Épinal - Mulhouse (match amical)

Rentrée laborieuse, mais victorieuse pour les Dauphins

Breault 1Décidément, dans nos contrées, les matchs de reprise ne sont pas d'une très grande originalité. Pour preuve, ce derby transvosgien servi en entrée... pour la troisième année d'affilée !

Mais comme chaque été, ce grand classique est "dépoussiéré". La rentrée apportant toujours son lot de nouveautés, tant du côté spinalien que mulhousien... où beaucoup s'en sont allés avec la relégation des Scorpions en division 1 ! De Damien Raux à Marcus Kristoffersson en passant par Aleksis Ahlqvist, remplacés par quelques habitués de la první liga tchèque (Poživil, Mrňa, Martinka) et une flopée de jeunes éléments français ou étrangers venus d'horizons divers et variés rejoindre les quatre "survivants" du précédent contingent (Muller, Bini, Chipaux et Marchand).

Les nouvelles têtes ne manquent donc pas sous les casques alsaciens... ce qui tranche avec les nombreux visages connus de ces Dauphins faiblement remaniés comparés à leurs voisins du Haut-Rhin. Et surtout bien plus sereins qu'en juillet dernier, lorsque le spectre d'une invalidation planait à l'horizon. Hantant les esprits des joueurs, supporters et dirigeants, générant une intersaison mouvementée... et riche en rebondissements !

L'essai de Pierrick Pivron à La Chaux-de-Fonds s'étant vu prolongé (jusqu'au 24 août prochain), l'état-major spinalien doit toujours composer avec un alignement incomplet... où figure tout de même un Pivron ! Son petit frère Victor (20 ans), ancien junior-élite genevois et luganais revenu dans sa ville natale d'Épinal patiner sur les traces de son père (Alain), Gapençais bon teint, qui fit trembler tant de filets durant son inoubliable intermède spinalien (de 1990 à 1994).

Les plus anciens vous le diront. Alain Pivron était un buteur, un vrai... qui n'a pourtant pas autant marqué que son ancien coéquipier "Féfé" Marciano, resté fidèle à son club de cœur depuis toutes ses années et revenu au premier plan, cet été, après le désistement d'un Claude Bouchard censé coacher les Dauphins cette année !

hocevar 1Le tacticien québécois devait même retrouver son ancien "poulain" Sébastien Bisaillon... qui s'est lui aussi désengagé fin juillet (pour signer à Briançon). D'où l'activation d'un "plan B" matérialisé par l'arrivée d'un autre défenseur offensif solidement référencé. En l'occurrence Francis Meilleur, parvenu à se libérer de ses obligations contractuelles (puisqu'il s'était lié fin mai à un club écossais) pour intégrer un contingent délesté des Gabriel Girard, Stéphane Gervais, Sébastien Gauthier et autres Danick Bouchard, principaux artisans d'une fin de saison réussie.

Fondant beaucoup d'espoirs dans les arrivées d'étrangers prometteurs (Breault, Kuralt), l'ICE compte énormément sur l'expérience d'Andrej Hočevar devant le filet. En espérant que le gardien slovène, grand habitué des échéances internationales, tienne une forme "olympique" dans l'optique des prochains J.O. de Sotchi. Un événement planétaire auxquels ses compatriotes Gašper Sušanj et Anže Kuralt rêvent de participer. D'où l'intérêt de se montrer cette année, sous ces couleurs spinaliennes nouvellement portées par le dernier nommé, ailier "petit" mais costaud qui en a sous le patin et s'aligne au côté de Steven Cacciotti et Benjamin Breault sur le premier trio.

Toujours en attente de visa au Canada, Francis Meilleur fait lui défaut à ses nouveaux coéquipiers, qui ont retrouvé leur élément vendredi dernier et multiplié, depuis, les séances studieuses et rythmées. Les hommes de Christer Eriksson ont eux repris l'entraînement ce lundi. On pouvait donc s'attendre à ce qu'ils manquent de repères pour leur grande première à Poissompré, contre un adversaire plus fort sur le papier. Mais il n'en a rien été. Ces Scorpions "revisités", pourtant diminués par les absences Tarik Chipaux (récemment opéré de la malléole), Denis Vydrov et Michal Klejna (non qualifiés), soutiennent parfaitement la comparaison avec un ensemble spinalien manquant cruellement d'automatismes et de cohésion.

