Rantanen) sup. num.
4-3 à 41'58" : Lazarev sup. num.
5-3 à 42'52" : Boltanov
6-3 à 53'53" : Nazarkin (Dervuk, Kodola)
7-3 à 57'32" : Lazarev (Tsvetkov)

Changement de capitaine chez les Russes : Ivan Nikolishin perd son "C" au profit du défenseur Eduard Nasybullin. Pavel Baulin récompense ainsi le meilleur joueur de l'équipe sur les deux premiers matchs. Il confie aussi les cages à Maxim Sidorov, qui remplace Sergei Korobov. La Russie semble bien réagir à ces changements et commence tambour battant : Svechnikov, Sharipzyanov, Dervuk attaquent la cage dès les premières minutes. Même la pénalité de Dervuk (4e) ne change pas le schéma, Sharipzyanov et Boikov brisant le jeu de puissance adverse et se créant des occasions. La Finlande prend deux minutes (7e) et la pression russe se poursuit. A la mi-période, l'attaque concrétise enfin sa domination. Tout d'abord, Ilya Dervuk lance de la bleue et profite de l'écran de Yevgeni Svechnikov pour ouvrir le score (1-0, 10'48"). Une minute plus tard, Kahkonen s'incline sur un tir de l'aile gauche signé Kirill Pilipenko (2-0, 11'47"). Vladislav Kamenev, Yevgeni Svechnikov et Ivan Nikolishin maintiennent la pression et Kahkonen sauve son camp à trois reprises. Mais Parikka commet une énorme erreur à la bleue et Arutr Boltanov décolle sur l'aile gauche, trouve Maxim Ryzhkov dans l'enclave pour une reprise ras glace entre les jambières du gardien (3-0, 17'12"). Le premier tiers se termine par une succession de pénalités russes, forçant Sharipzyanov à un bloc douloureux et Sidorov à un arrêt superbe sur un tir lointain de Niku et le rebond de Lamsa. Avec 15 tirs à 6, la Russie contrôle nettement la partie.
Le second tiers est un miroir inversé. Après une double occasion de Pilipenko, battu par la jambière puis la mitaine de Kahkonen, la Russie se fait piéger sur une mise au jeu par Markus Haapanen au cercle gauche (3-1, 23'12"). Une pénalité russe ne donne rien mais la Finlande a repris le fil et la première ligne exploite une bonne situation. Juho Lammikko lance de l'aile et une déviation surprend le gardien (3-2, 27'20"). Les Russes ne se démobilisent pas et repartent vers l'avant à la faveur d'une pénalité contre Sami Niku. Nikolishin trouve le poteau, puis Nasybullin et Nazarkin manquent à leur tour de tromper le portier finlandais. Peu après la mi-période, le jeu de puissance nordique ne brille pas, mais la deuxième chance est la bonne : mise au jeu gagnée, missile de Sami Niku pour l'égalisation (3-3, 35'13"). Les Russes ne sont pas vernis, puisqu'ils trouvent le poteau une deuxième fois par Vovchenko (36e). Lazarev, Pilipenko et Kamenev menacent Kähkönen en fin de tiers, sans réussite.
L'élan est russe et il se confirme en dernier tiers. Une pénalité contre Lammikko assome la Finlande, avec un but de Maxim Lazarev de près (4-3, 41'58"). Une minute plus tard, Boltanov entre en zone et son tir puissant échappe à Kähkönen (5-3, 42'52"). Ce dernier se rattrappe peu après en sortant la jambière devant Zinoviev. La Russie domine, à l'image d'un Vovchenko virevoltant. A dix minutes de la fin, le coach finlandais lance Voutilainen dans les cages. Quelques pénalités plus tard, Kiviranta teste Sidorov d'un slap lourd, que le gardien ne peut que dévier du gant dans les tribunes. Le match est définitivement plié peu après, lorsque Yevgeni Nazarkin exploite un jeu de puissance d'un tir de la bleue, servi par Dervuk (6-3, 53'53"). L'entraineur tente le tout pour le tout en sortant le gardien à cinq minutes de la fin. La Finlande force Sidorov à s'employer, mais finalement, Yegor Tsvetkov boucle la marque cage vide (7-3, 57'32").
Joueurs du match : Maxim Lazarev (Russie) et Sami Niku (Finlande).

