Un jeu d'enfant

FBKIl y a tant de choses qui peuvent se bousculer dans votre tête. Oliver Kylington en sait quelque chose, lui qui a beaucoup cogité ces derniers jours, lui qui a vu sa vie prendre un nouveau virage.

Kylington, né à Stockholm, restait jusqu'à maintenant agrippé à la capitale suédoise, évoluant à Djurgården - l'équipe la plus titrée du pays - puis à Södertälje. Insatisfait par la proposition qui lui a été faite par le club de la banlieue sud, Oliver a décidé, en avril dernier, de quitter le cocon stockholmois pour le Värmland et la ville de Karlstad, située à mi-chemin entre Stockholm et Oslo. Karlstad abrite l'une des formations références du pays, régulièrement classée dans le haut du tableau : Färjestad.

Néanmoins, cette fameuse équipe phare, Oliver Kylington l'a d'abord regardée comme un enfant devant la vitrine d'un magasin de jouets. Comprenez que Kylington a en effet quitté l'innocence de l'enfance mais il baigne encore dans l’adolescence insouciante. Il n'est âgé que de 16 ans.

Leif Carlsson, entraîneur en chef du Färjestads BK, était bien embêté puisqu'il a dû faire face aux blessures de ses deux lieutenants défensifs, le Norvégien Ole-Kristian Tollefsen et l'Américain Garrett Stafford. L'avion en direction d'Örnsköldsvilk, pour y affronter le MODO, avait donc plusieurs sièges vacants. Carlsson tente alors un coup de poker : il titularise le jeune défenseur qui n'a eu, jusqu'à maintenant, aucune expérience en équipe senior.

Pour ce premier match chez les grands, disputé le samedi 28 septembre, les responsabilités sont décuplées à un point inconnu jusqu'alors, le stress, incontrôlable, parasite l'esprit. Oliver avouera par la suite que, la veille du match, il ne réussit à trouver le sommeil. "J'étais nerveux avant le match et la nuit qui l'a précédé. J'étais excité et mes pensées s'agitaient sans cesse dans ma tête" confia-t-il à Expressen.

Bénéficiant d'un temps de jeu élevé pour une première en équipe senior (14 minutes), Kylington va davantage immortaliser son grand saut. Un grand saut, un envol qui va prendre de la hauteur à la 54e minute : le gamin traverse toute la patinoire, rentre en zone offensive, frappe, le gardien Linus Ullmark se couche sur le dos mais le palet continue lentement sa trajectoire et traverse la ligne de but. Dans un rêve éveillé, il n'ose y croire mais les acclamations de ses coéquipiers le confirment.

Kylington inscrit non seulement le but gagnant (victoire 2-1 au final) mais son but marque l'histoire : à 16 ans, 4 mois et 9 jours, Oliver Kylington devient le plus jeune buteur de la SHL, surpassant quelques gloires du hockey suédois. La montagne du Lighting de Tampa Bay Victor Hedman, sur le podium, a réalisé cette performance au même âge mais avec cinq mois d'écart, c'était en 2007. Le détenteur de ce record, manque de chance, s'apprêtait à souffler son vingtième anniversaire.

En 1983, alors sous l'uniforme des Indians de Frölunda, à 16 ans, 7 mois et 17 jours, on vit le premier but inscrit par la légende Calle Johansson, ancienne étoile des Capitals de Washington, 1200 parties en NHL et double champion du monde. Vingt ans après, un successeur, plus jeune de trois mois, détrône donc l'actuel assistant du coach Adam Oates aux Capitals. Andreas Johansson, adjoint de Leif Carlsson, a parlé de la valeur symbolique au journal Aftonbladet : "C'est un conte de fées, un incroyable récit que de devenir le plus jeune de l'histoire. C'est un rêve qui peut servir d'exemple à tous les gamins qui débutent leur carrière."

Oliver Kylington est devenu une star en Suède, multipliant les interviews. Les réseaux sociaux se sont enflammés, les médias nationaux l'ont encensé. Le rêve d'enfant est devenu réalité.

spevxbic1w34j1v5wfy6elwfbC'est sans surprise que Skellefteå, toujours aussi fort, mène le classement de la SHL même si certaines de ses stars ne sont pas encore suffisamment aiguisées, tel Bud Holloway. Le meilleur joueur de l'année en 2013 ne compte que 2 assistances en 6 matches mais il souffre encore d'une blessure au cou contractée durant l'intersaison. Son coéquipier Pierre-Édouard Bellemare comptabilise 3 points et une fiche de +2. Le SAIK est en tête, cependant suivi de près par Linköping au jeu offensif inspiré : 25 buts marqués et cinq joueurs classés parmi les dix meilleurs pointeurs.