Démarrage en cours...

Homogènes et très entreprenants, quoiqu'un peu brouillons dans la construction et la finition (ce qui n'a rien d'étonnant à ce stade de la pré-saison), les Alsaciens ont donc fait très bonne impression dans les travées d'une patinoire de Poissompré plutôt bien garnie pour un simple match de rentrée.

Les spectateurs présents dans les travées ne s'attendaient évidemment pas à vivre une belle soirée de hockey, mais ils espéraient tout de même mieux de leurs protégés, Dubé Joéqui n'auront pas eu grand-chose à se mettre sous la dent durant le premier tiers-temps. La faute à ces maudites pénalités... et à ces diables de Scorpions jouant les empêcheurs de tourner en rond !

Se connaissant parfaitement pour s'être côtoyés ces deux dernières années dans le junior A québécois (chez les Panthères de Saint-Jérôme), les Joé Dubé, Marc-André Levasseur et autres Kevin Fiset se veulent très remuants. Mais pas autant que ce grand échalas de Pavel Mrňa, qui n'aura pas manqué d'inquiéter Andrej Hočevar en ces premiers instants. L'attaquant formé au Sparta Prague créant même le parfait décalage pour offrir un but "pré-mâché" au très offensif Ondřej Poživil, totalement oublié au second poteau (0-1 à 04'28").

Dans son style caractéristique (et pas toujours très académique), Andrej Hočevar ne paraît pas toujours très rassurants avec ses rebonds dits "orientés" auxquels vont devoir s'habituer ses nouveaux coéquipiers. Pas toujours très inspirés et souvent dépassés défensivement. Mais pleins de bonne volonté à l'image d'un Benjamin Breault donnant quelques aperçus de (grandes) ses possibilités. Moins affûté que ses patins (en raison d'un léger embonpoint), Michal Petrák ne manque pas d'étaler ses qualités techniques, trouvant toujours aussi facilement son vieux compère Ján Plch. Yannick Offret paraissant un peu perdu à leurs côtés, pas aidé il est vrai par la solidité d'un Aleksandrs Galkins répondant souvent présent devant son attaquant.

Ouimet 1N'ayant pas franchement à s'employer pour garder sa cage inviolée, Guillaume Richard doit toutefois essuyer les quelques slaps dégainés par Fabien Leroy et Gašper Sušanj, bien seuls à pouvoir "envoyer du lourd" en supériorité. Et lorsqu'un attaquant spinalien se retrouve bien placé devant le gardien, comme Victor Pivron (bien servi par Maxime Martin), l'ex-portier lyonnais fait l'arrêt (13e). Avec, parfois, un peu de réussite comme sur ce contrôle raté devant la cage par un Benjamin Breault aussitôt pénalisé dans sa lutte pour la reconquête du palet (16'17").

Si le premier but vosgien se fait attendre, le premier "brassage" intervient dans la continuité de l'action pré-citée, impliquant l'impétueux Pavel Mrňa et un Maxime Ouimet véritablement "chaud bouillant". Son impulsivité lui vaudra d'ailleurs quelques désagréments... et de nombreuses minutes de pénalités. Tout comme l'ex-Rémois Pierre-Charles Hordelalay, également dans le collimateur de référés n'ayant rien laissé passer...

Sitôt son pensum purgé, Breault, bien lancé par Kuralt, se retrouve lui en un-contre-un face a un gardien décidé à ne rien laisser passer (18'38"). Seule exception, ce tir de Fabien Leroy mal bloqué... qu'un de ses défenseurs finira par dégager (19'07") !

Malmenés par de coriaces Mulhousiens, les Spinaliens souffrent de plus belle au retour des vestiaires et voient leur zone défensive devenir le principal théâtre des opérations. Pire encore, la défense est aux abois... et ce qui devait arriver arriva, sur un tir de contournement gagnant de Michaël Marchand, qui était parvenu à glisser la rondelle dans un trou de souris. Seulement voilà, ce roublard d'Hočevar a fait le "métier" en bougeant sa cage, précipitant l'annulation de cette réalisation... sans pour autant échapper à la sanction (22'50") !