Russie : Sidorov (Korobov) – Sleptsov, Tsvetkov, Nazarkin, Dervuk, Nasybullin, Sharipzyanov, Lyamkin, Boikov – Vovchenko, Nikolishin, Zinoviev – Lauta, Kodola, Svechnikov – Lazarev, Fazleyev, Pilipenko – Ryzhkov, Kamenev, Boltanov. Entraineur : Pavel Baulin.

Finlande: Kähkönen (Voutilainen à 49'12") – Väinöla, Rouhiainen, Niku, Tervo, Keskitalo, Leppävuori, Parikka, Haapanen – Rantanen, Lämsä, Lammikko – Kiviranta, Honkanen, Jääskeläinen – Aho, Kalapudas, Hopponen – Kauppinen, M. Mäkinen, A. Mäkinen

Slovaquie 2-5 Etats-Unis (0-4, 2-1, 0-0)
Mercredi 7 août 2013, 17h30.
Arbitrage de V. Baluška, R. Müllner assistés de P. Šefčík, R. Výleta.

Récapitulatif du score :
0-1 à 13'00" : Bittner (Schmaltz)
0-2 à 16'24" : Schmaltz
0-3 à 18'55" : Iverson (Turgeon)
0-4 à 19'07" : Schmaltz (Bittner, Poganski)
1-4 à 22'12" : Haščič (tir de pénalité)
2-4 à 22'27" : Jaroš
2-5 à 26'47" : Connor (Snively)

Les Américains ont besoin d'une victoire pour assurer la qualification. C'est le gardien remplaçant qui débute : Blake Weyrick permet à Alex Nedeljkovic de souffler. En face, la Slovaquie relance Maximilian Pajpach, brillant face aux Russes (53 arrêts). En défense, Adrian Sloboda est blessé, remplacé par Jakub Bajanik. Les Slovaques entament bien, avec deux supériorités numériques rapides. Weyrick s'impose de la mitaine ou de la plaque, avec l'aide d'une défense habile pour contrer les tirs. Les Américains enchaînent avec une supériorité à leur tour, marquée par des tirs de Ryan Mantha et Austin Poganski. Petit à petit, les Etats-Unis prennent la main sur le match. Nick Schmaltz, Nick Wolff portent le danger. Finalement, Schmaltz déborde à gauche, repique dans l'axe et son tir ras glace est dévié par Paul Bittner (0-1, 13'00"). Keegan Iverson trouve ensuite un bon angle de tir, avant de voir Jake Wagner prendre deux minutes. L'avantage ne dure pas puisque Adam Haščič est lui aussi pénalisé. A quatre contre quatre, Nick Schmaltz se régale et transperce la défense plein axe, évite une charge de Jaroš, et glisse le palet derrière le gardien (0-2, 16'24"). La fin de tiers est terrible : Keegan Iverson récupère sur l'aile droite, s'avance et marque en entrée de cercle (0-3, 18'55"). Quelques secondes plus tard, Nick Schmaltz, encore lui, exploite une énorme erreur de défense (0-4, 19'07"). Le match parait plié à la pause.
Le deuxième tiers débute par une faute slovaque : Škorvánek, rentré dans les buts, s'impose. Dans les dernières secondes, Filip Kundrat s'échappe en contre. Il est pris par Ryan Mantha : grosse faute, cinq minutes de prison et une méconduite, et un tir de pénalité. Kundrat quitte le match sur une civière, Haščič, lui, convertit l'occasion en feintant Weyrick de gauche à droite (1-4, 22'12"). Quinze secondes plus tard, à quatre contre quatre, Christian Jaroš expédie un missile ligne bleue, côté droit, et trompe Weyrick (2-4, 22'27"). La supériorité slovaque qui suit ne permet pas un retour plus proche, Dylan Malmquist travaillant fort pour porter le jeu sur le but adverse. Koch prenant deux minutes, les Etats-Unis ne manquent pas l'occasion de reprendre de l'air. Joseph Snively, dont la vitesse a impressionné dans ce tournoi, déborde encore et sa passe-abandon trouve Kyle Connor pour un tir lourd en hauteur (2-5, 26'47"). La partie gagne en impact physique. Adamčík, lancé par Novák, n'assure pas un bon tir et Weyrick s'impose. Une pénalité contre Malmquist crée aussi le danger sur le but de Škorvánek : le capitaine Ryan Wagner s'échappe en infériorité, mais rate le cadre. Après deux tiers, les Etats-Unis comptent 26 tirs à 10.
Le dernier tiers est du même calibre, avec un bel arrêt du gant de Weyrick devant le duo Marco Halama-Patrik Maier. Škorvánek brille peu après lors d'une pénalité slovaque contre Novák, avec une série d'arrêts face à Dudek ou Dougherty. A une dizaine de minutes de la fin, Novák quitte le jeu, évacué depuis son banc sur une civière, sans que personne n'ait vraiment vu ce qu'il s'est passé. La fin de match voit les Etats-Unis défendre deux pénalités sans trop de souci, le temps mort slovaque ne changeant rien. Une belle gestion pour une qualification en demi-finale.
Joueurs du match : Nick Schmaltz (Etats-Unis) et Adrian Holešínský (Slovaquie).

