République Tchèque - Russie (Euro Hockey Tour 1)

KUZNETSOV Yevgeni-120520-380La défaite contre la France le 9 mai dernier n'aura finalement pas brisé la carrière du gardien de deux mètres Vassili Koshechkin. Ce tournoi constitue en quelque sorte sa rédemption. Après des débuts nerveux de Galimov hier, Koshechkin ramène le calme dans l'équipe russe en retrouvant sa cage. Il est un des gagnants du week-end au sein de la Sbornaïa, a contrario de Mikhaïl Varnakov et Evgeni Ryasensky, présents au camp pré-olympique mais coupables sur les buts finlandais hier. Ryasensky est absent ce soir, remplacé en défense par l'attaquant Ketov.

Sans être vraiment satisfaisante (seuls Zaïtsev et Zubarev ont tiré leur épingle du jeu), la défense russe a une chance : elle est confrontée à cette attaque tchèque atone qui ne paraît plus capable de marquer même si sa vie en dépendait. En première période, elle a trois avantages numériques, mais elle n'aboutit qu'à un seul tir dangereux, signé Michal Birner.

Les Tchèques ont le mérite de ne pas abandonner et de revenir sur la glace prêts au combat. La chance finit bien par sourire : la première tentative de Roman Cervenka échoue, mais le palet finit par lui revenir avec la cage ouverte (1-0). La détermination paye. L'équipe locale semble concentrée, mais commet une erreur juste avant la seconde pause quand Mikhaïl Varnakov trouve Egor Averin seul face au gardien Jakub Kovar (1-1).

Le match bascule finalement sur une erreur d'Evgeni Kuznetsov, qui devait confirmer sa place à Sotchi, et qui s'en éloigne de plus en plus avec ce palet perdu en zone défensive à six minutes de la fin, un véritable cadeau que Jakub Petruzalek ne manque pas (2-1). Faute d'avoir fait briller leur compagnon de ligne Kuznetsov, les deux attaquants de Yaroslavl - Plotnikov et Averin - se vengent à leur manière en déclenchant à seize secondes de la fin ces immanquables échauffourées typiques de tout duel entre Tchèques et Russes.

Les Tchèques ont donc trouvé une équipe aussi peu efficace qu'eux : la Russie n'a marqué que trois buts dans cette manche d'Euro Hockey Tour, ce qui ne lui était arrivé qu'une fois depuis dix ans. À l'exception d'attaquants défensifs à la Kokarev dont on peut se dire que ce n'était pas le rôle, on ne peut pas dire que les candidats olympiques aient brillé. Les deux pays ont beaucoup de travail avant Sotchi...

Commentaires d'après-match

Tomas Rolinek (capitaine de la République Tchèque) : "Le match a été rapide, et en troisième période les entraîneurs russes ont réduit à trois lignes. Mais quand on joue dans une telle atmosphère, les jambes bougent mieux. Nous avons été patients. Le but était peut-être chanceux, mais nous méritions de gagner. Avec trois points, le tournoi dans son ensemble doit être considéré comme un échec. La misère offensive de la saison dernière s'est propagée sur cette année. C'est une question d'esprit, pas de jeu. À chaque match, nous avons eu des occasions où nous aurions pu tirer, mais nous avons choisi une passe. Il faut jouer plus simple."

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "Je suis heureux. Nous avons toujours bien travaillé en défense, l'équipe a déployé du caractère. Nous n'arrivions pas à mettre des buts la saison dernière, alors nous avons pris les joueurs de NHL et ils n'ont pas réussi. Aux championnats du monde, nous avons perdu trois fois 1-2. Nous devons continuer à travailler, considérer quels types de joueurs choisir. Quand vous regardez les adversaires, ils avaient un avantage de taille. Je n'ai rien contre les petits, mais les joueurs de hockey techniques doivent être forts physiquement. Nous avons besoin de quelqu'un comme [l'ex-international] Vaclav Varada. Le truc, c'est qu'on n'a pas foule de possibilités inexploitées. Nous devons les trouver dans la NHL avec Sobotka, Michalek, Elias, Plekanec et autres. La liste élargie pour les JO sera annoncée la semaine prochaine. Il y a tous ceux qui ont joué à Pardubice ce week-end. Nous avons ajouté un joueur qui ne pouvait pas venir ici. Et bien sûr les joueurs de NHL."

 

République Tchèque - Russie 2-1 (0-0, 1-1, 1-0)
Dimanche 1er septembre 2013 à 18h00 à la CEZ Arena de Pardubice. 7315 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Sjöqvist et Morgan Johansson (SUE) assistés de Petr Blümel et Rudolf Tosenovjan (TCH).
Pénalités : République Tchèque 10' (0', 6', 4'), Russie 10' (6', 2', 2').
Tirs : République Tchèque 31 (11, 9, 11), Russie 21 (7, 9, 5).

Évolution du score :
1-0 à 23'35" : Cervenka assisté de Kovár
1-1 à 39'45" : Averin assisté de Varnakov
2-1 à 53'15" : Petruzalek


République Tchèque (2' pour surnombre)

Gardien : Jakub Kovár.

Défenseurs : Michal Barinka - Lukáš Krajícek (2') ; Petr Cáslava (+2, 2') - Petr Zámorský (+2) ; Filip Novák (-1) - Ondrej Nemec (-1) ; Jakub Nakládal.

Attaquants : Michal Vondrka - Jan Kovár - Roman Cervenka ; Tomáš Rolinek (C, +1) - Petr Vrána (+1) - Jakub Petružálek (+1) ; Michal Birner - Jirí Novotný - Lukáš Kašpar ; Ivan Rachunek (2') - Petr Koukal (2') - Petr Holík.

Remplaçant : Alexander Salák (G). Non alignés : Marek Troncinský, Zbynek Irgl, Petr Hubácek.

Russie

Gardien : Vassili Koshechkin [sorti à 59'13"].

Défenseurs : Maksim Chudinov - Yuri Aleksandrov ; Evgeni Ketov - Nikita Zaitsev (+1, 2') ; Mikhaïl Pashnin (-2, 2') - Egor Yakovlev (-2, 2') ; Nikita Pivtsakin - Andrei Zubarev (+1, 2').

Attaquants : Dmitri Kazionov - Vadim Shipachev - Viktor Tikhonov (C) ; Mikhaïl Varnakov (+1) - Aleksandr Burmistrov - Kirill Petrov ; Evgeni Kuznetsov (-1) - Egor Averin (-1) - Sergei Plotnikov (-2, 2') ; Mikhaïl Glukhov - Ilya Kablukov - Denis Kokarev.

Remplaçant : Stanislav Galimov (G). Non aligné : Evgeni Ryasensky.