Les Dauphins s'en sortent plutôt bien, même s'ils n'en mènent pas large devant cet ensemble alsacien plus conquérant qui leur donne, par moment, des leçons de jeu en mouvement. Les visiteurs, plus saignants, se projetant plus rapidement vers l'avant. L'égalisation n'est pourtant pas loin sur cette montée latérale d'un Fabien Leroy déposant son vis-à-vis, mais centrant trop mollement pour Anthony Rapenne, destinataire d'un palet intercepté par un Lucas Bini bien placé (26e). C'est qu'ils répondent présent les Scorpions, se battant sur tous les palets et coupant bon nombre de lignes de passe en faisant preuve d'anticipation.

charpentier kuraltIl suffit pourtant d'un raté d'Aleksandrs Galkins, dans sa zone, pour mettre Guillaume Richard à contribution. Anže Kuralt chipant le palet au défenseur letton pour servir en retrait Steven Cacciotti, dont la reprise instantanée est tant bien que mal repoussée (29'59"). En voulant se racheter, Galkins se voit sanctionné durant cette action, doublant ainsi la sentence de ses coéquipiers (déjà réduits à quatre contre cinq avec la pénalité préalablement infligée à Niko Uola). Et si le one-timer de Leroy heurte la base du montant gauche (30'15"), le centre de Sušanj termine au fond des filets après avoir été dévié par le patin d'un arrière mulhousien (1-1 à 30'55").

La réussite sourit enfin aux Dauphins, tout près de doubler la mise par l'entremise de leur capitaine, Steven Cacciotti, en embuscade sur la gauche d'un Guillaume Richard fermant bien ses jambières (31'47"). Ce qu'Andrej Hočevar aurait été bien inspirer de faire sur ce tir rasant décoché par l'ex-Morzinois et Rouennais Nicolas Lehericey, en tout début d'une double supériorité (1-2 à 34'30")...

Les hommes de Christer Eriksson reprennent donc les devants, pour virer en tête à l'issue de l'acte médian. Yannick Offret a raté une occasion en or, à quelques secondes du buzzer et sur un ultime forcing de ses coéquipiers, l'ex-Amiénois gâchant un véritable caviar de Benjamin Breault par manque de spontanéité devant Guillaume Richard (39'55").

Un troisième tiers payant

Rien n'étant fait dans ce derby réduit à un enchaînement de pénalités, l'ICE peut encore largement se rattraper. Surtout que les opportunités ne manquent pas en supériorité, comme celle suivant cette charge de Mrňa dans le dos Petrák (44'53"). Une action lourde de conséquence puisqu'elle débouche sur l'égalisation des Dauphins. Non pas sur ce tir en pivot d'Anže Kuralt, qui aurait nettoyé la lucarne sans l'intervention de Guillaume Richard (46'11"). Mais plutôt sur cette offrande de Petrák, posté ligne de fond, en direction d'un Plch suffisamment bien placé pour fusiller Richard de près (2-2 à 46'31").

L'iPlch1noxydable Ján Plch n'a donc pas tardé à retrouver le chemin des filets. Contrairement aux nouveaux arrivants, qui n'ont encore pas débloqué leur compteur sous leurs nouvelles couleurs. Ce n'est pourtant pas faute d'essayer. Demandez à Breault, qui s'empare d'un rebond consécutif à une reprise de Cacciotti... sans parvenir à finaliser (47'15"). Le nouveau centre numéro un des Dauphins sera toutefois récompensé de sa persévérance en récupérant un palet repoussé par Richard (sur un tir de Chauvière) pour le loger dans le haut du filet, dans un angle assez fermé (3-2 à 47'33").

Les hommes de "Féfé" Marciano tiennent le bon bout et font fi des pénalités en gérant plutôt bien les infériorités. Allant même jusqu'à se procurer les meilleures occasions en prenant de vitesse les Scorpions. Leroy, mis sur orbite par Petrák, prend ainsi l'intervalle et se retrouve seul en un-contre-un face au gardien (54'14"), tirant en force sans parvenir à ses fins. Guère mieux loti que lui, Maxime Ouimet se voit lui lancé par Yoann Chauvière dans un breakaway illicitement avorté (55'34"). Une grande première pour le défenseur défensif canadien, peu habitué à effectuer ce genre de montées... et à se charger des tirs de pénalité !