Slovaquie: Pajpach puis Škorvánek après 20'00" – Maier, Romančík, Koch, Jaroš, Bilík, Ivanič, Moravčík, Bajanik – Paločko, Halama, Holešínský – Haščič, Sukel´, Milý – Krasničan, Kratochvíla, Kundrát – Petráš, Adamčík, Novák. Entraineur : Antón Bartánus.

Etats-Unis : Weyrick (Nedeljkovic) – Wolff, Carlo, Mantha, Haydon, Nardella, Dougherty, Rosburt, Phelps – Bittner, Schmaltz, Poganski – Connor, Snively, Wahlin – Malmquist, Wagner, Dudek – Milan, Turgeon, Iverson. Entraineur : Bob Corkum.
Referees: –


Groupe Břeclav

Canada 4-3 Suisse tàb. (1-1, 2-1, 0-1, 0-0)
Mercredi 7 août 2013, 15h30.
Arbitrage de Frano, Hodek assistés de Lhotský, Svoboda.

Récapitulatif du score :
0-1 à 17'17" : Kindschi (Maurer, Privet)
1-1 à 18'40" : Point (Watson)
2-1 à 27'46" : Bennett (Chartier)
2-2 à 30'29" : Fiala
3-2 à 37'48" : Ekblad (Hicketts)
3-3 à 54'28" : Kindischi
Tir au but vainqueur : Watson.