Les Lions sont donc parvenus à effacer le douloureux départ de la star Carl Söderberg... que vous ne pourrez voir en aucun cas aux Jeux Olympiques de Sotchi. En effet, dès lors que la saison suédoise 2012-2013 prit fin, Söderberg avait embarqué, illico presto, pour Boston afin d'y démarrer sa carrière en NHL pour les play-offs.

Une décision pas franchement du goût du staff de l'équipe nationale, pourtant séduit par les 60 points en 54 matches de cet attaquant de 27 ans. La fédération suédoise était intervenue pour tenter de le raisonner, sans succès. Principal déçu, le sélectionneur Pär Mårts l'a finalement sanctionné par ignorance lorsqu'il a dévoilé sa liste de 64 joueurs pour Sotchi en début de semaine.

De leur côté, les promus connaissent une belle entame de saison puisque Leksand et Örebro sont bien placés en milieu de tableau, l'ÖHK restant d'ailleurs sur une solide victoire obtenue mardi, justement contre l'armada de Linköping (3-1). Le HV71 a connu un début de saison cauchemardesque. Le club de Jönköping n'avait gagné aucun match dans le temps réglementaire et avait subi trois revers de rang. Le gardien numéro 1 Gustaf Wesslau ne savait plus où donner de la tête, 25 buts ont déjà été encaissés et l'équipe avait éprouvé beaucoup de difficultés à produire du danger dans le camp adverse. Toutefois, le HV71 a finalement quitté la lanterne rouge mardi soir au bénéfice d'un succès 5-3 face au MODO qui a subi une cinquième défaite de suite. Jonas Gunnarsson, devant les filets, en a profité pour remonter dans l'estime de l'entraîneur Ulf Dahlén.

Malheureusement, durant cette rencontre, Mattias Karlsson, le meilleur défenseur de l'équipe, s'est fracturé l'omoplate, une blessure qui le tiendra écarté entre cinq et six mois. Karlsson joue de malchance car il s'était déjà blessé à l'épaule en fin de saison dernière, il avait retrouvé la glace cet été... avant de subir une commotion cérébrale qui lui avait fait louper deux rencontres.

Dans l'échelon inférieur, pour Karlskrona, c'est la fin du cauchemar. Moribond la saison dernière, le KHK est seul aux commandes de l'Allsvenskan. Alexander Bergström est le plus prolifique du championnat tandis que le gardien danois Patrick Galbraith, aux performances décevantes l'an passé, a débuté la saison avec trois jeux blancs consécutifs, il en totalise déjà quatre. Pour Damien Fleury et Södertälje, comme l'exercice précédent, les débuts sont difficiles. Le SSK n'occupe que la dixième place même si Fleury compte tout de même 2 buts et 3 passes en 7 joutes.

Classement SHL au 1er octobre :

1. Skellefteå AIK 15 pts
2. Linköpings HC 13 pts
3. Luleå HF 11 pts
4. Brynäs IF 11 pts
5. Örebro HK 10 pts
6. Frölunda 10 pts
7. Leksands IF 10 pts
8. Färjestads BK 8 pts
9. AIK 8 pts
10. HV71 8 pts
11. MODO 7 pts
12. Växjö Lakers 6 pts

Meilleurs marqueurs :

1. Pär Arlbrandt (Linköping) 13 pts
2. Joakim Lindström (Skellefteå) 10 pts
3. Simon Hjalmarsson (Linköping) 8 pts

Meilleurs buteurs :

1. Andreas Thuresson (Brynäs) 6
- Simon Hjalmarsson (Linköping) 6
3. Mattias Janmark (AIK) 5

Meilleurs gardiens :

1. David Rautio (Luleå) 94,4%
2. Fredrik Pettersson-Wentzel (Färjestad) 93,5%
3. Johan Holmqvist (Brynäs) 93%

Meilleures fiches :

1. Johan Fransson (Luleå) +6
2. Joakim Lindström (Skellefteå) +5
- Ben Walter (Örebro)
- Andreas Johnson (Frölunda)
- Jared Aulin (Örebro)