Sans grande surprise, Ouimet ne parviendra pas à se jouer du gardien, tentant vainement de le dribbler. Mais l'essentiel est ailleurs, car Épinal tient son succès. Les Scorpions n'ont plus autant de ressources pour inquiéter Hočevar, malgré tout vigilant sur ce bel enchaînement conclu par Poživil (57e) et sauvé par son montant sur un "boulet de canon" d'Aki Uola (57'49"). Benjamin Breault, bien lancé par Anže Kuralt, ratant pour sa part un éventuel doublé en oubliant malencontreusement le palet (57'16").

Pour leur premier test grandeur nature, les Dauphins nous avaient donc gardé le meilleur pour la fin, transformant cette rentrée laborieuse en première victorieuse. Mais à une semaine de leur tournoi, tous savent pertinement qu'une telle prestation ne suffira pas. Surtout face au redoutable Saryarka Karaganda...

En attendant de retrouver leurs hôtes spinaliens (ici-même vendredi prochain), les Scorpions, auteurs de débuts très prometteurs, se frotteront par deux fois leurs voisins fribourgeois avant d'en découdre avec le grand rival strasbourgeois. De quoi bien préparer le fameux tournoi...

Réactions d'après-match (dans L'Alsace) :

Christer Eriksson (entraîneur de Mulhouse) : "C'est un match très positif après seulement trois jours d'entraînement. Je suis très content de l'investissement de chaque joueur. On a été un peu jeunes et naïfs dans le troisième tiers où on a été un peu court physiquement, mais je trouve que l'on a été à la hauteur d'Épinal dans la construction du jeu."

 

Épinal - Mulhouse 3-2 (0-1, 1-1, 2-0).
Mercredi 21 août à 20h00 à la patinoire de Poissompré. Environ 400 spectateurs.
Arbitres : Stéphane Rousselin assisté de Sébastien Geoffroy et Christophe Moncozet.
Pénalités : Épinal 50' (18', 20', 12') ; Mulhouse 26' (8', 6', 12').
Tirs : Épinal 26 (9, 7, 10) ; Mulhouse 24 (7, 12, 5).

Évolution du score :
0-1 à 04'28" : Poživil assisté de Mrňa et N. Uola
1-1 à 30'05" : Sušanj assisté de Leroy et Plch (double sup. num.)
1-2 à 34'31" : Lehericey (double sup. num.)
2-2 à 46'34" : Plch assisté de Petrák et Leroy (sup. num.)
3-2 à 47'33" : Breault assisté de Kuralt (sup. num.)

Épinal

Gardien : Andrej Hočevar.

Défenseurs : Maxime Ouimet - Yoann Chauvière ; Gašper Sušanj - Fabien Leroy ; Peter Slovák -  Martin Charpentier.

Attaquants : Steven Cacciotti (C) - Benjamin Breault - Anže Kuralt ; Yannick Offret - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Anthony Rapenne - Pierre-Charles Hordelalay [ou Maxime Martin] - Victor Pivron ; Kevin Benchabane.

Remplaçant : Nicolas Ravel (G). Absents : Francis Meilleur (en attente de visa), Pierre Mauffrey, Romain Mauffrey (blessé).

Mulhouse

Gardien : Guillaume Richard.

Défenseurs : Ondřej Poživil (A) - Ondřej Martinka, Aleksandrs Galkins - Mathieu Chevalier ; Nicolas Lehericey - Aki Uola.

Attaquants : Mans Papaux - Niko Uola - Pavel Mrňa ; Kevin Fiset ou Joé Dubé - Marc-André Levasseur ; Lucas Bini (C) ; Maxime Joly ; Michaël Marchand (A) ; Raphaël Papa.

Remplaçant : Mickaël Muller (G). Absents : Michal Klejna et Denis Vydrov (en attente de licences), Tarik Chipaux (malléole), Charles Ferrigno (blessé).