Les deux équipes doivent gagner pour se qualifier en demi-finale. Le Canada maintient sa confiance à Julio Billia dans les cages, alors que les Suisses lancent Kevin Fehr, sanctionnant un peu Descloux, qui a encaissé deux buts dans la dernière minute face aux Tchèques la veille. Le match débute par un round d'observation, assez pauvre en occasions. Même la pénalité de Hickett ne permet pas aux Suisses de se montrer dangereux. A la 11e minute, Meyer met au sol McKeown et le jeu de puissance canadien s'installe, sans réussite. La première vraie occasion ne survient qu'au quart d'heure de jeu, lorsque Lemieux tente de s'échapper. McCann récupère finalement le disque et son lancer est bloqué par Fehr. Hickett prend une deuxième pénalité en fin de tiers et quelques secondes plus tard, le jeu de puissance suisse fait mouche. Une passe venue de l'aile droite trouve Simon Kindschi à l'opposée pour l'ouverture du score (0-1, 17'17"). Une minute plus tard, le Canada presse fort et Brayden Point égalise en deux temps (1-1, 18'40"). Un premier tiers très mou, mais le Canada s'est réveillé après le but suisse.
Du coup, le deuxième tiers voit un Canada très motivé qui entame pied au plancher. Aaron Ekblad obtient deux tirs sur Fehr, puis c'est Bishop qui échoue sur le gardien du revers. Ce début tonitruant s'étiole au fil des minutes face à une formation suisse qui répond physiquement. Rourke Chartier mène alors une attaque et son tir en angle fermé n'est pas contrôlé. Sam Bennett surgit et bonifie le rebond (2-1, 27'46"). Le plus dur est fait ? Pas si sûr ! Trois minutes plus tard, la Suisse exploite un changement de ligne très lent. La vitesse de Kevin Fiala le libère devant Billia et son revers en hauteur trompe le gardien (2-2, 30'29"). Un but qui relance la partie dans un défi physique. Le jeu reste cantonné sur les extérieurs : le Canada tourne sans danger pendant plusieurs présences. Finalement, c'est le capitaine qui fait la différence. Aaron Ekblad reçoit le palet, feinte un défenseur pour l'éliminer avant d'ajuster ras glace un Kevin Fehr masqué (3-2, 37'48"). Le tiers se termine par une pénalité contre Virtanen et une belle occasion de Timo Meier sauvée par Billia.
Le portier canadien tient son équipe à flots au retour des vestiaires, sortant un tir à bout portant signé Kessler. De retour au complet, le Canada reprend l'offensive et Rourke Chartier manque de peu de tromper Fehr sur un tour de cage. Les pénalités pleuvent peu après et l'on joue même à trois contre trois pendant quelques secondes. Aucun but n'est inscrit, puis une pénalité est appelée contre Pius Suter. Kevin Fiala en profite pour une échappée en infériorité et il faut un retour de Roland McKeown pour sauver son équipe. Puis, après une pénalité d'Audette non exploitée, la Suisse finit par égaliser à cinq minutes de la fin. Une longue présence se termine par un lancer de la bleue du capitaine Simon Kindschi (3-3, 54'28"). Vexés, les Canadiens finissent en feu : Hickett, Virtanen se créent des opportunités. Mais malgré beaucoup de volonté, ils ne parviennent pas à récolter les trois points. Ils tentent alors le tout pour le tout en prolongations : la domination nord-américaine est spectaculaire, avec Ekblad, Watson, Fleury, encore Ekblad à deux reprises. Kevin Fehr tient le choc et la fusillade débute : le Canada doit s'imposer pour compter cinq points et devancer la Suisse à la différence de buts particulière. Cela ne posera aucun problème : Spencer Watson et Brayden Point ne tremblent pas, alors que la Suisse manque ses deux tirs.

Canada : Billia (McDonald) -- Ekblad (C), Hicketts – McKeown, Fleury – Neill, Pilon – Carrier --Bishop, Bennett, Chartier – Watson, Point, Virtanen – Audette, Fabbri, Dal Colle – Hawryluk, McCann, Lemieux – Pépin.

Suisse : Fehr (Descloux) –- Klopfer, Harlacher – Siegenthaler, Karrer – Maurer, Kindschi – Gurtner –- Riat, Suter, Trisconi – Meier, Malgin, Fiala – Kessler, Privet, Schmidli – Meyer, Ritz, Schläpfer – Rod.

République Tchèque 5-2 Suède (1-0, 2-0, 2-2)
Mercredi 7 août 2013, 15h30.
Arbitrage non précisé.

Récapitulatif du score :
1-0 à 15'50" : Pastrňák (Pyrochta)
2-0 à 20'59" : Zboril (Pastrňák)
3-0 à 39'43" : Švarc (Veselý, Kovařčík)
3-1 à 51'55" : Lindblom (Timashov)
3-2 à 53'53" : NylanderAltelius
4-2 à 56'48" : Pastrňák (Pyrochta)
5-2 à 59'04" : Vopelka

