Russie - Finlande (Euro Hockey Tour 1)

OSALA Oskar-100520-035Teemu Selänne reste la star incontestée du hockey finlandais, et tout un pays était donc suspendu à ses lèvres. Il vient de décider de prolonger sa carrière à Anaheim un an de plus, à 43 ans, et cela devient évidemment le sujet de conversation majeur dans l'équipe de Finlande. Il est le meilleur marqueur de tous les temps aux JO et pourrait encore élever son compteur s'il est du voyage à Sotchi en février. Il deviendrait alors le deuxième hockeyeur à participer à six Jeux olympiques, après un autre Finlandais, Raimo Helminen. Pour tous les autres attaquants, cela fait une place de moins à pourvoir, car quoi qu'il en dise, on voit mal comment le sélectionneur pourrait décemment ne pas prendre une icône comme Selänne.

Stanislav Galimov n'en est pas là. Le gardien de l'Atlant, sélectionné ce week-end parce que Konstantin Barulin est malade, fait ses débuts en équipe nationale, et il n'est pas forcément aidé par ses coéquipiers. La Russie n'a plus le même patinage, ni le même esprit combatif qu'à Saint-Pétersbourg quand elle avait battu la Suède. Sakari Salminen profite d'un palet offert par le défenseur russe Evgeni Ryasensky pour décocher un tir précis après seulement sept minutes de jeu. En une période, la Russie, impuissante, n'a tiré qu'une seule fois à la cage !

Le jeu s'équilibre dans la seconde période, mais les occasions finlandaises restent un peu plus tranchantes. Teemu Ramstedt ne lève pas assez son palet, mais juste avant la mi-match, le jeune Pekka Jormakka se fait une place dans le slot entre deux adversaires et déjoue le gardien Galimov. Même si l'on joue souvent dans sa zone, la Finlande démontre un jeu plus simple, rapide et efficace.

La Finlande n'a plus qu'à défendre ces deux buts d'avance malgré plusieurs pénalités, dont Osala qui ne s'est pas calmé depuis jeudi et que les arbitres sanctionnent pour ses charges dangereuses. Elle se montre combative en infériorité numérique, à l'instar d'Iiro Pakarinen qui se couche devant un slap. Mikko Koskinen récolte donc un blanchissage et le titre de joueur finlandais du match.

Commentaires d'après-match

Zinetula Bilyaletdinov (entraîneur de la Russie) : "Nous avons perdu le match à cause de nos propres erreurs individuelles. Il n'y avait pas une grande différences dans les actions offensives, je crois, mais les Finlandais ont été plus efficaces. Bien sûr, nous aurions dû marquer au moins une fois en supériorité numérique. Je ne peux pas dire que nous ayons mal joué. L'équipe a essayé. Stanislav Galimov a plutôt bien joué, les buts encaissés étaient le résultat d'erreurs individuelles. Vasily Koshechkin sera dans la cage demain."

Evgeni Kuznetsov (attaquant de la Russie) : "Notre jeu n'était pas aussi développé que contre les Suédois. Au premier match à la maison, les fans nous ont immédiatement poussés, et là on n'était pas dans le jeu au début. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est frustrant. Ensuite on a fait jeu égal, mais il fallait marquer. Les défenseurs ont fait leur travail, et les attaquants, pas vraiment. À en juger par ce que dit l'entraîneur, même en perdant on a commencé à comprendre un peu plus les tactiques. La chose principale est d'être unis et de s'entraider pour gagner."

Erkka Westerlund (entraîneur de la Finlande) : "Notre premier tiers était vraiment bon. J'ai rarement été impliqué dans un match dans lequel la Russie ne pouvait pas attaquer. Nous avons réussi à garder la rondelle. En deuxième période, les pénalités ont perturbé notre jeu. Jormakka est un bon attaquant, surtout avec le palet, et son but du 2-0 est important. Il doit maintenant développer ses autres rôles, et réagir rapidement aux attaques. [...] Je ne pense pas Teemu lui-même prenne sa place pour acquise. Le fait que ce soit une année olympique a eu un grand rôle dans sa décision. Teemu veut jouer aux Jeux olympiques et être bon là-bas. L'automne nous montrera ce qu'il peut apporter. Son extension est une excellente nouvelle, et une possibilité supplémentaire pour l'équipe nationale."

 

Russie - Finlande 0-2 (0-1, 0-1, 0-0)
Samedi 31 août 2013 à la CEZ Arena de Pardubice. 2405 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano et Pavel Hodek (TCH) assistés de Petr Blümel et Rudolf Tosenovjan (TCH).
Pénalités : Russie 12' (4', 4', 4'), Finlande 22' (2', 8'+10', 2').
Tirs : Russie 17 (1, 12, 4), Finlande 23 (8, 5, 10).

Évolution du score :
0-1 à 07'17" : Salminen assisté de Koivisto
0-2 à 29'04" : Jormakka


Russie

Gardien : Stanislav Galimov [sorti à 59'00"].

Défenseurs : Maksim Chudinov (4') - Yuri Aleksandrov (2') ; Evgeni Ryasensky (-1) - Nikita Zaitsev (-1) ; Mikhaïl
Pashnin - Egor Yakovlev (4') ; Nikita Pivtsakin - Andrei Zubarev.

Attaquants : Evgeni Ketov - Vadim Shipachev - Viktor Tikhonov (C) ; Mikhaïl Varnakov (-1) - Aleksandr Burmistrov -
Kirill Petrov (-1) ; Evgeni Kuznetsov - Egor Averin - Sergei Plotnikov (2') ; Mikhaïl Glukhov - Ilya Kablukov (-1) -
Denis Kokarev ; Dmitri Kazionov.

Remplaçant : Vassili Koshechkin (G).

Finlande (2' pour surnombre)

Gardien : Mikko Koskinen.

Défenseurs : Sami Lepistö (+1) - Juuso Hietanen (+1) ; Mikko Kousa - Tuukka Mäntylä ; Oskari Korpikari (2') - Ville
Lajunen ; Jyri Marttinen - Atte Ohtamaa.

Attaquants : Oskar Osala (+1, 4'+10') - Jori Lehterä - Sakari Salminen (+1) ; Leo Komarov - Jarmo Koskiranta - Veli-Matti Savinainen ; Jesse Mankinen - Teemu Ramstedt (2') - Pekka Jormakka (2') ; Toni Koivisto (+1) - Jere Sallinen - Iiro Pakarinen.

Remplaçants : Atte Engren (G), Petteri Wirtanen.