Le match présente un enjeu formidable : les Suédois doivent gagner pour se qualifier. Les Tchèques peuvent eux aussi passer en cas de succès, avec le plus de buts possible. Du score dépendra aussi la qualification du Canada... Vaněček débute dans les cages, Söderström lui étant opposé côté suédois, Eriksson étant blessé. Adam Werner a fait le voyage depuis la Suède dans la matinée pour faire office de gardien remplaçant. La Suède débute par deux occasions signées England et Tymochov, avant de voir Zacha, pas éligible avant 2015 à la draft NHL, menacer Söderström. Vaněček gagne ensuite son duel face à Forsling de loin, avant d'être sauvé par son poteau lorsque William Nylander Altelius déboule en échappée. Les Tchèques ne sont pas en reste, David Pastrňák interceptant et trouvant le gardien dans l'enclave. A cinq minutes de la sirène, Pastrňák, encore lui, reçoit le palet à la bleue offensive, revient sur son coup-droit et ouvre le score (1-0, 15'50"). Quelques secondes plus tard, une pénalité tchèque offre une occasion aux Suédois : Kempe puis Johansson se heurtent à Vaněček. Le gardien sauve son camp dans cette situation avec encore quatre arrêts dans les dernières secondes. Juste avant la fin, Zacha s'échappe et Söderström repousse de l'épaule au buzzer. Les Tchèques ont fait un premier pas en prenant des risques, portés par leur gardien, face à des Suédois manquant d'intensité.
Le deuxième débute par une échappée de Pastrňák, sans réussite. Puis, la pénalité d'Adam Ollas Mattsson coûte cher : Jakub Zbořil creuse l'écart (2-0, 20'59"). L'entraineur suédois sent le vent du boulet et demande un temps mort une minute plus tard. La réaction parait immédiate, Vaněček devant s'interposer devant Forsling puis Anton Karlsson. Une pénalité pour retard de jeu place les Scandinaves en situation, et Vaněček ne craque pas, encore une fois. A la mi-match, Söderström est à son tour sous pression à la faveur d'une pénalité de Timashov. Zacha, Karabáček, Vrána testent le gardien, sans réussite. Le jeu de puissance suédois retourne en jeu en fin de tiers, sans plus de réalisme. Et à quelques secondes de la fin, Kovařčík centre pour Veselý, qui trouve le portier suédois. Milan Švarc prend le rebond et crucifie la Suède (3-0, 39'43"). Ces trois buts d'écart placent provisoirement les Tchèques en demi-finale, les Suédois apparaissant bien trop tendus.
Le début de troisième tiers profite encore aux Tchèque, grâce à leur première ligne Vopelka-Pastrňák-Vrána. Un jeu de puissance offre cependant une chance en contre aux Suédois, et Alex Holmström, tout seul, manque le cadre. Une nouvelle situation de contre se termine par une pénalité et la Suède se retrouve en supériorité. Nylander Altelius reste le plus dangereux mais la pénalité est tuée. Trente secondes plus tard, Timashov centre pour Oskar Lindblom qui, patient, trouve la lucarne (3-1, 51'55"). L'élan scandinave se poursuit et une nouvelle pénalité coûte cher : Nylander Altelius est enfin récompensé de ses efforts (3-2, 53'53"). Le match devient fou et les deux équipes s'échangent des situations dangereuses. Les Suédois prennent une pénalité à cinq minutes de la fin : Forslund est en prison mais Franzen et Kempe partent en contre, Vaněček les prive de l'égalisation. Sur le contre, Kempe accroche un joueur et le cinq-contre-trois devient fatal. A peine Forslund revenu, Pastrňák tue le match d'un slap côté plaque (4-2 à 56'48"). La sortie du gardien suédois ne fonctionne pas et Lukas Vopelka termine le travail cage vide (5-2, 59'04"), qualifiant son pays pour les demi-finales. Un coup dur pour la Suède, vainqueur de la coupe du monde U17 la saison dernière.

République Tchèque : Vaněček (Pechek) – Zahradníček, Pyrochta, Mašín, Pýcha, Zbořil, Mikliš, Ščotka, Matula – Karabáček, Zacha, Jenyš – Vopelka, Pastrňák, Vrána – Kovařčík, Veselý, Švarc – Černoch, Kuťák

Suède : Söderström (Werner) – Forsling, Lagesson, Johansson, Ollas Mattsson, Englund, Andersson, Muzito Bagenda – Lindblom, Franzén, Kempe – Tornqvist, Hollström, Elgestal – Nylander, F. Karlsson, A. Karlsson – Timashov, Olofsson, Kovacs